Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: Rue de Verneuil

Les graffitis du mur de Gainsbourg ont disparu…

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Vendredi matin, j’ai vu un peintre sur une échelle enlever les graffitis sur le mur de la maison de Gainsbourg, au 5 Bis rue de Verneuil, 40 ans de graffitis enlevés par des coups de truelles et de grattoirs.  Ce peintre devrait entrer dans le livre des records de la connerie.

Dieu, pardonne-leurs, ils ne savent pas ce qu’ils font !!!  

et les initiateurs non plus !!!

gainsb_v01

Comme pour l’atelier Picasso, mon autre combat, quand allons-nous laisser comme témoignage l’histoire des lieux ou se sont réalisés des créations  ? Je suis en colère car mes enfants, nos enfants ne sauront et ne verront pas que leurs parents ont vécu une époque formidable avec des grands artistes comme l’était Gainsbourg.

gainsbourg_mur

L’art contentpourien, c’est déjà quelque chose. Copyright dédé de Montreuil

L’art doit être aussi dans la rue et pas seulement dans les musées, Serge était très fier des graffitis sur son mur quand nous rentrions d’une bonne nuit d’ivresse et de poésie. J’étais présent quand César a fait un graffiti pour Serge à 6 h du mat en sortant du Don Camillo.

Aujourd’hui, c’est un mur mort dont voici le requiem

http://www.youtube.com/watch?v=7vJvwD3XADc

Mur

En voyant cette interdiction crétine et provocante, des graffitis vont renaître cette nuit.  je l’espère…

Ne pas écrire

Serge avait déjà repeint en blanc le mur de sa façade, ça n’avait duré que quelques jours !!! comme le montre ce beau projet d’animation réalisé par Arnaud Jourdain, qui retrace l’accumulation des graffitis sur ce mur pendant cinq ans. A voir absolument !

Voici deux livres sur ce sacré mur :

LE MUR DE GAINSBOURG  Par Samuel Tastet (Ed. Est, Paris-Bucarest, 1992) 

1550805111

Le mur de l´hôtel particulier de Serge Gainsbourg aura vu défiler bon nombre de ses “fanatiques”. Chacun laissant en guise de témoignage troublant, un mot, une phrase, un graffiti. 56 photos illustrent cette étape obligée du pélérinage du souvenir.

RUE GAINSBOURG  Par Jean-Claude Maillard. (Editions Alternatives, 1998)

Adieu

La bible des amoureux du mur de Gainsbourg !

En mars 1990, Jean-Claude Maillard, reporter de La 5, interroge Serge Gainsbourg lorsqu’il sort de chez lui rue de Verneuil, et lui demande de commenter la façade graffitée de son hôtel-particulier. Il reconnaîtra que toutes les phrases écrites sont bonnes et qu’il en avait trouvée une très jolie: “Ici cogite une âme slave”. 

Publicités