Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: Rona Hartner

A mes amies artistes …de coeur !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Je vous présente mes amies artistes : comédienne, chanteuse, peintre, écrivain, photographe, graffeuse , qui méritent toutes une attention particulière et talentueuse. Cyrielle, Rona, Vahéna, Ariane, Marianne, Michèle, Hermine, Marie, Yara, Charlotte, Claudia.

CYRIELLE CLAIR dans Marlene is Back ! Une bombe atomique…

 » Son nom commence par une caresse, et s’achève par un coup de cravache. Marlene… Dietrich ! «  Jean Cocteau.

Cyrielle Clair fait revivre une icône du cinéma, Marlene Dietrich, avec son spectacle « Marlene is back » à l’affiche du Théâtre de la Tour Eiffel jusqu’au 24 février. Alternant tour de chant, comédie et projections, la comédienne explore les facettes de cet Ange bleu, femme libre à la scène comme à la ville, incandescente qui ne brûlait que pour l’amour..

Pierre Cardin est à l’origine de ce spectacle original. Le créateur et hommes d’affaires a connu Marlene Dietrich qu’il a accueillie deux fois à l’Espace Cardin, lors de récitals. C’est lui qui a demandé à Cyrielle Clair de faire revivre cette personnalité hors norme, complexe et passionnée. L’actrice qui est aussi auteure et metteure en scène a relevé le défi avec la complicité de Gérard Chambre. Elle s’est glissée dans la peau de Marlene Dietrich, une femme aux talents multiples, à la fois comédienne et chanteuse.

« Dès que j’ai la perruque, les faux cils, le costume, c’est là que je deviens Marlene… Je ne prétends pas être Marlène mais une empreinte de Marlène ».

Cyrielle est magnifique dans ce rôle, elle s’est glissée dans la peau de Marlene Dietrich, une femme aux talents multiples, à la fois comédienne et chanteuse.

Le spectacle à ne pas louper !

Chapeau l’Artiste ! 24 000 baci. Dédé

 

RONA HARTNER

L’inclassable !

Chanteuse, Comédienne, Peintre, Danseuse… J’ai découvert Rona dans le film  » Gadjo Dilo « de Tony Gatlif. Rona, qui avait déjà eu de nombreux rôles au cinéma et au théâtre, joue le tout pour le tout pour avoir le rôle ! Elle se fait passer pour une tzigane, apprend le français en 15 jours, perd dix kilos, déjoue les pièges tendus par un entourage jaloux et machiavélique et se remet à fumer pour casser sa voix. Le film marche du tonnerre.

Gadjo Dilo

Elle remporte un maximum de prix, dont le Léopard de bronze pour la meilleure actrice à Locarno, le Prix de la meilleure actrice européenne à Bruxelles, le Prix Michel Simon… Elle enchaîne plusieurs rôles au cinéma : Je suis née d’une cigogne de Tony Gatlif, Cours toujours de Dantes Desartre, Sauve moi de Christian Vincent, Le Divorce de James Ivory, Le temps des loups de Michael Haneke( Cannes 2004), Madame Irma de Didier Bourdon,  Tombée d’une étoile de  Xavier Deluc , Poulet aux Prunes de Marjanne Satrapi (Venise2011); et dernièrement elle tient le rôle principal dans le film « Des milliards de toi » de Mathilde Laconche .

En 99, Rona fait une rencontre qui va bouleverser sa vie : David Lynch. Il la remarque lors d’un festival à Berlin et l’invite chez lui pour enregistrer un disque. Deux semaines plus tard, elle fonce le rejoindre à Los Angeles. La façon qu’il a de travailler en mêlant tant de créations diverses l’inspire au-delà de tout. Elle en ressort extrêmement grandie, pleine de confiance en elle pour ses projets. Elle acquiert l’intime conviction qu’elle peut réaliser tous ses rêves, aussi éclectiques soient-ils. Le single qu’ils enregistrent ensemble « You’re more than that » sortira chez Wagram deux ans plus tard.

Après cette rencontre, elle décide de reprendre ses compositions électro rock tzigane et en 2001, elle commence à travailler avec une équipe conduite par le guitariste de Jazz Laurent Thillier. Elle se produit en concert avec 12 musiciens sur scène dans une fusion totale électro rock jazz tzigane…Elle bouleverse les salle, par son énergie scénique exceptionnelle qui la fait osciller, aux dires de ses fans, entre l’innocente beauté glamour d’une princesse tzigane et la présence sauvage d’une Janis Joplin ou d’une PJ Harvey.

En parallèle, depuis son arrivée à Paris, Rona a peint plus de 300 dessins et tableaux dans un style symbolistic abstrait et elle est exposée un peu partout dans le monde; et devient une des figures du Balkan Expressionnisme naissant . Ci-dessous : pochette de son album : The Balkanik Gospel

Image result for rona hartner the balkany

Rona Hartner, L’inclassable. Celle qui adore créer des atmosphères libres où elle ne se sent pas enfermée et ne catalogue pas non plus son public. La multiplicité de ses origines et sa « nationalité vagabonde » la poussent à dépasser toutes les frontières et à s’ouvrir toujours davantage vers un monde sans limite, avec une foi et une force de vie aujourd’hui inébranlables.

Si un jour, vous voyez Rona en concert, vous ne pourrez jamais l’oublier ! Rona mille baisers pour toi et à bientôt !  Dédé

 

VAHÉNA MENRAS

Une artiste à part !

Étant Ambassadeur de Saint-Germain des Prés et Président du Comité Paris-Rive-Gauche, ma mission est de présenter des artistes connus ou inconnus, c’est la passion qui doit l’emporter !.

Je cogite actuellement, pour présenter l’Univers de Vahéna, dans une galerie à Saint-Germain. Vahéna est une artiste aux mille facettes, peinture, chant, écriture… il faut l’écouter racontant Rabelais et Victor Hugo dans les bistrots à Montmarte et dans la rue. Un grand moment de vagabondage. Comme cet écrit au Café de Flore : 

Un clip avec la chanson  » L’Amour court les rues  » avec la musique de Jean-Jacques Debout et la participation de Jean-Pierre Mocky, est en cours de montage.

Un jour, avec Sophie, psychologue de haut-niveau, nous allons admirer l’exposition Jean-Michel Basquiat à la Fondation Vuitton, Vahé craque sur les oeuvres exposées, c’était une semaine avant mon anniversaire. Un matin, au coin d’une rue, elle trouve un morceau de polystyrène et a instantanément l’inspiration de peindre un faux-vrai Basquiat avec des messages perso : D2, Mission, Passage et le « must » les initiales de mes mômes L J ( Linh et Jean ) à vous de chercher.

À ma Vahé, ma fidèle amie ! Dédé

 

ARIANE BOIS
Une plume de soie  !

Ariane Bois est romancière, grand reporter et critique littéraire. Elle est l’auteur récompensée par sept prix littéraires de : Et le jour pour eux sera comme la nuit (Ramsay, 2009), Le Monde d’Hannah (Robert Laffont, 2011), Sans oublier (Belfond, 2014), Le Gardien de nos frères (Belfond, 2015). Après Dakota song (Belfond, 2017), Son dernier roman » L’île aux enfants » paraîtra en mars 2019 aux éditions Belfond. Ariane  raconte le destin de deux générations de femmes victimes de l’arbitraire et du secret. L’histoire d’une quête des origines et d’une résilience, portée par un grand souffle romanesque.

Lors du Salon du livre européen à Dijon, j’ai invité Ariane pour signer son premier livre et sur mon initiative lui remettre le Prix de la ville de  Dijon 2009 – 1er roman pour  « Et le jour pour eux sera la nuit» (Editions du Rocher) Quel plaisir d’innover pour faire découvrir les vrais écrivains. Bonne suite Ariane. Dédé

Cher Dédé,

Je tenais à te remercier pour ton professionnalisme et ta gentillesse lors de  du week-end organisé à Dijon pour le salon européen du livre .J’ai  passé  un moment extraordinaire avec vous tous et j’ai pu apprécier les efforts considérables déployés pour que nous , les auteurs, nous nous sentions bien C’était formidable de rencontrer le public dans ce palais si prestigieux, de passer du temps avec Régine Desforges ou MC Solaar .La presse était là, en masse, et le tout fut chaleureux, intime et intéressant .
Cette récompense a été très précieuse pour faire connaître mon travail et j’espère pouvoir revenir à Dijon en ta compagnie, lauréate ou pas !

Avec toutes mes amitiés

 Ariane Bois

MARIANNE GUILLERAND
De l’Or dans les mains !

 « Offrir l’horizon à ses rêves pour les réaliser. » Marianne

Avant d’être artiste plasticienne et de se mettre à coller passionnément, Marianne a eu plusieurs vies, mais a toujours été guidée par sa fibre artistique.

Pour la bonté, le beau et le bonheur, Marianne Guillerand a une formidable fibre artistique. Chef d’entreprise à la vingtaine, comédienne et auteure à la trentaine, elle se révèle artiste plasticienne à la quarantaine. L’art du collage s’est imposé à elle comme une évidence qui n’attendait que son heure. Aujourd’hui , elle offre une renaissance à des objets voués au rebut. Elle les enveloppe de coupures de magazines et les ourle à la feuille d’or. Sa dernière exposition, « L’Arche imaginaire de Marianne », est un bestiaire lesté de symboles. Ce vaste projet a éclos en elle en 2015, après les funestes heures de Charlie et du Bataclan, comme un besoin viscéral de passer par le monde animal pour se réconcilier avec l’homme.

Papiers, ciseaux, colle et feuille d’or, dit comme ça on pourrait croire que c’est un jeu, oui mais alors un jeu de patience. Le travail de Marianne est minutieux, proche de l’orfèvrerie, des céramiques chinoises, il demande du temps, de la précision et de l’énergie. Chaque fragment est un trésor qui nous révèle le paysage mental et la nature solaire de cette magicienne qui fait jaillir le merveilleux dans son monde lumineux, poétique, joyeux, raffiné et apaisant. Marianne élève l’art du collage à un niveau inédit d’expression personnelle et d’excellence et lui offre en l’associant à la feuille d’or ses lettres de noblesse.

On reconnaît dans les œuvres de Marianne sa passion pour la beauté et l’amour qu’elle porte aux animaux. Marianne transforme en images les mystères de l’univers. Que se cache t-il derrière ce poisson multi-couleurs ?

« Mon Arche imaginaire est un voyage fantastique, une invitation à vivre en harmonie, à préserver notre nature animale, primitive, instinctive, intuitive. Mes animaux extraordinaires sont recouverts d’une mosaïque de papiers colorés qui parlent de nous, de la beauté, de la vie, des trésors que nous renfermons. Ils sont là pour nous distraire, nous émouvoir et nous rappeler tout simplement que la création est une source de bonheur prodigieuse et unique. Mon bestiaire cherche à mettre à l’honneur notre grandeur et la richesse de l’âme humaine… »

Le monde onirique de Marianne est captivant et plein de fantaisie qui me touche profondément, je t’embrasse ma Marianne et courage ! Dédé

MTYSZ

Une autre vision des femmes !

Michèle Tyszblat Sadoun, a toujours dessiné depuis son plus jeune âge, le déclic s’est produit après un voyage aux Seychelles où la révélation du monde sous marin a changé sa vie.
Elle se met à la plongée sous-marine et découvre un monde plein de vie , de couleurs, chargé d’émotions.

Peintre autodidacte, elle décide de transmettre sa vision des océans par la peinture et enchaîne tableau sur tableau avec frénésie. Ardente lectrice de science fiction, passionnée de sciences et de nature, elle s’intéresse aux éléments qui régissent notre vie, et fait danser des jambes sensuelles pour susciter des émotions, des villes impossibles pour aller vers un futur possible.
Tous ses thèmes sont reliés par le fil des éléments : eau, terre/matière, air, lumière, température/feu avec toujours l’envie d’innover de découvrir d’ inventer des liens entre les formes de vie, toujours en mouvement et vers le meilleur.
Influencée par le surréaliste belge Magritte, et aussi M.C.Eischer, Dali et Dominique Appia entre autres, elle innove en créant son monde imaginaire mêlant le fantastique au quotidien.
Concernée par les problèmes écologiques ainsi que par l’évolution de la femme dans le monde actuel, elle s’oriente vers des peintures qui transmettent des messages dans un style plutôt apparenté au surréalisme.
En jouant avec les ombres et la lumière et dans une palette de couleurs particulières, des images apparaissent, voulues ou non, qu’elle laisse découvrir au spectateur au gré de leur vécu et de leur ressenti Son challenge, provoquer l’émotion, écouter leur regard… Précise et imaginative, elle interprète des évènements passés ou d’actualité en se servant du langage pictural, et donne aux objets une destination et un sens différents de leur réalité, mais toujours dans une démarche cohérente et innovante. 
Michèle, continue, je te soutiens à fond ! Dédé

 

HERMINE DE CLERMONT-TONNERRE
Une princesse, créatrice du « tonnerre » !

La princesse Hermine de Clermont-Tonnerre a toujours été exposée médiatiquement et mondainement mais, depuis peu, ce sont ses créations artistiques, picturales et plasticiennes, qui prennent la pose devant l’oeil des collectionneurs…

Issue de l’une des plus vieilles familles de France, cette princesse au titre pontifical est depuis toujours  l’une des reines de la jet set française et internationale, au point de créer dans les années 90 une sorte de cercle de jeunes mondains, le « Club du Tonnerre« , qui réunissait des centaines d’aficionados bien nés, avides d’être systématiquement invités à des soirées chics et chocs grâce à elle, avec toujours des  bénéfices et des dons reversés à des associations, à des oeuvres humanitaires, sauvant entre autres nombre d’enfants. Frivole, la princesse ? Non, épicurienne. Et joyeuse. Définitivement. Elle pioche le bonheur là où  il est, et surtout, sa passion, c’est de le transmettre, de le partager, avec ses enfants, son entourage, ses amis, mais aussi  tout ceux qui l’approchent, quand elle ne va pas elle-même au devant de ceux qui souffrent. Et c’est avec le public qu’elle veut aujourd’hui dialoguer avec humour et sérieux, à travers ses oeuvres.« Les vanités du 21 ème siècle » 

Son inspiration d’artiste aurait pu puiser dans son goût supposé immodéré pour les mondanités, mais, en fait elle se porte sur  le temps qui passe, sur la nature saccagée par l’homme, sur la temporalité des objets et de l’argent, sur la vanité de la société. Son travail  se définit donc comme conceptuel.

Ce qui ne change pas, avec cette princesse créatrice, Rock’n Roll, incroyablement fantasque, c’est sa dérision ravageuse, même quand il s’agit d’amour ! Je t’aime ma Princesse ! Dédé

 

MARIE RABÉ
Une photographe sensuelle

Après le succès de l’exposition “Notre 1er festival d’une photo au Flore “, à Saint-Germain des Prés, l’affiche “Notre Festival d’une photo“ et la photo originale de Marie-Laure Rabé ont été mises aux enchères par Maître Pierre Cornette de Saint-Cyr, lors de l’exposition “ Tâtez-vous “ le lundi 5 décembre 2013 à l’atelier Picasso, rue des Grands-Augustins. Marraine Delphine Depardieu. Les fonds de la vente aux enchères ont été intégralement reversés à l’Association Odyssea pour l’Institut Gustave-Roussy pour la prévention du cancer du sein.

Avec Marie, nous souhaiterions créé une exposition identique  “ Festival d’une photo  avec quinze photographes de renommée internationale qui présenteront chacun une photo sur le thème du Sein. Un jury compétent sélectionnera, la photo du “Festival d’une photo – Prix Kate Barry “. Un catalogue sera édité avec les oeuvres, (recherche d’un éditeur))

Les quinze photos originales seront mises aux enchères par la maison de ventes Pierre Cornette de Saint-Cyr. Les fonds de la vente seront intégralement reversés pour la prévention du cancer du sein à l’hôpital Necker – Enfants malades. Allo mécènes, sponsors, nous sommes à votre disposition !

Marie, j’aime ta réactivité et ton efficacité permanente. Dédé

 « L’Art ne reproduit pas le visible, il rend visible ». disait Paul Klee

YARA LAPIDUS
La voix de l’Orient !

L’album de mon amie Yara Lapidus,   » Indéfiniment » est dans les bacs, une pure merveille de textes écrit par Yara et de musiques réalisées par Gabriel Yared, le grand compositeur et arrangeur français d’origine libanaise.

Photo : Fanny Latour-Lambert

 » Le point de départ est le timbre de Yara, pour lequel j’ai composé mes mélodies. Ses textes sont venus ensuite presque naturellement et un thème s’est imposé : l’amour, traité dans chaque chanson sous un angle différent. Les mots, la richesse des images qu’ils suscitent sont les séquences d’un film imaginaire… » Gabriel Yared

Le célèbre studio Abbey Road à Londres, le complexe de studios d’enregistrement le plus grand et le plus célèbre au monde, créé en 1931. Les Beatles, Pink Floyd, Kanye West, U2, Michael Jackson … sont passés par-là !

Ci-dessous, le clip  » Encor, Encor  » tourné sous la direction de Fanny Latour-Lambert. Davantage connue pour ses parutions dans les plus grands magazines de mode, elle a une manière très personnelle de traiter la lumière, les teintes sont chaudes. Il s’en dégage autant de force que de douceur. Nous y découvrons une Normandie sauvage, des paysages presque lunaires, des champs à perte de vue qui nous renvoient de manière subliminale au film 37,2 Le matin réalisé par Jean-Jacques Beineix.

Cette BO, composée par Gabriel Yared, devient un duo entre Iggy Pop et Yara. L’enregistrement a eu lieu à Miami dans une ambiance à la fois studieuse et amicale : leurs voix s’entremêlent et entrent en résonance. La rencontre s’est achevée par un repas d’empanadas aux épinards et une balade dans la voiture d’Iggy…


J’ai toujours eu une amitié fidèle avec Yara depuis sa participation comme styliste au 1er défilé de mode,  » SAD Beyrouth » que j’ai conçu pour la jeunesse libanaise, après 17 années de guerre, place des Martyrs à Beyrouth.  Ils étaient 20 jeunes créateurs franco-libanais, diplômés  de la Chambre Syndicale de la Haute- Couture Parisienne, remplis d’espoir, de vie et d’enthousiasme.

Bonne route Yara, mon amie de coeur libanaise. Dédé

 

ANNE-CHARLOTTE DELORD
Une artiste libre !

Anne-Charlotte Delord, peintre contemporaine, prend pour inspiration ses émotions restituées à travers la création de fonds très élaborés, à base de béton travaillé au couteau, et traversés de mouvements et de déchirures… En quête d’une forme abstraite, Anne-Charlotte vise le paradoxe. En permanente observation, Anne-Charlotte est inspirée par toutes les matières, images et sensations qu’elle absorbe dans son quotidien, dans ses recherches, bien sûr dans ses voyages.

Son extrême sensibilité conduit chacun de ses tableaux à un sentiment, un message ou une projection, chaque fois symbolique. La sagesse, la puissance, le rugissement… puis l’instinct animal qu’elle met en scène !


Anne-Charlotte, enfant était déjà à « l’écart », observant le monde des adultes à travers une mère peintre ayant pour maître William Turner, et avec laquelle elle découvre l’univers des artistes, à Paris, en Normandie et en Provence. Habitée par deux dimensions contraires, qu’elle cherche à rendre complémentaires, c’est là le nœud de sa personnalité qui se veut créatrice et communicante, elle pense à travers ces mailles, trouver le fil de sa liberté et découvre à 2O ans l’Afrique avec sa magie des couleurs et de ses grands espaces. Elle se met alors à peindre des animaux sauvages de façon expressionniste, sur des fonds qui remuent puissamment, « jetés » à la manière des peintres du mouvement Cobra et qui évoquent aussi la force sauvage d’un Barcelo!


Du souffle, une force sauvage.., le sens de la matière rendu à travers des mouvements francs et des couleurs chaudes propres aux pigments naturels, caractérisent cette peinture naissante
habitée d’une séduisante fougue de liberté. » Ma Charlotte, j’adore ton travail et ton esprit de liberté. Dédé

MADC

du graffiti abstrait, entre transparence et dynamisme

Dans le cadre du Parcours Chengdu septembre 2018, j’ai demandé à une artiste du Street Art de renommée mondiale, MadC de réaliser un Tag ( 80 m ) associé à un calligraphe chinois dans l’une des plus grandes avenues commerciales de Chengdu. Une complicité est née.

A bientôt Claudia. Love Chengdu. Dédé

MadC est l’une des rares femmes internationalement reconnues dans le mouvement street art. Auteur du célébre «700-wall», elle a réussi au fil des années à allier force et énergie à des compositions abstraites, profondément ancrées dans la culture graffiti.

Claudia Walde, plus connu sous le nom de MadC est une artiste allemande issue du graffiti des années 90. Après une jeunesse passée en Ethiopie, c’est à son retour en Allemagne qu’elle s’initie au graffiti. Au premier abord inspirée par le paysage qui l’entourait dans son petit village allemand, elle commence par dessiner à l’aquarelle des natures mortes. Elle suit par la suite des études d’art et de design à l’Université d’Halle puis au Central Saint Martins College de Londres. Elle en ressort diplômée en conception graphique. Ces études lui apporteront les fondements de son style.

En 2010, elle crée son œuvre phare, qui la propulse au rang de graffeuse internationale : le « 700-Wall ». Cette gigantesque fresque de presque 700m (639m plus précisément) s’étend le long de la ligne ferroviaire qui relie Berlin et Halle. C’est à ce jour la plus grande peinture jamais réalisée par une seule personne en seulement 4 mois.

 « 700-Wall »

Dans les années 2000 MadC place ses lettrages dans des décors ultra détaillés, mettant souvent en scène des personnages de science-fiction. Ces peintures très narratives laissent peu à peu place aux représentations abstraites, laissant libre cours à l’imagination. Son évolution vers l’abstraction, MadC le doit à son passage de la rue à l’atelier. En changeant d’outils elle change naturellement de technique et s’amourache des effets de transparence. Son travail reflète alors davantage ce qu’elle faisait auparavant en aquarelle, tout en gardant l’énergie du graffiti traditionnel.Le style de Claudia Walde a connu une évolution incontestable tout au long de sa carrière. Du graffiti sombre, très masculin et tranchant de ces premiers jours, admirablement représenté sur son «700-wall», elle passe peu a peu à un graphisme à la féminité assumée, nuancé et à l’abstraction subtilement déstructurée.

 

Sa dernière oeuvre, 1000 m2 sur une façade à Chicago. Août 2018

 

Je présente toutes mes excuses à d’autres amies artistes, (fautes de places sur ce billet ), j’en écrirais un autre bientôt !

En finissant cette écriture, une idée de Michèle lui est venu à l’esprit : créer le « Club privé D2 «  ? ou « DD angels » ( en référence à la série  (Charlie’s Angels, Drôles de Dames, Charlie’s devenant DD )Réservé seulement aux artistes passionnées ! Qu’en pensez-vous ? Je compte sur vous pour diffuser ce billet amical sur vos réseaux sociaux, à vos contacts et amis.

 

Publicités

Jean-Pierre Mocky. Prix Alphonse Allais 2013

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Le Prix Alphonse Allais 2013 a été remis a Jean-Pierre Mocky, pour l’ensemble de son oeuvre, par Alain Casabona, Grand Chancelier de l’Académie Alphonse Allais et Jacques Mailhot, Camerdingue de l’Académie, le lundi 2 décembre à la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, place Saint-Germain des Prés. Nous avons profité de cet instant pour fêter ses 80 ans.

Orchestré et organisé par André Cardinali. Ambassadeur en quête des profils louches de l’Académie Alphonse Allais.

DSC_6954

Jean-Pierre Mocky fait partie des hommes à qui l’on n’a plus besoin de rendre hommage. C’est grâce à des types comme lui  que nous ne devenons pas tous des codes barres. Hommage non, reconnaissance oui ! tous les invités, illustres ou anonymes l’ont pris comme tel. Et tant pis pour ceux qui ont fait faux bond !. Ce devait être la fête. Ce fut la fête et quelle fête !

Le Prix Alphonse Allais a été créé en 1954 et attribué pour la première fois à Eugène Ionesco, excusez du peu, suivi de pointures comme Louis Velle, Jean-Marie Proslier, Robert Rotrou, Léo Campion, Arletty, Pierre Etaix, Raymond Devos, Jean Yanne, Pierre Perret, Sempé, Jean Amadou, Bernard Pivot …
 Jean-François Guyot, le souffleur et   » l’insuffleur  » de la Forge du Héron a accepté de réaliser le trophée du prix Alphonse Allais, avec le profil d’ Alphi, dessiné par Sacha Guitry, sur un coin de nappe, un soir de goguette.
Copie de Mocky - Guyot

La salle Lumière où s’est déroulée la réception est plus que le temple du cinéma. C’est ICI que les frères Lumière présentèrent le 22 mars 1895 leur cinématographe. C’est ici, oui, c’est ici, aussi que Madame Alice Guy-Blaché, la toute première femme réalisatrice de cinéma, à l’origine des premières fictions a convaincu Léon Gaumont de la laisser tourner le premier scénario de la maison éponyme. Pari osé, mais pari gagné, puisqu’en réalisant sa Fée aux Choux, Alice vient de créer la toute première fiction de l’histoire du cinéma. Un court-métrage de 60 secondes représentant la naissance d’enfants sortant des choux.

S’il en est un qui méritait d’être honoré dans ce lieu, c’est bien Jean-Pierre Mocky: il est à la fois metteur en scène, interprète, scénariste, monteur, producteur et distributeur. 

Parmi les surprises de la soirée, mes amis m’ont rejoint naturellement : Nicoletta, a chanté  « Ou es passé mon Saint- Germain des Prés  » et  « Mocky Blues « , Sarah Vernette récitante du conte d’Alphonse Allais,   » Paris plage « Aimé Nouma a slamé  » Mocky, le dernier des Mockicans «  et Rona Hartner qui nous a entraîné dans les steppes de l’Asie Centrale. ( un clin d’oeil pour Jean-Pierre, son père est Tchétchène )

Petite précision : cet événement a été réalisé sans qu’un euro ait été déboursé, pour la plus grande satisfaction d’Antoine de Montille, garde d’écus de l’Académie. Plus de deux cents invités, parmi lesquels, bien sûr, de nombreux académiciens allaisiens (A 3 ) et l’ensemble des administrateurs de l’Association des Amis d’Alphonse Allais ( A4) dont le président, Philippe Davis, a tenu à rendre un hommage particulièrement appuyé au lauréat, ont pu ainsi bénéficier de la générosité et de la complicité de tous ceux qui ont uni leurs efforts pour, eux aussi, saluer l’Artiste :

La Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, Abaca, Bacardi, Champagne Devaux, Images Services, Les Menus du Monde, Madame est servie ! ( traiteur de la soirée ), Francisko Sanchez, Valette, Vignerons de Guitres, l’imprimerie Etc – Inn, le  Chef Jean-Pierre Jacquin, Ludo et Stéphanie ( Promomédias) sans oublier Xavier Tassin, Bernard Armagnac et Stéphane Péreirat.

Et c’est ainsi qu’Allais est grand !

LE DERNIER DES MOCKY-CANS slamé par Aimé Nouma

Quand mon ami Dédé de Montreuil m’a demandé si

je pouvais écrire un slam sur Jean-Pierre Mocky

je lui ai répondu très détendu que ce n’était pas les Mots-qui

manquaient pour pondre des textes

à propos de n’importe quoi ou de n’importe qui,

qu’on aime ou qu’on déteste.

Et  avec Mocky, M le Mocky, Mister Mocky

il s’agissait là  de parler en l’occurence

d’une sacrée personnalité , d’un doux-dingue

d’un cré-acteur agité, doublé d’un agitateur de conscience.
de quelqu’un qui avait déjà su forger lui-même sa légende dans le 7ème art

 à force  de talent , de grosses gueulantes,d’entregent avec les stars,

de coups de poings, de coups d’esbroufe, de coups de bluff et ouf

aussi de films coup de poings.

Et que la performance en fait Messieurs-Dames !

était de devoir utiliser le format court du slam

pour rendre hommage, célébrer un personnage

 s’étant rendu célèbre pour ses plus de 200 longs et courts métrages.

Plus d’un demi-siècle qu’il écume, rame et gamberge !

Donc bien  avant même l’arrivée de la Nouvelle Vague.

Plus de cinquante  berges

 que Mocky, le père du mot “dragueurs”

 nous aguiche et nous drague avec ses scénars ,

 ses affiches de fims  et leurs pléïades de stars.
Vedettes auxquelles sur les tournages,il prépare

 toujours un traitement à part.

Tant de temps que ce cinéaste d’un autre temps ,

cet insoumis qui a souvent mis ses sous dans ses prods

nous prodigue son art à Mockyfier.Oui, c’est bien mot mockyfier

le jeu et le statut des stars sur ses plateaux.
Et son génie est qu’à ce jeu , malgré leur égo,

les plus grands acteurs et comédiens s’y ont pliés.

Plus de cinquante piges que notre producteur-acteur

et réalisateur indépendant fustige quasi en temps réel

les travers des porcs, des cons, des cocus, de couillons,

des pervers, des corrompus, des maillons forts, des maillons

faibles de la société de consommation.

Alternant tour à tour chefs d’oeuvres rabelaisiens et insolites,

navets, fours,satyres sociales ,drames politiques,Films de série B voire

 Z et parfois devançant même l’Histoire avec des films prémonitoires.

Plus de cinquante ans que ça dure,

 avec souvent , très souvent, trop souvent la censure

et les coups durs.sans compter dans le métier, les crevures

qui suppurent et bien sûr aussi l’usure.

Même s’il semble inusable le vieux dur.

Tout ça valait bien que je prenne ma plume et fasse un slam sur JPM.
je crois même  que j’aurais été bien snob de m’y dérober.surtout quand on pense

 que Mocky

c’est peut-être un des derniers Mocky-Cans on les  prononcent

que ce soit en France ou ailleurs dans le monde

fait référence à un cinéma qui ose, qui dénonce

non pas comme tant d’autres qui encensent

 sans cesse la connerie du monde

Ce genre de référence ne gagne jamais de récompense

alors moi , Aimé NOUMA ce soir prophète d’Alphonse ALLAIS

je suis fier et heureux de  participer à la remise de ce prix

à l’impayable Jean-Pierre MOCKY.

DSC_7018

 un mot de mon ami Dan Mitrecey qui a bien compris pourquoi, nous avons organisé cette fête pour Jean-Pierre Mocky

Comme (presque) toujours, t’avais raison Dédé…Tu sais reconnaître les grands hommes.

Mocky, c’est le dernier des grands iconoclastes, l’ultime grande gueule, le trublion au verbe fort qui n’a plus son pareil pour appeler un con un con, sans les circonvolutions auxquelles nous ont habitués les suce-bites des médias sachant beaucoup mieux manier le cirage que la critique positive. Une sorte de Don Quichotte cinéaste qui s’est attaqué sans faillir aux moulins de la bêtise humaine sans jamais moucheter sa lance.

Alors, lui attribuer le Prix Alphonse Allais, ce n’est pas une récompense, c’est une évidence…
Un petit mot, tout de même, pour remercier les non-éduqués qui se sont contenter de venir se goberger sans même penser à se taire pour écouter ceux qui s’exprimaient à cette occasion. Un grand merci à Alain Casabona qui est parvenu à dire ce qu’il avait à dire malgré le brouhaha des conversations autour des petits fours rapidement engloutis et des verres prestement vidés. C’est limite si on ne les entendait pas roter… Remarque, on n’est pas étonné, et on a les noms…
Bravo pour cette cérémonie et merci à Mr Mocky pour l’ensemble de son oeuvre.

Dan Mitrecey

Indignons-nous !!!

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Etant fils d’immigrés italiens, j’ai bien connu les bidonvilles – appelé aussi la zone – entre les portes de Montreuil et des Lilas dans les années 1955. Des italiens, espagnols, polonais, provinciaux, chiffonniers, biffins, manouches vivaient dans des baraques en tôle et en carton dans la boue.
Avec d’autres enfants, je jouais dans cet univers, ont s’appropriaient les terrains, ont couraient entre les gravats, morceaux de ferraille, etc… Ont inventaient des histoires et des jeux. Je venais de temps en temps en cachette, malgré l’interdiction de mes parents à cause des dangers permanents et des maladies comme la tuberculose. J’aimais beaucoup les habitants qui étaient très accueillants et souriant malgré leurs conditions de vie.
Couv_Memoires_d_exils

Bidonvilles en 1955 à Montreuil après la guerre de 1940

Bidon 13

Quel choc de revoir les mêmes camps en 2013 !!! je suis dans une grande colère et indignez ! 

Tout simplement comme un être humain…

EUROPE. Indigne-toi !!! tu es responsable de cette exode humain.

Le 14 septembre 2010, Viviane Reding, Commissaire Européenne à la Justice, aux Droits fondamentaux et à la Citoyenneté, fait part de son « intention de lancer deux procédures d’infraction contre la politique de la France à l’égard des Roms ». Un an après, Médecins du Monde déplore les conséquences sanitaires catastrophiques des Roms, publie une enquête sur la couverture vaccinale des populations roms et dénonce une mise en danger volontaire de personnes en grande précarité. Aujourd’hui, rien n’a été fait.

Indignez-vous ! Mesdames- Messieurs les humanistes : Elisabeth Badinter, Josiane Balasko, Emmanuelle Béart, BLH , Kouchner, Isabelle Adjani, etc…Nous vous invitons à venir avec nous dans un camp pour comprendre l’exode des Roms et leur avenir dans notre pays…La misère humaine est sur votre trajet quand vous vous rendez à Roissy pour défendre des causes à l’autre bout du monde, alors, arrêtez-vous un instant pour mieux comprendre ce peuple européen en exil dans notre pays.

DSC_0282 (1)

Cela ne se passe pas en Somalie, mais en France…

Indignez-vous ! Monsieur Delanoë,  Maire de la capitale la plus visitée au monde, qui attire près de 30 millions de touristes par an, dont 17 millions de touristes étrangers, qui ont dépensés en 2012, 13,8 milliards d’euros, selon une étude de MasterCard et près de 45 millions si l’on inclut la région Île-de-France et Eurodisney.

En se rendant à Paris et à Roissy au retour, les touristes peuvent voir les camps sur le bord de l’autoroute et au pied du Stade de France. Honte à la France !!!
Pub
La France est la première destination touristique au monde. Sa cuisine, son art de vivre et ses produits de luxe sont connus partout. Mais ce n’est pas pour cela qu’elle est connue et respectée dans le monde entier. En fait, c’est parce que la France est considérée comme la Patrie des Droits de l’Homme.

« Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » C’est à partir de cette phrase, de cette idée que toute la République Française a été créée. Elle pose les principes d’une société plus juste, où tout le monde se vaut, quelle que soit sa naissance, son origine, sa religion ou sa richesse.

Stéphane Hessel,  l’auteur de  » Indignez-vous !  » avait assisté aux séances de rédaction et à la signature du texte de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en tant que diplomate en 1948. C’était sans nul doute un grand humaniste qui prenait position pour de nobles causes. Il avait aussi une vision très éclairée sur le monde mais aussi sur l’homme.

Stéphane Hessel est un riche enseignement pour nous tous, il nous incite à méditer et surtout oeuvrer pour la défense universelle des droits de l’homme dans le monde.

Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.   http://www.un.org/fr/documents/udhr/

Monsieur Manuel Valls, n’oubliez pas que des immigrés espagnols ont vécus dans les bidonvilles en France pour fuir la misère et le refus du franquisme !!!

Des enfants qui dorment dans la rue est inexcusable, on se croirait en 1954 avec L’Abbé Pierre …Son message avait été entendu de l’Assemblée Nationale et du Gouvernement qui avaient répondu avec générosité à son appel pour qu’aucun enfants ne dorment dans la rue. C’était une époque ou les politiques étaient à l’écoute des autres.

Indignez-vous ! Messieurs les footballeurs, lors de votre prochain match, regardez par la fenêtre du Stade de France et vous découvrirez un camp de la misère humaine au pied du stade ou la Coupe du Monde a été remportée par la France, ce coup d’oeil, vous servira à devenir humble et moins diva…

Stade de FRance

Indignez-vous ! Mesdames, Messieurs les artistes, nous vous invitons à découvrir une terre inconnue en bas de chez vous.

Adriana Karembeu, Gérard Jugnot, Zazie, Edouard Bear, Muriel Robin, Bruno Solo, Patrick Timsit, vous avez participé à cette émission pour découvrir des peuples avec leurs cultures à l’autre bout du monde. Vous avez été émerveillé, vous avez pleuré, vous avez été étonné, alors, soyez indignez en sachant qu’un peuple vit aux portes de Paris dans une misère que vous ne soupçonnez même pas.

Monsieur Frédéric Lopez, vous avez déclaré  »L’être humain est d’une vulnérabilité qui me plaît beaucoup» c’est pour cela que nous vous proposons un  » Rendez-vous en terre inconnue  » dans un camp de roms.

Voici l’idée : Nous vous donnons rendez-vous en terre inconnue, vous découvrirez la destination qu’une fois dans le taxi.

Rona Hartner et Tony Gatlif vous attendront quelque part dans un bidonville à 10 km de Paris, pour vous faire découvrir un autre mode de vie. Mettre en lumière et entendre la parole d’hommes , de femmes et d’enfants qui vivent dans des zones particulièrement reculées de notre société, comprendre leur culture, leur religion, partager leur vision optimiste du monde, telles sont les intentions de « Rendez-vous en terre inconnue ». La magie naîtra de cette rencontre improbable et de la connivence entre les êtres humains.

Les roms et la France, une vieille histoire…

Déjà, en France, dès 1666, Louis XIV décrète que tous les Bohémiens doivent être arrêtés et condamnés aux galères à perpétuité, leurs femmes rasées, et leurs enfants enfermés dans des hospices. Une peine était en outre portée contre les nobles qui donnaient dans leurs châteaux un asile aux Bohémiens ; leurs fiefs étaient frappés de confiscation.

La honte de l’Europe : 10 millions de Roms victimes de discriminations.

Je remercie Charles Rassaert de m’avoir accompagné et pour la réalisation photographique.

De Sierra Léone à l’Argentine en passant par le Brésil, j’ai pu constater les mêmes baraquements. Les favelas, les bidonvilles, nous paraissent malheureusement normal dans les pays en développement. Du moins c’est ce qu’on se dit quand la misère nous frappe. Quelle justification peut on trouver  au sujet des baraquements Roms en Europe ? Aucune. C’est une honte et les autorités européennes en seront les responsables. Charles Rassaert

FANNY ARDANT DIT « ASSEZ ! »

Fanny Ardant, marraine d’une campagne de soutien en faveur des Roms, a plaidé au Conseil de l’Europe devant les parlementaires réunis à Strasbourg. Objectif : une meilleure intégration de cette minorité.

Fanny-Ardant-Roms_articlephoto

Fanny Ardant en a «assez» des préjugés. Marraine de la campagne «Dosta !» («Assez !», en romani) lancée le 7 juin dernier en Italie, l’actrice et réalisatrice s’est exprimée au Conseil de l’Europe pour demander moins de préjuges à l’égard des Roms. Elle a plaidé la cause de cette minorité «rejetée en toute illégalité». «Ils n’évoluent pas dans nos codes serrés, mais ils ont droit aussi à un logement, une école ou un médecin», a-t-elle martelé. L’actrice n’a pas manqué d’ajouter : «Et je salue aussi ceux qui sont devant le match de football», remarquant que la moitié des élus avaient déserté l’hémicycle strasbourgeois, préférant se rendre au bar des parlementaires voisin, devant le match France-Afrique du Sud. Fanny Ardant a tenu à préciser qu’elle n’était «pas une femme politique», et même qu’elle n’aimait pas «les lois». C’était donc son cœur qui parlait.

Fanny Ardant à pris la parole, lors de la journée internationale des Roms organisée par Amnesty International France,  le Samedi 6 avril  à la Bastille.

Michel Billout, sénateur du Groupe communiste républicain et citoyen était le seul élu politique présent ???

Voici un rapport sur la situation dramatique à laquelle les Roms restent confrontés en Europe avec un appel urgent aux pouvoirs publics et aux organisations supranationales.

J’ai rencontré, Louis de Gouyon Matignon, petit-fils de marquis, il préside une association de défense de la culture tsigane. Avec  son costume noir et ses joues roses, il ressemble plus à un étudiant de Scienses-Po qu’à un militant d’Amnesty. Le voir à La Bastille avec le drapeau des tsiganes, se frayer un passage entre les Roms, les médias et le public, est surprenant !

Non seulement, il parle couramment le manouche, mais l’accent est impeccable.   » J’aime la façon dont les Tsiganes, eux, revendiquent leur liberté d’aller où ils veulent… » dit-il. 

DSC_0391

Un gadjo aristo.Un Marquis dans le Maquis

 

Nuit tzigane avec Rona Hartner

Bonjour M’ssieurs-Dames,
Philippe  de Beaumont, organise avec son père Dominique de Beaumont et sa sœur Pauline un spectacle intitulé «  Nuit Tsigane » au profit de l’association FASET, le mardi 14 février 2012 à 20h30 au Cirque National Alexis Grüss (porte de Passy, Paris 16ème).

La motivation de cette soirée spéciale découle de 45 ans d’engagement de Dominique de Beaumont auprès de la cause tsigane. Elle a 2 objectifs principaux :

1. Œuvrer pour l’intégration des enfants tsiganes dans nos sociétés

L’intégralité des profits de cette soirée sera reversée à la FASET (Fédération des Associations de Scolarisation des Enfants Tsiganes).

Cette association, créée en 1969, a pour action de scolariser les enfants tsiganes dans des camions appelés «Antennes Scolaires Mobiles ». Son rôle consiste à rejoindre et à épauler les enfants tsiganes et les enfants des « Gens du Voyage » en rupture scolaire ou dont la scolarité est « en pointillée » pour diverses raisons  en leur donnant les outils indispensables pour mieux comprendre et s’adapter aux fonctionnements de notre société : des bases primaires (la lecture, l’écriture) jusqu’aux apprentissages secondaires du cursus classique de l’éducation nationale. Aujourd’hui, les diverses structures ASET sont présentes sur 13 départements et accueillent annuellement plus de 3000 enfants et jeunes.

2. Soutenir et promouvoir la culture tsigane

Cette soirée réunira différents talents pour exprimer la grande diversité et richesse artistique de ce peuple, notamment :

– Le Cirque National Alexis Grüss et son spectacle équestre « Empreintes » où pas moins d’une trentaine de chevaux défileront sur scène pour réaliser des numéros de hautes voltiges.

Je vous invite à découvrir, ( si ce n’est déjà fait ) Rona Hartner, une chanteuse aux multiples styles musicaux, entre modernité, jazz rock et tradition tsigane. C’est une bombe qui ensorcelle les salles, je l’ai vu en concert à Montreuil, un souvenir inoubliable, avec une présence, un charisme, une gouaille, une artiste, une VRAIE.

http://www.youtube.com/watch?v=qjps0uW6Y7I

Rona, une bombe artistique

Née à Bucarest, Rona est une actrice et compositrice franco-roumaine d’origine allemande. Elle a été officiellement naturalisée française à la fin de l’année 2010.

Après la révolution roumaine, elle suit des cours de musique puis d’art dramatique à l’Université de Bucarest. En 1996, elle rencontre le metteur en scène Tony Gatlif pour son film Gadjo Dilo, elle décroche le premier rôle et sa performance lui vaut un Léopard de Bronze au Festival de Locarno. Elle joue également au théâtre, principalement dans des pièces modernes, mais également classiques tel Richard III de Shakespeare. Son site officiel : ronahartner.com/

Légérie de Tony Gatlif est arrivée en France avec Gadjo Dilo. Cest à partir de ce premier film que s’est forgée la vocation musicale de cette comédienne roumaine. Elle rêvait de fusions inédites entre le brassage des musiques quelle découvrait à Paris et sa culture tzigane.

– URS Karpatz, un groupe de 8 artistes dans la pure tradition de la musique tsigane.

Nuit Tsigane sera présentée par Aurélia Decker, humoriste, qui nous fera découvrir la culture tsigane sous un angle nouveau.

Nuit Tsigane est parrainé par Simone Veil qui a toujours soutenu la cause tsigane et qui, à ce titre, a reçu en 2010 le Prix Européens des Droits Civiques des Sinti et des Roms.

Sont également présents dans le Comité d’Honneur : Luc Chatel, Luc Ferry, Pascal Clément, Patrick Poivre d’Arvor, Elisabeth Badinter, mon pote André Bercoff, Serge Orru, Pierre Rabhi, Martin Desprez, Tao-By et Jean Temir Kerefoff.

Toutes les informations concernant cet évènement sont disponibles sur le site www.nuit-tsigane2012.com

A bientôt !

dédé de Montreuil, un gadjo…