Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: L’amitié

Le Monument de L’Amitié !

100 amies et amis des 5 continents sont désormais inscrits sur le rocher du Monument de notre amitié au Cirque de Gavarnie.

Un jour, mon ami Eric Brame dit à un mec, soi-disant être mon ami  » Si dédé est ton ami, tu irais le dépanner à 200 km de Paris, à 3 heures du matin, pour changer sa roue crevée » ? Le mec est resté sans voix et mal à l’aise, sa réponse a été « Ah ben non » !

Ce jour-là, j’ai compris, ce qu’était la différence entre l’amitié et le copinage !

Dans les moments difficiles que nous vivons, avec cette pandémie qui n’en finit pas, le cercle de l’amitié est important pour partager, échanger, aimer… donner de son temps, écouter, donner des conseils et de l’amour.

Quand tout va bien, on a des milliers d’amis, (souvent par intérêt) mais quand ça tourne mal, ils disparaissent. (Certains se reconnaîtrons !!!)

Un inconnu peut devenir votre ami et complice en 5 minutes, c’est une question de feeling et d’intuition, alors que d’autres, après plusieurs années ne deviendront jamais votre ami, c’est une question d’instinct et de confiance.

L’amitié est faite d’amour, de tendresse, de respect, de patience, de discrétion, de bienveillance, et de présence.

Nous offrons à l’autre ce dont il a besoin, mais nous n’imposons rien.

André Cardinali dit dédé de Montreuil

L’Amitié !

Mes amis en témoignage de notre amitié, ont pris le temps, de m’écrire quelques mots, pour fêter les dix ans de “ Soufflez sur les Braises “

Je tiens à les remercier chaleureusement et sincèrement.

Maintenant, je peux rajouter à Soufflez sur les braises, « Soufflez sur mes amis » pour prendre conscience que l’amitié est importante.

Ces témoignages d’amitiés seront dans l’héritage, que je léguerais à mes enfants, afin qu’ils poursuivent  le même chemin avec leurs amis.

Adel Kachermi, Aimé Nouma, Alain Bricoune, Alain Caradeuc, Alain Hardel, Alba Soler, Alexandra Dadier, Annick Chabaud, Antoine Audbourg, Antoine Berhoux, Antoine Stip, Ariane Bois, Aymar de Virieu, Benoît Perrier, Berry van Gestel, Bertrand Dussauge, Black Jack, Borina Andrieu, Bruno Tawilé, Catherine Mignon, Cécilia Dutter, Chantal Cascalès, Charly Raynaud, Claude Mc Solaar, Claudie de Surmont, Cyrielle Clair, Damien & Sandrine Kedissa, Dan Mitrecey, Denis Lazat, Dominique Probst, Dominique Surre, Emmanuel Méril, Eric Brame, Eric Laurent, Estèlle M’Rad, Fédérico Restrepo, France Rivière, Francesco Bongiovanni, Françis Boussard, Franck Serrano, Franz Heidsieck, George LIN, Géraldine Beigbeder, Gérard Forni, Gérard Vallin, Gilbert Grellet, Gilles Amelot, Grâce de Capitani , Ida, Paule, Eric et Jérome Zajdermann, Jacques Rouveyrollis, Jacques Séguéla, Jean-Baptiste Chrétien, Jean-Bernard Métais, Jean-Charles Bossard, Jean-Charles Karmann, Jean-Claude Darmon, Jean-François Guyot, Jean-Gilles & Nadeijda Soupeaux, Jean-Jacques Dupont, Jean-Michel Wilmottte, Jean-Pierre Delaune, Jean-Pierre & Edith Lecoq,  Jean-Pierre Lefevre,  Jean-Pierre Pouret, Jérôme Armagnac, Jesus Vazquez Rivera & Alba Soler, Joël Martin, Julien Colonna, Laurent Challier, Laurent & Marie-Laure Rabé, Marc Hollogne, Marianne Guillerand, Marie-Laure Solanet, Matthieu Barre, Michel & Caroline Dassaud, Michel Pocquet & Liliane Dumenil, Michèle Tyszblat, Mischa Aznavour, Monique Mouroux, Muriel Brochen, Natalia & Radu Bikir, Nicoletta, Olivier & Yara Lapidus, Olivier Mousson, Patrick Rondeau, Pierre Arnoux, Pierre Santini, Philippe Monnet, Philippe Pialoux, Rebecca Simic, Richard Orlinski, Sabine, Emile, Franklin, Edouard Servan-Schreiber, Stefan & Nina Halgatte, Stéphane Morandi, Tanguy Faucon, Thierry Pallu, Thomas Thompson, Vahéna Menras, Véronique Rouget, Xavier Tassin, d’autres amis suivront ….

Hymne à l’Amitié.

Une pensée amicale à mes amis disparus qui me manquent tant : Adel Tawilé, Aïcha Belaïdi, Alain Casabona, Bernard Armagnac, Charles-Hervé Faucon, Didier Lockwood, Georges Houel, Jacky Mignon, Jean-Jacques et David Servan-Schreiber, Jean-Pierre Khalifa, Jean-Pierre Mocky, Kate Barry, Philippe Guerrier, Princesse Hermine de Clermont-Tonnerre, Sam Pisar, Thierry Saint-Antoine, Ticky Holgado.

Comme disait André Malraux :
« L’amitié, ce n’est pas être avec ses amis quand ils ont raison, c’est d’être avec eux même quand ils ont tort… »

Si on ne connaît pas Dédé
Il faudrait pouvoir l’inventer
Il joue à la vie comme aux dés
La réalité augmentée

On découvre un état d’esprit
qui peut parler aux indigents
comme aux intellectuels épris
de justice non négligents

Dédé n’a pas peur des barreaux
car il fait preuve d’éloquence
pour tirer les grands vers le haut
avec toutes ses accointances

Sans être un perdreau de l’année
il souffle comme un jeune homme
sur les braises renouvelées
par toute injustice sociale

Dédé, je l’aime. Alors, je lui prête cette phrase de Martin Luther King pour célébrer son Xe anniversaire : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères ou à périr ensemble comme des idiots ».
Bertrand Dussauge

Fondateur du blog « Soufflez sur les braises »

Bravo Dédé pour ton blog « Soufflez sur les Braises » qui est toujours un bon moment de lecture.

Avec beaucoup de vérité, de sensibilité, d’humour et toute ton expérience de la vie, tu es capable de nous nourrir de ces histoires, de ces événements, de ces personnages comme de ces actions qui nous intéressent toujours, de près ou de loin.

Tu es un homme de combat mais tu n’es pas belliqueux, tu es là pour donner, pour apprendre et pour communiquer et grâce à ces morceaux de bravoure, « Soufflez sur les Braises » nous apprennent, nous rappellent et nous donnent courage, confiance et optimisme.

Tu dis les choses simplement mais tu les dis avec ton coeur et avec cet esprit de la vie qui t’es si particulier.

Merci Dédé, on attend et on lit toujours ta prose avec bonheur.

Dominique SURRE
Ton ami de plus de 50 ans…

Dix ans déjà !!! C’est tout simplement magnifique et Dédé fait vivre la culture, rencontrer les gens, aimer les expos des livres comme au Salon du livre de Dijon, des films des pays. On aurait besoin de 1000 Dédé surtout en ce moment, mais il n’y en a qu’un, il est unique et on l’aime aussi pour ça.
Bravo à toi l’artiste et plein de bonnes choses pour 10 ans encore.
Ariane Bois
Ecrivaine

10 ans déjà et une amitié qui date de plus longtemps encore ! Un bel anniversaire à ton blog dans lequel j’ai la chance d’avoir eu un bel article ! Et cette photo de toi soufflant les bougies ! Je me souviens de l’avoir prise lors d’une soirée riche en échanges et en rires !
Que « Soufflez sur les braises » existe encore longtemps !
Baci baci mon cher Dédé.
Alexandra Dadier

10 ans cher Dédé, de générosité et une fidélité sans faille, non seulement à tes amis mais aussi, et c’est plus rare, à tes principes. Tu es un visionnaire avec une passion pour les autres. Bravo.
Olivier Lapidus

Cher André, cher ami,

A celui qui a considéré les Libanais comme sa deuxième famille …
Comment oublier ce premier défilé que tu nous as offert en 1995 à Beyrouth, jeunes créateurs, ambitieux et insouciants.
Merci pour tout .
Tu es aimé.
Yara Lapidus

10 ans déjà !!! Que le temps passe vite mon dédé !!! Joyeux « braisanniversaire » à ce blog qui est toujours un véritable moment de joie e par la qualité de chacun tes billets !
Tu as toujours eu un talent extraordinaire pour nous porter dans ton monde, tes idées, tes envies, ce regard si juste que tu as sur notre monde…
Je souhaite à « Soufflez sur les braises » encore de longues et belles années devant lui.
Ton amie et sœur … depuis plus de 25 ans…
Estelle M’Rad

A Saint-Germain, « Chez Dédé », on aime les polémiques intellectuelles et les discussions qui nourrissent l’esprit. « Soufflez sur les braises » alimente depuis dix ans avec talent cet incomparable forum culturel et social. Merci Dédé pour cette contribution sans langue de bois au débat idéologique et à la vie culturelle et artistique. Et longue vie à ton blog !
Gilbert Grellet
Ecrivain

Très joyeux anniversaire à ton blog, cher Dédé ! Dix ans que « Soufflez sur les braises » enflamme et illumine notre quotidien. Merci de nous faire découvrir ou redécouvrir à travers la richesse de tes chroniques des pépites culturelles d’hier et d’aujourd’hui. Belles et poétiques. Universelles.
Amitié vive et chaleureuse
Cécilia Dutter
Ecrivaine

Je n’ai pas eu la chance de connaître mon ami 96 alors que j’étais moi-même 95…Chez Castel, au 15 rue Princesse, mais je suis très heureuse de l’avoir rencontré à temps pour souffler sur 10 ans de braises. Que celles-ci ne s’éteignent jamais ! Auguri amico mio.
Que la vie entière te soit douce et légère.
Annick Chabaud

Dédé n’est pas un homme commun, Dédé est un personnage. Sa psychologie lui permet de s’adapter en tout lieu et en toute compagnie, des bois du Périgord aux réceptions mondaines de Saint Germain des Prés en passant par les rues de Montreuil ou Shanghai. Son maniement de la langue française lui permet de créer et de séduire, ce blog en est une forme d’expression. Fabrique à idées, il est vigilant à l’actualité et sait se projeter. Fidèle à ses valeurs et à ses amis, DD de Montreuil est une marque, un repère, un imaginaire. Je me souviens encore de cette phase de son ami Nanar : « On va appeler DD » parce qu’il savait que DD allait lui donner les bons « biscuits » de Paris ou d’ailleurs, allait être une réparti et un élan pour la journée. Bonne décennie DD et surtout continue à réguler l’actualité avec l’esprit qui est le tien.
Jérôme Armagnac

Mon Dédé,
ça fait dix ans que tu ouvres ta gueule, toujours avec une bonne raison, pour une cause noble qui te tient à cœur , ou juste pour dire, histoire de renauder un peu… Moi qui te connais depuis si longtemps, je sais que tu l’as toujours ouverte même – et surtout – si, le plus souvent, ça ne plaisait guère à ton ou tes interlocuteurs… Ton blog, c’est une œuvre de salut public où la connerie est pourfendue en permanence. Souhaitons que tu le continues encore pendant des lustres…

Pour ta mission d’aider les mômes, j’ai composé l’hymne universel à ton ami navigateur, Philippe Monnet pour son projet d’un nouveau tour du monde en solitaire, dédié aux enfants du monde entier.

A l’occasion de cet anniversaire, je te dédicace ce morceau de Bruce Springsteen ( Tougher Than the Rest ) interprété avec mon pote guitariste Dominique Cotten. https://youtu.be/kKdP3mlt95g
Avec toute mon amitié.

Dan Mitrecey
Musicien

Cher dédé,

10 ans de coups de gueule sur ton blog. Nous nous connaissons depuis 30 ans ! Coups de gueule partagés ! Espoirs mais aussi déceptions ! Défendons notre chère Liberté. Toujours et encore ! Souffle, souffle encore chaque jour, mon ami Dédé, sur ces braises. Amitiés.
Xavier Tassin

Bonsoir Dédé, soufflez sur les braises te va si bien à l’inverse de mettre de l’eau dans ton vin ! Si les plus grands de ce monde ont croisé un jour ton chemin, c’est que tu le vaux bien. Si Soufflez sur les braises a connu un tel succès, il n’y a pas de fumée sans feu ! Ta sincérité, ton optimiste, ton imagination sont l’empreinte de ton talent. Ce cocktail créatif que tu sais si bien transmettre à notre jeunesse est un gage d’espoir pour l’avenir. Nous avons besoin de ton bouillonnement d’idées pour faire avancer ce monde. Vive Soufflez sur les braises, vive Dédé, je lève mon verre pour cet anniversaire mais aussi en hommage à un vrai ami.
Laurent Rabé

Le blog de Dédé c’est quoi c’est qui?
Un concept? une théorie? ou 1 individu constamment sur le qui-vive qui réagit sur tous les faits d’actualité réclamants quelques rectifs, des éclairages ou des coups de gueule.
Toujours est-il que l’écho de son blog est empreint d’une volonté d’être juste et d’accélérer des opérations artistiques.
Pas emporté, juste enthousiaste! pour tout et tout le temps.
Des idées qui fusent pour une énergie mise au service de la convivialité de l’esprit de groupe et de l’envie d’en découdre avec les incohérences des rigolos de tous bords!
Mais une caractéristique est manifeste, c’est la passion créative qu’il ne réfrène jamais surtout si elle est armée d’humour.
Le blog « souffler sur les braises » c’est Dédé sur papier!

Alors pour la circonstance, je pense à la chanson interprétée par Julien Clerc (paroles de Voulzy / Souchon)
“J’ai 10 et si tu m’crois pas hé t’ar ta gueule à la récré “

J’en profite pour te remercier encore pour le fameux Festival d’une photo que tu avais organisé au Café de Flore et à l’Atelier Picasso-rue des Grands Augustins, il y a quelques années, unique en son genre ! Avec cette dédicace à mon intention :
« Le photographe est l’oeil de la Vie, pour nous ouvrir les yeux » © dédé de Montreuil

Marie-Laure Rabé
Photographe

Cher dédé,
Après 10 années à souffler sur les braises, ton souffle est toujours puissant et porteur !
J’admire le foisonnement de tes projets et ta capacité à les mettre en route avec ton énergie indéfectible…
Et ton cœur en bandoulière !
Car il y a toujours dans tes projets une dimension altruiste, que ce soit pour des gamins paumés en leur proposant des programmes porteurs d’espoir, en soutenant les artistes, ou avec des charmants petits pandas pour promouvoir l’harmonie et l’échange culturel.
Alors joyeux anniversaire !
Et c’est parti pour une nouvelle dizaine…
Je t’embrasse mon dédé de Saint-Germain-des-Prés.
Cyrielle Clair
Comédienne

Mon DD,

Ton blog a 10 ans ! Bon anniversaire à lui et à ses braises. Continue à souffler… Mais ne mets pas le feu…

Notre amitié, elle, doit bien avoir 50 ans, si je ne me trompe… sans hauts et bas … sans avoir besoin d’en attiser les braises. Je m’en réjouis.

Continue à souffler tu nous empêches de nous endormir et tu nous remontes le moral dans cette époque d’incertitude où l’on perd le sens des vraies valeurs.

L’une des valeurs les plus précieuses que nous avons c’est l’amitié.
Je revendique la nôtre et souhaite qu’elle dure encore longtemps…

Alors je te livre 2 citations qui me parlent :
Comme disait André Malraux :
« L’amitié, ce n’est pas être avec ses amis quand ils ont raison, c’est d’être avec eux même quand ils ont tort… »

Marc Twain, lui, dit quelque chose d’équivalent :
« Le rôle d’un ami, c’est de se trouver à votre côté quand vous êtes dans l’erreur puisque tout le monde sera à côté de vous quand vous aurez raison ».

Je ne viens pas comme toi « des grands ensembles ».
Mais, toi et moi, avons souvent rencontré les Grands… Ensemble.

Je t’embrasse et souhaite bon vent à « Soufflez sur les braises »

Claudie de Surmont

 Dédé c’est la Santé !
Pas celle, bavarde, débilitante, redondante et envahissante des plateaux télé, des journaux, des conversations délirantes de notre ère sanitaire …
La vraie Santé ! Joie, rires et amitié !
DD c’est l’antidote au « Restez, Piaffez, frustrés chez vous ! »
DD. D comme « Dehors », D comme direct !
L’arpenteur du pavé, le hâbleur des banquettes de café, le magicien du temps gagné, improvisé, vécu.
L’Obélix du quartier, tombé dedans tout petit, un énoncé sur pattes d’une Liberté en Acte !
Monument de chair et de sang, DD aux pieds ailés, capable de transformer une après-midi qui ne va nulle part en chapitre de l’Odyssée !
André affole les boussoles. C’est un alcool fort. Le fatigué, le souffreteux, l’émasculé a son contact se sent saoulé (qu’il aille se coucher !). André est un Tonique, un élixir de santé pour celle ou celui qui n’a pas lâché et désire encore vivre éveillé.
André est une longue soirée rapide et débridée qui vient se résoudre dans un beau matin calme et apaisé.
DD c’est une lame, une botte, un boîtier de vitesses. Il fait gagner du temps. D’instinct, il résout les choses les plus compliquées et sa Geste sursum les problèmes métaphysiques les plus abstraits
« Être chez l’autre comme chez soi (et versa) »
Cette définition hégélienne de la Liberté, c’est dédé de Montreuil incarné :
Cardinali le bien aimé, le sévèrement burné, le Balzac du Quartier.
Dix ans que ça dure, ton blog, et coïncidemment, notre amitié née sur les rives du Huangpu autour d’un bœuf de Kobé.
Cardinali-Ferrari, centaure de la rue du Pont de Lodi, Minotaure de la place Dauphine, grand Faune de la rue Princesse, t’as pas fini d’affoler les drôlesses !
Pour l’heure, reste bien à l’abri, mon pote Cardinal (i) !
Franck Serrano
Ecrivain

Dédé un ami de toujours dans les bons et mauvais souvenirs.
Dédé de Montreuil une figure de la communication française.
Depuis 1980 date de mon entrée a TF1, dédé à toujours été là ! nos rencontres, nos soirées, notre travail, il était toujours a l’écoute …
Après nos années MC Solaar sont venues les années Séguéla, dédé toujours entrain de créer de nouvelles approches en communication et relations publiques, figure incontournable de Paris.
Il a su emmener son savoir et ses relations aux 4 coins du Monde.
Merci André pour toutes ces années de connivence et d’amitié.
Ce petit billet est signé Chantal Cascales, une véritable « groupie » de dédé de Montreuil !

Dédé c’est mon frère
Mais avant tout Dédé c’est un concept que lui seul pouvait inventer.
Un genre de pâtisserie à déguster…
À l’extérieur c’est du glamour
L’œil bleu, le sourire tout en charme
À l’italienne. C’est pas peu dire !
À l’intérieur Dédé est fourré drôlerie.
Tout l’intéresse. Vous – la vie qui vous entoure à tous les niveaux.
Vous vous étonnerez de lui avoir raconté toute votre vie émaillée des détails les plus douloureux ou intimes en dix minutes alors que vous ne le connaissiez pratiquement pas.
Dédé à cette écoute délicieuse et attentionnée, ce regard laser comique, tendre et bienveillant mais aussi ses éclats, ses coups de gueule et son courage.
Il observe, décortique et dénonce s’il le faut les injustices.
Aussi rigoureux que créatif Dédé vous embarque dans ses rêves, ses projets, ses histoires.
Il a un Don Dédé !
Il vous ramasse à la petite cuillère quand vous n’allez pas bien et vous vous retrouvez pétillant de vie dans une coupe de champagne.
Mais si vous vous la pétez un peu trop, avec sa bienveillance, il vous fait redescendre d’un cran.
Dédé a croisé tout le monde et ce n’est pas terminé je peux vous l’assurer.
Dédé trouve des diamants là où vous ne voyez rien.
Il est comme ça Dédé. C’est de l’humour et de l’amour.
C’est comme ça que je l’aime.
Toujours sur la braise.

Dédé était le complice de ma chère mère, Jacky.
Catherine Mignon, sa sœur de Cœur.

DD si tu n’existais pas il faudrait t’inventer, tu es drôle et impertinent, 10 ans d’analyses rafraîchissantes et une vision en marge de la presse mainstream . Merci DD de nous apporter ton regard sur notre monde et de nous faire partager tes coups de gueule et tes coups de cœur !
Une DD girl, une DD fan Je suis!
Michèle MTYSZ
Artiste peintre

Un mec à part ! Un mec extra ! La générosité, le talent, le courage., l’enthousiasme. Un aristocrate du cœur ! Un gentilhomme de l’espoir ! Rien ne l’arrête dans sa quête d’humanité, dans sa foi dans l’homme. Vous le trouverez partout où l’amitié est le maître mot, partout où la sincérité règne et où l’honneur est en péril.

Je l’aime pour toutes les valeurs qu’il porte. Je l’aime pour être ce qu’il est. Je l’aime pour avoir le courage d’affirmer ses convictions. Sans détour, sans faux semblant, sans rien dissimuler de son parcours et de ses passions.

Dédé, tu es une boussole dans ce monde paumé, un phare pour des générations de gamins que tu as su écouter, aider et accompagner, une sorte d’étoile du berger pour ceux qui cheminent sur le long et rude chemin de la vie. Tu sais leur apporter la force de se relever, de faire front et de continuer à avoir foi dans l’Humanité, malgré les immenses défis qu’elle doit relever.

Je te connais depuis 1.000 ans ! Crois-moi, tu n’as pas changé depuis tout ce temps car tu es resté ce jeune homme animé d’une passion essentielle : la passion de la vie et du partage. C’est pour ces raisons que tu continueras longtemps à tutoyer l’immensité du ciel et l’insondable mystère de l’univers.

Ton engagement permanent pour faire rayonner la culture, l’imagination, l’esthétisme au service de la création et des peuples ne peut nous laisser indifférent.
Alain Caradeuc

Cher Monseigneur,

10 ans c’est vite dit ! mais ça a son contenu, contenu que j’adore lire et y prends un immense plaisir d’aller dans tes souvenirs, souvenirs d’un parcours incroyable, presque sorti d’un compte d’enfants. J’écris enfants parce que tu a su garder cette pureté que beaucoup perdent dans le parcours de la vie. Une vie, que dis-je, je dirai que tu as déjà vécu plusieurs vies dans ta vie (le juif errant de Jean d’Ormesson), toi avec tes origines italiennes, grandit dans une banlieue et côtoyé les femmes et hommes des plus influents dans la société française et au-delà.

Je suis fier d’avoir attiré ton attention qui a fait que tu écrives un peu sur moi dans ton blog ou il n’y a que des grandes pointures connues et reconnues ; merci Dédé.

J’espère que ce virus ou soi-disant pandémie, prenne fin pour te voir avec tes deux Corsaires chez moi, ici dans la Costa Brava, faire un tour à Cadaqués pour y respirer un peu d’air surréaliste de Salvador Dalí que tu as bien connu.

En souhaitant que tu fêtes encore 10 ans comme blogueur avec cette touche pertinente qui te caractérise, reçois cher Monseigneur, mes cordiales salutations et tout mon respect.

Ton ami, Jesus qui crie.

Jesus Vazquez Rivera

Madrid

Cher Dédé !

Tu est un être unique !! Depuis que je t’ai rencontré, il y a presque 10 ans, tu n’as pas arrêté de me surprendre.

Chaque fois que je découvre des anecdotes sur ton impressionnante vie, je suis fier d’en avoir partagé un peu d’elle, dans notre maison de Cheiry en Suisse, avec Jesus et tes enfants!

J’espère pouvoir partager plus de moments et apprendre plus d’histoires, ce que nous verrons sûrement refléter dans le nouveau et merveilleux projet de Chez Dédé.
A bientôt sur la Costa Brava.
Gros bisous
Alba Soler

Dix ans de blog…Dix ans de blagues…Dix ans de gags…

Mais notre Dédé ne confond jamais les gags dans les blogs et les blagues dans les g…

Son blog à lui est à la fois drôle, émouvant, percutant, pertinent, frémissant et avant tout profondément humain.

Fidèle en amitié, fidèle à ses convictions, sérieux sans se prendre au sérieux, humble qui ne renonce jamais, Dédé Cardinali déploie sans cesse et sans fin sa verve si bien agencée…

Merci, Dédé et surtout, continue de souffler sur la braise.

La braise qui réchauffe le tout comme le professent les grands cuisiniers qui braisent quantité de thym, et braisent plein de tendons. Car pour ces grands chefs, braiser, c’est bosser…

Continue de braiser, Dédé en glorifiant l’éthique !

Joël Martin, Sur l’Album de la Comtesse du Canard Enchainé.

dédé, mon ami.

Comment oublier ton invitation au Salon du livre de Dijon ou j’ai présenté “ La grâce des mots “ un recueil de mes poèmes, dont certains ont été cités dans une belle salle de la mairie de Dijon, devant un public attentif et surtout heureux d’avoir découvert ma poésie.

Une autre fois, tu m’as permis de lire ce très beau poème d’Arthur Rimbaud “Le bateau ivre“ devant 150 enfants venus des banlieues et des milieux aisés, pour découvrir un héros, le navigateur Philippe Monnet, un grand moment d’émotion, la joie était dans les yeux de ces enfants.

Je connais ta mission envers les jeunes et ta passion pour la création et les artistes.
Alors, continue, on a besoin de toi, « il bello italiano »

Avec Jean-Pierre, nous t’attendons bientôt pour déguster un bon plat de pâtes avec du bon vin pour trinquer à notre amitié.

24 000 baci mon dédé

Grâce de Capitani
Comédienne & poétesse

Mon dédé
Dix ans !
Merci à toi pour tous tes blogs, ta culture, ton enthousiasme, ta légèreté et tes propos acides parfois également !
A très vite ! et vivement les retrouvailles à St Germain des Prés
Bises
France Rivière

J’attends avec impatience les 10 prochaines années
Love
Monique Mouroux

Mon dd,
Bon anniversaire et félicitations pour ces 10 ans.
Je pense souvent à toi, j’avais 20 ans quand pour la première fois avec Frank et Filip, tu nous as fait découvrir le Grand Prix de Formule 1 à Monaco.
Après un tour du circuit, tu nous as présenté au pilote Jacques Villeneuve dans le paddock, en présence de ton ami Mc Solaar et la rencontre incroyable avec Sylvester Stallone.
Je te l’ai déjà dit, quand j’ai vu comment tu as organisé cet événement, tu m’as donné l’envie des relations publiques.
Je suis fier que tu représentes ma société de location d’avions d’affaires en Chine.
Je t’embrasse mon dédé.

Adel Kachermi
Akcess Private Office. Genève

Mon dédé,

Cela fait un paquet d’années que tu souffles sur les braises, continue à les souffler dans la direction du vent en hissant les voiles encore plus hautes.

Cela me donne l’occasion encore de te remercier et d’avoir cru en mon projet d’un nouveau Tour du monde en solitaire “Grand huit“ dédié à la science et aux enfants.

Tu m’as fait partager un grand moment, quand tu as amené des enfants des Cités et des Centre-ville sur mon bateau qui a remporté le record du tour du Monde (151 jours), à Sainte-Maxime, Cannes et à Monaco.

Le bouquet, quand j’ai vu 151 enfants des milieux défavorisés et favorisés, au Salon Nautique de Paris, pour me rencontrer et leur transmettre ma passion, de mes rêves d’enfants, de mon parcours et de mon nouveau challenge “Le Tour du Nouveau Monde” dédié aux enfants pour qu’à leur tour, ils rêvent en approchant des héros.

Nous avons encore des moments à partagés, mon dédé, sur les mers et sur la terre.
« dédé qui n’est pas du tout marin, est quand même tombé de mon bateau, un jour de grande houle dans le port de Monaco » ! La classe comme toujours.

J’ai hâte d’aller avec toi en Chine pour parler de mon aventure aux enfants chinois.

Bises marines.

Philippe Monnet.

Navigateur

Mon ami Dédé,

Très Joyeux anniversaire à ton blog ! Je suis très heureux de l’avoir connu à temps pour souffler avec toi !
sur 10 ans de braises, en espérant de tout mon cœur que celles-ci ne s’éteignent jamais.
Ton blog est un vrai succès à l’image de ta personnalité, ton imagination, ta positivité et surtout ton énergie et ton véritable talent que j’admire.
J’espère que cette pandémie, prendra fin très vite, pour pouvoir à nouveau se revoir autour d’un verre de l’amitié.
Continu mon cher Dédé.
Je t’embrasse.
Laurent Challier

Bravo Dédé pour ton blog! Tu es toujours dans l’actualité et réactif sur tous les sujets!
Créatif, enjoué tu as su fédérer et jumeler le quartier Saint-Germain-des-Prés avec la Chine avec de beaux projets culturels.
Bon anniversaire
Muriel Brochen

Avec Dédé de Montreuil qui a vécu à Shanghai, nous devions nous rencontrer… Quoi de plus normal pour Manu de Shanghai né à Montreuil.

Un bouillonnement d’idées et un franc-parler ont fini de nous rapprocher.

Tes idées, ton dynamisme, les bons moments passés ensemble, me manquent.

Ravi de te connaître et « désolé » (clin d’oeil pour te faire bondir) de ne plus pouvoir passer de temps ensemble.

Bon vent !

Emmanuel Méril

Avocat Shanghai

Un joyeux anniversaire au blog dédé de Montreuil, criant de vérités et plein d’humour. Merci à toi mon ami pour les articles délicieux retraçant une vie pleine de souvenirs.
Bises de mimi et lili
Michel Pocquet & Liliane Dumenil

Il y a les ceusses qui ont un blog parce que c’est la mode.
Il y a les ceusses qui ont un blog mais n’ont rien à dire.
Il y a les ceusses qui ont un blog, ont quelque chose à dire, mais le disent mal.
Et puis il y a Dédé de Montreuil.
Qui lui a quelque chose à dire et le dit bien.
Sa fidélité à Alain Casabona, mon prédécesseur à la Grande Chancellerie de l’Académie Alphonse Allais, n’est pas étrangère à sa droiture et à sa loyauté dans les valeurs auxquelles il croit.
Sans doute est-ce sa qualité d’académicien qui lui donne cette faconde grâce à laquelle il m’enrichit de sa culture en l’habillant d’humour.
Quant à sa verve et à son tonus, ils m’enchantent et me dynamisent.
Et c’est pourquoi je suis heureux d’être son ami.
Jean-Pierre Delaune

Grand Chancelier de l’Académie Alphonse Allais

 Bonjour Dédé,

10 ans, 10 ans déjà, 10 ans à peine.

Dix de joie et 10 ans de peine.

Dix ans de heurts et 10 ans de bonheur.

Dix de pire et 10 ans de meilleur

Dix à faire rimer Cardinali avec ami.

Et Dédé avec amitié

Comment ne pas l’aimer.

Jacques Séguéla

Mon Dédé, que le temps passe vite, trop vite, dix ans plus tard ton blog est toujours ta tribune, ton souffle… Je t’ai connu dans un pays lointain, en Orient, il y a 20 ans. Souvenirs, souvenirs !
Grâce à toi, mes tableaux ont été exposés dans des endroits magnifiques au Pavillon Gabriel, à Beyrouth et sur les murs de l’abbaye de Chaalis, une Première… depuis 900 ans.
Bon anniversaire et à très bientôt pour de nouvelles aventures …..
Natalia Bikir 

Artiste-peintre

Cher dédé, 20 ans déjà que l’on s’est rencontré. C’était au Maroc, un soir que l’on avait décidé de se tatouer avec ma mère !

Les plus grandes amitiés naissent ainsi par hasard, ou doit-on y voir le doigt discret de la providence, car tant d’années plus tard, tu étais à ma soutenance de thèse sur la divination dans la Chine du XIII siècle.

Mais entre ces deux dates que d’aventures ! Que d’épreuves !

Nous sommes toujours unis par les liens sacrés de l’amitié, cet inestimable trésor de notre humanité.

Radu Bikir

Historien

Salut mon pote , mon ami dédé
Bon anniversaire à « Soufflez sur les braises. »
Te connaissant depuis plus de quinze ans
J’ai vu cette idée germer et les choses, lentement
mais efficacement se mettre en place.
Félicitations, car ce n’est pas facile , hélas,
de pouvoir tenir un blog pendant 10 ans .
De savoir l’alimenter de thèmes et de sujets palpitants
de rendre les espaces entre les parutions haletants.
Pour un mec de la zone qui faisait la bleue
au lieu d’aller à l’école et volait des « bleues »,
quel parcours et quel destin étonnants .
C’est sans doute ce besoin de faire
d’être dans la réflexion, la création et puis l’action
qui t’as permis il y a longtemps de te soustraire
à la vie ordinaire pleine de compromissions et de galères
promise d’ordinaire aux lots de fils d’immigrés
grandissant malgré eux au-delà du périf .
Si on me demandait : « dédé , qu’est-ce qui le motive ,
C’est quoi d’après toi son leitmotiv ? »
Je dirais : « Sans doute un besoin viscéral de rendre à la vie
les coups de pouce qu’elle lui a donné quand, jadis, ( lol )
il était jeune. Lui faisant faire des bonnes rencontres, lui
faisant entendre des bons conseils auxquels il a su tendre l’oreille,
l’aidant à monter des projets socio-culturels avec le plus souvent
au centre des artistes et des enfants.

Je crois que dédé se voit comme un relais.
Une courroie de transmission.
Qu’il en a fait son combat, sa mission.

Aimé NOUMA
Slameur2coeur

Mon Cher André,

J’espère que tu vas bien.

Mon témoignage ne sera certainement pas une contribution à ton héritage politique. Mon amitié le sera toujours même si nous ne nous parlons plus par manque de temps ou d’envie ou de fainéantise ou de rituel journalier qui nous amènent à oublier l’essentiel, nous sommes faits pour échanger des idées.

Avant de t’écrire, je viens de passer en revue ton blog, de l’antiracisme à l’inceste en passant sur ta lettre à notre président sur la nationalité, de tes échanges avec Wolinski et ton cri d’alarme face à la montée de la terreur et cette intolérance. Oui beaucoup de combats attendent nos générations. Leur laisser cet héritage sans se battre serait un génocide intellectuel organisé par nos élites.

Mais je n’aime pas broyer du noir et puisqu’il ne faut plus utiliser ce mot sans que nous soyons accusé de pensée mal pensante. Ce nouveau j’accuse permanent, mais peut être est-cela une révolution intellectuelle ? La France aime le monde et la diversité, ce sera l’abus de diversité et de nationalité qui sont nos dangers ?

C’est fou comment lire quelques lignes de ton blog réveille des questions que je te laisse à toi souffleur de braises moi je préfère les chevaux car on en oublie la folie humaine et sa perpétuelle comédie.

Amitiés,

Benoît Perrier

Bon anniversaire à Soufflez sur les Braises le gars Dédé !!!
Nous avons fait connaissance en 1988 au Pavillon d’Armenonville lors de la remise des Trophées de l’Automobile Magazine, ça date… tu as toujours gardé le contact bien que notre dernière rencontre date d’il y a bien longtemps… je t’en remercie !!!
Bravo pour ton blog !!! et j’espère à bientôt.
Prends soin de toi et tes proches et Profite de la vie.
Amitiés
La bise du gars.
Thierry Pallu

Cher André,
Tu es entré dans notre famille très tôt et, bien que nous n’ayons jamais eu les mêmes objectifs, nous nous sommes croisés, recroisés, quittés, retrouvés de près ou de loin pendant cinquante ans et tu y es devenu une référence.
Dans les tribulations, à chaque tournant, il y avait DD. Maintenant que je vois de haut ce parcours qui nous relie tous, je suis épatée.
Quand tu montais les quatre étages de Courcelles en courant, c’était avec l’allure du jeune Macron. Quand tu descendais les 7 étages de l’Express, rue de Berri, les bras chargés de plis, on cherchait de quel secret tu étais chargé. Quand tu oubliais un livre ou un journal, on avait le résumé et en te voyant arpenter les travées du Centre Mondial, c’était sidérant de voir cette agilité naturelle se changer en lettres.
Personne n’a su depuis me donner l’image d’un regard si gourmand de connaissances et plus avide d’échanges bienfaisants. Au terme de ce chemin, je suis heureuse d’avoir partagé cette route avec toi et tous ceux qui se sont bien portés de te trouver sur leurs croisements.
Sabine Servan-Schreiber 

Félicitations Dédé pour 10 années de Blog !

Que de belles histoires, d’engagements et de soutiens à la jeunesse. Mais, personnellement, il me manque la photo de toi au café de Flore en Chine. C’était tellement incroyable ! Bravo et encore Bravo pour ce parcours fantastique.

Notre père aurait certainement été fier de te voir ainsi dans l’action innovante.

En route pour la prochaine décennie.

Amitiés,

Franklin Servan-Schreiber

 Joyeux Anniversaire à cette belle initiative que tu as entrepris il y a 10 ans.

Comme tout ce que tu fais, tu le fais à fond et c’est beau à voir. Tu as été aux côtés de mon père JJSS pendant les heures de lutte, de gloire, de peine et d’espoir.

J’étais tout petit mais on se connaissait bien. Grâce à cela j’ai la vive sensation de te connaitre depuis toujours car dans ma vie tu as effectivement toujours été là. Tu me parlais de philosophie et du sens de vivre avant même que ces questions germent dans mon esprit. Et surtout tu montrais, comme tu continues de le faire, que les armes de la vie sont le courage, la générosité, et la curiosité.

Tu m’as toujours impressionné par ton exemple. Tu vis riche d’amour et d’élan, et rien ne compte plus, comme tu nous le montres à tous.
Tu vois, ça marche ton idée de souffler sur les braises, ça fait 5 décennies que je te vois faire, et maintenant tu peux admirer les feux de joie que tu as répandus.

T’embrasse fort.

Edouard Servan-Schreiber

New York

Cher dédé,
Tu es un exemple, un grand frère. C’est génial que ton talent et ta générosité soient reconnus.
Jean-Jacques disait « Il faut combattre au jour le jour et aimer en son cœur autre chose que soit même.
Il faut créer « . Toi aussi tu traces ce chemin.
Emile Servan-Schreiber

Mon DD,

Je t’ai rencontré en 1989. Alors que j’étais étudiant. Nous avons sillonné ensemble de nombreux circuits, musées, salles de spectacle, partout où tu pouvais mettre en scène toute ta créativité au service de tes clients, tes amis. Ce qui paraissait impossible te motivait encore plus pour être au de-là des attentes.
La vie est faite de rencontres, oh oui, c’est une belle rencontre, tu m’as appris le travail en étant sérieux sans se prendre au sérieux, le respect des personnes qui travaillent pour toi, qu’il soit électricien ou PDG. Et il y a eu Beyrouth en 1995, quelle expérience formidable ensemble pendant ces longs mois. La vie nous a éloigné des yeux mais tu restes dans mon coeur à jamais. Il n’est pas rare que je délivre à mes enfants tous ces souvenirs. « Mais qui t’as appris cela Papa ? » C’est DD, je lui dois beaucoup.
Très affectueusement
Antoine Audbourg

DD,

Vingt-cinq ans d’amitié mon DD de Montreuil
De l’énergie, de bonnes idées et un bon oeil
Livrant une idée folle, tu m’emmènes à Beyrouth
Depuis lors, comme un cycle, se croisent nos routes.

Il aura fallu que m’attelle à la Mode,
toi, ton truc a été de soutenir les Jeunes
Des embuches, des emmerdes, pas grave, il faut que ça run.
Ton éthique, ta conduite, tes coups d’gueule, c’est ton code.

Inlassablement aller voir les Grands Ensembles
Invariablement toutes les cultures tu rassembles
L’Europe, Rocard, tu mets sur scène au Carrousel
En Chine brillamment Cumulus tu mets en selle

Toujours très à l’aise, DD, tu ries à la vie
Avec générosité tu donnes à l’envie
De projets en projets tu navigues avec aise
Irrémédiablement tu souffles sur les braises

Amitiés
Franz Heidsieck

Bravo DD,

Bravo pour les dix ans de ce blog à ton image.

Ton blog est un bloc de créativité et de sensibilité.
Les préjugés y sont dynamités, les amitiés y sont encensées.

J’aime toujours te retrouver,
à Shanghai ou à Saint Germain des Prés
Toujours prêt à gueuler,
Toujours prêt à déconner.

Fil conducteur des évènements que tu as créés
Ton blog nous fait tour à tour penser, rêver ou marrer.
Continue, mon dédé,
Continue à souffler,
Continue à raconter tout ce qui te fait vibrer
Encore pour les dix prochaines années !

Bises

Denis Lazat, comme l’ami

C’est au Liban, avec maman, à Byblos en 2000, que nous nous sommes rencontrés dans un éclat de rire, un éclat de vie, un véritable coup de foudre amical. Après avoir partagé un déjeuner délirant, nous nous sommes promis de nous revoir à Paris.

C’est ce que nous avons fait pour ne plus nous quitter car l’amitié chez nous, c’est pour la vie, c’est du sérieux, c’est du lourd, ça envoie du bois.

J’ai découvert Dédé, le Dédé de Montreuil, le seul, l’unique, un sacré bonhomme, un Monsieur. La grande classe.

Tu es un homme de passions, de valeurs, d’amitié, de culture, de toutes les cultures, de voyages, de passerelles, d’idées, d’événements en tous genres, capable de déplacer des montagnes pour réaliser un projet. Tu aimes l’Art, les artistes, tu les soutiens, tu les défends.
Tu es un homme haut en couleur, en colère qui ne mâche pas ses mots, avec ton bel accent Parigot, bien vivant, bon vivant, un grand communicant. Tu es aussi un gosse, un tendre avec un cœur gros comme ça, de la sensibilité et de la fantaisie plein les poches. Ne change rien.

Il n’y a qu’à lire ton blog pour mieux te connaître, 10 ans déjà. Félicitations !!!

Continue de souffler sur les braises pour nous réchauffer le cœur, nous émouvoir, nous réveiller, nous enchanter en chantant, toi l’enchanteur de St Germain.

Nous, ça fait 20 ans d’amitié et je suis d’accord pour prendre perpette !

Je t’embrasse mon Dédé.

Marianne Guillerand

André est mon ami.

Parce que c’est un homme libre, imperméable aux préjugés comme aux conditionnements, mais aussi un esprit curieux capable de se laisser passionner par les idées les plus extravagantes…

Si son charme est irrésistible, sa générosité est inconditionnelle…. Il donne beaucoup parce qu’il a beaucoup reçu…

Il porte l’âme de Saint-Germain-des-Prés.

Pas celle du marigot germanopratin où les narcisses passent leur temps à raconter partout ce qu’ils ne sont pas, cimentés ensemble par leurs prétentions ou leurs perversions. Non, l’autre, celui d’avant, celui des idées politiquement incorrectes …

L’âme de St Germain des près, mais aussi la mémoire, car il les a tous rencontrés, tous ces génies qui ont fait le siècle, l’ont inventé, l’ont fécondé quitte quelque fois aussi à y distiller quelques gouttes de poison….

André a tout vu, tout entendu, s’est frotté aux idées des autres mais pour mieux nourrir les siennes et l’aider à imaginer l’inimaginable…

André est unique pour sa loyauté, sa fidélité envers tous ceux qui ont ouvert des brèches dans son esprit curieux sans jamais l’amener à négocier avec ses rêves et ses plus belles illusions.

Alain Hardel

Psychanalyste

C’est en 1997, que j’ai rencontré pour la première fois André et d’ailleurs c’est le seul jour où je l’ai nommé de la sorte puisqu’après ce fut Dédé, comme chacun d’entre nous.

Jeune provinciale venant de Lozère et fraîche étudiante en Sorbonne, j’étais néanmoins vestiaire au Petit Victor Hugo dans le 16ème, où un certain Johnny H. accompagné d’un Guillaume D. venait siroter quelques verres de blanc sur sole meunière tous les samedis à déjeuner. De Samedi en samedi, les deux acolytes, se sont bien rendu compte que la vestiaire tenait tout aussi haut le verbe que le cintre, et c’est ainsi que je fus invitée à passer une soirée au Zebra-Square, à côté de la Maison de la Radio, un samedi après le service, au bras d’un Guillaume quelque peu conquérant !

Mais, il faut dire qu’à l’époque Loana, première lofteuse, avait des arguments pulmonaires bien plus loquaces que les miens qui accaparaient toute l’attention, surtout un soir d’Halloween, et mon petit cache-cœur orange mis pour l’occasion, finit par s’ennuyer ferme, seul, délaissé, coincé dans le coin insipide d’un canapé en cuir bruyant.

A mes côtés, Mr Cardinali était là, en conversation mouvementée avec son ami Ticky Holgado. Pour le camaïeu de couleur et le raccord avec mon cache-cœur d’Halloween, je buvais des jus d’abricot les uns sur les autres ne voulant ni rester, mais ne voulant ni partir non plus.

Là, André, a, avec sympathie, interrogation et curiosité lancé une conversation d’abord banale puis très vite passionnée sur la vie, le cinéma, la musique, la littérature … A cinq heures du mat, il m’a raccompagné dans mon petit studio montmartrois, rue la Vieuville, et à l’arrière de sa voiture, le regardant dans le rétro, je lui ai dit : » André, ne me quitte pas ! » avant de m’écrouler de fatigue et sommeil sur la banquette arrière, il faut dire que le jus d’abricot avait laissé place à des milliers de mojitos ! Il m’a laissé devant la porte et depuis André ne m’a jamais quitté. C’était, il n’y a que 24 ans !
Puis le temps a filé, a défilé, mais DD est un homme fidèle, et même si la vie fait que parfois l’on peut s’éloigner, il tient toujours le fil, le même sur lequel d’ailleurs tel un funambule intrépide il navigue.

C’est avec fierté que je souffle avec lui ces 10 ans sur les braises, sachant bien sûr, que c’est lui seul qui a la formule du feu. Jamais abattu, toujours combattant, l’humour comme flambeau et la tendresse comme revolver,

DD fait partie de ces hommes qui comme il se plaît à le dire est un danseur de passage, c’est à dire un homme libre, affûté de modernité qui ne cessera jamais d’avoir des idées « idédéalistes », qui jamais ne cessera de donner un coup de main autant au bout d’un trottoir délavé, qu’ au fond d’un bistroquet étriqué, qu’en haut d’un palais doré, d’un chemin escarpé et caillouteux ou d’une forêt de fleurs éloignées.

DD, à la fois rabelaisien, hugolien sous fond d’un Raizer ou d’un Mocky, heureusement sera toujours là pour nous faire dire et croire qu’il y a toujours quelqu’un quelque part avec qui faire quelque chose qui nous éloignera de la bêtise et de l’ennui.
Je t’en remercie fermement et suis honorée d’être une de tes proches.
Continuons, continuons… (3 petits points )
Insouciance, insolence, incommensurables.
Vahéna Menras
Artiste

Mon Dédé,
10 years already!!
Happy Anniversary!
Always looking forward to the next « Coup de gueule » or endeavor.
Je te souhaite une très bonne continuation…
Amitié fidèle.
Gilles Amelot « L’américain »

USA

Les longues marches philosophiques sur une plage de sable en Corse, se sont transformées en un vivant blog. 10 ans déjà. A suivre encore tes humeurs et ton humour.
Amitié.
Stefan Petit-Halgatte

Dédé est entré dans ma vie, sur une île, il y a quelques années. Sur une plage longue et pâle, qui sépare les deux hameaux d’un petit village bordant une crique de la mer méditerranée…mais… dans un bar, évidemment ! quelques enfants plus tard, nous sommes toujours amis et heureux de l’être. Sans chichi, sans esbrouffe, sans soucis aussi. Une amitié simple, sincère, heureuse et droite. Merci Dédé.
Nina Halgatte

Merveilleux mon DD !!! Toujours le plus fort toujours au Top »

J’ai vu et assisté au déploiement de ton courage et de ton expérience pour soutenir des réalisateurs de banlieues qui ont réalisé un film “Ennemis publics“ qui malheureusement n’a pas vu le jour à cause d’incompréhension envers leur producteur.

Nous avions tous répondu présent, mon père était très enthousiaste d’avoir participé à ce film, il a donné le maximum pour que ce film soit reconnu et respecté.

Tu avais organisé pour lui, une rencontre avec la communauté arménienne et intervenir auprès du maire de Cannes pour qu’il reçoive la Palme d’or de la ville de Cannes et tu as permis à des rappeurs de Barbès  » Scred Connexion  » d’interpréter en rap « La bohème » en direct sur le plateau du Grand Journal de Canal +.
Tu as aussi interviewé mon père pour la promotion du film, un dialogue ouvert pour défendre les jeunes de banlieue et la langue française.
Je sais que tu continues à apporter ton soutien et ton expérience aux jeunes, même en Chine, tu montres qu’il faut être aux côtés de la jeunesse, comme tu dis  » c’est mon devoir « .

Bravo dédé et merci !

Mischa Aznavour

Bravo Dédé
Pour les 10 ans de ton blog que tu as fait vivre avec tes projets et tes amis que tu n’oublies jamais.
Ça fait bien 25 ans qu’on se connait, nous avons vécu une expérience unique émotionnelle et artistique lors du SAD de Beyrouth en 1995, dans une ville encore en ruine, avec des jeunes Libanais remplis d’espoir et d’énergie !
Nos routes n’ont cessé de se croiser depuis un peu partout dans le monde et jusqu’à aujourd’hui.
C’est ta fidélité en amitié et ta bonne humeur qui nous donne envie de t’accompagner dans tes projets.
Tu comptes parmi les rares personnes qui se battent pour transformer ses rêves en réalité !
Tu es en plus un vrai amoureux de la France qu’on aime et dont on parle aux autres surtouts quand on voyage beaucoup !
C’est pour ça qu’on t’admire tous et qu’on t’aime.
A bientôt pour allumer les lumières de tes prochains projets.
Je t’embrasse.
Alain Bricoune

Dédé,
Au travers de tes textes, parfois confondus avec des Pas Ras (l) Bol, tu nous a fait voyager et rencontrer des personnages de tout bord et de tout Horizons !
Ce Blog reflète fièrement ta force et ta joie même force de vivre!!!
Nous nous sommes rencontrés à travers mon père avec qui tu as partagé tellement d’aventures jusqu’au fin fond de la Laponie au village du Père Noël. Vous aviez fait la joie d’un jeune garçon qui pourrait se vanter d’avoir reçu une lettre de l’homme rouge et traîneau volant 🙂
Tu as été là pour conseiller mon père lorsqu’il a préparé son discours de félicitations pour le mariage de mon frère. Et quel discours!!! Inspiré de « Tu seras un homme mon fils » de Rudyard Kipling. Fallait le faire !!
En tout cas le surnom que tu as donné à mon père résonne toujours dans mon cœur et mon corps. « Adelos le Roi de Byblos » comme tu l’appelais 🤩
Merci l’ami d’être un oncle, et d’avoir été un frère de cœur de mon père!!
A très vite pour des moments de joie et d’échange.
Je dirais bon vent sur les braises qui s’embrasent et réchauffent nos cœur!!

Bruno Tawilé

Mon frère Dédé de Montreuil,
Grâce à toi, j’ai découvert le Liban, le fameux port de Byblos et Beyrouth superbe expérience.
Tu m’as permis de mettre en lumières, le Palais Galliera et la fameuse exposition des bijoux Van Cleef Arpels et dernièrement l’église de Saint-Germain-des-Prés ainsi que la place Fürstenberg que de beaux souvenirs.
Je suis très fier d’être ton ami et espère le demeurer longtemps pour toujours.
Bises mon pote.
Jacques Rouveyrollis
Scénographe lumières

Dédé est de ces hommes qu’on appelle les « passeurs », de ceux qui tendent la main à autrui pour les faire passer de l’autre côté de la rive…

Je suis très attaché à cette notion de passage, omniprésente dans mon travail, car elle symbolise l’évolution d’un état à l’autre. Du physique
au liquide, du diurne au nocturne, de la vie à la mort, et en ce qui me concerne… de l’invisible au visible.

Sans lui, mon film CNC n’aurait jamais été programmé dans le festival “Les pépites du cinéma” où il occupait le titre de Vice-Président.

Et parce que Dédé fait partie de ces personnages qui voient là où les autres tracent leur chemin, il veut à tout prix donner à voir à ses contemporains par le prisme de sa curiosité de l’autre et sa foi en la nouvelle garde culturelle, qui font de ce philanthrope un éternel jeune
homme, avide de partage et de connaissance.

Telle une balle tirée à bout portant, son énergie et sa détermination sont à notre société sclérosée ce que la déflagration est au silence… un
cataclysme dérangeant, mais souvent nécessaire.

Julien Colonna – Artiste / Réalisateur / Photographe

André, happy birthday to your blog and may your positive energy and projects continue to inspire and uplift us all for the next 10 years to come!!

Big kiss,

Rebecca Simic 

Artist / musician / composer and teacher

Australie

André, tu fais partie des belles rencontres de ma vie ! Ta bonne humeur, ton goût d’entreprendre et ton sens de l’amitié commencent à me manquer ! J’espère qu’on pourra bientôt se retrouver autour d’une table sympa à Saint-Germain des Prés ou même à … Granville ! Bises

Jean-Charles Bossard

Mais c’est quoi ce type ?

Non, mais c’est pas vrai. Comment il fait ?

Il souffle sur des braises. Pourquoi, il y a le feu ?

C’est sûrement chez lui que ça brûle. Mieux : en lui.

Dans sa tête, dans ses yeux, dans son corps, dans son âme.

Le cardinal Cardinali, Dédé, je le connais depuis longtemps.

Le nombre d’aventures auxquelles il m’a convié, je ne le compte plus. Un jour à Saint Germain, un jour en Italie, une autre fois en Chine, à Cheng Du ou ailleurs, bref sur une planète qui est presque trop petite pour lui.

Des dizaines d’idées à la minute. Et puis il y en a toujours deux ou trois qui germent et qui se réaliseront, car André ne leur laissera pas le loisir de sombrer dans le velléitaire.

Et tout ça dans la bonne humeur, la passion, l’efficacité, la réussite, le partage et l’amitié.

Alors merci Dédé de nous embarquer avec toi dans tes élans de folie, de folie sage et excitante à la fois. Merci de nous associer à tes folles et belles aventures chaque fois que c’est possible.

Dix ans que tu souffles ? Pas sur des braises, mon cher, mais sur des flammes de bonheur que tu es seul à savoir si bien entretenir.

Avec toi, ami.

Pierre Santini

Cher ami, ambassadeur de Saint-Germain-des-Prés,

Merci pour tout ce que tu as fait dans beaucoup de domaines depuis bien longtemps dans la presse, le monde de l’entreprise, de la culture de Saint-Germain-des-Prés à Chengdu ….en passant par Hambourg et beaucoup d’autres lieux de France ou d’ailleurs…
Merci pour ton allant ,ton enthousiasme et ta fidélité ….
Ensemble on va sortir de ce bourbier et retrouver d’autres jours h…..
Fidèlement
Jean-Pierre Lecoq
Maire du 6ème arrondissement de Paris

« Les vrais les bons amis
On les a choisis.
Tous très différents
Ils ne laissent jamais indifférents.
Ils sont toujours à nos côtés
à écouter, rire et partager.
Heureusement qu’ils existent
Sans eux la vie serait triste « . ! Et sans André aussi !

Bizzzz

Edith Lecoq

Cher André,

Bon anniversaire à Soufflez sur les braises.

Je te remercie encore de ton invitation au Salon du livre de Dijon, et du concert au Sacré-Cœur de Dijon.
C’était de ta part, une bonne idée, d’assembler les deux pendant mon séjour à Dijon.

Jean-Christophe et moi, te soutenons dans ton action pour te battre pour la Culture.

Je suis de tout cœur avec toi, et j’attends de tes nouvelles pour d’autres projets réalisés en commun.

Je t’embrasse.

Nicole Chappuis dite Nicoletta

Cher Dédé
L’amitié c’est la pensée, oui la pensée de mon ami, hier encore, avec Nadejda, nous parlions de toi et de St Germain.
Voilà l’amitié, c’est de jamais t’oublier.
Biz
Nadeijda & Jean-Gilles Soupeaux

Hello dédé,

C’est très bien de me rappeler que les amis sont importants, pas seulement que dans les bons moments.

Comment oublier notre amitié et notre complicité qui dur, qui dur …et encore pour longtemps.

Et tous les événements que tu as réalisé pour Shell, lorsque j’étais en poste, en Laponie avec les laponnes et le Père Noël (j’ai encore la photo de nous deux sur ses genoux) au Stade de France, quand tu nous as fait la surprise d’amener Aimé Jacquet et la Coupe du Monde 98 pendant la Convention annuelle, le voyage à Rome avec la visite privée de la chapelle Sixtine (grâce à ton ancienne fiancée italienne) !!! et finir par une superbe fête dans la boite de nuit Gilda Club,

Oh quelle nuit ! J’y pense encore !!! et les clients qui ne voulaient pas aller dormir ! On s’est bien marré tout en étant efficace.

Et comment oublier les tours de piste sur le circuit privé de Ferrari à Maranello que tu as organisé pour mes clients avec l’ancien pilote de Formule 1 René Arnoux et aussi la rencontre avec Ayrton Senna au grand Prix F1 à Magny-Cours.

Vivement que cette pandémie s’arrête pour que l’on prenne un verre (voir plusieurs) à Paris ou au Burkina Faso, on t’attend avec plaisir.

Amitié.

Patrick Rondeau 

Burkina Faso

Mon cher Dédé
Que de chemin parcouru, de notre banlieue de l’Est parisien à Soufflez sur les braises et j’en passe. Ton parcours est exceptionnel. Tu as su à chaque fois t’adapter à toutes les situations possibles et inimaginables, parfois voire irréelles . Tes convictions dotées d’une foi inébranlable t’ont permis d’aller au bout, à chaque fois, de tes idées et ton courage à fait le reste. Je connais peu de gens dans mon entourage ayant réalisé une telle ascension, avec toujours autant d’enthousiasme, sans changer de mentalité et rester fidèle en amitié. La notre laisse des traces comme cette délirante soirée à La Napoule, lors d’une de tes visites amicales, où des gens mal intentionnés se sont mis à tirer au fusil de chasse dans la boite de nuit de la plage de la Raguette où je passais l’été. La cicatrice sur mon avant bras gauche en témoigne. Et heureusement que tu étais là pour calmer le jeu. Tu as su également être un relais indispensable, un communicant hors pair avec une humeur toujours égale. Dédé, de Montreuil à Bagnolet, sur la Côte d’Azur ou à Paname, en passant par le Liban et l’Asie, ton univers est sans limite. Ce n’est pas un hasard si à chaque fois tes projets se soldent par de nouveaux succès toujours au bénéfice des autres. Continue à allumez ces braises. On en a tous besoin.
Gérard Forni dit Nifort

DD l’infatigable inventeur de projets à qui rien ne fait peur, rien ni personne ! Un homme qui ne renonce jamais et qui déploie une énergie sans faille envers et contre tout pour aller au bout de ses rêves !

Tu as rendu 40 enfants heureux, quand ils ont rencontré l’artiste Natalia Bikir, lors de son exposition « Toudora » à l’Abbaye de Chaalis.

Quand Natalia leur a expliqué la naissance et la composition d’un tableau, ils étaient émerveillés, ensuite Natalia leur a donné des conseils pour dessiner, leurs dessins ont été exposés dans leur école.
Mon fils Pierre n’oubliera jamais qu’il a été le photographe officiel, de cette première exposition depuis 900 ans dans les ruines de l’Abbaye, grâce à toi. Encore merci.

BRAVOOOOOOOO l’ami.

Marie-Laure Solanet

Dédé, l’ami de tous.

Toujours positif, toujours le bon mot, toujours la bonne humeur et toujours l’amitié.

Ca c’est Dédé. Un vrai médicament durant cette période compliquée!

Joyeux anniversaire à ton blog, et surtout continue à nous faire du bien s’il te plait!

Francesco Bongiovanni

Monaco

Mon dédé, je suis fier et honoré d’être ton ami.
Tu es un homme de l’être et de lettres. Tu sais soigner les maux avec les mots.
Tu souffles sur les braises pour que l’on marche sans souffrir en suivant ton sourire.
Tu te drogues à l’amitié. Tu t’enivres de culture. Tu te shootes à la créativité.
Tu te défonces à la défense des vraies valeurs humaines et végétales.
Tu te déploie sans compter pour mutualiser les talents.
Tu es un antidépresseur non remboursé.
Tu es notre ami cher, très cher même mais pas coûteux.
Antoine Stip
Comédien

Dédé,
Comment te définir sans écorché une partie de toi.
Nous avons réalisé des trucs de dingue, je me rappelle le directeur commercial de Mercedes France dire « mais, c’est une plaquette, vous n’allez pas tout faire ? Et bien si Monsieur nous l’avons fait !!!
Tout parait réalisable à tes côtés, tu as cette force que tu sais nous transmettre.
Tu es un génie à toi seul et c’est une grande fierté de te compter parmi mes amis.
Alors, je conclurai par merci d’être ce que tu es et merci de faire partie de tes amis.
Véronique Rouget

Il était une fois l’AMITIÉ, cela fait bien plus de 10 ans que nos chemins se sont croisés !!
Dans le fond du bistrot de Jojo, on mangeait des ris de veau, on parlait Auto, on était jamais KO faut dire qu’on buvait pas beaucoup d’eau.
Mon Dédé, Mon pote, Mon Ami, combien de kilomètres parcouru depuis toutes ces années ?
Mais surtout combien de kilomètres nous reste-il à faire sur le chemin de l’Amitié ?
BRAVO mon Dédé pour tous tes projets, moi je dis:
« DÉDÉ PRÉSIDENT »
Amitiés mon Ami

Jean-Charles Karmann

Cher DD,
En lisant tous ces témoignages à ton égard, je me dis que nous nous sommes rencontrés trop tard…

Il ne s’est pas encore écoulé une année lorsque nos chemins se sont croisés. Et pourtant j’ai l’impression que cela fait une éternité!
Tu fais partie de ces rares personnes animées par une force intérieur, d’énergie, d’optimisme, d’envies ( et elles sont nombreuses!!), et de tolérance. Tu viens d’une autre époque et incarne l’avenir en même temps.
Comment ne pas tomber sous ton charme ? !
On n’a que trop peu d’occasions dans toute une vie pour avoir la chance de partager, d’apprendre aux côtés d’une telle personnalité!
Lorsque tu aimes, tu donnes sans réserve et transmets ton vécu, ta vision, tes rêves…
Nous nous sommes rencontrés grâce (et oui!) à cette blague qui fait parti de notre quotidien désormais, au détour d’un balcon, comme un trésor caché pourtant juste à côté…
Je remercierai presque le ciel de t’avoir forcé à rester retranché, car rien ne peut habituellement t’arrêter.
Tu as accueilli mes fils comme jamais ta génération n’avais su aussi bien le faire, et tu nous a redonné le goût du partage, de l’amitié, du rire, et bien d’autres choses dont tu as le secret.
Cela fait bien trop peu de temps que nous nous sommes rencontrés, mais je garderai toujours en mémoire tous ces moments passés à tes côtés, avec ta fille Linh par exemple, fuyants Paris dans un écrin de verdure, ou en plein Saint Germain, buvant des coups à la sauvette, bravant les interdits devenus trop étouffants.
Nos apéros/coups de gueule au balcon accompagnés de crevettes/mayo et d’un bon blanc me manquent terriblement, alors bravo DD, pour ton blog, ton amour de la vie, ton passé, ton présent et ton futur, car ils donnent à tous un nouveau souffle, celui de souffler sur les braises à tes côtés!!
Avec amour,
Sandrine Lannoy & Damien Kedissa

dédé de la ville à la campagne, tu restes toujours le même.

Je t’ai vu faire au Salon du livre de Dijon avec tous les écrivains stars parisiens que tu as fait venir dans la capitale des rois de Bourgogne, même ton copain Mc Solaar est venu spécialement pour te soutenir et Nicoletta a chanté dans l’église du Sacré-Cœur de Dijon, sans oublier jojo, (Comtesse de l’Album du Canard Enchainé), un grand homme très cultivé.

En trois ans grâce à toi, le salon est passé de 3000 à 11000 visiteurs, un succès incroyable, après 11 ans d’existence le maire François Rebsamen a décidé de fermer la porte l Quel gâchis pour la Culture !

Je pense à toutes nos discussions animées autour de bons crus de Bourgogne, sur beaucoup de sujet, comme la politique et toutes les bonnes questions que tu posais sur ma ferme, mes vaches, mes moutons, mes tracteurs, tu voulais comprendre le monde agricole avec ses combats, ses nouveaux produits bio et sur la méthanisation pour la production de biogaz à partir de matière organique, ta curiosité me manque !

Je te vois encore faire les moissons avec ton fils au volant de la moissonneuse-batteuse, quelle rigolade.

La vie nous a séparé, j’espère que l’on se reverras vite pour continuer à se marrer autour d’une bonne bouteille de Monthelie avec mon camenbert maison. Cam en Berthoux

Ton ami agriculteur.

Antoine Berthoux

« J’ai dix ans
Je sais qu’c’est pas vrai mais j’ai dix ans
Laissez-moi rêver que j’ai dix ans
Ça fait bientôt 15 ans que j’ai 10 ans
Ça parait bizarre mais
Si tu m’crois pas hé
T’ar ta gueule à la récré

J’ai dix ans
Je vis dans des sphères où les grands
N’ont rien à faire, je vois souvent
Dans des montgolfières des géants
Et des petits hommes verts
Si tu m’crois pas hé
T’ar ta gueule à la récré »

Sacré Dédé,
On dirait que ces paroles te sont dédiées
Notre ineffable Jojo nous a rapprochés
Tous les deux nous avons rêvé en grand
Dans des paradis russes comme des enfants

Nos fusées n’ont jamais décollé mais
C’est exactement comme si elles l’avaient fait
Nous restent alors les souvenirs
Afin de rêver à nouveau d’un plus bel avenir

Merci pour tout mon Dédé
Merci de m’avoir fait rêver
J’avais vécu de très grands moments là bas
Ton enthousiasme m’a remis sur leurs pas

Mes passagers soucis ne nous avaient pas permis
d’aller au bout mais ce n’est peut-être pas fini
Les rêveurs fous, les optimistes de la vie
n’ont jamais fini de nous donner l’envie d’avoir envie.

Bizh mon Dédé.

Jean-Baptiste Chrétien
Communiquant

Soufflez sur les Braises a 10 ans, notre amitié aussi mon cher Dédé.

Non seulement tu souffles sur les braises mais tu sais aussi les éteindre.

Et ça c’est un vrai talent!

Je n’oublierai jamais cette nuit d’octobre 2010, où tu as sauvé la vie de mes parents. Vous étiez voisins dans ce bel immeuble de St Germain des prés, un incendie s’est déclaré dans leur salle de bain. Ils étaient seuls tous les deux et toi, tu vivais en face sur le même palier.
Tu as été formidable, courageux, amical, tu as trouvé les extincteurs et réussi à éteindre le feu. Sans ton intervention il est fort probable que Jacques et Ida n’auraient pas survécu.

Depuis tu as déménagé, Jacques nous a quitté, Ida est toujours là, en pleine forme, tu as posé tes valises en Chine tout en gardant un pied, un cœur à St Germain des Prés que tu aimes tant et qui te le rend bien.
Nous aussi on t’aime beaucoup Dédé.

Ida, Paule, Eric et Jérome Zajdermann

dédé le Milord !

En connaissant l’efficacité de ton boulot, on se dit que tu es décidemment le chainon manquant.
Oui, la classe, d’accord, mais la classe de l’homme de terrain qui ne triche pas, qui agit là où c’est utile.
C’est la réalité ! Surtout avec les mômes qu’il soutient en apportant son expérience et ses conseils, pour qu’ils soient bien préparés à leur destin.

Ce que tu déplaces comme petites montagnes, c’est ta passion, ton intransigeance qui en sont les moteurs.Not’dédé de Montreuil, truand des injustices, amoureux des verbes qui claquent, inventeur de carburants.

Il n’y en a qu’un ! Putain qu’on l’aime.

Ça fait du bien de voir qu’il ne se calme pas, le dédé… Continue !

Amitié mon frère.

Marc Hollogne

 » Marciel « 

Homme de Cinéma – Théâtre…

Dédé ou pas la peine de frapper avant d’entrer, c’est ouvert !

J’ai rencontré André lors de mon premier séjour au Liban en 1995 au salon du SAD, installé sous un immense chapiteau en plein-centre de Beyrouth. C’était la première manifestation culturelle après 17 années de guerre avec plus de 600 artistes et maîtres artisans venus de France et 230 artistes sélectionnés au Liban.

Cette gigantesque arche était en effervescence depuis la veille, ça fourmillait de monde partout et chacun attendait les consignes. Un grand gaillard en chemise blanche lançait des ordres tonitruants et saluait tout le monde chaleureusement : c’était Dédé.

Chacun patientait comme il le pouvait, les grincheux râlaient, les débonnaires se baladaient, les autres s’inquiétaient.
Les attentes d’outils de levages pour installer les grosses pièces, allaient de quelques heures à deux jours.

L’ambiance était électrique et fascinante, j’ai adoré Dédé et Beyrouth dès mon arrivée.

J’ai été bouleversé par l’accueil extraordinaire des libanais qui nous attendaient comme des parents aimés attendus et espérés depuis trop longtemps, ils avaient faim d’amitié et d’art.
Grâce à cette exposition, je me suis fait cette année-là des amis à vie.

André gérait l’installation comme un capitaine sur un navire pris dans la tempête, ça grinçait, ça filait ça chahutait comme dans un coup de tabac permanent. Il allumait des feux d’efficacité ici, convoquait là-bas par grappe entière tous les chicaneurs pour leur remonter les bretelles, semait amadoue et petits bois d’un bout à l’autre du gigantesque bâtiment pour faire germer les amitiés, préparer et peaufiner les futurs enflammant créatifs.

C’était l’homme aux mille bras qui trompetait les assauts, ralentissait les imprudents et vous présentait 30 personnes par jour. Ses mots piquants et hilarants nous démanchaient la mâchoire de rire, l’exposition fut prête à temps, ce fut un immense succès.
Le jour de l’inauguration, André me présenta à l’ambassadeur de France qui me commanda l’œuvre à sable » Dépossession « pour un événement mémoriel à la mémoire des civils enlevés à Beyrouth entre 1990 et à 1994.

En initiant le 1er défilé de mode après la guerre, SAD Beyrouth 95, avec 20 jeunes stylistes franco-libanais, André a créé un formidable élan culturel devant 3000 libanais, qui a fait rayonner chaque artiste comme l’envisageait généreusement son mentor André Malraux avec tous les jeunes talents.

Il fut encore présent pour m’aider à concrétiser l’installation de mon grand champ mouvant de sable « Temps imparti et paysage « à l’entrée du Pavillon de la France à l’exposition universelle de Hanovre en 2000.

J’ai toujours suivi André sur la plupart de ses projets aux longs cours. Que ce soit en Europe en Asie ou il m’a récemment demandé un coup de main pour aider des jeunes artistes en Chine ou bien à travers le monde.

J’ai beaucoup de tendresse pour cet homme bouillonnant et attachant, une immense admiration aussi pour le combattant infatigable et toujours émerveillé.
Merci Dédé ! Bonne route mon ami, continue ton combat et va de ton train infatigable de moissonneuse batteuse pour que les rêves d’enfants et les utopies de toutes les jeunesses du monde se réalisent. Ils ont grand besoin de toi !

Jean-Bernard Métais
Sculpteur et vigneron

Cher André
Cela va faire 1/4 de siècle d’amitié, nous avons fait ensemble des opérations de grande qualité, comme la 1ère exposition depuis 900 ans avec l’artiste-peintre Natalia Bikir dans les ruines de L’Abbaye de Chaalis.
Avec ta bonne humeur, ton Amour de la vie, ton côté professionnel et humain, j’avoue que c’est toujours une joie d’être ensemble, certain peuvent dire travailler pour réussir.
Nous vivons la même passion, altruiste courageux tu fais mon admiration
Je te souhaite un joyeux anniversaire, André et j’espère pouvoir fêter 50 ans d’amitié…..

Aymar de Virieu

Oh putaing, 10 ans… ( avec l’accent toulousains )

Bon anniversaire mon Dédé. Mon Dédé, ça ne fait pas 10 ans qu’on se connaît, mais je pense qu’on s’est bien trouvé.

Tu promets un pot de l’amitié chez ton pote nounours à St Germain des Prés… Hâte de te revoir mon ami.

Prends soin de toi et continues à nous faire rire, réfléchir ou même découvrir, avec tes mots et tes expressions, la vie telle qu’elle est vraiment.

Je n’oublierais pas que tu as été l’un des premiers à m’apporter ton soutien pour mon restaurant qui est fermé à cause de la pandémie.

Ton ami Pierro

Pierre Arnoux

Dédé,

Nous nous sommes rencontrés pour la première fois dans les bureaux de la SAD au Grand Palais il y a vingt ans.
Dans le cadre du salon international de création « European Way’s of Life » réunissant de jeunes designers, tu as brillamment réalisé le développement et les relations publiques de l’exposition et imaginé un important défilé de mode européen, parrainé par Monsieur Michel Rocard (alors Président de la Commission de la Culture, de la Jeunesse et de l’Education au Parlement Européen).

Depuis cet événement organisé ensemble, je t’ai toujours apporté mon soutien pour que tu continues la mission que tu t’es fixée, d’aider les jeunes talents de demain. C’est mon devoir, dis-tu !!! Je le crois aussi.

J’apprécie tes qualités de capitaine de navire prêt à affronter les océans à la recherche de nouveaux horizons.

J’aime ton coté curieux, enthousiaste, professionnel, opiniâtre et surtout créatif.

Je te réitère toute mon amitié sincère en ce moment de pandémie mondiale qui déstabilise le monde de la création et de l’art.

Je conclurai sur les paroles d’une chanson de Tonton David :

Chacun sa route chacun son chemin

Chacun son rêve chacun son destin dites leur que

Chacun sa route chacun son chemin…

Et que ta route, André, soit demain comme hier ponctuée aussi de belles réussites amicales.

Ton ami,

Gérard Vallin

Cher dédé,

Depuis notre rencontre en 1992 notre relation est toujours restée sincère. je te sais très proche de l’Etre Humain, c’est pourquoi pour les dix ans de « Soufflez sur les Braises », je ne peux que t’encourager dans ton engagement au service des autres.

Amitié,

Stéphane Morandi 

Monaco

10 ans du blog de « Dédé de Montreuil »

Bel anniversaire à ton blog mon cher Ami !

Pour moi et tant d’autres, tu es et resteras Dédé de Saint Germain des Près… 

Merci de cette belle amitié et tous ces bons moments passés dans ce village unique au monde ! Au Café de Flore  (ou j’ai passé 38 ans …) j’ai été à ton service … mais aussi complice … Et ensemble nous y avons vu défiler le monde entier … avons refait ce monde …débattu…bâti des projets…

Je salue ici ta pugnacité pour défendre et entreprendre les meilleures causes … il suffira de lire tes fans ici, pour comprendre !

Que des moments de bonheur avec toi je me rappelle… beaucoup… trop ??? On y passerait encore une nuit … pourquoi pas ?

Soirées avec Claude (MC Solar) …etc etc …

Photo avec Benicio del Toro et ton fils …et la récupération de l’appareil dentaire de ton fils, en costard cravate dans les poubelles du Flore …bonjour et respect à ta belle famille.

Bravo mon Dédé ! Beau parcours…En ces temps incertains on a besoin d’amour et de partage… tu es le lien !

Très Amicalement à toi et surtout… à bientôt car il nous faut de l’espoir !

Francis Boussard. Ex-manager du Café de Flore

dédé

Bon anniversaire à Soufflez sur les braises, on pourrait aussi souffler sur les 50 années de notre amitié, de L’Express à Issy- les- Moulineaux, dans les bureaux de Procom, notre amitié a toujours été solide et sincère.
Sans oublier les bons souvenirs avec JJSS, notre boss !
Trois fois salut dédé
Bises à bientôt.
Jean-Pierre Lefevre

Dédé, le coach du Tour du monde à moto de Philippe Rahmani

Je me souviens encore de notre première rencontre en 1992, dans les bureaux de BMW, tu venais demander avec Philippe, une moto gratuitement ! Au début, c’était un refus catégorique, avec ta forte insistance et ta motivation et mon soutien professionnel, BMW accepte cette donation et n’a pas regretté son engagement avec des retombées médiatiques importantes, comme l’arrivée à Monaco avec le Prince Albert, retransmis en direct sur TF1 et à L’Elysée avec le Président François Mitterrand. C’était une belle aventure, avec ta passion d’aider les jeunes a été récompensé.

Je me souviens du moment où Philippe n’arrivait pas à sortir sa moto bloquée à la douane au Cameroun, tu m’avais appelé pour tenter d’aider Philippe, j’ai appelé un copain qui travaillait au port et qui a démerdé le bazar pour faire sortir sa moto.

Je me souviens aussi de ce petit dîner avec tomates mozza et rôti dans mon petit studio de Boulogne. Philippe et toi, aviez accepté l’invitation sans sourciller. Quelle soirée ! Je reconnais bien ta bienveillance Mon Dédé.

A bientôt

Jean-Jacques Dupont

Ex-directeur marketing BMW moto

L’amitié d’André, son cœur et sa générosité depuis des années n’ont jamais failli, depuis notre première rencontre à Belgrade.
L’amitié la vraie est pour toujours et éternel. Les vrais amis se compte sur le doigt d’une main et dans le nouveau monde de demain, la leçon que l’on retiendra est que la solidarité, l’amitié seront les choses les plus importantes !
Géraldine Beigbeder

Dédé
Ik wens je een fijne verjaardag voor de 10 jaar Soufflez sur les embers (en néerlandais)
Je te souhaite un joyeux anniversaire pour les 10 ans de Soufflez sur les braises.
Quand Charles Aznavour est décédé, j’ai pensé à lui et à toi avec la Montée des Marches au Festival de Cannes avec toute l’équipe du film  » Ennemis Publics ».
Renault étant le Partenaire Officiel du Festival, tu as réussi un coup de Maître, en déposant les acteurs en bas des marches, avec des Cadillac et une Corvette, que je t’avais prêtée pour le film et pour la promotion à Cannes, lorsque j’étais Directeur France Cadillac.
Grâce à tes relations, pendant 15 jours, tu as réussi à installer une Cadillac, sur un podium dans l’aéroport de Nice avec un accueil tenu par des hôtesses habillées par Escada pour présenter le clip du film.
C’était la première qu’une voiture était présente dans l’aéroport, elle a été vu par des milliers de voyageurs qui se rendaient au Festival de Cannes et au Grand Prix de Monaco.
Après tout le travail que tu as accompli avec les nombreux partenaires qui t’ont fait confiance, le film n’a pas vu le jour, les deux réalisateurs n’ont eu aucun respect pour toi et pour tes partenaires.
Voilà dédé, tu seras toujours mon ami.
Amitié
Berry van Gestel

« A toi  Dédé,

Il n’y a pas d’amitié sans preuve d’amitié !

Tu en donnes à foison, personne ne peut l’ignorer.

Ticky et moi avons passé des moments d’affection et de confiance formidables avec toi. Les mots sont en faits superflus, car tout le monde sait ce que tu es. Et tous, nous te faisons confiance et te ferons confiance. »

Ton ami

Jean-Claude Darmon

Cher Dédé,

Content d’avoir de tes nouvelles, te rappelles-tu 1997 et cette formidable semaine Jacques Prévert que tu avais conçu et organisé ? (photos d’Ara Guller, collages prêtés par la fondation Maeght, cycle de cinéma, récitals poétiques) etc… 

Tu avais mis tout ton talent et ta générosité pour faire de cette semaine à Istanbul un événement exceptionnel. Tu avais même réussi à convaincre l’immense artiste Cora Vaucaire de venir chanter « Les feuilles mortes » dans l’amphithéâtre des Beaux- Arts de l’Université Mimar Sinan. 

Continue à Souffler sur les braises et à créer… la France à besoin de toi ?

Comme je sais que tu aimes les mots, c’est pour toi :

Il n’y a rien de pire que les gens qui ne sont pas passionnés. Karl Lagerfeld

Amitiés.

Philippe Pialoux

Ancien directeur de l’Institut Français d’Istanbul. 

Cher André,
Je suis heureux de rejoindre le groupe de ceux que tu considères comme tes amis.
En faire partie est pour moi un privilège, et un bonheur car je ne suis à l’aise qu’avec ceux qui cassent ou ignorent les codes, le conformisme, le prêt à penser ce sont eux qui font bouger les choses et tu appartiens à ce groupe si rare.
Nous nous sommes rencontrés pour la première fois, il y a 40 ans chez le fondateur de l’Express, JJSS, et tu étais déjà le même…
Continue, le monde aujourd’hui si morne a besoin d’individualités comme toi.
Paul Valéry écrivait que « le monde existait grâce à ceux qui sont extrêmes et ne dure que grâce aux moyens »
Tu appartiens, André, à la première catégorie.
Avec toute mon amitié.
Eric Laurent
Ecrivain

Salut Dédé, juste quelques mots pour te remercier d’avoir accueilli ma fille Charline en 1982, dans ta famille et de l’avoir élevée avec les tiennes, comme si cela avait été ta petite dernière, pendant que je me décarcassais à la Palette avec Françoise.
Avec toute mon amitié.
Charlie Raynaud

A mon Cardinali,
Cette connaissance qu’il a de lui-même n’est pas le fondement de son humilité !
Malgré cela, lui c’est Jésus, partout on le voit, prêche avec foi, étudie les contours de chacun, visite, capte et remporte les fruits de sa persévérance !
OUI Jésus ! c’est dédé qui rime avec idées-au pluriel !
Emancipé et fier de son discours, son éloquence inattendue et joyeuse, le conduit toujours au succès.
 » Gardez-le Précieusement » me disait l’autre jour en « Morse » par les voies satellites notre cher Gustave. Je veux dire Gustave Eiffel.
La réédition des  » 100 ans de la Tour « proposée par le talent persuasif, de dédé, nous a conduit à cette extraordinaire aventure et de surcroît menée au succès.
Hors des galimatias, et des  » circonvolutions » inutiles, je dirai que le coup de pied est « Royal ».
Chapeau bas ! Monsieur Cardinali.
Cette nouvelle conquête, Gustave Eiffel la doit à André Cardinali, instigateur de l’événement.
Dédé, m’a même convaincu de venir avec ma forge à Beyrouth, pour aider les libanais à reconstruire leur pays meurtri, après 17 années de guerre.
Tout ceci, avec mon plus amical souvenir.
Jean-François Guyot
Editeur-Forgeron
La Forge du Héron

Mon cher Dédé,
Oui, bientôt 30 piges depuis nos premières escapades nivernaises pas loin de Château-Chinon chez Bernadette, avec notre bande d’électrons libres gouailleurs et surtout complices, Catherine, Ticky, Manu Booz et j’en passe, ce banquet pantagruélique façon déjeuner du dimanche à la Flaubert, chez le charmant boucher de Moulins-Engilbert, sous le soleil de juillet et la feuille à l’envers….
Dédé tu fais partie des amis que l’on n’a pas vu depuis longtemps, et qu’au moment des retrouvailles, on a l’impression de s’être quitté la veille.
Allez je te balance cette sublime chanson sur l’amitié de Burt Bacharach avec du très lourd derrière les micros….
« For good time and bad times, I’ll be on your side for ever more »,that’s what friends are for »
La bise mon ami
Jean-Pierre Pouret
Musicien

Hé dédé,
Quand j’ai parcouru les commentaires de tes amis pour les 10 ans de « Soufflez sur les braises », j’ai eu un choc, en découvrant dans le commentaire de Jean-François Guyot, que c’est toi l’instigateur de la réédition du livre de Gustave Eiffel en deux volumes « La tour de 300 mètres « .
L’étui en aluminium ou sont insérés les deux livres, a été conçu et fabriqué par mon père Hervé Barre, il était fier d’avoir collaboré à cette belle œuvre. Je l’ai vu réfléchir, travailler et façonné cet étui, quel beau souvenir !
J’ai fait partie par mon père d’un projet de dédé il y a 30 ans, avant même de l’avoir rencontré, il y a 1 an au Café de Flore. Parfois, le hasard fait bien les choses.
Bravo dédé et continue à nous faire découvrir tes créations culturelles.
Amitié.
Matthieu Barre
Graphiste personnel de dédé

De Montreuil à …..Shanghai
Félicitations, depuis  plus de 40 ans que nous nous connaissons, nous avons suivi ton incroyable parcours.
Toutes les idées de projets  que tu as créées  et su faire aboutir avec les bonnes  personnes que tu as fédérées à travers le monde …
Toute notre admiration pour cela…
Chapeau Monsieur Cardinali, alias « Dédé de Montreuil !!!
Nous sommes fiers de faire parti de tes amis et nous sommes certains que tes enfants le sont aussi !
Peut-être ce sont trop de compliments mais que cela ne t’ empêche pas de nous transporter encore et encore…
Michel et Caro
Restaurant Chez Papa Jazz Club

André Cardinali,
« Une force de la nature cet homme » disait Papa :-)
Il a une énergie sans pareil et je sais que si André est là on va passer de bons moments.
Et de fait, alors que Papa est partis sans avoir le temps de dire au revoir à tous ses amis, je remplace sa magnifique plume littéraire par quelques souvenirs au nom de l’amitié.
Papa en bon Diplomate, (Directeur du Centre Culturel Français au Liban), littéraire et de temps en temps fêtard, Dédé parfait baroudeur qui débarque au Liban avec des idées culturelles… Et bien sûr le duo se mettait à la tâche dans ce pays qui a toujours été un peu « beaucoup » chaotique en organisant le SAD 95 (Salon des Artistes Décorateurs) avec 680 artistes et maîtres-artisans – 450 venus de France et 230 sélectionnés au Liban.
Par exemple exécuter (et c’est le Mot juste) un Fashion Show franco-libanais sur la place des Martyrs …1er événement culturel après 17 années de guerre. Allier la beauté et la création en plein cœur de Beyrouth. Ou même passer une nuit inoubliable chez Papa à Bsalim et être aux premières loges de la centrale électrique détruite par les bombes israéliennes.
Et voilà comment se forge une belle amitié.
Papa a dû partir André, mais son âme amical et joyeuse t’accompagne éternellement.
Amitiés d’un fils qui se régalait de vous voir tous les deux vous amuser tout en travaillant :-)
Tanguy… Fils de Charles-Hervé Faucon 🦅
Beyrouth. Liban

Allo, Monsieur Orlinski
Oui
Auriez-vous un panda dans votre collection ?
Non, pourquoi ?
Voilà, comment a commencé notre belle histoire, pour les Enfants-malades de l’hôpital Necker et la première action caritative des chinois en France, avec l’aide finançière de IFS à Chengdu.
Cette œuvre inédite – un panda géant rouge – a été exposée place Saint Germain-des-Près, puis au zoo de Beauval et dans la nouvelle aire de jeux à l’hôpital Necker-Enfants malades (AP-HP) pour le bonheur et la joie des enfants.
Je suis heureux d’avoir répondu à ta démarche envers les enfants et te suivre encore dans d’autres opérations en Chine et ailleurs.
Amitiés
Richard Orlinski.
Artiste

Dédé,

C’est d’abord une famille. « On ne choisit pas sa famille … » dit le proverbe et la chanson. Dédé a choisi sa famille. Et nous faisons partie de sa famille. raison pour laquelle que nous avons l’impression de l’avoir toujours connu, que nous découvrons ou redécouvrons tous les jours de nouveaux cousins, cousines …

C’est également le sens de la fête, qui nous manque tant aujourd’hui, autour des amis, au sein de la famille, comme celle qu’il avait organisée à l’Hôtel de l’Industrie pour Jean-Pierre Mocky …
C’est le goût de l’aventure, comme celle que nous avons vécue à Chengdu pendant une semaine au pays des pandas …
C’est surtout cette générosité, cet engagement pour des causes qu’on pouvait croire perdues, comme celle de l’Atelier Picasso, et qu’il a su relever.
Amitiés Dédé
Olivier Mousson
Président de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

Cher André,

Merci pour ce souvenir partagé lié à ton vénéré Jean-Jacques Rousseau ! Et pour fêter les 10 ans de ton blog, permets-moi de t’offrir mon dernier album « Nuées »  qui vient tout juste de paraître et dans lequel je rends un hommage à mes chers parents, Gisèle Casadesus (1914-2017) et Lucien Pascal (1906-2006), à travers le magnifique sonnet de Baudelaire « La Mort des Amants » que tu entendras tout d’abord enregistré par eux dans les années 80 puis interprété par le Quatuor Hermès et ma fille Tatiana, soprano, sous la forme d’une mélodie que j’ai composée en 2014 à partir du même poème.

Enfin, parmi les 4 partitions symphoniques que j’ai réunies sur ce CD, il y a aussi une très belle participation de notre si regretté Didier Lockwood pour lequel j’avais autant d’affection que d’admiration et qui m’avait fait le cadeau de jouer dans ma pièce « On a Same Wavelength » avec l’Orchestre Philharmonique de Radio-France en 1999…J’espère que toutes et tous te feront passer un agréable moment musical !

Bien amicalement à toi,

Dominique Probst

Compositeur

Cher Dédé
Tu es un ami fidèle et sentimental
Tu es plein d’empathie et d’humour
Tu es boulimique dans tes intérêts
Tu es comme les phœnix qui renaissent des cendres
Tu es un faiseur de réseau et un tisseur d’opportunités
Merci mon ami.
Je t’embrasse.
Borina Andrieu

Chaque moment est vécu avec sincérité, vérité et intensité avec dédé.

L’Amitié pour dédé est désormais ancré pour l’éternité.

Jenny HA

En fait pour moi tu n’es pas dédé de Montreuil, mais dédé le magnifique ! c’est comme  ça !

Bravo, pour tout ce que tu as fait mais surtout tout ce qui est à venir ! Je suis bluffé par ta force de proposition, tes idées, mais aussi ta force de  travail, ou disons mieux encore, ta force de conviction !

Amitié.

Alexandre Guillou

Marin du Port Canto à Cannes

Au Royaume de Suède, l’amitié devient nécessaire. Quand nécessairement, le nécessaire devient notre allié. 

Les vrais amis se comptent du bout des lacs. Ce sont de grands froids au regard lointain. 

À Stockholm, l’amitié est primordiale, au Nord de Malmö on trouve les plus vieilles amies du monde.

D D , l’homme aux deux lettres, à l’accent joyeux, un vrai être, de tout instant capable de nous plaire…

Il fait beau à l’écouter parler dans nos échanges, sa littérature, ses références, ce dédé de Montreuil.

Bien de bonheur à notre amitié. Rien de plus amical que d’écrire pour un grand ami et composer pour lui,

le jingle du 1er Défilé Européen de Mode  » Cumulus Fashion Tour « 

Black Jack le Viking.

Artiste  

      Café de Flore
                             Latitude : 48° 51′ 39 » N. Longitude : 2° 19′ 34,20 »
La fiche complète de renseignement des Services extérieurs de Dambrath (1) pouvait tenir sur un Post-it.
Sophia ne croyait plus à ses contacts à la Cité des Etoiles. Elle se dit qu’en passant par la Laponie, qu’elle arrivera peut-être au défilé à Beyrouth.
Ses homologues du Sahrani (2) du sud ont complété les informations de Dambrath.
L’enveloppe en main, Sophia s’approche de la baie vitrée. Dans le ciel de Shanghaï flottent d’épars Cumulus…
Ont-ils pour projet de voguer vers Cardiff assister à l’ascension d’Olga, danseuse étoile ?
Une chose est certaine, Sophia doit mémoriser la fiche d’informations sur Hu Diédié de Shanghai 沪蝶蝶  (3) et en révéler le contenu aux gitanes de la mer thaïlandaise.
Elle ouvre l’enveloppe, et tremble à la lecture de l’axiome en forme de Révélation…
                   « André Cardinali est un ami magnétique qui agrège autour de son centre un aéropage hétéroclite d’entités disparates dont le dénominateur commun est Dédé de Montreuil. »
                      Claudemc Solaarium.
  1. Dambrath est un pays côtier et fictif de Férune, centré autour de la Baie des Dauphins Dansants, ayant connu aucune tempête en 500 ans, appartenant au monde de campagne des Royaumes oubliés. C’est un pays très dur, dirigé par une race hybride d’humains : les Crintri.
  1. Sahrani est une île imaginaire de l’océan atlantique. Elle abrite deux pays très différents : au nord, la République démocratique de Sahrani est une dictature communiste, tandis qu’on trouve au sud une monarchie démocratique.
  2. Hu Diédié. C’est un nom atypique, le premier caractère représente Shanghai et ensuite les caractères « papillon ». C’est un jeu de mots, un nom de scène, il faut le préciser.

Dédé de Montreuil
Dédé de Paris
Dédé de Saint-Germain-des-Prés et Shanghai
Dédé de nos vies

Les hésitants disent qu’à l’impossible, nul n’est tenu
Dédé nous prouve que croire en l’impossible, vers le succès ouvre une avenue

Dix ans de blog, dix ans de coups de gueule
Mais aussi dix années d’intégrité, dix années de valeurs
Pour montrer que quand le cap est maintenu, ceux qui le veulent
À leur passé, à leur présent, feront toujours honneur

Quand on a la chance d’avoir connu un Dédé
Quand on sait qu’en lui un mentor toujours on trouvera
Alors on voit en la vie un éternel été
Alors on comprend que l’audace toujours paiera

Merci Dédé, pour ta générosité
Pour ta rigueur, pour ta motivation
Pour les fous-rire, pour les difficultés surmontées
Merci à Dédé l’ami, le guide, le sage, le patron.

Thomas Thompson

En direct de Shanghai

《爱莲说》

莲出淤泥而不染。听你年少时的往事,讶然于人的内心真的可以如同于莲花,当我们在生活中执着于美的追求,生命就如同莲花般开放又给世人以清香。而我也愿意踩着你的足迹在这个世间行走。亲爱的谍谍愿吻过你的人,有你年少时英俊的相貌,智慧又跟随着生命的时间绽放出莲花的风貌。

你的朋友林建刚

« Ai Lian Shuo » (l’histoire de l’amour du lotus).

Le lotus pousse dans la boue mais n’est pourtant pas taché. Lorsqu’on écoute les histoires du passé, on s’étonne parfois que le cœur de certain puisse ressembler à la fleur de lotus. Lorsque l’on fait de la recherche de la beauté l’obsession d’une vie, alors la vie devient comme une fleur de lotus et offre au monde un parfum frais – et je suis prêt à marcher dans ce monde, Cher André sur tes traces. Ceux qui t’ont embrassé et rencontré ont la belle apparence de ta jeunesse, et la sagesse fleurit sur le chemin de leur vie comme la fleur de lotus.
Ton ami George Lin

J’ai trouvé, le jour où j’ai rédigé cet article, une très jolie citation de John Joos qui a parfaitement résumé ma pensée:

« En amitié, comme en amour, deux personnes sont faites l’une pour l’autre,

si elles parviennent à se rendre mutuellement meilleures. »

 Pour ses dix ans, nous fêterons la Journée Internationale de l’Amitié, le vendredi 30 juillet 2021.

Elle a été proclamée en 2011 par l’ONU pour promouvoir l’amitié entre les peuples, les pays, les cultures et les individus;

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monument de l’amitié

Bonjour M’ssieurs, Dames,

L’amitié n’a pas de prix, c’est pourquoi j’ai une pensée pour mes amis disparus !

Celui qui n’est plus ton ami, ne l’a jamais été !

Il est bien plus qu’une connaissance mais moins qu’un ami proche en termes d’intimité et de confiance. L’ami ordinaire est aussi celui que l’on appelle le « bon copain ». Avec lui, on partage en priorité les bons moments, les activités de loisirs (sport, culture), les « tuyaux » professionnels. On peut le fréquenter seul ou en bande, il peut aussi se greffer ponctuellement sur le groupe des amis proches. Il est en général l’ami de ceux qui ont une vie professionnelle bien remplie et une vie sociale très étendue, et qui désirent conserver le temps qu’il leur reste pour leur vie de couple ou de famille. Les amitiés ordinaires se développent assez rapidement sur un terreau fait d’affinités et d’intérêts réciproques.

Les attentes légitimes : la bienveillance, la réciprocité dans le rendu de services, un état d’esprit positif (enthousiasme, encouragement).

Les motifs de rupture ou d’éloignement : la divergence d’intérêts, l’éloignement professionnel ou géographique, la propagation de potins, la rétention d’informations, l’absence de réciprocité dans le service.

L’ami proche

La relation avec lui est nourrie des cinq valeurs propres au meilleur ami que sont l’engagement, la confidence, la confiance, l’honnêteté et la communauté. Mais l’ami proche ne bénéficie quant à lui d’aucun statut d’exclusivité. On a, en général, plusieurs amis proches. Autre différence, il peut ignorer certains aspects de notre vie, de notre passé ; avec lui, l’intimité est moins transparente qu’avec le meilleur ami. Mais il y a un feeling particulier, une complicité tendre et l’assurance que l’on peut partager les grandes et petites joies, mais aussi les coups durs. L’ami proche est également celui avec qui l’on partage des moments en famille et avec qui l’on est dans l’échange intellectuel et culturel. Les « amis du couple » sont typiquement des amis proches.

Les attentes légitimes : la discrétion, la sincérité, la générosité, la bienveillance, la solidarité.

À l’heure des « relations jetables », l’amitié sincère et durable semble en voie de disparition.

L’amitié a-t-elle changé ? À l’échelle de l’histoire, je ne sais pas (pas encore !). Mais à l’échelle de mon histoire, c’est indéniable : je n’ai jamais eu autant d’amis. Enfant, puis adolescent, simplement, à l’époque, mes critères de l’amitié étaient bien différents. Qu’elle s’impose tel un coup de foudre, ou dans une longue conquête jalonnée d’épreuves, l’amitié était, chez moi, un choix radical, de confidences intimes, d’expériences partagées.

Seules deux ou trois personnes ont longtemps mérité, à mes yeux, le nom de « vrais amis ». Ils se reconnaîtront !

Maintenant, il y a Facebook, qui autorise à devenir l’ami d’un inconnu en un seul clic. Portée par cette conception classico- romantique de l’amitié. Car je ne suis pas dupe, sur Facebook, inutile d’être ami pour être ami. C’est absurde, mais c’est ainsi.

Dans une époque conduite par une logique libérale où l’autre est un moyen pour atteindre sa propre fin, il n’est pas étonnant que la “vraie amitié” soit si difficile à trouver. » Nous serions donc trop intéressés et trop « égocentrés » pour être de vrais amis. Car l’amitié véritable a ceci de particulier par rapport à l’amour : elle comprend forcément la différence et la séparation – physique et psychique. Pas de fusion amicale possible. Nous sommes amis « parce que c’était lui, parce que c’était moi », dans la reconnaissance de nos différences. Cette acceptation est-elle encore possible à notre époque de narcisses ?

Sur la stèle du monument de l’amitié, la citation de Rudyard Kipling  sera inscrite :

« Il n’y a pas de plaisir comparable à celui de rencontrer un vieil ami, excepté peut-être celui d’en faire un nouveau. »