Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: Hollande

Les Sans-Couilles !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Il y a eu les Sans-Culottes, aujourd’hui, il y a les Sans-Couilles !!! et demain, il faudrait mener un combat contre les énarques,  cancer de la France avec ce message : Les Sans-Enarques retournés dans votre Corps d’état et quitter l’entreprise dont vous avez assez profité pour laisser votre place aux vrais entrepreneurs ! ENA ( Ecole de Névrose et d’Ambition )

Au début de la Révolution française de 1789, le nom « Sans-culottes » est donné par mépris aux manifestants populaires qui portent des pantalons à rayures bleues et blanches. Ce costume est un signe de protestation, arboré par des avocats, des commerçants, des employés, des artisans, des bourgeois, puis par les membres de toutes les conditions qui se présentaient comme « patriotes ».

 La jolie sans-culotte en armes et son compagnon !

« Qu’est-ce qu’un sans-culotte ?  décrit par le Père Duchesne, été 1793
C’est un être qui va toujours à pied, qui n’a pas de millions comme vous voudriez tous en avoir, point de châteaux, point de valets pour le servir, et qui loge tout simplement avec sa femme et ses enfants, s’il en a, au quatrième ou au cinquième étage. Il est utile, il sait labourer un champ, forger, scier, limer, couvrir un toit, faire des souliers et verser jusqu’à la dernière goutte de son sang pour le salut de la République.

Quelques journalistes surent coller à ce peuple combattant et révolutionnaire : Jean-Paul Marat et son Ami du peuple, dans un tout autre registre, Jacques-René Hébert et son Père Duchesne, mais aussi Jacques Roux et son groupe les Enragés. Ils en furent longtemps les porte-paroles, plus que les guides, incontestés.

Ou sont-ils les journalistes qui s’engagent aujourd’hui ? Comme Camus, Mauriac, Jaurès, Zola, Aragon …

Ou sont-ils les intellectuels ? comme Jean-Paul Sartre, debout sur un bidon devant les usines Renault pour défendre le monde ouvrier.

Ou sont-ils les artistes comme Jacques Prévert qui à créé le Groupe Octobre ? et Coluche et ses Restos ?

Ou sont-ils les politiques ? …. comme Hollande, Président du Pays-Bas !!!

 

Publicités

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS POUR SAUVER L’ATELIER PICASSO

APPEL CULTUREL

Que va devenir le Grenier-atelier de Picasso à Paris ? Le Comité National pour l’Education Artistique (CNEA), qui l’anime, a reçu jeudi une ordonnance d’expulsion mais continue d’espérer une « solution amiable » avec le propriétaire.

 » Ce sont les montagnes russes, on ne sait pas très bien où l’on va. Nous voudrions avoir l’assurance solennelle que la Chambre des huissiers de justice de Paris ne va pas exécuter cette ordonnance », déclare à l’AFP Alain Casabona, délégué général du CNEA.

Situé au 7 rue des Grands-Augustins, l’Hôtel de Savoie qui abrite l’atelier où Picasso a peint « Guernica« , appartient aux huissiers de justice de Paris et de la Petite-Couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne).

Coups-de-theatre-au-Grenier-des-Grands-Augustins-ancien-atelier-de-Picasso_article_main

Le CNEA occupe à titre gracieux le grenier-atelier, au dernier étage, après avoir rénové à ses frais en 2002 cet espace laissé à l’abandon pendant des années. Il y organise des manifestations artistiques et des ateliers pour enfants.

Mais la Chambre des huissiers de justice de Paris a demandé fin 2012 au CNEA de quitter les lieux car elle entend trouver un « repreneur » qui rénoverait et louerait l’ensemble de l’immeuble.

Le CNEA refusant de partir, la Chambre des huissiers de Paris a saisi en urgence le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris. Le juge des référés a ordonné le 4 juillet l’expulsion de l’association sous quinze jours après notification de l’ordonnance. L’association a fait appel.

Décidé à résister, le CNEA a organisé jeudi une conférence de presse dans l’ancien atelier du maître, aux poutres apparentes, en présence de l’actrice Charlotte Rampling et du violoniste Didier Lockwood, qui participent aux activités de l’association.

Un comité de soutien animé par André Cardinali dit  » dédé de Montreuil « , lancé récemment, a réuni les signatures de personnalités comme Jacques Delors, Michel Rocard, Jean-Jacques Debout, Jacques Séguéla, Jean-Michel Wilmotte, Bernard-Henri Lévy. Marie-Christine Barrault, Eugénie Bachelot – Prévert, André Bercoff, Pierre Cornette de Saint-Cyr, Michèle Cotta, Jean Daniel, Jean-Jacques Debout, Jacques Mailhot, Christine Géricot, Serge Moati, François Morel, Patrick Poivre- d’Arvor, Grâce de Capitani, Pierre Santini, Cyrielle Clair, Jean-Pierre Mocky, Jean-Noël Jeanneney, Joël Martin ( La Comtesse du Canard ) Gilbert Grellet  ( AFP ), Hélène Nougaro, Pierre Terrasson, Bernard Lavilliers, Rona Hartner, Nicoletta, Kate Barry, Raghunath Manet, François Marthouret, Rick Odums, Patrick Rotman, Nicolas Stavy, Hermine de Clermont-Tonnerre, Pierre Lescure, Pierre Arditi, Olivier et Yara Lapidus, Aimé Nouma…

Nous avons reçu également le soutien de Jack Lang président de l’Institut du Monde Arabe

Photo Conférence

André Cardinali, Didier Lockwood, Charlotte Rampling et Alain Casabona au Grenier.

Charlotte Rampling a évoqué « les ondes » que diffuse ce lieu. Didier Lockwood voudrait que ce grenier mythique devienne « un phare » démontrant « l’importance de l’éducation artistique ».

Coup de théâtre

Le ton de la conférence était plutôt optimiste. « Depuis hier, une solution amiable a l’air de se dégager avec un héritier Picasso qui négocie actuellement avec la Chambre des huissiers de Paris », a annoncé M. Casabona.

Il ne révèle pas le nom de l’héritier concerné pour ne pas risquer de compromettre les discussions mais indique que l’idée serait de créer une fondation.

Cette solution devrait permettre au CNEA de rester dans les lieux et de poursuivre ses activités, ajoute-t-il.

Mais une fois la conférence de presse terminée – coup de théâtre – un huissier est venu remettre à M. Casabona l’ordonnance d’expulsion. « On a quinze jours pour quitter les lieux », constate le délégué général qui préfère penser que tout peut encore s’arranger.

Le CNEA se bat également pour que l’Etat classe ce grenier dans lequel Picasso a installé son atelier parisien de 1937 à 1955, avant d’en être expulsé. Auparavant, le grenier avait accueilli Jean-Louis Barrault, qui y a créé sa première compagnie (1934-1936). Et Balzac y a situé son « Chef d’oeuvre inconnu ».

Le Président de l’Académie des Beaux-Arts Lucien Clergue a écrit fin mars une lettre à François Hollande pour le sensibiliser à cette question du classement.

Lettre Lucien Clergue

Dans une lettre du 15 avril rendue publique par le CNEA, le chef de l’Etat a répondu au photographe qu’il avait demandé à la ministre de la Culture Aurélie Filippetti  » de se saisir prioritairement de ce dossier « .

Lettre François Hollande

Le ministère de la Culture a fait savoir qu’il avait commencé à se pencher sur la question du classement.

Lettre Ministère de la Culture

UNE DEMANDE DE CLASSEMENT ANNONCÉE

Afin d’empêcher tout projet de réaménagement par un promoteur privé, Jean-Pierre Lecoq, maire du 6e arrondissement de Paris, avait de son côté annoncé sa « demande de classement sur l’inventaire supplémentaire du Grenier » et disait vouloir « accélérer la procédure ». À la différence du « classement historique », cette démarche n’implique pas de participation financière de l’État.

« Mais il faut aller vite », a estimé  Jean-Pierre Lecoq, présent dans la salle lors de la conférence de presse, « c’est une question de volonté politique ». 

LETTRE Jean-Pierre Lecoq à Aurélie Fillippetti

En 1990, Jack Lang  sauve le Fouquet’s  d’un rachat par des financiers, désireux de transformer ce haut lieu parisien en galerie marchande, en l’inscrivant  à l’inventaire des Monuments historiques.

VENEZ-NOUS REJOINDRE

pour défendre ce lieu d’histoire, patrimoine de

la France et de l’Espagne

C’est notre devoir et du civisme

Reportage sur France 3 Ile de France

http://culturebox.francetvinfo.fr/latelier-parisien-ou-picasso-a-peint-guernica-est-menace-137587

Jean Ferniot, un homme cultivé

Bonjour M’ssieurs-Dames,

L’écrivain et journaliste Jean Ferniot, qui a mené une carrière de chroniqueur politique, mais aussi de critique gastronomique, est décédé samedi 21 juillet à Paris à l’âge de 93 ans.

Marié à trois reprises, il était père de cinq enfants dont Vincent Ferniot, journaliste gastronomique à qui il avait transmis sa passion de la gastronomie, et aussi à Simon, ce qui les a conduit à concrétiser le rêve d’ouvrir un bistrot de quartier, Le Boco http://www.boco.fr/ A chaque fois, que je rencontre Vincent et Simon Ferniot, je ne peux m’empêcher de penser à leur père qui avait la classe, il m’impressionnait beaucoup par sa culture générale et sa curiosité envers les autres.

Jeudi dernier, au Boco, Sabine Servan-Schreiber avait organisé le premier anniversaire de la mort de son fils, David Servan-Schreiber avec ses amis.

Jean était un bon vivant, je me souviendrais toujours d’un repas gastronomique avec son ami Jacques Huteau ( Directeur général de L’Express ) , chez Maxim’s, Jean nous a fait une leçon d’histoire sur la tête de veau et sur le Cahors.

C’est avec tristesse que j’apprends le décès de Jean Ferniot, écrivain et journaliste.

Je rends hommage à l’homme de talent qui aura marqué la vie publique par son regard à la fois acéré et brillant.

François Hollande

Jean Ferniot, était un homme multi-média.

Presse écrite : Jean Ferniot débute sa carrière à l’Agence France-Presse en 1944. L’année suivante, il est nommé chef du service politique du quotidien Franc-Tireur, avant de devenir chroniqueur politique à L’Express (1957-58). Il est chef du service politique de France Soir de 1959 à 1963, puis corédacteur en chef de L’Express (1963-66). Président du conseil de surveillance de L’Evénément du Jeudi de 1992 à 1994. Il est aussi éditorialiste à France-Soir (1967-70), puis rédacteur en chef, adjoint au directeur général de ce quotidien (1969-70). Parallèlement, il tient une chronique gastronomique dans L’Express de 1963 à 1969.

Radio :Jean Ferniot fait son entrée à Radio-Luxembourg en 1967 et sera jusqu’en 1983 l’un des chroniqueurs radio les plus écoutés. Charles de Gaule écoutait ses chroniques sur RTL afin de prendre le pouls des français.

Télévisions :! A partir des années 1970, Jean Ferniot aborde la télévision. Le journaliste moustachu à l’impeccable noeud papillon est notamment l’auteur ou le présentateur d’émissions telles que « L’avocat du diable » (1970), « Italiques » (1974), « De vive voix » (1975) ou « Le livre du mois » (1976). Il est également coproducteur de l’émission « La cuisine légère ».

Edition et gastronomie : Directeur de la collection L’Air du temps chez Gallimard (1973-77), puis de la collection Humeurs chez Grasset (1978-83), Jean Ferniot est ensuite directeur, puis conseiller de la rédaction de Cuisine et Vins de France pendant dix ans (1981-1991). Il est aussi président du Centre national des arts culinaires et de la Commission nationale des labels en 1983 et 1984.

Amateur d’histoire et auteur d’une trentaine de livres, parmi lesquels « Les ides de mai » (1958), « L’ombre portée » (1961), « Mort d’une révolution » (1968), « Paris dans mon assiette » (1969), « C’est ça la France » (1977), « Le chien-loup » (1983, prix de la nouvelle de l’Académie française), « Je recommencerais bien » (1991), « La France des terroirs gourmands » (1993), « Morte saison » (1996), « Un temps pour aimer, un temps pour haïr » (Prix du roman populiste 1999), « Noces de nuit » (2003), « C’était ma France » (2004, prix Louis Pauwels 2005).

Voici un document qui représente bien les hommes cultivés et libre d’expressions.

http://www.ina.fr/art-et-culture/gastronomie/video/I00009574/jean-ferniot-deguste-un-coq-au-vin.fr.html

Au Secours ! les premiers de la classe, arrivent…

J’ai peur !!! pour demain…
 
A Villepin, en Hamon de ChatelBertrand a Copé un bout de Peillon à Montebourg sur le boulevard Lefebvre

en buvant un coup de Moscovici, avec Besancenot … après avoir fait une Valls avec de jolies femmes :

Belkacem, Pécresse, DatiMoranoRama, c’était Royal,

orchestré par le sacré Wauquiez  !!! sur un air de la Taubira

C’est un Baroin d’honneur tout ça !!! c’est Lellouche ?  et pas Joly tout ça ! même avec une Fleur Pellerin.

Mélenchon pas tout, Kosciusko veille …devant Le Maire.

C’est pas un Désir, ni la Marine qui changeront ce monde, où peux de gens sont à leur place.

C’est des lights, sans odeurs et 0 % de matières grises.

Ils ressemblent tous à des oeufs calibrés, avec une date de maturation à consommer pas avant 2030.

Les faibles sont devenus forts et les forts moins-forts !!!

HUMP – ASSOCIES

Sarkozy, Président de l’UMP  ( Union des Malades Psychiatriques )  

 Le H de Hollande ne sert à rien, tout comme celui de HawaÏ

Ils nous font tous bien danser … le Humpa – Hop

https://www.youtube.com/watch?v=nB2Lk6IMgJY

Le seul parti de demain, c’est ni à gauche, ni à droite, c’est tout droit, sans regarder dans les rétroviseurs..

images

Ils ont du boulot avant d’avoir le charisme et la Classe du Président Obama qui a cassé la Barack, lors d’un concert à la Maison Blanche avec Monsieur BB King et Mick Jagger…s’ il vous plaît !

http://www.dailymotion.com/video/xoy6sk_obama-chante-avec-mick-jagger-et-bb-king_news#.Uai4FNJM-fU