Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: Hachette

Grégoire Lacroix, un Euphorisme…et des mots

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Comme vous le savez mon blog sert avant tout à vous amuser, à vous informer et à vous faire découvrir mes rencontres, lors de mes vagabondages buissonniers.

Aujourd’hui, mon ami Alain Casabona  » Le Maestro du faubourg  » m’a présenté Grégoire Lacroix.

J’ai encore mal au ventre en pensant à la partie de rigolade pendant notre déjeuner au Marco-Polo, un resto italien digne de ce nom ;  je vous le recommande.

Bien que né sous le signe de la balance, Grégoire Lacroix est un déséquilibré qui ne doit son salut qu’à la pratique de la sieste et de l’humour nonchalant.

Créatif tous azimuts et « déconoclaste multimédia », il a longtemps cherché sa voie au risque de la trouver… ce qui arriva. Mais elle avait la forme d’un rond-point dont il prit toutes les branches à la fois : guitariste de jazz, créateur de photo-démontages, parolier de chansons définitivement inconnues, membre de l’Académie Alphonse Allais, Ministre des Plaisirs associés, Fondateur de la philosophie évitiste, auteur sensible et drôle, à l’image de ses Euphorismes et de ses Patates parlantes.

Dans Euphorismes n’y-a-t-il pas « Euphorie  » ?

C’est l’état exact dans lequel me laissent les pépites verbales de maître Grégoire après intense et jouissive lecture d’icelles. Lichtenberg ou Pascal n’ont qu’à bien se tenir.

Méditez ces réalistes élucubrations auprès desquelles celles de nos pseudo philosophes médiatisés d’aujourd’hui font figure de rédacteurs de bulletins météo. Pierre Perret

Grégoire m’a offert deux livres sur ses Euphorismes (Editions Max Milo ). Je vous conseille de vous les procurer et de les offrir à vos amis pour les élever jusqu’aux hauteurs du rire avant de plonger dans des abîmes méditatifs !

Et aussi un autre livre :  » Les patates parlantes  « .  (Ce livre a été édité à compte d’auteur et n’est pas commercialisé ).

Pour avoir la patate,  je vous  livre un extrait de la préface pour vous donner le ton joyeux, désinvolte, hilarant et nécessaire.

La Pomme de Terre, tubercule pacifique est, depuis toujours, soumise à des tortures qu’aucun autre légume ne saurait supporter : épluchée, débitée en rondelles, en bâtonnets, en billes, en spirale, elle peut être selon l’humeur : sautée, fritée, vaporisée, chipsée, broyée, réduite en purée, et, le plus souvent plongée nue dans l’huile bouillante.

Ne dévoile-t-elle pas cette faculté secrète qu’ont les pommes de terre de dialoguer entre elles dans l’obscurité des bacs à légumes, endroit discret où, si on leur en laisse le temps, l’on peut aussi voir germer leurs idées ?

C’est pour cela que Grégoire a donné la parole à ce peuple opprimé et, par la force des choses, résigné.

Et patati et patata… Ce livre n’est pas une patate chaude !

Et maintenant, quelques Euphorismes de Grégoire que j’ai relevés pour vous :

Quand on n’a plus rien à se dire, on parle de communication.

Tolstoï et moi, sommes sur un pied d’égalité : il n’a rien lu de moi et réciproquement.

Il paraît que l’hépatite C, a contaminé tout le reste de l’alphabet.

Quand on voit la complexité des circonvolutions cérébrales, on prend conscience de ce miracle qu’est une idée simple.

Les empathiques sont des gens qui se mettent si bien à la place des autres qu’ils ne savent plus où est la leur.

Quand on va à la pêche aux cons, ça mord toujours…

Si le temps vous semble long, prenez-le dans le sens de la largeur.

Le bruit court, qu’on peut avoir une vie sexuelle sans avoir lu Freud.

Il paraît que les moutons insomniaques comptent les uns sur les autres pour s’endormir.

On s’ennuie toujours dans une exposition canine : y a pas un chat.

Je peux maintenant l’avouer, le spermatozoïde dont la victoire a donné lieu à ma naissance s’était dopé.

C’est quand même scandaleux, qu’un chauffard meurtrier puisse être libéré pour bonne conduite !. Etc…

Grégoire  fait aussi des collages hilarants. A suivre… dans un prochain billet. Pas tout à la fois quand même !!!

Je vais concocter une rencontre  (autour de bonnes bouteilles amies de vin rouge) sous la baguette verbale du Lion de Saint-Germain, Alain Casabona, entre Grégoire et mon pote Jojo, vous savez le Roi de la Contrepèterie,  Joel Martin(Comtesse de l’Album  du Canard déchainé).

J’ai hâte d’entendre des beaux mots, des gros mots, des grands et petits mots, je suis certain d’avoir des maux de tête le lendemain matin.

Je vous dédicace une citation que j’ai écrite dédiée à mes trois amis cités et à mon ami MC Solaar (jongleur des mots qui claquent) :

Au bar des encyclopédies, Le Petit Robert a tué Larousse à coup de Hachette après avoir eu des mots. dédé

Les mots m’ont donné une idée : celle d’organiser une exposition éphémère avec la saveur des mots écrits par plusieurs auteurs sur des supports alimentaires salés et sucrés, les invités croqueront les mots à pleine dents jusqu’au dernier mot. A l’entracte, il y aura des Exquis-mots au Moka en espérant qu’ils n’auront pas de maux d’estomac… et des mots de ventre comme ceux que j’ai eu aujourd’hui !

Seuls les mots d’esprit et les Mots Con posé seront admis.  Serge Moati sera l’invité d’Honneur entouré de Tops-Modèles

Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. Paul Eluard

En deux mots … on peut tout dire !  ( un adepte inconnu de la concision )

Je me demande si je ne suis pas en train de jouer avec les mots. Et si les mots étaient faits pour ça ? Boris Vian

Et le mot de la fin : Les gens qui ne rient jamais ne sont pas des gens sérieux… Alphonse Allais

Je vous quitte , je suis invité à un Bal Mosquée…

L’idéologie est froide

Bonjour M’ssieurs-Dames,

<< Comptez l’argent pour rien, les places pour rien, la popularité pour rien ; c’est la presse qui est tout. Achetez la presse, et vous serez maîtres de l’opinion, c’est-à-dire les maîtres du pays. >> Isaac Moïse.

Les grands manias de la presse française gagnent des bénéfices dans leurs entreprises, pourquoi en perdent-ils autant dans les médias ? La question est posée …Sont-ils les maîtres du pays ? comme Google est, le maître-copieur des rédactions !!!

Le premier périodique imprimé au monde, un hebdomadaire de quatre pages, titré Relationfut lancé à Strasbourg en décembre  1605,  par Jean Carolus.

Le Monde. Actionnaires : Pierre Bergé (Héritier de Yves Saint-Laurent),Matthieu Pigasse ( homme d’affaires, propriétaire du magazine «  Les Inrockuptiles « ) et Xavier Niel ( Fondateur de Free)

Michel Legris publie en 1976 Le « Monde » tel qu’il est. D’après cet ancien journaliste du « quotidien de référence », derrière son apparente objectivité, Le Monde appliquerait de multiples procédés de désinformation mis au service de son engagement dans l’intelligentsia de gauche par une ligne éditoriale gauchisante.

En mai 2011, irrité par le contenu d’un article du Monde consacré à  François Mitterrand signé par l’historien François Cusset, l’actionnaire Pierre Bergé dira « regretter » d’avoir investi dans le quotidien. Il avance ainsi : « Je considère que contrairement … à ce qu’ils prétendent, les journalistes du Monde ne sont pas libres mais prisonniers de leurs idéologies, de leurs règlements de compte, et de leur mauvaise foi « .

Jean-Jacques Servan-Schreiber, responsable de la page de politique extérieure, quitte Le Monde au début des années cinquante en lui reprochant son neutralisme dans les relations Est-Ouest. 

Sous la Ve République, Le Monde soutient la politique étrangère du Général de Gaulle, tout en critiquant sa politique intérieure. Dans les années 1970, Le Monde s’oriente clairement vers un soutien à l’Union de la Gauche en soutenant la candidature de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981.

En 2007, le directeur de la publication, Jean-Michel Colombani a lancé un appel à voter pour la candidate socialiste  Ségolène Royal.

NEWS. Anne Sinclair, à la tête du Hinffington  Post France ( site d’information américain, 37 millions de lecteurs /mois aux Etats-Unis ) financé par Le Monde et Matthieu Pigasse.

http://www.huffingtonpost.co.uk/

Libération. Actionnaires : Edouard de Rothschild ( ancien membre du CNPF) Carlo Caracciolo (magnia de la presse italienne), Pierre Bergé ( tiens-tiens) André Rousselet, BHL ( Tiens-tiens), Henry Seydoux et Pathé.

Libé à été fondé sous l’égide de Jean-Paul Sartre qui disait dans Nekrassov «  L’argent n’a pas d’idées «

Laurent Joffrin explique dans un courrier électronique :«La disparition de Libération ferait taire une voix importante dans la société française et exclurait de facto la gauche de la presse du matin » on comprend mieux pourquoi, Libé a fait appel au grand capital…

Le Point. Actionnaire : François Pinault ( homme d’affaires. PDG de la holding Artémis, très proche de Jacques Chirac.

Directeur de la publication Franz-Olivier Giesber, ancien directeur de la rédaction du Nouvel Observateur puis du Figaro ( de gauche à droite, en avant toute… )

Chroniqueurs : Claude Allègre, Alain Duhamel, Jean-Paul Enthoven, Bernard-Henri Lévy, Valéry Giscard D’Estaing, Patrick Besson.

Les Echos. Actionnaire : Bernard Arnault ( homme d’affaires. PDG de LVMH )

Selon l’ancien directeur de la rédaction, Jacques Barraux, « l’orientation du journal est d’essence libérale : nous défendons l’idée que le marché est supérieur au plan. En conséquence, nous pensons que l’entreprise privée est l’outil le plus performant, même si ce n’est pas le seul».

Les Echos ont été fondé par le père de JJSS, Monsieur Emile Servan-Schreiber

Hachette. Actionnaire : Arnaud Lagardère

Paris Match célèbre par sa devise : « Le poids des mots, le choc des photos ». En 2008,l’hebdomadaire adopte une nouvelle devise, « La vie est une histoire vraie » comme  par exemple :

Ségolène Royal serait intervenue auprès de Paris Match pour obtenir, même si elle n’avait aucune chance de l’obtenir, le renvoi d’une journaliste, Valérie Trierweiler, présentée comme l’« amie » de François Hollande…

Le Figaro. Actionnaire : Serge Dassault ( homme d’affaires. Sénateur UMP de l’Essonne )

d’après Figaro, le personnage de Beaumarchais, met en exergue la réplique :

« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. » C’est du lourd !!!

La ligne éditoriale du Figaro est de droite ou de Centre-droit, selon le spectre politique français habituellement utilisé. ( d’après le vent, Monsieur dédé !!! )

Tout ceci montre que la presse est culturellement de gauche et de droite,puisque les journalistes défendent des idées libérales. Il eut été plus intéressant de se demander pourquoi, alors que la plupart des journalistes se considèrent comme de gauche.
Les recrutement se font par l’intermédiaire d’écoles de journalisme qui pratiquent une rééducation aussi féroce que celle des IUFM sur les jeunes journalistes. Les journalistes de gauche étant généralement bien plus sectaires que ceux de droite peuvent facilement briser la carrière de celui qui oserait affirmer des idées différentes. L’uniformité étant en place, celui qui ose sortir de sa tranchée est flingué de suite.
En privé, et entre eux, des journalistes peuvent dire exactement la même chose que Le Pen, mais sans l’avouer à leur lecteurs et se l’avouer à eux mêmes.

Le gauchisme culturel des journalistes est donc une structure culturelle et s’explique par leur volonté d’être dans le camp du bien, du côté des beaux mots généraux et généreux.

Ayant travaillé à L’Express, je suis bien placé pour savoir que la presse sert de tremplin et de propagandes à un homme politique ou à un parti :

JJSS et L’Express servait Pierre Mendès France contre l’OAS. La candidature de Gaston Defferre est notamment inspirée par la campagne de L’Express, étant le « Monsieur X », candidat idéal de l’opposition au gaullisme, sans oublier Giscard d’Estaing en 1974 pour la présidentielle, etc…

Pour qui roulent-ils aujourd’hui ? Tout dépend du sens du vent !!!

Et encore ?

Le meilleur politique-journalistique l’emporte toujours comme lors des débats : Giscard-Mitterrand, Sarkozy-Ségolène, Sarkozy-Hollande

Quelques citations à méditer :

JEAN-JACQUES SERVAN-SCHREIBER  » Dire la vérité telle que nous la voyons « . 

ARMAND (Louis)
<< Une démocratie est d’autant plus stable qu’elle peut supporter un plus grand volume d’informations de qualité. >>

BEAUMARCHAIS (Pierre Augustin Caron de)
<< Pourvu que je ne parle ni de l’autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l’Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l’inspection de deux ou trois censeurs. >>

CHATEAUBRIAND (François René de)
<< J’ai aidé à conquérir celle de vos libertés qui les vaut toutes, la liberté de la presse. >>

CHATEAUBRIAND (François René de)
<< Plus vous prétendez comprimer la presse, plus l’explosion sera forte. Il faut donc vous résoudre à vivre avec elle. >>

GAULLE (Charles de)
<< La raison d’être du gouvernement, c’est qu’il gouverne, c’est qu’il prend des responsabilités. C’est qu’il fait des choix clairs. C’est qu’il est cohérent. C’est qu’il obéit à l’intérêt national, et non à la dernière pression qu’il a subie, à la dernière mode qui court dans les journaux. C’est qu’il n’est pas du sable entre les doigts. >>

HUGO (Victor)
<< La presse a succédé au catéchisme dans le gouvernement du monde. Après le pape, le papier. >>

JEFFERSON (Thomas)
<< Dans la presse, seules les publicités disent la vérité. >>

JEFFERSON (Thomas)
<< S’il m’était laissé de choisir si nous devons avoir un gouvernement sans journaux ou des journaux sans gouvernement, je n’hésiterais pas un instant à préférer le dernier choix. >>

KARR (Alphonse)
<< Il y a deux sortes de journaux : ceux qui approuvent et soutiennent le gouvernement quoi qu’il fasse, et ceux qui le blâment et l’attaquent quoi qu’il fasse. >>

MITTERRAND (François)
<< Le journaliste, lui peut écrire n’importe quoi et se tromper sur tout, cela ne change rien, ses journaux se vendent toujours aussi bien ou aussi mal. >>

RAFFARIN (Jean-Pierre)
<< On cherche toujours à annoncer la nouvelle la veille, et la dictature du scoop conduit l’homme politique à être préfabriqué. (…) La société de l’information adore annoncer une rentrée difficile, une année suivante forcément plus rude que la précédente. >>
SARKOZY (Nicolas)
<< Dans un pays où il n’y a plus d’opposition, la presse s’attribue la fonction d’opposition. >>

VIGNY (Alfred de)
<< La presse est une bouche forcée d’être toujours ouverte et de parler toujours. De là vient qu’elle dit mille fois qu’elle n’a rien à dire, et qu’elle divague souvent. >>

ZOLA (Émile)
<< La presse est le réceptacle de tous les ferments nauséabonds. Elle fomente les révolutions, elle reste le foyer toujours ardent où s’allument les incendies. Elle deviendra seulement utile le jour où l’on aura pu la dompter et employer sa puissance comme un instrument gouvernemental… >>

Et la meilleure pour la fin :

GANDHI (Mohandas Karamchand)
Philosophe et homme politique indien

<< La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. >>
| Source : Tous les hommes sont frères

 C’est vraiment l’objet d’un débat. qu’en pensez-vous ?

Aussi imparfaite qu’est la presse, vaut-il mieux la conserver ainsi ou la réformer ?. Sa réforme, ses valeurs, ses responsabilités dans l’influence de l’opinion sont-elles en train d’évoluer avec la liberté d’expression des blogueurs, nouveaux témoins critiques de la société qui fabriquent leur propre audience organisée par les algorithmes des moteurs de recherche. Sans Google, que serait la presse aujourd’hui ?

Alors le Canard Enchainé, délivre-toi et devient Le Canard Déchainé…

Je terminerais par cette phrase que j’ai écrite sur les bords de la Mer Rouge en 1981 :

  » Quand on voyage, on s’aperçoit que les livres mentent  »  alors la presse !!! : No Comment