Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: Elsa Triolet

Federico Restrepo. Un Philosophe-designer, colombien à Shanghai !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Ma passion dans ma vie est d’aider les artistes, l’artiste que je vous présente aujourd’hui en est un vrai !, en ce moment, il traverse une mauvaise période, c’est pour cela que je lance un APPEL SOLENNEL pour lui trouver du travail, afin qu’il retrouve la place qui est la sienne: celle du monde de la création et des arts. Deplus, il a une famille à nourrir avec deux enfants de bas âge …

Après avoir été l’animateur pour sauver l’atelier Picasso, je compte bien sauver un autre grand artiste comme Federico, avec votre aide. Merci.

Créer est aussi difficile que d’être libre ! Elsa Triolet

Cette citation pourrait être associée au talent de Federico Restrepo : un homme d’esprit et de savoir installé à Shanghai depuis 2007.

Sensibilisé à tous les moyens de création, Federico Restrepo développe un sens aigu de la création qu’il exerce dans son métier comme dans sa vie, car, selon lui, «la création est le plus noble des actes humains ».

SandRiver_campaigns

Né à Bogota (1962) de père architecte, grand-père aquarelliste, arrière-arrière-grand-père  « Grand prix de Rome » (et architecte de la Sorbonne) et de mère créative dans le design, Federico Restrepo est imprégné dès son plus jeune âge par l’univers de la création.

Cette culture s’enrichit de ses nombreux voyages effectués au fil des ses études – Colombie, Espagne, France – et Federico Restrepo développe alors son sens artistique. Il l’exprime dès l’âge de 18 ans à travers la peinture dont il expose son travail à Rodez en 1981. Trop jeune et non préparé à affronter le monde des galeries, il renonce à s’engager dans cette voie et entame alors des études de logique et de philosophie à La Sorbonne jusqu’à sa maîtrise en 1987. Encore étudiant et toujours féru de création, il conçoit et dessine un luminaire grâce auquel il remporte le titre « Lampe d’Or » au Salon International du Luminaire en 1987, remis par Philippe Starck. Dès lors, il se dédie définitivement au design.

Après avoir monté sa première agence (Raison Pure) en 1988 à l’âge de 25 ans, il mûrit la trajectoire qu’il souhaite donner à son métier et à sa vie et crée en 1994 L’ATELIER FEDERICO RESTREPO où il développe son savoir-faire singulier dans le monde du design, combinaison d’une formation à la fois artistique et philosophique. Son approche éclectique du design a déjà remporté un vif succès dans le domaine des parfums et de la cosmétologie où il a acquis une notoriété de véritable expert.

Voici un extrait de ses réalisations www.federicorestrepo.me

Sensibilisé à tous les moyens de création dès son plus jeune âge, Federico Restrepo développe un sens aigu de la création qu’il exerce dans son métier comme dans sa vie, car, selon lui, «la création est le plus noble des actes humains »

De la philosophie qu’il étudie à La Sorbonne, Federico Restrepo a gardé le goût de l’analyse et de la réflexion. Il aime lire mais aussi écrire. Son premier livre « Le livre d’heures » (aux éditions Milan) illustre sa manière d’appréhender le métier de créateur. Dernièrement, il vient de terminer son nouvel ouvrage « Le livre des Illusions, Petits sentiers pour une méditation terrestre ».

Fr,.Livreillusions.couvsite

Jeune peintre à 18 ans, la peinture reste une de ses passions. Il peint des aquarelles dans son atelier . Libre de toutes contraintes puisqu’il n’expose pas, Federico Restrepo crée pour le simple bonheur de donner vie à des créations.

Le dessin fait partie de son quotidien professionnel. En dehors des flacons de parfums, il aime également dessiner des objets très divers aussi bien dans le domaine des arts de la table, de l’écriture que des spiritueux….

Autodidacte dans le domaine du design, il a approfondi l’étude des techniques de fabrication et a poussé son travail jusqu’à la recherche fondamentale sur les matériaux pour les industriels. De ce travail acharné, il a même découvert des procédés de fabrication insoupçonnés dans le domaine du verre. Il travaille à titre personnel le verre soufflé en produisant des pièces à destination de galeries ou de particuliers.

Polyglotte (espagnol, anglais, italien, français), Federico Restrepo aime voyager et côtoyer des cultures différentes qui nourrissent son esprit créatif et ses idées.

Federico vient de créer une ligne de joillerie pour Hommes :  « LES ORNEMENTS  » www.frestrepo.com

restrepo-jewels_008

Selon lui, l’échange est une véritable richesse : « Tout seul on n’a pas d’idées. Il faut  les échanger ». C’est pour cela que je fais un appel amical auprès de mes amis, et à la communauté française en Chine.

Pour découvrir ses multiples facettes, voici plusieurs Liens:

Site professionel : www.restrepodesign.com

Le cabinet des curiosités de Shanghai http://federicorestrepo.me/portfolio/cabinet/book.swf
Livres : Peinture, poésie, etc…: a télécharger http://restrepodesign.com/books/
Publicités

Alain Rey, Le petit Robert

Bonjour M’ssieurs – Dames,

Alain Rey a été intronisé  le lundi 20 janvier par Alain Casabona, Grand chancelier à l’Académie Alphonse Allais.

téléchargement

En deux mots … on peut tout dire ! Adepte de la concision…Paul Eluard.

Alain Rey est un linguiste et lexicographe, rédacteur en chef des publications des Editions Le Robert. Il est un observateur de l’évolution de la langue française. Il incarne une langue française en perpétuelle évolution ( à la différence de Madame Hélène Carrrère d’Encausse, mèrepétuelle de l’Académie française ) n’hésitant pas à inclure dans ses dictionnaires du verlan ou des régionalismes.

 Je dédie cette citation au Maître des mots : 

Alphone-ALLAIS-Alain-REY

Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. Paul Eluard

Mon ami Joël Martin ( La Comtesse de l’Album du Canard Enchainé ) lui a concocté quelques contrepèteries :

Alain Rey a l’airain : un laid râle (Un râlait)… Ah, les reins !

Ne pas confondre Allais pinté et Alain pété.

Alain a toujours aimé l’essai, Allais a toujours aimé les seins.

Alain ne s’est pas retrouvé député, Allais ne s’est pas retrouvé des putains.

Alain se rendait-il au caté ? Allais se rendait-il aux catins ?

Alain est-il coquet ? Allais est-il coquin ? (Le coquet pinte, le coquin pète)

Là où le père parle de robinets, le Robert parle de Pinay.

Ne pas confondre Robur le Conquérant avec Robert le concurrent.

Ne pas confondre Le beau-père parle de marine et Le Robert parle de ma p…

Ne pas confondre Deux robots chers et Deux roberts chauds.

Une petite en rabe :

Ne pas confondre La fonction du dictionnaire et L’addiction du fonctionnaire.

Voici une idée, que j’ai retrouvée dans mon tiroir à idées …

Organiser une Exposition éphémère  » Le voyage des Mots  » sous la Présidence de quatre moqueurs : Serge Moati, Jean-Pierre Mocky, Yann Moix et François Morel. A l’occasion du cinquentenaire de la parution «  Les Mots «  de Jean-Paul Sartre. Gallimard 1964.

imgres

Sous la présidence d’honneur de M.Alain Rey pour son dernier livre «Le voyage des mots» de l’Orient arabe et persan vers la langue française. Editions Guy Tredaniel. 2013.

« Un immense voyage de mots et d’idées a conduit les civilisation arabe, persane et turque à enrichir notre pensée et nos imaginaires. Héritiers de cet impressionnant transfert, les mots de notre langue sont secrètement nourris par leur origine orientale » – Alain Rey

Couverture Le voyage des mots - Alain Rey - Guy Trédaniel Editeur

  • Les invités seraient invités à choisir leur mot préféré et ceux d’autres auteurs connus accrochés aux murs ( les mots, pas les auteurs !!! ) en les dégustant avec une partie salée et une partie sucrée.  Une saveur des mots.

  • Mots fléchés, Mots d’Amour, Mosaïques, Maux de tête, Mots d’esprit, Mot con posé … Jeu de mots, seront les bienvenus sans oublier les gros mots ! 

  • à l’entracte, dégustation d’ exquis Mots…avec les glaces Motta. 

En fait les mots agglutinés sont le seul fruit de l’imagination et

ne sont pas dans les dictionnaires.

Anticonstitutionnellement n’est pas (plus) le mot le plus long

de notre chère langue, ce serait :

 HEXAKOSIOIHEXEKONTAHEXAPHOBIE

qui signifie la phobie du nombre 666….

SMILES est le mot le plus long dans le dictionnaire anglais, car il y a un mille entre les deux S

Je me demande si je ne suis pas en train de jouer avec les mots. Et si les mots étaient faits pour ça ? Boris Vian

 

 

 

Femmes, femmes, femmes, c’est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde. ( Léon Tolstoï )

Bonjour M’ssieurs-Dames,

       « Le secret de la vie est de continuer à penser. Et de cesser de penser à nous-mêmes. » 

Voilà ce que disait la grande scientifique italienne Rita Levi-Montalcini qui vient de s’éteindre à 103 ans.

         « Que le corps fasse ce qu’il veut. Je ne suis pas mon corps. Je suis mon esprit. »

Lauréate du Prix Nobel de médecine en 1986 pour la découverte et l’identification du  » facteur de croissance des cellules nerveuses, une protéine fondamentale dans le développement du cerveau « .

Elle a contribué à briser le dogme selon lequel, au coeur de notre matière grise, “tout peut mourir, rien ne peut être régénéré”, pour dire que notre organe peut en permanence produire de nouveaux neurones.

En 1992, Mme Levi-Montalcini avait créé une fondation d’aide à la jeunesse, à la devise claire : « Le futur appartient aux jeunes ».

rita

Cette grande Dame m’a donné envie d’écrire un billet sur les femmes qui m’ont fascinés :

Olympe de Gouges. Marie-Olympe de Gouges est morte guillotinée à Paris, le 3 novembre 1793. Femme de lettres, politique et polémiste. Auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne et de l’abolition de l’esclavage des Noirs. Elle est devenue emblématique des mouvements pour la libération des femmes, et pour l’humanisme en général. Elle demanda l’instauration du divorce – le premier et seul droit conféré aux femmes par la Révolution . S’indignant de voir les femmes accoucher dans des hôpitaux ordinaires, elle demandait la création de maternités. Sensible à la pauvreté endémique, elle recommandait enfin la création d’ateliers nationaux pour les chômeurs et de foyers pour mendiants.

Elle déclara: « Les femmes n’ont jamais eu de plus grands ennemis qu’elles «.

( voir mon billet: Olympe de Gouges, une femme qui bouge… du 5/9/11 )

Indira Gandhi. Première ministre de la République d’Inde et seconde femme au monde élue démocratiquement à la tête d’un gouvernement. Quand elle a deux ans, son père l’engage dans la lutte pour l’indépendance de l’Inde aux côtés de Gandhi.

Alors qu’elle n’a que 11 ans, elle créé la Brigade des Singes. Ce groupe d’enfants avait notamment pour tâches de surveiller la police et de distribuer des tracts indépendantistes. Indira Gandhi aura durablement marqué la vie politique et économique de l’Inde, elle a permis à l’Inde de subvenir à ses besoins et de devenir une réelle puissance régionale, mais aussi elle a souvent abusée de son pouvoir et n’a jamais lutté contre la corruption.

Louise Michel. Institutrice, militante révolutionnaire et libertaire française. Elle fonde une école libre où elle enseigne pendant trois ans les principes républicains. Louise Michel fait partie de la frange révolutionnaire la plus radicale et se porte même volontaire pour aller seule à Versailles tuer Adolphe Thiers. Surnommée la Vierge Rouge, elle est condamnée à la déportation à vie et devient anarchiste. Elle défendit l’abolition de la peine de mort, les ouvriers et les chômeurs.

Golda Meir. A participé à la création de l’État dIsraël. Ministre des Affaires étrangères et Premier Ministre.

Représentante des femmes de la Histadrout. Elle gagne progressivement en influence au sein de la Histadrout qui compose une forme de gouvernement de l’ombre, dans l’attente de la création de l’État d’Israël.

En raison de sa fermeté, elle avait gagné le surnom de « la Dame de fer » de la politique israélienne.

On lui attribue cette phrase : « Nous pouvons pardonner aux Palestiniens de tuer nos enfants, mais nous ne pourrons jamais leur pardonner de nous obliger à tuer leurs enfants. La Paix viendra quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu’ils nous haïssent. »

Mata Hari.  Danseuse et courtisane. Elle a été fusillée par la France pour espionnage pendant la Première guerre mondiale.

L’historien Alain Decaux  témoignera lors d’une de ses recherches sur Mata Hari avoir interrogé le procureur Mornet sur l’enjeu réel que présentait le cas de cette présumée espionne. Celui-ci répondait « qu’on n’avait finalement pas grand chose à lui reprocher » mais que son cas était évoqué « sous le feu de la presse dans un contexte politique tel » que la raison d’État ne pouvait que l’emporter. Dans le Paris de la Belle Epoque, Mata Hari fut une « cocotte » naïve et vénale manipulée par les services secrets français.

Elsa Triolet. Tout le monde connaît les beaux yeux d’Elsa, chantés par Aragon. C’est Elsa qui ouvrira à Aragon les portes des milieux intellectuels soviétiques. Dès lors, la légende l’unit au poète. Si rarement femme a été autant célébrée, ce sont des tourments de mal aimée qui recèlent ses textes.  » La solitude n’est pas le grand thème de mes livres, elle l’est – de ma vie « écrira-t-elle un jour de douleur à Aragon. Elsa était inatteignable. ( voir mon billet: Elsa l’Aragonne du 20/8/12 )

Calamity Jane. Après avoir connu une notoriété de son vivant par sa participation à la Conquête de l’ouest et son rôle lors des guerres indiennes au cours desquelles elle s’est prétendue éclaireur pour l’armée américaine avec le général George Custer, elle devient le personnage principal d’un spectacle basé sur sa propre légende, le Wild West Show. Ce spectacle va accroître cette légende du vivant de Calamity Jane, rendant ardue la tâche de la démêler de la réalité.

Edith Piaf.  La  » môme  » de Belleville, n’aura jamais su se guérir des blessures de l’enfance et des désillusions de l’amour. Elle a dédié sa vie à son public, sa relation la plus fidèle et la plus sincère.   » La vie en rose « ,    » L’hymne à l’amour  »   » Non, je ne regrette rien » resteront gravés sur les marches de la gloire.

220px-Édith_Piaf_914-6440

Piaf est sans conteste l’artiste féminine qui aura le plus marqué le XXème siècle, tant par la grandeur …qu’avec sa petite robe noire.

Jackie Kennedy. La First Lady la plus glamour de l’épopée américaine. Incarnation de la beauté, du charme et de l’élégance, sa personnalité n’a cessé d’attirer l’attention et son  rôle politique. Elle fut une véritable légende dont la vie, ponctuée d’histoires d’amour et de morts violentes, semble ressortir davantage à la tragédie grecque qu’à l’histoire contemporaine. Jackie   « la classe à la française  »

Marie Curie. Déterminée, ambitieuse, passionnée… Marie Curie reste une grande figure féminine du XXe siècle. Après une enfance difficile, elle s’est plongée corps et âme dans la recherche scientifique, s’usant la santé dans des manipulations radioactives. Ayant découvert le polonium et le radium, elle a reçu maintes récompenses, dont le prix Nobel de Physique en 1903, et de Chimie en 1911. Elle est d’ailleurs la seule, hommes et femmes confondus, à avoir reçu deux fois cette prestigieuse récompense. Elle est la première à avoir enseigné à la Sorbonne. Sa carrière scientifique accomplie, elle a voulu mettre ses découvertes au service de l’humanité.

220px-Marie_Curie_c1920

Ces femmes n’avaient pas besoin des médias et des hommes pour exister !!! 

On peut constater au regard de toutes ces femmes évoquées ci-dessus,  c’est que outre leur courage, leur dévouement et leur intégrité,  elles font preuve d’un degré de conscience, d’une clairvoyance et d’une indépendance d’esprit, qui semblent, là pour le coup, plus développés que chez la plupart des hommes. Elles font partie des esprits les plus éclairés de leur époque.

En un mot, quelles que soient leur positions politiques, elles sont parmi ceux qui incarnent au mieux l’esprit libertaire.

Si toutes ces femmes nous donnent non seulement une belle leçon d’humanité, nous montrent ce que peut signifier le mot de conviction, bien au delà, elles nous proposent des réflexions, des idées et des comportements à adopter, sur lesquels on serait bien inspiré de se pencher aujourd’hui et sur notre propre avenir.

Toutes ces femmes ont un point commun : elles ont toutes vécues des grandes histoires d’amour …

Femmes, femmes, femmes, c’est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde. ( Léon Tolstoï )

Que serais-je sans les femmes ? dédé

Elsa Triolet, l’Aragonne

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Créer est aussi difficile que d’être libre. Voici la citation qui est inscrite sur la page d’accueil de mon site.  http://www.cardinali-andre.com

Cette citation m’a beaucoup aidé a devenir libre et créatif.

 Je voudrais vous faire partager un instant avec Elsa Triolet, une femme secrète et mystérieuse.

Elsa Triolet et Louis Aragon ont, tout au long de leur vie, été attentif à la jeune création. Ils avaient même, le don de découvrir de nouveaux talents. Je continue la même passion qu’eux.

Elsa Triolet, née Elsa Kagan, est une femme de lettres et résistante française, d’origine russe.

Elsa a été une de mes inspiratrices, je me sens si proche d’elle.

Elle rencontre Louis Aragon en 1928 à Paris, au café La Coupole, fréquenté par beaucoup d’artistes. Elle devient sa muse.

Elle se marie avec Aragon le 28 février 1939. Elle entre avec lui dans la Résistance à Lyon.

Appartenant au comité directeur du Comité national des écrivains , elle s’attache à promouvoir la lecture et la vente de livres dans les années cinquante.. Elle a reçu le Prix Goncourt en 1944. Elle voyage beaucoup dans les pays socialistes avec Aragon, mais, si elle a conscience de l’antisémitisme qui atteint des crimes qui sont commis en Union Soviétique, elle ne fait aucune déclaration publique sur ces événements.

Pour connaître cette grande dame engagée, je vous conseille de lire la biographie écrite par Huguette Bouchardeau

et le livre sublime  » La mise en mots  »

Pour l’homme, il existe une langue maternelle, son premier mode d’expression ; ensuite, il peut l’oublier, en apprendre une ou plusieurs autres sans oublier la première. L’homme est capable de s’exprimer dans les cou-cou, cra-cra et autres trilles humains. 
C’est ainsi que s’ouvre la Mise en mots, texte où, à la fin de sa vie, Elsa Triolet raconte ses rapports avec l’écriture. L’homme y est défini non comme l’animal doué de langage, mais comme l’étrange animal capable d’en utiliser plusieurs. Le seul animal, donc, confronté au problème du choix

Elsa Triolet meurt d’un malaise cardiaque le 16 juin 1970 dans la propriété qu’elle possède avec Aragon, le Moulin de Villeneuve, à Saint-Arnoult-en-Yvelines. C’est là que furent écrites quelques-unes des plus belles pages de la littérature française. C’est un lieu d’émotion et de paix qui permet d’approcher un instant deux grandes figures de notre vie intellectuelle.

Quand j’ai besoin d’inspiration, je vais me promener quelques instants dans le parc, j’en reviens avec une bouffée d’oxygène sereine et reposante. C’est un de mes lieux secrets…

Elsa repose dans un tombeau aux côtés d’Aragon, dans le parc de six hectares entourant ce vieux moulin.

Sur leurs tombes, on peut lire cette phrase d’Elsa Triolet : « Quand côte à côte nous serons enfin des gisants, l’alliance de nos livres nous unira pour le meilleur et pour le pire, dans cet avenir qui était notre rêve et notre souci majeur à toi et à moi. La mort aidant, on aurait peut-être essayé, et réussi à nous séparer plus sûrement que la guerre de notre vivant, les morts sont sans défense. Alors nos livres croisés viendront, noir sur blanc la main dans la main s’opposer à ce qu’on nous arrache l’un à l’autre. ELSA »

La saison est là pour vous faire vivre et découvrir la maison de leurs amours et de leurs passions.

http://www.maison-triolet-aragon.com/

Ce n’est pas un hasard si Edmonde Charles-Roux soit la Présidente de l’association de la maison d’Elsa et d’Aragon,une autre grande dame de la création culturelle et d’engagement.

 

Créativité par David Servan-Schreiber

Créativité. Michel Tournier que j’aime beaucoup, « Vendredi, ou les Limbes du Pacifique ». Il y parle d’un crâne de buffle suspendu dans un arbre, dont une musique s’échappe lorsque le vent passe à travers. C’est intéressant de se demander qui fait la musique: est-ce le crâne ou le vent, ou la rencontre des deux?

La créativité c’est pareil: Chacun de nous au fil de sa vie, de ses expériences, est un crâne de buffle au travers duquel souffle la vie, générant ainsi une nouvelle mélodie qui n’existait pas avant. C’est un phénomène particulièrement jubilatoire, de sentir ainsi la construction de sa vie devenir la matrice d’une création nouvelle.

créativité j’associe force et générosité.

David Servan-Schreiber

Réponse par dédé : Créer est aussi difficile que d’être libre. Elsa Triolet

 

NB : J’ai décidé d’envoyer tous les jours des mots de mon ami fidèle David  interviewé par son frère Emile pour Atlantico.fr. C’est une forme d’interview qui procède par libre association d’idées, mot à mot dans des cerveaux exceptionnels.

Déjà publiés:

Régis Debray
David Servan-Schreiber
Françoise Giroud
Marc Levy
David Pujadas

Emile Servan-Schreiber, PhD
Managing Director
Lumenogic, LLC
http://www.lumenogic.com