Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: Byblos

Adel & Bernard, deux amis complices.

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Deux de mes meilleurs amis m’ont quittés en 6 mois. Deux hommes généreux qui savaient donner aux autres.

J’ai rencontré Adel Tawilé qui était comme mon frère, à Byblos en 1995, à l’occasion du Salon des Artistes Décorateurs ( SAD Beyrouth 95).

Pour pouvoir organiser, le 1er défilé de mode après dix sept années de guerre, sur la Place des Martyrs à Beyrouth, j’avais besoin d’héberger 20 jeunes stylistes franco-libanais. Roger Moukarzel, un ami photographe libanais me présenta Adel dans son hôtel à Byblos, après lui avoir présenté le projet, il accepta instantanément de loger et restaurer les jeunes stylistes pendant un mois. Sans lui, le défilé n’aurait pas eu lieu.

Depuis ce jour-là, notre amitié s’est soudée, Adel était un homme très respecté et apprécié au Liban.

Nous avions également le projet en 2000, de réaliser deux défilés de mode “ Alphabet et Adonis “ dans le plus vieux port du monde, avec les 22 lettres de l’alphabet phénicien constitué à Byblos, où le sarcophage d’Ahiram porte le premier texte cursif parfaitement clair, en phénicien classique. Un concert du compositeur libanais Gabriel Yared était prévu avec la présence de Magida El Roumi, célèbre interprète libanaise avec la mise en lumières de Jacques Rouveyrollis. A cause de nouveaux bombardements au Liban, la manifestation n’a pu avoir lieu.

Je me rappelle des bons moments passés ensemble au Liban, à Paris et à Rovaniemi en Finlande pour un repérage destiné à des VIP libanais pour séjourner dans le village du Père Noël avec leurs enfants. Huit jours de bonheur et d’aventures avec les lapons et les lapones et leur vodka explosive.

La tonalité du surnom que je lui avait donné “ Adelos le roi de Byblos” est dans mon esprit en permanence.

Une pensée profonde pour sa femme Laurence et ses deux fils Eric et Bruno.

*************************

Mon ami Bernard  Armagnac était un personnage hors du commun avec un grand Coeur. Sa mission naturelle était d’aider les autres, il a rapproché beaucoup d’hommes et de femmes dans les relations humaines et dans les affaires.

Beaucoup, aujourd’hui, lui doivent leurs carrières et leurs profits et son attention à des interventions et recommandations multiples, j’espère qu’ils s’en souviendront !

Bernard avait un carnet d’adresses incroyable dans divers milieux: édition, imprimerie, vinicole, show-bizz, gastronomie, rugby, polo, sports automobiles.

Natif de Cénac et Saint-Julien, proche de Sarlat, il a su gardé les pieds sur terre et ses valeurs. La mort de son père (91 ans) l’avait profondément touché l’année dernière, il était si heureux d’avoir apporté un compteur d’eau au potager de celui-ci, qui a appris à mon fils comment récolter des pommes de terre. Un grand instant chaleureux comme je les j’aime.

Bernard a vite compris la vie parisienne en gardant toujours son accent du Périgord qui faisait son charme, il savait s’introduire dans la haute société comme dans les milieux plus modestes avec un vrai talent d’acteur. Il aurait aussi bien pu jouer dans Molière que dans San Antonio.

Bernard à côté de Miroslav, propriétaire du Café de Flore et les garçons

Si je devais raconter toutes nos anecdotes, il faudrait presque écrire un dictionnaire de vie sur les fêtes et les repas passés ensemble dont le dernier aux Deux Magots pour le Réveillon du Jour de l’an. Avec plusieurs de ses amis nous allons organiser en sa mémoire un repas convivial quand ce Covid – 19 nous aura lâché la grappe.

Bernard s’est battu contre quatre cancers depuis 16 ans, il a été un combattant extraordinaire, il a tout essayé mais cette maladie ne l’a pas épargné!!!

Une pensée profonde pour sa femme Jeanine et son fils Jérôme.

Voici un texte ou je n’ai pas oublié de citer mon pote Nanar.

BIZART ( le biz, est un art )

Tard, dans un bar à Saint-Germain, un lascar a rencard avec une fille aux yeux hagards avec des beaux nibards, il a l’air bizarre dans son beau costard payé en pétrodollars, on se croirait dans un polar !

Assise dans un coin du bar, par un pur hasard, une cougar mate des mastards avec son clébard, un Saint-Bernard qui n’est pas le nectar de l’année, son père est Kosovar et sa mère Tatare n’a pas reçu le César. Elle cherche la bagarre à des lascars qui boivent des Ricard, ils se prennent pour des Rock Stars, ces tocards de bâtards ringards !

Son pote Nanar à qui il a donné rencard, ramène des canards du bourg de Villars dans sa Jaguar, ils ont reçu un Oscar à l’Alcazar, ce n’est pas un canular! Nanar c’est un anar, qui vendait des nénuphars samovars et du caviar à Zanzibar.

Le tôlier du bar est un malabar qui mâche toujours des carambars, il ne faut pas le chercher le Nounours ! Un nectar !

En face du bar, Chez Castel, Mc Solaar fume un cigare en lisant le Canard.

Le lascar, un certain Dédé de Montreuil, un ancien zonard et loubard qui a toujours trainé sur les grands boulevards… en écoutant Mozart ! avec son char en kevlar acheté 1 dinar au bazar de Dinard…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hé toi, Coronavirus Covid-19 !

Hé toi, Coronavirus Covid-19,
Après avoir survécu à une piqûre de scorpion noir en Italie en 1962
à un grave accident de moto sur le circuit de Monthléry en 1970
à un bombardement de l’armée israélienne sur Beyrouth en 2000
à un accident de Jet-Ski à Byblos au Liban en 2001
au Tsunami à Phuket en 2004
à un infarctus à Paris en 2013
à une artère bouchée à Paris en 2019.
Et surtout à la connerie humaine !
C’est pas toi qui va me faire peur, gros connard !!!
dédé
Accident à Monthléry:  https://soufflezsurlesbraises.com/2017/09/25/pierre-barret-mon-sauveur-2/
Bombardement à Beyrouth

Jacques Rouveyrollis. « C’est toujours la première fois ».

Salut M’ssieurs-Dames,

Je tenais beaucoup à écrire ce billet sur mon ami Jacques Rouveyrollis, le plus grand scénographe lumières en France et certainement au monde.

Festivals, spectacles musicaux, théâtres, opéras, danse, musées, salons, grands événements, conventions, expositions, émissions de télévisions sur tous les continents ont fait appel au magicien de la lumière.

Vous avez certainement vu ses jeux de lumières, lors des spectacles de Jean-Michel Jarre, Johnny Halliday, Barbara, Charles Aznavour, Jacques Higgelin, Joe Dassin, Léo Ferré, Michel Polnareff, Michel Sardou, etc…

Dernier concert de Johnny au Stade de France. juin 2012

Site de Jacques http://rouveyrollis.com/nwp/

Comment pourrais-je oublier les spectacles ou il m’avait invité en Guest : Serge Gainsbourg, Jacques Dutronc, Régine, Jean-Pierre Casel, Johnny Halliday, Le Cadre Noir de Saumur, Carmen au Stade de France, au théâtre pour la pièce Cocteau-Marais

ll a reçu deux fois le Molière du créateur de lumières : Chapeau l’artiste.

  • En 2000 pour À torts et à raisons de Ronald Harwood, mis en scène par Marcel Bluwal au Théâtre Montparnasse
  • en 2002 pour La Boutique au coin de la rue de Miklos Laszlo mis en scène par Jean-Jacques Zilbermann auThéâtre Montparnasse.

La première fois, que j’ai rencontré Jacquot, c’était pour l’exposition du SAD ( Salon des Artistes Décorateurs) au Grand Palais en 1990, c’est lui qui avait éclairé la verrière en bleu.Vous rappelez-vous ?

 La deuxième fois, c’était  pour l’exposition Van Cleef & Arpels «  Rétrospective des créations Haute Joaillerie » au Palais Galliera, organisée par l’agence Protocole, je lui avait demandé de mettre en lumières la tente de réception en cristal, installée dans le jardin où avait lieu le Cocktail, l’entrée du Palais Galliera et le jardin. Féerie réussie et sublime. Je vais vous raconter deux belles histoires, la première avec mon pote Lolo et ses deux potes de Villetaneuse, Majid et Celarane en sortant de chez Castel à 6 h du mat, on passa devant la Tour Eiffel ou Jacques était entrain de faire des essais pour le spectacle de Johnny, Jacques avait une console en mains et nous demanda en quelle couleur on voulait voir la Tour Eiffel, en rouge, en vert ,en bleu, etc.. on étaient aux premières loges, voir Paris et sa Tour Eiffel éclairés de tous leurs feux rien que pour nous, on n’est pas prêt d’oublier… Des moments comme ça, j’en veux, encore et encore…A l’époque je dormais chez ma fille Jennifer à Chatou avec une vue sur la tour Eiffel et j’aurais aimé lui demandé de se mettre à sa fenêtre à 6 h du mat, et lui aurais demandé quelle couleur elle aurait voulu voir la Tour Eiffel, elle aurait certainement été en pleine hallucination, je n’ai pas voulu la réveillée, dommage !!! , elle m’aurait certainement dit «  papa arrête de boire et viens te coucher !!!

La troisième fois, j’ai fais venir Jacques au Liban pour le projet d’éclairer le Port de Byblos ( Jbeil ), le plus vieux Port du Monde, sur le modèle de la ville de Sarlat, éclairée par Jacques.

Anecdote :Dans l’avion qui le transporta à Beyrouth, il se retrouve au milieu des pèlerins qui allaient à La Mecque avec une escale à Beyrouth. Sur la route de l ‘aéroport à Beyrouth, il hallucine quand il voit des panneaux géants de propagande du Hezbollah, il découvre Beyrouth en ruine, il reste muet et inquiet. Sur la petite autoroute qui relie Beyrouth à Byblos dans un embouteillage monstre, deux mecs se tirent dessus à coup de flingues, Jacques transpire, et me demande de repartir à Paris… Calme-toi Jacquot, je l’installe dans une suite de l’hôtel Byblos sur Mer, dont les gérants sont mes potes Adelos et Milo. Après une bonne sieste, il devint plus calme, mes amis lui ont organisé en son honneur, un dîner à L’Oursin, leur restaurant en pleine mer. A la fin du repas, Jacques avait envie de fumer un joint, on lui ramène de l’herbe technicolor de la Vallée de la Becka dans un narguilé et au bout de plusieurs tafs, il me dit «  dédé, regarde, il y a le maillot jaune du Tour de France dans la mer ? On se marre, Jacques était aux Anges…

Après le dîner, nous lui faisons découvrir le Port et les souks de Byblos, il est trois heures du mat, seul un soldat syrien avec une mitraillette nous surveille, c’est à partir de là que j’ai découvert son vrai talent, « tu vois dédé, je vais mettre des pars 36 le long de la jetée du Port, comme ça on aura l’impression de marcher sur la lumière », il voit au loin, un clocher d’église qui domine le port, il montre du doigt en disant, je vais envoyer de la Tour des Phéniciens du Port une flèche lumineuse qui éclairera le clocher, es-t-il possible au Liban, de faire fabriquer des copies de vielles amphores éclairées qui seront installés sur la muraille d’enceinte du Port et ainsi de suite…

Quelle nuit merveilleuse, Jacques éclaire nos esprits en même temps et me fait réfléchir à l’événement que j’ai proposé au Maire de Byblos avec un concert de Gabriel Yared et l’Orchestre de Paris avec la sublime chanteuse libanaise Magida El Roumi ? Ce projet n’a pas pu se réaliser à cause des attentats dans le sud Liban. 

Jacques, est un créateur, et à ses côtés on en devient un aussi, je pense à Jessica Duclos son assistante.

Etre avec lui à Byblos, si proche des Phéniciens, de la Princesse Europe et des 11 civilisations, c’est plus qu’un rêve, c’est une aurore boréale jumelée à une étoile filante.

Jacques d’origine italienne en gladiateur au Colisée. Avé Jacquot.

« Mon pote dédé, une collaboration artistique et une belle rencontre humaine ». Jacques Rouveyrollis.

Au coeur de l’été 2003, Jako a mis en lumières, le concert de Johnny au festival de Baalbeck, fief du Hezbollah, Johnny a fait vibrer le temple romain de Jupiter.

Le dernier bouquet en 2018, il a réalisé pour moi, la mise en lumières de deux oeuvres d’artistes chinois sur le Parvis de l’église Saint-Germain-des-Prés et sur la place Fürstenberg.

Des mecs comme Jacques sont rares, j’ai eu la chance de faire un bout de chemin créatif avec lui.

 

Adelos, le roi de Byblos

Chers amis, je tiens à vous faire partager le texte que mon ami et associé libanais, Adel Tawilé a cité lors du

Mariage de son fils Eric avec Claire-Marie 

à Chamonix , le vendredi 3 juin 2011

Du Mont Liban au Mont Blanc, la vallée est blanche unie par la Mer blanche ( Méditerranée en libanais)

Mon fils Eric, je voudrais le jour de ton départ vers ta nouvelle vie avec Claire-Marie, te citer un extrait d’un texte de Kipling afin que tu sois fort et responsable dans ta nouvelle mission, celle d’aimer ta femme.

Ton père. Adel Tawilé

Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre

Si tu peux rester digne en étant populaire

Si tu sais méditer, observer et connaître

Sans jamais devenir sceptique ou destructeur

Si tu peux être dur sans jamais être en rage

Si tu peux être brave et jamais imprudent

Si tu sais être bon, si tu sais être sage

Sans être moral ni pédant

Si tu peux rencontrer Triomphe après défaite

Si tu peux conserver ton courage et ta tête

Tu seras un homme, mon fils.

Je vous aime

Tous les pères du monde, devrait passer ce message à leurs fils pour leur donner la force et l’Amour, dont nous avons tant besoin. dédé

Amitié fidèle, mon frère Adelos, le roi de Byblos.