Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: Brésil

Mon homonyme au Brésil

Interview croisée : André Cardinali (dédé de Montreuil) – france et André Cardinali – Brésil

Brasil-infos est heureux de vous présenter cette interview croisée peu banale auprès de deux homonymes qui sont à l’autre bout du monde. Ils portent non seulement le même prénom mais aussi le même nom et tous deux originaires d’Italie. L’un réside en France, l’autre au Brésil à des milliers de kilomètres.

L’originalité de l’interview ne s’arrête cependant pas là et continue plus particulièrement dans leur parcours respectif totalement différent.

Côté France nous avons André Cardinali (Alias dédé de Montreuil) avec une expérience de la vie hors du commun de même qu’un parcours à son actif non moins impressionnant et des projets d’avenir plein la tête. Toujours prêt à aider les jeunes et partir en croisade pour défendre les nobles causes.

De l’autre côté de l’Atlantique dans l’État de São Paulo nous avons André Cardinali avec un parcours très impressionnant pour son jeune âge, un premier livre édité, un autre en cours, des rêves encore plein la tête mais aussi toute une projection en quête de devenir qui ne demande qu’à s’affirmer au fil de la vie et des expériences multiples qui forgent une maturité humaine.

143041b.jpg

André Cardinali à St Germain des Prés

1- Pouvez-vous svp vous présenter en quelques mots ?

« Je suis né dans la banlieue parisienne à Montreuil (93)

Marié. 5 enfants (4 filles, 1 garçon) 7 fois grand-père

Surnom dédé de Montreuil

Créateur Culturel ».

2- De quelle partie de l’Italie sont vos origines ?

« Du Nord, de la région de Parma dans l’Emilie – Romagne ».

3- Comment fut votre jeunesse ?

« Très heureuse avec beaucoup d’amour et d’attention« .

4- Quelle a été votre formation ?

« Certificat d’Etudes Primaires. Brevet d’études

Ecole de la vie« .

5- Pouvez-vous nous raconter en quelques phrases votre parcours ?

« Secrétaire particulier de Jean-Jacques Servan-Schreiber  (mon pygmalion) pendant 20 ans.

Ce qui m’a permis de travailler dans la presse (L’Express) la politique, l’édition, l’informatique… »

6- Qu’est-ce qui vous attire dans le côté médiatique ? Pourquoi ?

« La réaction spontanée et l’écoute envers les autres et le courage de dire la vérité ! »

7- Pourquoi ce goût prononcé pour l’écriture ?

« Ayant eu comme Maîtres Jean-Paul Sartre et Jean-Jacques Servan-Schreiber, je me devais d’écrire pour les remercier de m’avoir éduqué à l’écriture et à la littérature sans oublier Jean-Jacques Rousseau, un de mes auteurs préférés ».

8- Pouvez-vous me citer une réalisation dont vous êtes le plus fier dans votre vie ?

« Celle d’aider la jeunesse en leur apportant mon expérience, c’est mon devoir et du civisme.

Exemple : Créateur du 1er défilé européen de mode avec 20 pays européens ».

9- Pouvez-vous me citer une réalisation dont vous êtes le plus fier dans votre vie personnelle ?

« Mes enfants ».

10- Quel regard portez-vous sur la société actuelle en général ?

« C’est un monde de brutes avec égoïsme, trahison, faiblesse et prétention ».

11- Qu’aimez-vous le plus dans la vie ?

« Les relations humaines, l’intelligence et l’Amour ».



12- Que regrettez-vous le plus ne pas avoir fait ?

« Rien… J’ai toujours fait ce que je voulais, ou je voulais, avec qui je voulais et quand je voulais, ça s’appelle la liberté et je l’ai eu à juste pris ! »

13- Comment vivez-vous au quotidien, (décrivez une journée type) ?

« J’emmène mes enfants Linh et Jean à l’école

Je bois un café avec mes potes au Café

Revue de presse quotidienne

Travail jusqu’à 14 h

Après-midi vagabonde ou rendez-vous professionnel

Soirée culturelle ». 

14- Si vous étiez un film, lequel ? Un acteur, lequel ?

« Laurence d’Arabie.  (Il m’a fait rêver quand je vivais chez les Bédouins dans le Sinaï),

Marlon Brando (Pour son côté mauvais garçon, j’ai eu la chance de le rencontrer) ».

15- Si vous étiez une musique (ou chanson), laquelle ?

« Aigle Noir.  Barbara« .

« Cette chanson décrit un rêve de Barbara, rêve dans lequel elle dort au bord d’un lac, jusqu’à ce qu’un aigle noir fasse irruption dans le ciel, troublant son sommeil. Barbara reconnaît cet aigle comme un personnage émergeant de ses souvenirs d’enfance, sans dire à l’auditeur de la chanson quel est ce personnage ».

16- Quelle serait votre réaction si je vous disais que vous avez un “homonyme“ au Brésil ?

« Enthousiaste et curieux de connaître sa personnalité et ses passions ».

17– Aimeriez-vous le rencontrer et faire plus ample connaissance avec lui (homonyme) ?

« Avec plaisir. A Paris ou au Brésil ».

18- Quel conseil donneriez-vous à nos compatriotes qui souhaitent venir s’installer au Brésil ?

« Soyez aux contacts de la population, évitez les expatriés (on apprend moins de choses avec eux) respectez les coutumes et les usages, vous serez plus vite adopté… »

19- À l’inverse, quel conseil donneriez-vous aux brésiliens qui souhaitent s’installer en France ?

« La France est un pays accueillant avec beaucoup d’histoire et de culture, les français sauront vous accueillir car ils adorent les brésiliens, votre culture et le football.

Asseyez-vous à une terrasse de café et parler à votre voisin, normalement vous serez bien écouté et guidé ».

20– Quelles sont vos réalisations en cours ? Pouvez-nous les décrire ?

« Combat pour sauver l’atelier de Picasso ou il a peint Guernica et la Colombe de la Paix ».

https://soufflezsurlesbraises.com/2013/06/10/latelier-picasso-menace-par-les-huissiers/

« Prix Alphonse Allais et anniversaire de Jean-Pierre Mocky« 

https://soufflezsurlesbraises.com/2013/05/31/le-dernier-des-mocky-quand/

21– Parlez-nous aussi de vos réalisations futures.

« Projet d’événements culturels au Château de Commarque ».

https://soufflezsurlesbraises.com/2013/09/03/commarque-la-forteresse-oubliee/

« Pont des couleurs à Oyapock ».  » A ponte das Cores de Oyapock « 

https://soufflezsurlesbraises.com/2013/09/26/pont-des-couleurs/

J’ai l’intelligence sûre de ne pas vouloir créer pour créer mais pour des créations qui soient ancrées dans le réel. 

22– Présentez-nous votre blog « soufflezsurlesbraises » et pourquoi ce titre ?

« Ce blog a été créé par un des meilleurs experts européens des réseaux sociaux. Bertrand Dussauge« .

« C’est lui qui a trouvé ce titre afin que je ne m’endorme pas !!! Et que ma colère s’anime tout le temps ! »

https://soufflezsurlesbraises.com/2012/11/05/la-colere-manime/

Le journal francophone brasil-infos.com vous remercie pour nous avoir aimablement accordé cette interview croisée.

« Je vous remercie également et je suis très heureux d’écrire dans Brasil-Infos ». dédé

Propos recueillis par François-Mary Bourreau pour le journal francophone brasil-infos.com

Et voici l’interview d’André Cardinali le brésilien

Interview compartilhada : André Cardinali – Brésil

andre-cardinali-jr.jpg

André Cardinali

1- Pouvez-vous svp vous présenter en quelques mots ?

1- Você pode por favor se apresentar em poucas palavras ?

« Sou André Cardinali, escritor e roteirista brasileiro. Sou natural de uma pequena cidade no interior, chamada Piracicaba, mas atualmente vivo e trabalho em São Paulo. Como roteirista, atuo com os canais Sony Pictures no Brasil e com produtoras de vídeo. Já minha carreira literária conta com um livro publicado, chamado Estátuas de Sal, e outro em processo de escrita ». 

« Je suis André Cardinali, écrivain scénariste brésilien. Je suis natif d’une petite ville de l’intérieur de São Paulo appelée PIRACICABA, mais actuellement je vis et travaille à São Paulo. Comme scénariste je travaille pour la chaîne Sony Picture au Brésil et comme producteur vidéo. Déjà ma carrière littéraire compte un livre publié appelé “Estátuas de Sal“ mais aussi un autre en cours d’écriture ».

2- De quelle partie de l’Italie sont vos origines ?

2- De qual parte da Italia pertencem as suas origens ?

« Não sei dizer com certeza, mas minha família comenta que o sobrenome veio da região de Pádova« . 

« Je ne saurais dire avec certitude, mais ma famille raconte que le nom vient de la région de Pádova« .

3- Comment fut votre jeunesse ?

3- Como foi a sua juventude ? 

« Passei minha juventude em Piracicaba e acho que foi bem comum. Como todos os jovens, gostava de jogar futebol e de garotas ! Talvez a diferença foi que gostava muito de inventar histórias, ver filmes, tinha muito interesse pela matéria de história na escola ». 

« J’ai passé ma jeunesse à Piracicaba et je pense que c’était bien banal. Comme tous les jeunes, j’aimais jouer au football et les filles ! Peut-être à la différence que j’aimais inventer des histoires, voir les films, j’avais beaucoup d’intérêt pour les récits d’histoire à l’école ».

4- Quelle a été votre formation ?

4- Qual a sua formação ?

« Ao sair da escola, resolvi estudar Rádio e TV na universidade e lá descobri minha paixão pelo roteiro e pelo cinema ».

« A la sortie de l’école, j’ai décidé d’étudier la Radio et la TV à l’Université. Là j’ai découvert ma passion pour le scénario et le cinéma ». 

5- Pouvez-vous nous raconter en quelques phrases votre parcours ?

5- Você pode nos dizer em algumas palavras como foi seu curso ? 

« Acho que o maior mérito da minha faculdade foi ter feito algumas grandes amizades, que com certeza vão durar pelo resto da vida, e ter conhecido os escritos do mitólogo Joseph Campbell que serviram de base para a elaboração de um modelo concreto e forte para se contar histórias tanto no cinema, quanto na literatura. Não apenas comecei a ter mais base teórica para escrever textos melhores com esse conhecimento, como também consegui interpretar melhor mitos e outros escritos sagrados de diferentes religiões, o que sempre foi uma das coisas que mais me interessava ».

« Je pense que le plus grand mérite de mon université fut de faire quelques grandes amitiés, qui certainement vont durer pour le reste de la vie, et d’avoir connu les écrits du mythologue Joseph Campbell qui servent de base pour l’élaboration d’un modèle concret et fort pour conter les histoires aussi bien au cinéma que dans la littérature. Non seulement j’ai commencé à avoir plus de bases théoriques pour écrire meilleur les textes avec ces connaissances mais aussi j’ai réussi à interpréter meilleur les mythes et autres écrits sacrés de différentes religions ce qui fut toujours des choses qui m’ont intéressé ». 

6- Qu’est-ce qui vous attire dans le côté médiatique ? Pourquoi ?

6- O que o atrai para o lado da mídia? Por quê ?

« Gosto de contar e ouvir histórias, comunicar, passar mensagens, emocionar. Pra mim, trabalhar com pessoas e para pessoas é a melhor coisa do mundo. A humanidade me fascina e intriga. Sempre encontro coisas para explorar dentro deste assunto ».

« J’aime de conter et d’écouter les histoires, passer les messages, émotionner. Pour moi, travailler avec les gens et pour les personnes est la meilleure chose du monde. L’humanité me fascine et m’intrigue. Toujours, je rencontre les choses pour explorer à l’intérieur de ce sujet ». 

7- Pourquoi ce goût prononcé pour l’écriture ?

7- Por que essa propensão pela escrita ?

« Acho que a literatura é uma forma de arte muito livre. Não é preciso investimento financeiro para se fazer uma obra-prima. Tudo o que você precisa é papel e caneta ou um computador. O resto é pura imaginação. A capacidade de absorver a atenção das pessoas e transportá-las para outros mundos também me atrai ».

« Je pense que la littérature est une forme d’art très libre. Nul besoin d’investissement financier pour faire un chef-œuvre. Tout ce que vous avez besoin est seulement un stylo ou un ordinateur. Le reste est pure imagination. La capacité d’absorber l’attention des gens et les transporter vers un autre monde m’attire ».

esta-tuas-de-sal.jpg

Premier livre édité de André Cardinali

8- Pouvez-vous me citer une réalisation dont vous êtes le plus fier dans votre vie ?

8- Você pode me citar uma realização da qual você mais se orgulha em sua vida?

« Creio que a publicação do meu livro foi um dos pontos mais altos da minha vida. Foi algo pelo qual lutei por muito tempo e a conquista veio após muito esforço. Realmente me sinto orgulhoso de ter conseguido fazer aquela história que surgiu na minha cabeça alcançar pessoas distantes de todo o Brasil ».

« Je crois que la publication de mon livre fut un des points les plus hauts de ma vie. Ce fut quelque chose pour laquelle j’ai luté beaucoup de temps et la conquête est venue après beaucoup d’efforts. Réellement, je suis fier d’avoir réussi à faire cette histoire qui à surgi dans ma tête et atteindre les personnes éloignées de tout le Brésil ».



9- Pouvez-vous me citer une réalisation dont vous êtes le plus fier dans votre vie personnelle ?

9- Você pode me citar uma realização da qual você mais se orgulha em sua vida pessoal ?

« Acho que ter saído de uma cidade pequena e encontrar meu espaço dentro desta metrópole que é São Paulo, com 11 milhões de habitantes, também foi uma conquista. Meu trabalho com o livro também me possibilitou outra coisa muito boa que foi poder conhecer muitas pessoas diferentes e compartilhar experiências, coisa que dificilmente conseguiria de outro modo. A vida de escritor tem esse poder de tocar no coração das pessoas e fazê-las se abrirem, deixando aberto um canal de comunicação sincero e emocional ». 

« Je pense qu’être sorti d’une petite ville et rencontrer ma place à l’intérieur de cette métropole qu’est São Paulo, avec ses 11 millions d’habitants (intra-muros), fut aussi une victoire. Mon travail avec le livre m’a permis entre autres bonnes choses de pouvoir connaître beaucoup de personnes différentes et partager des expériences, chose qui serait difficilement réalisable d’une autre manière. La vie de l’écrivain a ce pouvoir de toucher dans le cœur les personnes et les faire s’ouvrir, laisser ouvert un canal de communication sincère mais aussi émotionnel ». 

10- Quel regard portez-vous sur la société actuelle en général ?

10- Qual é a sua visão sobre a atual sociedade?

« Eu vejo o mundo passando por grandes transformações e creio que o saldo pode ser positivo. No Brasil, especificamente, passamos agora por um período turbulento, com muitas manifestações. Vejo isso com muita alegria, pois somos um país sem muito costume de sair às ruas para exigir seus direitos. Agora, finalmente o povo acordou e percebeu que há muito pelo que lutar: educação, saúde, segurança e direitos sociais, como o casamento homossexual, aborto, entre outras. Acho que o debate entre as diferentes partes é benéfico, afinal é do debate que vive a democracia, porém o que me incomoda nisso tudo são as vozes de ambos os lados do debate que julgam ter toda a razão e não se permitem escutar ou respeitar os argumentos de quem discorda. O debate é ótimo, mas sem respeito entre as partes não se chega a lugar nenhum ».

« Je vois un monde passer par de grandes transformations et je crois que le solde peut être positif. Au Brésil, plus précisément, nous allons maintenant passer à travers une période turbulente, avec beaucoup de manifestations. Je vois cela avec joie, parce que nous sommes un pays qui n’a pas beaucoup la coutume d’aller dans la rue pour réclamer ses droits. Maintenant, le peuple s’est finalement réveillé et il s’est rendu compte qu’il reste encore beaucoup à combattre: l’éducation, la santé, la sécurité, et les droits sociaux, comme le mariage homosexuel, l’avortement, entre autres. Je pense que le débat entre les camps différents est une bonne chose. Au final c’est du débat que vit la démocratie, mais ce qui me dérange dans tout cela sont les voix des deux côtés du débat qui jugent avoir toutes deux raisons sans se laisser écouter ou respecter les arguments de ceux qui sont en désaccord. Le débat est super, mais sans le respect mutuel entre les parties il ne mènera nulle part ».

11- Qu’aimez-vous le plus dans la vie ?

11- O que você mais ama na vida ?

« Acho que a vida em si, suas possibilidades infinitas, as pessoas que podemos conhecer, as coisas que podemos aprender, o amor que podemos ter por outras pessoas. Por vezes, tendo a ter uma visão pessimista do mundo, mas sei que, no fundo, todas estas experiências, mesmo que negativas, valem a pena e me fazem crescer como pessoa ». 

« Je pense que la vie elle-même, sa ses possibilités infinies, les personnes que nous pouvons connaître, les choses que nous pouvons apprendre, l’amour que nous pouvons avoir pour d’autres personnes. Parfois, on a tendance d’avoir une vision pessimiste du monde, mais je sais qu’au fond, toutes ces expériences, même les négatives, valent la peine car elles me font grandir en tant que personne ».

12- Que regrettez-vous le plus ne pas avoir fait ?

12- O que mais lamenta não ter feito ?

« Na verdade, são tantas coisas que é difícil dizer uma específica. Acho que em muitas ocasiões, poderia ter arriscado mais ou persistido mais. Eu tenho outra grande paixão na minha vida que é a música. Adoraria viver de música também. Já deve fazer uns 3 anos desde que estive envolvido com uma banda. Desde então, deixei um pouco de lado os projetos musicais, mas eles certamente fazem muita falta para mim e planejo em breve voltar para esse universo. Não quero deixar isso morrer ». 

« En fait, il y a tellement de choses qu’il m’est difficile d’en citer une en particulier. Je pense que dans de nombreuses occasions, je pourrais m’aventurer plus loin et persister plus longtemps. J’ai une autre passion dans ma vie c’est la musique. J’adorerais vivre de la musique aussi. Ça doit faire près de 3 ans que je fais partie d’un groupe. Depuis lors, j’ai laissé un peu de côté les projets musicaux, mais certainement ils me manquent beaucoup, et j’envisage de revenir bientôt à cet univers. Je ne veux pas laisser cela mourir ».

13- Comment vivez-vous au quotidien, (Décrivez une journée type) ?

13- Como você vive o cotidiano ? (Descreva um dia típico).

« Minha rotina é uma vida dupla, por assim dizer. Como manter-se apenas com a literatura é muito difícil e acredito que de maneira especial no Brasil, com níveis de leitura muito baixos na população, meu verdadeiro faturamento vem do trabalho com a televisão. Então, das 10h às 19h trabalho em um escritório, escrevendo e dirigindo peças para a TV. À noite, transformo-me no escritor. Sento em meu computador e escrevo minhas próprias histórias ». 

« Ma routine est une double vie, pour ainsi dire. Ne gardant que la littérature est tout simplement trop difficile je crois d’une manière spéciale au Brésil, avec de très faibles niveaux de lecture dans la population, mon revenu réel principal vient de mon travail avec la télévision. Alors, de 10h à 19h je travail dans un bureau, j’écris et dirige les pièces pour la télévision. La nuit, je me transforme en écrivain. Je suis assis devant mon ordinateur et j’écris mes propres histoires ». 

14- Si vous étiez un film, lequel ? Un acteur, lequel ?

14- Se você fosse um filme, qual seria? E se fosse um ator, qual seria?

« Difícil falar sobre um filme porque aprendi a me identificar com todos, ou quase todos. Protagonistas mais inocentes e com grandes sonhos certamente me cativam e, com essa descrição, existem muitos filmes ! » 

« Difficile de parler sur un film parce que j’ai appris à m’identifier avec tous, ou quasiment tous. Protagonistes les plus innocents et avec de grands rêves ont sûrement su me captiver avec cette description, il y a beaucoup de films! » 

15- Si vous étiez une musique (ou chanson), laquelle ?

15- Se você fosse uma música (ou canção), qual seria ?

« Existe uma música do cantor americano John Mayer com a qual me identifico muito. Ela chama-se « Bigger Than My Body » e fala sobre ser um sonhador. Eu realmente sou um sonhador ! » 

« Il existe une musique du chanteur américain John Mayer avec laquelle je m’identifie beaucoup. Elle s’appelle “Bigger Than My Body“ et parle sur un rêveur. Réellement, je suis un rêveur ! »

16- Quelle serait votre réaction si je vous disais que vous avez un “homonyme“ au France?

16- Como você reagiria se eu lhe dissesse que você tem um « homônimo » na França ?

« Com certeza, ficaria muito surpreso. Acredito que meu nome deva ser um pouco comum na França, mas nunca imaginei que pudesse haver alguém com meu sobrenome italiano também ! »

« Avec certitude, je serais très surpris. Je crois que mon prénom doit être un peu commun en France, mais je n’ai jamais imaginé qu’il puisse y avoir une personne avec mon nom italien aussi ». 

17– Aimeriez-vous le rencontrer et faire plus ample connaissance avec lui (homonyme) ?

17– Gostaria de conhecer e se familiarizar com ele (homônimo) ? 

« Adoraria. Seria muito bom saber se nossas famílias de fato tem um ancestral comum e, claro, descobrir o que mais podemos ter em comum além do nome ». 

« J’adorerais. Cela me ferait le plus grand plaisir. Il serait bon de savoir si nos familles ont en fait un ancêtre commun et, bien sûr, savoir ce que nous avons en commun, en plus du nom ».

18- Quel conseil donneriez-vous à nos compatriotes qui souhaitent venir s’installer au Brésil ?

18- Que conselho você daria para os cidadãos franceses que pretendem se instalar no Brasil ?

« Acho que uma das maiores dificuldades de europeus em geral ao se instalar no Brasil é o clima. Aqui temos um clima bem mais quente e que não sei se agrada a todos. A mim mesmo não me agrada em muitas situações ! Nunca fui à Europa, mas me parece evidente que a população brasileira tem um nível educacional menor e maiores abismos entre classes sociais. Quem vier ao Brasil, deve ter isso em mente ». 

« Je pense que l’une des plus grandes difficultés pour les européens en général pour s’installer au Brésil est le climat. Ici nous avons un climat bien plus chaud et je ne sais si cela plaît à tous. Pour moi-même ceci ne me plaît pas en nombreuses situations ! Je n’ai jamais été en Europe, mais il me paraît évident que la population brésilienne a un niveau d’éducation inférieur et de plus grands écarts entre classes sociales. Qui vient au Brésil doit avoir cela à l’esprit ». 

19- A l’inverse, quel conseil donneriez-vous aux brésiliens qui souhaitent s’intaller en France ?

19- Por outro lado, qual conselho você daria para os brasileiros que querem se estabelecer na França ?

« Acho que respeitar a cultura e os costumes locais é fundamental. Ao entrar na casa de uma pessoa, sempre acreditei que é de bom tom seguir as regras do anfitrião, do mesmo modo, acho que o brasileiro ao ir para a França deve observar os costumes locais e tentar se inserir neles, respeitando o país que o recebeu ».

« Je pense que respecter la culture et coutumes locales est fondamental. En entrant dans la maison d’une personne, j’ai toujours cru qu’il est de bon ton de suivre les règles d’accueil, de la même façon, je pense que le Brésilien qui se rend en France se doit d’observer les coutumes locales et essayer de s’insérer en elles, en respectant le pays qui l’a reçu ».

Le journal francophone brasil-infos.com vous remercie pour nous avoir aimablement accordé cet interview croisé.

O jornal francês “brasil infos.com“ agradece por ter gentilmente cedido esta entrevista compartilhada.

Propos recueillis par François-Mary Bourreau pour le journal francophone brasil-infos.com

 



 

Publicités

Pont des couleurs

 Bonjour M’ssieurs-Dames,

Créativité, efficacité, crédibilité, ça donne des idées, voici le projet envoyé à François Hollande, Laurent Fabius et Christiane Taubira… aujourd’hui sans réponses ?  

Le Général George Patton citait “ Rien n’est impossible à condition d’utiliser l’audace ” je rajouterai  » et la passion «

 

PONT DES COULEURS

APONTEDASCORES

 Pont de Oyapock – Pont des couleurs

D’après une idée originale de André Cardinali

Madame Dilma ROUSSEFF, Présidente de la République Fédérative du Brésil à l’occasion de son voyage en France a été invitée à l’Elysée le 12 décembre 2012 par le Président François Hollande,

Voici un extrait du discours de François Hollande mentionnant le pont Oyapock:

Le Brésil est notre plus grand voisin, puisqu’avec la Guyane, nous avons 700 km de frontière commune. Sur le fleuve Oyapock, chacun sait qu’il y a un pont. 

Nous aurons dans les mois prochains un rendez-vous, Dilma ROUSSEFF et moi-même, pour inaugurer ce pont.

C’est un engagement que nous avons pris car nous croyons aussi à cette opportunité de développer nos échanges, nos relations grâce à cette frontière”. 

Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy n’ont pas réussi à inaugurer ce pont de la discorde.François Hollande réussira t-il ? Je l’espère…

guyanegreenbuilding-blogspot-com-br-pont

Tout ceci m’a incité à créer un événement  pour la jeunesse: 

L’Inauguration du Pont des couleurs sera uniquement réalisée par des enfants brésiliens et français sans aucun adulte sur le pont avant l’inauguration officielle. Ils fredonneront un hymne spécialement créé par un compositeur brésilien et français.

En organisant cette manifestation de la Jeunesse et des Cultures, un véritable dialogue projettera dans le temps une jeunesse bouillonnante d’énergie et de créativité.

Il faut réaffirmer la nécessité de favoriser le brassage de nos cultures.

Le besoin d’entendre toutes les voix, de se reconnaître au-delà des frontières et des aléas de l’histoire.

La meilleure arme pour y parvenir est incontestablement la Culture: les différences nous rassemblent, et la culture agit sur l’âme et le destin des peuples. Il faut donc instaurer une philosophie d’action pour un sentiment croissant d’une solidarité nouvelle.

Le rôle des adultes consiste à transmettre un état d’esprit sans tomber dans la nostalgie. Ce n’est ni un devoir de mémoire, ni un culte du souvenir, mais le respect d’une attitude et d’un avenir trop souvent peint en noir.

En donnant à la nouvelle génération la possibilité et les moyens de se manifester et de s’épanouir le jour de cette inauguration, nous garantissons leur futur…

Voilà, l’image que je souhaiterais partager avec la jeunesse brésilienne et française.

Ce sera un événement populaire, médiatique et rassembleur…

 Le Pont des couleurs est tout désigné pour devenir

le rapprochement des Cultures entre le Brésil et la France.

Présentation de l’événement

Chacun de leur côté du pont, Madame Dilma ROUSSEFF et François Hollande, donneront le départ à 200 enfants brésiliens et français qui courront jusqu’au milieu du pont ou Madame Rousseff et François Hollande couperont le cordon inaugural.

Les enfants porteront une tenue blanche frappé du logo de leur pays et échangeront des fanions français et brésiliens.

Ensuite, ils interpréteront l’Hymne du Pont des couleurs, dirigé par deux compositeurs français et brésilien. ( Gilberto Gil et Bernard Lavilliers sont informés ). Cet hymne sera avant tout un symbole de liberté.

Le Pontdescouleurs n’est pas un hasard, parce que les couleurs ne sont pas anodines. Elles véhiculent des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir, elles possèdent des sens cachés qui influencent notre environnement, nos comportements, notre langage, notre imaginaire. Les couleurs ont une histoire mouvementée qui raconte l’évolution des mentalités.

Qu’en pensez-vous ?

Apprendre à penser en couleurs et la réalité se voit autrement.

J’ai l’intelligence sûre de ne pas vouloir créer pour créer mais pour des créations qui soient ancrées dans le réel. 

Une Française à Rio de Janeiro et au Flore

Bonjour M’ssieurs- Dames. Olá Senhoras Senhores,
Un de mes amis, Benoît Perrier en charge de la Communication du Polo Club du Domaine de Chantilly, m’a conseillé de rencontrer son amie Marie-Laure Solanet.
Une rencontre très sympathique et enrichissante devant un bon café-croissant au Café de Flore ce matin. Marie-Maure est une femme passionnée, aimant la Culture en allant la chercher là ou son inspiration la guide. Ouverte sur le monde avec des amis artistes, des inconnus, des personnalités, Marie-Laure est une battante avec qui on a envi de partager un instant, afin qu’elle nous raconte sa passion envers les autres et ses nouvelles aventures… C’est une femme libre qui a décidée de vivre sa vie autrement.
Flore
 
Autre regard. Une française à Rio de Janeiro
Outro olhar. Uma francesa no Rio de Janeiro
Outro olhar_so frente
 
Marie-Laure Solanet a été Ambassadrice du Brésil à Paris et à Washington pendant 9 ans avant de s’installer définitivement à Rio de Janeiro depuis plus de 12 ans.
Passionnée par la ville et par la manière d’être carioca, Marie-Laure réalise chaque jour un rêve d’enfant : vivre en écrivant.
Dans ce livre, Marie-Laure réunit des histoires personnelles et bien singulières d’une manière de vivre marquée par son énergie captivante, son regard affectueux et son entière disponibilité pour faire de Rio le port d’une vie de surprises permanentes.
Voilà, un livre à découvrir d’une française qui a découvert la scène carioca, une vie solaire, pleine de découvertes et de nouvelles images qui mettent à bas les mythes les plus classiques à propos de Rio.
Quelques témoignages confirment la réussite de ce livre :
Ce livre est une déclaration d’amour à la capitale du samba. Qui veut être heureux dans un bon climat doit faire comme l’écrivain, tout balancer et venir ici.
Martinho da Vila ( chanteur )
Qui peut unir Paris, la Corse, Rio de Janeiro et l’île de Gigoia ? Uniquement Marie-Laure Solanet.
Elle peut aussi bien être dans les salons des Palais de Chantilly ou de Versailles que dans le salon de coiffure  » cabaret da Beleza  » sur la petite île de Barra da Tijuca. Elle peut-être vue dans un bus allant à Jacarepagua ou dans une limousine aux Champs-Elysées.
Enfin, elle est femme, artiste, écrivain et maître dans l’art de voir et de vivre.
Neville d’Almeida ( cinéaste et artiste plastique )
Avec un Autre Regard, Marie-Laure Solanet nous présente une vision singulière et très amoureuse de la ville de Rio de Janeiro et ses gens ; aventures capables d’émouvoir brésiliens et étrangers. Chaque histoire s’entrelace avec l’autre, toutes toujours bien racontées, avec légèreté, richesse de sons et remplies d’images quasi cinématographiques. C’est le genre de livre dans lequel on se plonge pour le lire d’une traite, économisant les dernières pages avec le goût de  » j’en veux plus  » et la peine que ça s’arrête.
Mano Melo ( écrivain et poète )

Este livro é uma declaração de amor à capital do samba. Quem quer ser feliz em um bom clima, faça como a escritora: jogue tudo pro alto e venha pra cá.”Martinho da Vila.

Uma francesa apaixonada pelo Rio descortina o seu olhar sobre a cidade. Em outro olhar – uma francesa no Rio de Janeiro, lançamento da Editora Casa da Palavra e edição trilíngue (português– francês – inglês), Marie-Laure Solanet conta como foi deixar há mais de 12 anos sua cidade natal, Paris, para viver no Rio de Janeiro.

 Ao desembarcar na cidade, Marie mergulhou de cabeça. Mais do que uma cidade maravilhosa, a francesa descobriu no cenário carioca uma vida solar, cheia de descobertas e de novas imagens que colocavam por terra os mitos mais clássicos sobre o Rio.

Desde o momento em que me instalei aqui procurei não dar muita atenção quando alguém tentava me convencer de que a cidade era perigosa e que eu não deveria, de forma alguma, sair sozinha depois do pôr do sol. Ao contrário, dava ouvidos àqueles que viviam a vida carioca em todo o seu charme e plenitude. No Brasil, no período do inverno, o sol se põe muito cedo e, no verão, não muito mais tarde que no inverno. Assim, se eu tivesse seguido os conselhos de amigos cautelosos seria forçada a ficar Luz”, Marie sempre pensou em um dia fugir para um país abundantemente ensolarado.

Após a morte prematura de seus pais, Marie começou a sentir o desejo de buscar outro lugar com o qual, de maneira inconsciente, sempre havia sonhado.

Minha mãe, que havia sido criada em Marrocos de uma forma totalmente livre (primeiro no interior e depois em Rabat), deixou em minhas veias sua nostalgia daquela vida repleta de calor, beleza e alegria permanente. Lembro de seu sofrimento com o frio parisiense, esperando os verões na Córsega como alguns esperam a chegada do Messias, e rememorando obstinadamente os prazeres de sua infância. Definitivamente, não queria ser para meus filhos esta mãe descontente com a própria sorte”, afirma.

Neste livro, que conta com prefácio do cantor, compositor e sambista Martinho da Vila, Marie-Laure reúne as histórias pessoais e tão singulares de uma vivência marcada por sua energia cativante, seu olhar afetuoso e sua inteira disposição para fazer do Rio o porto de uma vida de surpresas permanentes. A autora dá dicas de seus programas favoritos na cidade, como um passeio no Museu do Açude e no Parque Lage, seguido de lanche ou café da manhã na Casa da Táta ou no Bistrô do Paço e também desmistifica algumas máximas, como a de que o carnaval no Rio é perigoso.

O que pode unir Paris e a Ilha da Córsega ao Rio de Janeiro e à Ilha da Gigoia? Unicamente Marie-Laure Solanet. Ela tanto pode estar nos salões dos palácios de Chantilly ou Versailles quanto no salão de cabeleireiro “Cabaret da Beleza” na pequena ilha da Barra da Tijuca. Pode ser vista num ônibus indo para Jacarepaguá ou numa limousine na Champs Elysées. Enfim, ela é mulher, artista, escritora e mestre na arte de ver e de viver” – Neville d’Almeida.

Sobre a autora

Marie-Laure Solanet nasceu em 1955, em Paris, onde também foi criada. Foi embaixatriz do Brasil em Paris e Washington por nove anos, antes de se mudar definitivamente para o Rio de Janeiro. Tem três filhos e quatro netos. Apaixonada pela cidade e pelo jeito de ser carioca, Marie-Laure realiza diariamente um sonho de criança: viver escrevendo em um país ensolarado.

EDITORE : CASA DA PALAVRA 

Av. Calogeras, 6, sala 1.001

Rio de Janeiro

21. 2222. – 3167

Journal Brasil Infos

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Après le succès de mon blog  » Soufflez sur les braises  » et celui de Jol Press, j’ai la joie de vous annoncer ma collaboration au Journal Brasil Infos à Vitoria.

logo-brasil-infos-copie-1

SITE : www.brasil-infos.com

Voici le mail du fondateur du journal,  François-Mary Bourreau, m’invitant à le rejoindre.

Bonjour mon cher Dédé,

En premier lieu, merci pour votre prompt réponse et pour accepter de faire partie de notre rédaction.
Je vois  la présentation pour la publication de vos billets dans le journal sous forme d’une chronique libre avec annonce d’appel en première page complétée d’une photo. Je suis ouvert à toutes autres suggestions de votre part.
Un espace d’une page vous sera réservé pour vous exprimer – Vous avez « carte-blanche » pour les thèmes à traiter.
Une biographie de présentation sur votre parcours  sera visible avec un lien en annexe.
Dès aujourd’hui, je vais présenter auprès de nos lecteurs votre arrivée dans notre rédaction et votre chronique ponctuelle en première page.
Je mets aussi à votre disposition une page dans le journal pour présenter  tous vos événements avec le lien de votre site.
Il y a beaucoup de choses à réaliser au Brésil, je suis prêt à vous aider pour réaliser des événements pour la jeunesse.
Ceci vous donnera enfin l’opportunité de venir au Brésil – Et pour nous, vous accueillir sous le chaud soleil de Vitoria au nord de Rio.
Nous somme vraiment ravis pour votre précieuse collaboration.
A bientôt
Fidèle amitié
François-Mary Bourreau  
NB : Je remercie encore François – Mary de me faire confiance et d’être depuis longtemps un de mes fidèles lecteurs.
Sur ma proposition, une citation de JJSS est écrite sur la page d’accueil de Brasil – Infos » Dire la vérité telle que nous la voyons  » une citation pour les écoles de journalisme et pour les médias.
Je serai très heureux de réaliser des événements pour la jeunesse au Brésil comme celui-çi qui est d’actualité :
Madame Dilma ROUSSEFF, Présidente de la République Fédérative du Brésil à l’occasion de son voyage en France a été invitée à l’Elysée le 12 décembre 2012 par le Président François Hollande, ci-dessous une partie de son discours :
Nous avons aussi une frontière commune avec le Brésil. Le Brésil est notre plus grand voisin, puisqu’avec la Guyane nous avons 700 km de frontière commune. Sur le fleuve Oyapock, chacun sait qu’il y a un pont. Nous aurons dans les mois prochains un rendez-vous, Dilma ROUSSEFF et moi-même, pour inaugurer ce pont. D’ici-là, il faudra aménager des routes et des postes de douane… Mais c’est un engagement que nous avons pris car nous croyons aussi à cette opportunité de développer nos échanges, nos relations grâce à cette frontière, même si nous sommes préoccupés, l’un comme l’autre, par l’exploitation de l’or en Guyane et le trafic qu’il peut générer avec un certain nombre de drames intervenus ces derniers mois.
Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy n’ont pas réussi à inaugurer ce pont de la discorde, espérons que François Hollande réussira ?
téléchargement
Pont de Oyapock. Le pont des couleurs…
Voici une idée originale, celle de faire inaugurer ce pont par des enfants brésiliens et français sans aucun adultes sur le pont.
Le pont se nommera  » Le pont des couleurs
Qu’en pensez-vous ? Pouvez-vous me soutenir …
Je remercie chaleureusement tous mes amis fidèles et maintenant ceux du Brésil.
Brasileiros queridos amigos, convido-vos a ler os meus posts no jornal Brasil-Info que irá mostrar-lhe a minha jornada, meus encontros, o meu favorito e meu discurso. Amizade. dédé