Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: braises

LE RADE

Salut M’ssieus-Dames,

Définition d’un rade dans le Larousse argotique : Comptoir d’un café ou d’un bar.

Ce n’est pas, parce qu’il y a quelques poch’trons plantés dans un endroit à l’ancienne avec des tabourets et un bar en zinc, que c’est un vrai rade…

Pour moi, un rade, c’est « l’Université de la Vie « où tu poses des questions et où tu as les réponses de suite, avec un mélange d’hommes et femmes de toute la société.

Exemple : en bas de chez moi, à St Germain des Prés, il y a tous les jours des coursiers, des académiciens, des libraires, des fondeurs de la Monnaie de Paris, des bouquinistes, des vieux et jeunes, des touristes, des flics, des huissiers, des balayeurs de la Ville, des footballeurs connus, des étudiants des Beaux-Arts, des vieux de la vieille, des galeristes, des coursiers, des bourgeois du coin, des ouvriers qui aiment ce quartier, le facteur, les artistes, et même les coiffeurs qui rendent plus belles les dames du quartier …

Le Chef, Mouss, Michel et dédé au Tabac Le Dauphine.

Quelle mine d’échanges et de gaieté, sans beuveries et tralala. Les tauliers et ses frangines ainsi que le loufiat et le Chef y sont aussi pour beaucoup. Le service est compris.

Ce n’est pas la peine de chercher des rades dans les endroits populaires, il y a de vrais rades en bas de chez vous, dans tous les endroits de Paris et de France, comme par exemple Chez Richard, en plein ghetto du 16ème arrondissement, il est parti pour laisser sa place à un gestionnaire de la restauration qui a tué cet endroit, c’était un rade…avec une âme ….et une famille.  C’était devenu un endroit sans odeurs et sans histoires à raconter !!! même Le Parisien et les verres ballons avaient disparu…Heureusement, le nouveau tolier,un petit jeune, Xavier, a repris le rade avec l’âme d’avant et de suite les clients sont revenus et moi aussi. Xavier, le tolier du Pergo

Les murs des Lounges ne raconteront jamais aucunes histoires, ils resteront des endroits branchés pour les débranchés de la réalité à la recherche d’une authenticité, qu’ils ne trouveront jamais, parce qu’ils n’en sont pas curieux.
Exemples : le Bar du Marché, rue de Buci,avec leurs serveurs et leurs defs ( casquettes) vissées sur la tête. Il n’y a même plus de marché pour aller faire son marché d’idées !!!! Elle est belle ma salade, ma peti’t dame !!!!

Chez les Costes, il faut un costard en fumant un cigare et être Star, pour ne pas être placé près d’un placard.

Un vrai radien buvologue des faubourgs !!! Dédé de Montreuil

PS : je préfère glander dans un bistrot en sirotant un Pernod, que rien faire dans un bureau en suçant un stylo…