Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: Bizot Jean-François

Jean-François Bizot, l’homme libre

Salut M’ssieurs-Dames,

Le bruit du flipper du Berri Bar, claque encore dans ma tête avec des parties gratuites et des Extra Ball que nous avons souvent gagnés avec Jean-François Bizot. Debouts sur les flipp’s en défonçant les Bumpers à coup de targettes dans les Targets (cibles), avec d’autres journalistes de L’Express comme Jean-François Khan, André Bercoff, Christian Fauvet, Vincent Lallu…

Il faut une certaine dextérité requise pour être un as au Flip; Jean-François «  l’intello », l ‘avait. Nous étions souvent dans la même équipe, on pouvait jouer à quatre ou à deux, chacun avec son flip. On se bataillait durs avec les ricains de l’Hérald Tribune : ce sont quand même eux qui ont inventé le flipper tel que le « Gottlieb » avec la photo d’Elvis et la route 66, et le nec le plus ultra, le « Stern Electronic » avec des starlettes et des monstres qui faisaient flipper.

JJSS avait très vite repéré Jean-François, « c’est normal entre Visionnaires » et il l’envoya aux USA pour suivre la mouvance de Jack Kerouac et Allen Ginsberg, les précurseurs du mode de vie de la jeunesse des années 60, «La Beat Generation», mouvement littéraire et artistique qui a ébranlé la société américaine dans ses certitudes.

Elle a directement inspiré aussi bien les mouvements de mai 1968 que l’opposition à la guerre du Vietnam, ou les hippies de Berkeley et Woodstock.

On comprend mieux pourquoi Jean-François avait tout compris avant les autres. En 1971, il décide de reprendre Actuel, avec dans ses valoches, ma copine Claudine Maugendre. 

Il fait découvrir avant l’heure le mouvement Hip-Hop et le rap.

Actuel devint un véritable laboratoire d’idées et une pépinière de jeunes talents, en innovant également avec des sujets décalés et contestataires et accompagnant des mouvements sociaux.

En passant dans le Faubourg Saint- Antoine avec Mc Solaar, nous sommes allés lui rendre une visite amicale, il souffrait depuis plusieurs années d’un cancer. Il en fît un livre : « Un Moment de faiblesse », paru en 2003, qu’il nous dédicaça.

Il est mort le 8 septembre 2007 à l’âge de 63 ans. Games Over.

La Ministre de la Culture, Christine Albanel,a rendu hommage à ce « pionnier des cultures alternatives, curieux de tout » et  Bernard Kouchner salue un « formidable compagnon d’aventures » et un « défricheur qui a su épouser les contours de son rêve ».

A chaque fois que je vois un flipper, je pense à lui, j’espère un jour toucher le Jackpot.

Un peu de ziqmu pour toi, Jean-François, « L’empereur du flipper » par Richard Gotainer.

 http://beta.deezer.com/listen-874590

 Je bloque du droit, je passe à gauche
Je flippe, et tiens, voilà autre chose
Un spécial tout rouge qui vient de s’allumer.
J’engage illico la balle
In the couloir latéral
C’est pas tout mais y’a un bonus à faire grimper.
J’attaque la boule finale
En looping et en diagonale
Faut assurer parce que c’est presque du tout cuit.
C’est l’heure de la mise à mort
J’en claque deux dans le spin rotor
Ce bruit-là, les gars, je vous le dis, ça n’a pas de prix.

Je mérite toujours ma partie.
J’compte jamais sur la loterie
Car j’suis l’empereur
Du flipper!
Sur ce terrain je reste invaincu.
On m’appelle « Target Value »
Car j’suis l’empereur
Du flipper…

Publicités

Un Garage va mourir

SOUVENEZ-VOUS : le garage du faubourg Saint Antoine ( priez pour lui) va mourir, va disparaître au mois de juillet, sous les gravats avec sa mémoire, sa sueur, le travail des mécanos, des tôliers, le pistolet des peintres, ses outils usés, les boulons éparpillés, son pont élévateur à l’ancienne, les chiottes à la turc dans la cour et surtout mes pôtes François ; un pur génie-trouvetou et coco le yougo.

C’est triste, un garage qui disparaît en plein cœur de la Bastoche, eh ! les promoteurs, les démolisseurs, les entrepreneurs, les loueurs et les acheteurs, SOUVENEZ-VOUS, quand même que vous aller avoir la chance d’être sur un lieu historique du vieux Paris avec du vécu, SVP, ses artisans, ses marchands de meubles et canapés, ses miroitiers, ses vitriers, ses bronziers, ses marchands de glace, ses ferronniers, ses bougnats comme chez Paul à l’angle de la rue de Lappe et Charonne,

Le faubourg St Antoine jusqu’à la place d’Aligre, était le premier quartier à Paris, des premiers immigrés en France, SOUVENEZ-VOUS, le ghetto des ritaux, c’est là qu’ils faisaient du troc avec ceux qui partaient au bled avec des valises remplis de clops (des Gauloises), du chocolat, de la moutarde et ceux qui en revenaient avec du jambon et du parmesan de Parme, des pâtes, etc..Moi, en tous les cas. JE M’EN SOUVIENS.

Je me rappelle de mes souvenirs de môme ( 8 ans) quand j’accompagnais mon père, mon oncle, mon frère René, mon cousin Loulou pour livrer les meubles qu’ils fabriquaient à Montreuil dans le camion bleu avec un dessin de Pinocchio sur le toit et cette pub version Bleustein Blanchet «  les meubles Louis Galluzzo, les meubles qu’ils vous faut »

Mon frère et mon cousin loulou, fréquentaient les bars à prostitués de la rue de la Roquette et de la rue de Lappe, (Bastille était en concurrence avec Pigalle), ils m’emmenait dans des bars dont « La Roulotte«  (tiens, tiens comme l’appart de Yves Montand) voir leurs copines ( mon œil) qui m’offraient des bonbêques et des diabolo menthe, pendant que les deux loustiques montaient dans les étages la serviette à la main…

Ils sont passés par là : Jean-François Bizot, toute l’équipe d’Actuel et Nova, mon ami Jean-Michel Wilmotte,( l’architecte), Jean – Paul Gaultier, MC Solaar,  les filles du Bario Latino, les matchos, les dealers, les maquereaux de la rue de Lappe et les danseurs du Balajo ; même Alain Delon et John Malkovich y ont tourné dans un film.

Sans oublier, le barbier du faubourg, qui maquillait les macs avec de la poudre de riz et du rouge à lèvres, c’était le QG des zazoux, bienvenue Brigitte Fontaine.

SOUVENEZ-VOUS , Monsieur Aristide Briand ,le gars de Montmartre…avec sa Nini…

A la Bastille

on aime bien Nini peau de chien

elle est si bonne et si gentille

on aime bien, qui ça ?

Nini peau de chien, où ça ?

A la Bastille

REFRAIN

Mais celui qu’elle aime

qu’elle a dans la peau

c’est Bibi la crème

parc’qu’il est costaud

parc’qu’c’est un homme

qu’as pas les foies blancs

aussi faut voir comme Nini l’a dans la peau

REFRAIN ET FIN.