Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Tag: Albin Michel

Adieu ! XXème siècle

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Aimer (quand même) le XXIème sièclede Jean-Louis Servan Schreiber, aux éditions Albin Michel vient de sortir en librairie, préfacé par Edgar Morin.

Avec cette rentrée brûlante, Jean-Louis Servan-Schreiber nous apporte une bouffée d’optimiste et de bien-être, ça fait du bien…

Peut-on et faut-il aimer le XXIe siècle ?

Alors que le siècle précédent s’enfonce dans l’histoire, nous sommes en train de découvrir à quel point le XXIe s’annonce différent.

Ce siècle, le nôtre désormais, est-il menaçant, incontrôlable ou riche de stupéfiantes et prometteuses nouveautés ? Nous sommes souvent déboussolés face à des technologies de vie quotidienne qui changent nos modes de communication et même notre rapport aux autres. Nous ne savons que dire à nos enfants de l’avenir qui les attend. Tout s’accélère, nous déconcerte, mais nous sentons bien que ces changements pourraient être porteurs de bienfaits qu’aucune génération précédente n’aura connus.

Ce livre bref (une douzaine de courts chapitres) n’est pas un cri de colère ou d’indignation. Il constate, interroge, s’amuse des paradoxes que nous vivons. Le lecteur y trouvera un bénéfice très personnel : sentir qu’il n’est pas le seul à se poser d’étranges questions… En ce XXIe siècle, nous sommes débordés, souvent inquiets, fascinés par le numérique, nomades dans notre carrière et notre vie amoureuse, incapables de se projeter dans l’avenir, ballottés entre ce qui menace et ce qui promet, plus seul qu’avant, et toujours scotchés à notre écran.

Et si nous vivions une nouvelle « Renaissance », qui fut une époque tourmentée, pleine de doutes, mais riche de créations et de nouvelles libertés ? Trouver du sens dans ce tourbillon, retrouver du temps au milieu des urgences est peut-être à notre portée, si l’on redécouvre une philosophie de vie laïque au joli nom de sagesse.

 « Chaque époque a sécrété ses poisons, mais aussi ses antidotes. Nous en avons plus à notre disposition que nous le pensons »

On peut trouver des raisons d’aimer, quand même, le XXIe siècle dans ce monde de bruts…

Après Trop vite ! qui dénonçait la tyrannie du court-terme, Jean-Louis Servan-Schreiber propose une vision plus optimiste du monde où vont vivre nos enfants. 

Jean-Louis Servan-Schreiber a fondé le groupe Expansion, présidé à l’immense succès du magazine Psychologies. Il est l’auteur chez Albin Michel de plusieurs best-sellers dont : « Le nouvel art du temps », « Vivre content », « Trop vite ! »…

À l’instar du magazine CLÉS *, que dirige Jean-Louis Servan-Schreiber, ce livre tente d’aider le lecteur à retrouver du sens dans une époque déroutante, foisonnante, mais si intéressante. Plein d’optimisme, mais sans illusion.

* Dans le numéro de Clés du mois d’octobre, vous y découvrirez mon portrait dans la rubrique  » Défricheurs  » dédé.

Publicités

Cécilia Dutter. Lame de fond

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Le roman  » Lame de fond  » de Cécilia Dutter vient d’être récompensé du Prix Oulmont de la Fondation de France 2012.

Maintenant, Cécilia, prend la Lame de la Vie pour aller à fond… dédé

Roman d’une fuite, roman sur le couple et l’effritement du désir, roman sur le renoncement et la difficulté à connaître ceux auprès desquels on vit … Cécilia nous invite à une traversée du miroir, une bouleversante quête de soi.

C’est le quatrième roman de Cécilia après : Une présence incertaine, La Dame de ses pensées et une biographie sur Etty Hillesum  » une voix dans la nuit ».

J’ai connu Cécilia lors du Salon Européen du livre à Dijon. La rencontre d’une femme attentive, joyeuse et curieuse.

Cécilia est également, Critique littéraire à La Revue Littéraire. Son site www.cecilia-dutter.fr

Je lui souhaite beaucoup de lecteurs et lectrices pour ce nouveau roman de fond, c’est une lame…de Vie.

La citation d’un de mes auteurs préférés inscrit dans son roman, est une marque d’intelligence de sa part.

 » Ce soir mon coeur fait chanter des anges qui se souviennent…

Une voix, presque mienne, par trop de silence tentée,

monte et se décide à ne plus revenir ;

tendre et intrépide, à quoi va-t-elle s’unir ?  »

Vergers,

Rainer Maria Rilke

NB : Si un jour, vous vous balladez dans le Valais en Switzerland, aller vous reposer un moment sur  la tombe de Rilke à Rarogne.

Vous en reviendrez serein et épanoui… Comme moi, je l’ai été.

Rilke a voulu inscrire cette poésie lyrique sur sa pierre tombale :

Rose, ô pure contradiction, désir de n’être le sommeil de personne sous tant de paupières.

Je vous conseille également d’aller visiter la Fondation Rainer Maria Rilke, à Sierre, vous serez bluffé !!! par la richesse intellectuelle de ce grand poète pragois .