Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Catégorie: Témoignages

A mes 9 amies artistes …de coeur !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Je vous présente 9 amies artistes qui méritent toutes une attention particulière et talentueuse. Cyrielle, Vahéna, Marianne, Michèle, Hermine, Marie, Yara, Charlotte, Claudia.

CYRIELLE CLAIR dans Marlene is Back ! Une bombe atomique…

 » Son nom commence par une caresse, et s’achève par un coup de cravache. Marlene… Dietrich ! «  Jean Cocteau.

Cyrielle Clair fait revivre une icône du cinéma, Marlene Dietrich, avec son spectacle « Marlene is back » à l’affiche du Théâtre de la Tour Eiffel jusqu’au 24 février. Alternant tour de chant, comédie et projections, la comédienne explore les facettes de cet Ange bleu, femme libre à la scène comme à la ville, incandescente qui ne brûlait que pour l’amour..

Pierre Cardin est à l’origine de ce spectacle original. Le créateur et hommes d’affaires a connu Marlene Dietrich qu’il a accueillie deux fois à l’Espace Cardin, lors de récitals. C’est lui qui a demandé à Cyrielle Clair de faire revivre cette personnalité hors norme, complexe et passionnée. L’actrice qui est aussi auteure et metteure en scène a relevé le défi avec la complicité de Gérard Chambre. Elle s’est glissée dans la peau de Marlene Dietrich, une femme aux talents multiples, à la fois comédienne et chanteuse.

« Dès que j’ai la perruque, les faux cils, le costume, c’est là que je deviens Marlene… Je ne prétends pas être Marlène mais une empreinte de Marlène ».

Cyrielle est magnifique dans ce rôle, elle s’est glissée dans la peau de Marlene Dietrich, une femme aux talents multiples, à la fois comédienne et chanteuse.

Le spectacle à ne pas louper !

Chapeau l’Artiste ! 24 000 baci. Dédé

 

VAHÉNA MENRAS

Une artiste à part !

Étant Ambassadeur de Saint-Germain des Prés et Président du Comité Paris-Rive-Gauche, ma mission est de présenter des artistes connus ou inconnus, c’est la passion qui doit l’emporter !.

Je cogite actuellement, pour présenter l’Univers de Vahéna, dans une galerie à Saint-Germain. Vahéna est une artiste aux mille facettes, peinture, chant, écriture… il faut l’écouter racontant Rabelais et Victor Hugo dans les bistrots à Montmarte et dans la rue. Un grand moment de vagabondage. Comme cet écrit au Café de Flore : 

Un clip avec la chanson  » L’Amour court les rues  » avec la musique de Jean-Jacques Debout et la participation de Jean-Pierre Mocky, est en cours de montage.

Un jour, avec Sophie, psychologue de haut-niveau, nous allons admirer l’exposition Jean-Michel Basquiat à la Fondation Vuitton, Vahé craque sur les oeuvres exposées, c’était une semaine avant mon anniversaire. Un matin, au coin d’une rue, elle trouve un morceau de polystyrène et a instantanément l’inspiration de peindre un faux-vrai Basquiat avec des messages perso : D2, Mission, Passage et le « must » les initiales de mes mômes L J ( Linh et Jean ) à vous de chercher.

À ma Vahé, ma fidèle amie ! Dédé

 

MARIANNE GUILLERAND
De l’Or dans les mains !

 « Offrir l’horizon à ses rêves pour les réaliser. » Marianne

Avant d’être artiste plasticienne et de se mettre à coller passionnément, Marianne a eu plusieurs vies, mais a toujours été guidée par sa fibre artistique.

Pour la bonté, le beau et le bonheur, Marianne Guillerand a une formidable fibre artistique. Chef d’entreprise à la vingtaine, comédienne et auteure à la trentaine, elle se révèle artiste plasticienne à la quarantaine. L’art du collage s’est imposé à elle comme une évidence qui n’attendait que son heure. Aujourd’hui , elle offre une renaissance à des objets voués au rebut. Elle les enveloppe de coupures de magazines et les ourle à la feuille d’or. Sa dernière exposition, « L’Arche imaginaire de Marianne », est un bestiaire lesté de symboles. Ce vaste projet a éclos en elle en 2015, après les funestes heures de Charlie et du Bataclan, comme un besoin viscéral de passer par le monde animal pour se réconcilier avec l’homme.

Papiers, ciseaux, colle et feuille d’or, dit comme ça on pourrait croire que c’est un jeu, oui mais alors un jeu de patience. Le travail de Marianne est minutieux, proche de l’orfèvrerie, des céramiques chinoises, il demande du temps, de la précision et de l’énergie. Chaque fragment est un trésor qui nous révèle le paysage mental et la nature solaire de cette magicienne qui fait jaillir le merveilleux dans son monde lumineux, poétique, joyeux, raffiné et apaisant. Marianne élève l’art du collage à un niveau inédit d’expression personnelle et d’excellence et lui offre en l’associant à la feuille d’or ses lettres de noblesse.

On reconnaît dans les œuvres de Marianne sa passion pour la beauté et l’amour qu’elle porte aux animaux. Marianne transforme en images les mystères de l’univers. Que se cache t-il derrière ce poisson multi-couleurs ?

« Mon Arche imaginaire est un voyage fantastique, une invitation à vivre en harmonie, à préserver notre nature animale, primitive, instinctive, intuitive. Mes animaux extraordinaires sont recouverts d’une mosaïque de papiers colorés qui parlent de nous, de la beauté, de la vie, des trésors que nous renfermons. Ils sont là pour nous distraire, nous émouvoir et nous rappeler tout simplement que la création est une source de bonheur prodigieuse et unique. Mon bestiaire cherche à mettre à l’honneur notre grandeur et la richesse de l’âme humaine… »

Le monde onirique de Marianne est captivant et plein de fantaisie qui me touche profondément, je t’embrasse ma Marianne et courage ! Dédé

MTYSZ

Une autre vision des femmes !

Michèle Tyszblat Sadoun, a toujours dessiné depuis son plus jeune âge, le déclic s’est produit après un voyage aux Seychelles où la révélation du monde sous marin a changé sa vie.
Elle se met à la plongée sous-marine et découvre un monde plein de vie , de couleurs, chargé d’émotions.

Peintre autodidacte, elle décide de transmettre sa vision des océans par la peinture et enchaîne tableau sur tableau avec frénésie. Ardente lectrice de science fiction, passionnée de sciences et de nature, elle s’intéresse aux éléments qui régissent notre vie, et fait danser des jambes sensuelles pour susciter des émotions, des villes impossibles pour aller vers un futur possible.
Tous ses thèmes sont reliés par le fil des éléments : eau, terre/matière, air, lumière, température/feu avec toujours l’envie d’innover de découvrir d’ inventer des liens entre les formes de vie, toujours en mouvement et vers le meilleur.
Influencée par le surréaliste belge Magritte, et aussi M.C.Eischer, Dali et Dominique Appia entre autres, elle innove en créant son monde imaginaire mêlant le fantastique au quotidien.
Concernée par les problèmes écologiques ainsi que par l’évolution de la femme dans le monde actuel, elle s’oriente vers des peintures qui transmettent des messages dans un style plutôt apparenté au surréalisme.
En jouant avec les ombres et la lumière et dans une palette de couleurs particulières, des images apparaissent, voulues ou non, qu’elle laisse découvrir au spectateur au gré de leur vécu et de leur ressenti Son challenge, provoquer l’émotion, écouter leur regard… Précise et imaginative, elle interprète des évènements passés ou d’actualité en se servant du langage pictural, et donne aux objets une destination et un sens différents de leur réalité, mais toujours dans une démarche cohérente et innovante. 
Michèle, continue, je te soutiens à fond ! Dédé

 

HERMINE DE CLERMONT-TONNERRE
Une princesse, créatrice du « tonnerre » !

La princesse Hermine de Clermont-Tonnerre a toujours été exposée médiatiquement et mondainement mais, depuis peu, ce sont ses créations artistiques, picturales et plasticiennes, qui prennent la pose devant l’oeil des collectionneurs…

Issue de l’une des plus vieilles familles de France, cette princesse au titre pontifical est depuis toujours  l’une des reines de la jet set française et internationale, au point de créer dans les années 90 une sorte de cercle de jeunes mondains, le « Club du Tonnerre« , qui réunissait des centaines d’aficionados bien nés, avides d’être systématiquement invités à des soirées chics et chocs grâce à elle, avec toujours des  bénéfices et des dons reversés à des associations, à des oeuvres humanitaires, sauvant entre autres nombre d’enfants. Frivole, la princesse ? Non, épicurienne. Et joyeuse. Définitivement. Elle pioche le bonheur là où  il est, et surtout, sa passion, c’est de le transmettre, de le partager, avec ses enfants, son entourage, ses amis, mais aussi  tout ceux qui l’approchent, quand elle ne va pas elle-même au devant de ceux qui souffrent. Et c’est avec le public qu’elle veut aujourd’hui dialoguer avec humour et sérieux, à travers ses oeuvres.« Les vanités du 21 ème siècle » 

Son inspiration d’artiste aurait pu puiser dans son goût supposé immodéré pour les mondanités, mais, en fait elle se porte sur  le temps qui passe, sur la nature saccagée par l’homme, sur la temporalité des objets et de l’argent, sur la vanité de la société. Son travail  se définit donc comme conceptuel.

Ce qui ne change pas, avec cette princesse créatrice, Rock’n Roll, incroyablement fantasque, c’est sa dérision ravageuse, même quand il s’agit d’amour ! Je t’aime ma Princesse ! Dédé

 

MARIE RABÉ
Une photographe sensuelle

Après le succès de l’exposition “Notre 1er festival d’une photo au Flore “, à Saint-Germain des Prés, l’affiche “Notre Festival d’une photo“ et la photo originale de Marie-Laure Rabé ont été mises aux enchères par Maître Pierre Cornette de Saint-Cyr, lors de l’exposition “ Tâtez-vous “ le lundi 5 décembre 2013 à l’atelier Picasso, rue des Grands-Augustins. Marraine Delphine Depardieu. Les fonds de la vente aux enchères ont été intégralement reversés à l’Association Odyssea pour l’Institut Gustave-Roussy pour la prévention du cancer du sein.

Avec Marie, nous souhaiterions créé une exposition identique  “ Festival d’une photo  avec quinze photographes de renommée internationale qui présenteront chacun une photo sur le thème du Sein. Un jury compétent sélectionnera, la photo du “Festival d’une photo – Prix Kate Barry “. Un catalogue sera édité avec les oeuvres, (recherche d’un éditeur))

Les quinze photos originales seront mises aux enchères par la maison de ventes Pierre Cornette de Saint-Cyr. Les fonds de la vente seront intégralement reversés pour la prévention du cancer du sein à l’hôpital Necker – Enfants malades. Allo mécènes, sponsors, nous sommes à votre disposition !

Marie, j’aime ta réactivité et ton efficacité permanente. Dédé

 « L’Art ne reproduit pas le visible, il rend visible ». disait Paul Klee

YARA LAPIDUS
Une princesse, créatrice du « tonnerre » !

L’album de mon amie Yara Lapidus,   » Indéfiniment » est dans les bacs, une pure merveille de textes écrit par Yara et de musiques réalisées par Gabriel Yared, le grand compositeur et arrangeur français d’origine libanaise.

Photo : Fanny Latour-Lambert

 » Le point de départ est le timbre de Yara, pour lequel j’ai composé mes mélodies. Ses textes sont venus ensuite presque naturellement et un thème s’est imposé : l’amour, traité dans chaque chanson sous un angle différent. Les mots, la richesse des images qu’ils suscitent sont les séquences d’un film imaginaire… » Gabriel Yared

Le célèbre studio Abbey Road à Londres, le complexe de studios d’enregistrement le plus grand et le plus célèbre au monde, créé en 1931. Les Beatles, Pink Floyd, Kanye West, U2, Michael Jackson … sont passés par-là !

Ci-dessous, le clip  » Encor, Encor  » tourné sous la direction de Fanny Latour-Lambert. Davantage connue pour ses parutions dans les plus grands magazines de mode, elle a une manière très personnelle de traiter la lumière, les teintes sont chaudes. Il s’en dégage autant de force que de douceur. Nous y découvrons une Normandie sauvage, des paysages presque lunaires, des champs à perte de vue qui nous renvoient de manière subliminale au film 37,2 Le matin réalisé par Jean-Jacques Beineix.

Cette BO, composée par Gabriel Yared, devient un duo entre Iggy Pop et Yara. L’enregistrement a eu lieu à Miami dans une ambiance à la fois studieuse et amicale : leurs voix s’entremêlent et entrent en résonance. La rencontre s’est achevée par un repas d’empanadas aux épinards et une balade dans la voiture d’Iggy…


J’ai toujours eu une amitié fidèle avec Yara depuis sa participation comme styliste au 1er défilé de mode,  » SAD Beyrouth » que j’ai conçu pour la jeunesse libanaise, après 17 années de guerre, place des Martyrs à Beyrouth.  Ils étaient 20 jeunes créateurs franco-libanais, diplômés  de la Chambre Syndicale de la Haute- Couture Parisienne, remplis d’espoir, de vie et d’enthousiasme.

Bonne route Yara, mon amie de coeur libanaise. Dédé

 

ANNE-CHARLOTTE DELORD
Une artiste libre

Anne-Charlotte Delord, peintre contemporaine, prend pour inspiration ses émotions restituées à travers la création de fonds très élaborés, à base de béton travaillé au couteau, et traversés de mouvements et de déchirures… En quête d’une forme abstraite, Anne-Charlotte vise le paradoxe. En permanente observation, Anne-Charlotte est inspirée par toutes les matières, images et sensations qu’elle absorbe dans son quotidien, dans ses recherches, bien sûr dans ses voyages.

Son extrême sensibilité conduit chacun de ses tableaux à un sentiment, un message ou une projection, chaque fois symbolique. La sagesse, la puissance, le rugissement… puis l’instinct animal qu’elle met en scène !


Anne-Charlotte, enfant était déjà à « l’écart », observant le monde des adultes à travers une mère peintre ayant pour maître William Turner, et avec laquelle elle découvre l’univers des artistes, à Paris, en Normandie et en Provence. Habitée par deux dimensions contraires, qu’elle cherche à rendre complémentaires, c’est là le nœud de sa personnalité qui se veut créatrice et communicante, elle pense à travers ces mailles, trouver le fil de sa liberté et découvre à 2O ans l’Afrique avec sa magie des couleurs et de ses grands espaces. Elle se met alors à peindre des animaux sauvages de façon expressionniste, sur des fonds qui remuent puissamment, « jetés » à la manière des peintres du mouvement Cobra et qui évoquent aussi la force sauvage d’un Barcelo!


Du souffle, une force sauvage.., le sens de la matière rendu à travers des mouvements francs et des couleurs chaudes propres aux pigments naturels, caractérisent cette peinture naissante
habitée d’une séduisante fougue de liberté. » Ma Charlotte, j’adore ton travail et ton esprit de liberté. Dédé

MADC

du graffiti abstrait, entre transparence et dynamisme

Dans le cadre du Parcours Chengdu septembre 2018, j’ai demandé à une artiste du Street Art de renommée mondiale, MadC de réaliser un Tag ( 80 m ) associé à un calligraphe chinois dans l’une des plus grandes avenues commerciales de Chengdu. Une complicité est née.

A bientôt Claudia. Love Chengdu. dédé

MadC est l’une des rares femmes internationalement reconnues dans le mouvement street art. Auteur du célébre «700-wall», elle a réussi au fil des années à allier force et énergie à des compositions abstraites, profondément ancrées dans la culture graffiti.

Claudia Walde, plus connu sous le nom de MadC est une artiste allemande issue du graffiti des années 90. Après une jeunesse passée en Ethiopie, c’est à son retour en Allemagne qu’elle s’initie au graffiti. Au premier abord inspirée par le paysage qui l’entourait dans son petit village allemand, elle commence par dessiner à l’aquarelle des natures mortes. Elle suit par la suite des études d’art et de design à l’Université d’Halle puis au Central Saint Martins College de Londres. Elle en ressort diplômée en conception graphique. Ces études lui apporteront les fondements de son style.

En 2010, elle crée son œuvre phare, qui la propulse au rang de graffeuse internationale : le « 700-Wall ». Cette gigantesque fresque de presque 700m (639m plus précisément) s’étend le long de la ligne ferroviaire qui relie Berlin et Halle. C’est à ce jour la plus grande peinture jamais réalisée par une seule personne en seulement 4 mois.

 « 700-Wall »

Dans les années 2000 MadC place ses lettrages dans des décors ultra détaillés, mettant souvent en scène des personnages de science-fiction. Ces peintures très narratives laissent peu à peu place aux représentations abstraites, laissant libre cours à l’imagination. Son évolution vers l’abstraction, MadC le doit à son passage de la rue à l’atelier. En changeant d’outils elle change naturellement de technique et s’amourache des effets de transparence. Son travail reflète alors davantage ce qu’elle faisait auparavant en aquarelle, tout en gardant l’énergie du graffiti traditionnel.Le style de Claudia Walde a connu une évolution incontestable tout au long de sa carrière. Du graffiti sombre, très masculin et tranchant de ces premiers jours, admirablement représenté sur son «700-wall», elle passe peu a peu à un graphisme à la féminité assumée, nuancé et à l’abstraction subtilement déstructurée.

 

Sa dernière oeuvre, 1000 m2 sur une façade à Chicago. Août 2018

 

Je présente toutes mes excuses à d’autres amies artistes, (fautes de places sur ce billet qui ne doit pas être trop long), j’en écrirais un autre bientôt !

En finissant cette écriture, une idée me vient à l’esprit : créer le « Club privé D2 «  ? ou « DD angels » ( en référence à la série  (Charlie’s Angels, Drôles de Dames, Charlie’s devenant DD )Réservé seulement aux artistes passionnées ! Qu’en pensez-vous ? Je compte sur vous pour diffuser ce billet amical sur vos réseaux sociaux, à vos contacts et amis.

 

Publicités

Erich Fromm. Avoir ou Etre ? L’art d’Aimer !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Dans le monde bouleversé que nous vivons en ce moment, il faut aller se réfugier auprès des auteurs. Car notre monde est de plus en plus dominé par la passion de l’avoir, concentré sur l’acquisivité, la puissance matérielle, l’agressivité, alors que seul le sauverait le mode de l’être, fondé sur l’amour, l’accomplissement spirituel, le plaisir de partager des activités significatives et fécondes.

J’avais besoin de connaître quelques sens à mes réflexions et pensées, un ami psychologue, m’a prêté le livre  » AVOIR ou ETRE ? «  ( Collection  » Réponses « chez  Robert Laffont )

C’est pour cela, que je voudrais vous faire découvrir deux livres, qui j’en suis certain vous feront du bien dans ce monde de bruts et d’égoïstes !

Erich Fromm, psychanalyste humaniste américain plus connu comme sociologue marxiste.

Erich Fromm trace les grandes lignes d’un programme de changements socio-économiques susceptibles de faire naître en chacun de nous une réflexion constructive. Si l’homme ne prend pas conscience de la gravité de ce choix, il courra au devant d’un désastre psychologique et écologique sans précédent…

Après avoir parcouru  » Avoir ou Etre  » dans tous les sens, souligné, annoté, annexé, rayé, devenu une bible et une prise de tête, j’ai décidé un jour de changer le titre :  « AVOIR ou ETRE « par   « AVOIR et ETRE  » parce qu’un jour, je suis être et un autre avoir, tout dépend du moment et des circonstances. Ce récit m’a passionné, énervé, et m’a fait gamberger…

Je conseille aux perverses narcissiques de lire ce livre pour les aider à trouver l’origine de cette maladie, qui remonte souvent à la petite enfance, sans avoir eu d’Amour !

Si Erich Fromm, vous interpelle , procurez-vous un autre livre, qui m’a enchanté et m’a fait découvrir l’Amour autrement. L’ART D’AIMER . Edition épi.

» L’amour n’est possible que si deux personnes communiquent entre elles à partir du centre de leur existence… Qu’il y ait harmonie ou conflit, joie ou tristesse, c’est secondaire par rapport au fait fondamental que deux personnes se rejoignent à partir des profondeurs de leur existence, qu’elles ne font qu’un, l’une avec l’autre en ne faisant qu’un avec elles-mêmes, sans fuir leur propre réalité. Il n’y a qu’une seule preuve de la présence de l’amour : la profondeur de la relation, la rivalité et la force de chaque personne.  » dixit Erich Fromm.

Fromm insiste à juste titre sur l’importance de surmonter notre narcissisme et notre besoin de dépendance pour accéder à un véritable échange. L’une des clés de la réussite amoureuse est effectivement d’admettre que l’être idéal n’existe pas, d’apprendre à composer avec ses imperfections et à travailler sur les nôtres. « Se tenir » en amour, c’est faire inlassablement ce travail.

Cela dit, je constate qu’il est souvent plus facile de donner, contrairement à ce que pensait Fromm.

Recevoir, en revanche, c’est s’engager véritablement, accepter d’être en rapport à l’autre. Au fond, Erich Fromm incite ses lecteurs à se défaire de leur égoïsme et délimitait le territoire de l’amour. Donner « de sa puissance et de sa vitalité », donner « de sa joie, de son intérêt, de sa compréhension, de son savoir »,  de l’amitié, tel devenait le sens de l’amour.

« L’amour n’est pas un sentiment à la portée de n’importe qui. »

J’en ai traduit quelques citations personnelles :

« L’Amour triomphe de tout, alors cédons »… 

 » Il n’y a qu’un seul remède à l’amour : aimer davantage ».

 » Dans l’Amitié comme dans l’Amour, tout est une question de preuves ».

Même Salvador Dali a peint l’Art d’aimer, c’est pas un hasard !

Michel Houellebecq

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Je vous souhaite une belle année avec bonheur, santé et réussites.

Le Houellebecq-nouveau est arrivé, très bon cru !

«Mes croyances sont limitées, mais elles sont violentes. Je crois à la possibilité du royaume restreint. Je crois à l’amour» écrivait récemment Michel Houellebecq.

Le narrateur de Sérotonine approuverait sans réserve. Son récit traverse une France qui piétine ses traditions, banalise ses villes, détruit ses campagnes au bord de la révolte. Il raconte sa vie d’ingénieur agronome, son amitié pour un aristocrate agriculteur (un inoubliable personnage de roman – son double inversé), l’échec des idéaux de leur jeunesse, l’espoir peut-être insensé de retrouver une femme perdue.
Ce roman sur les ravages d’un monde sans bonté, sans solidarité, aux mutations devenues incontrôlables, est aussi un roman sur le remords et le regret.

Sérotonine fait déjà polémique avec l’histoire d’un quadragénaire, ingénieur agronome et dépressif, nommé Florent-Claude qui déteste la ville de Niort décrite comme « une des villes les plus laides qu’il m’ait été donné de voir ». et les quelques « piques houellebecquiennes » que contient le roman: la Hollande « qui n’est pas un pays », les Hollandais « vraiment des putes » ou encore les bobos parisiens traités d' »écoresponsables ».

Sérotonine » est une lecture plutôt réjouissante, pour peu qu’on goûte à l’humour noir de son auteur, impitoyable chroniqueur d’une société occidentale en mal de sens. Des peoples comme Kev Adams et Christine Angot en prennent pour leur grade. Mais c’est lorsqu’il se livre à l’autodérision la plus cruelle que Michel Houellebecq est le plus inspiré. Le plus touchant surtout. « Etais-je capable d’être heureux dans la solitude ? », s’interroge le narrateur à l’aube de ses pérégrinations. « Je ne le pensais pas. Etais-je capable d’être heureux en général ? C’est le genre de questions, je crois, qu’il vaut mieux éviter de se poser. »

J’adore ce paragraphe qui dit bien la vérité sur les intervenants et journalistes qui prétendent tout savoir sur tout !!!

 » Je t’entai de m’intéresser aux débats de société, mais cette période fut décevante et brève : l’extrême conformisme des intervenants, la navrante uniformité de leurs indignations et de leurs enthousiasmes étaient devenus tels que je pouvais à présent prévoir leurs interventions non seulement dans les grandes lignes mais même dans le détail, en réalité au mot près, les éditorialistes et les grands témoins défilaient comme d’inutiles marionnettes, les crétins succédaient aux crétins, se congratulant de la pertinence et de la moralité de leurs vues, j’aurais pu écrire leurs dialogues à leur place et je finis par éteindre définitivement mon téléviseur, tout cela n’aurait fait que m’attrister davantage, si j’avais et la force de continuer « . BFM, LCI et Cnews prenez ça dans les dents.

La sérotonine
seroton.gif (536 octets)
Ce neuromédiateur intervient a de nombreux niveaux.
Dans le Système Nerveux Central, 
il est particulièrement présent dans les régions impliquées dans les processus liés à  l’éveil la vigilance le sommeil et l’endormissement.
Le métabolisme de la sérotonine est fortement impliqué dans les mécanismes de la dépression et des dépendances chimiques 

Si vous aimez Houellebecq pour son écriture, son audace et ses références intelligentes, allez vite l’acheter.

Si vous êtes déprimé ou au bord du suicide et si vous n’aimez pas la vulgarité, les écrivains tordus et paranos, alors détestez Houellebecq.

Le gnomon

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Vous connaissez le gnomon ? non ! alors, vous allez le découvrir comme moi, il y a deux jours lors de cette découverte guidée dans l’église Saint-Sulpice par Jean-Pierre Lecoq, Maire du 6ème arrondissement de Paris.

L’église Saint-Sulpice est la plus grande église de Paris, visité par de nombreux amateurs d’art pour son architecture et par les oeuvres d’art qu’elle contient comme par exemple des fresques de Eugène Delacroix et par les mélomanes pour son orgue exceptionnel, avec 102 jeux et environ 7300 tuyaux, l’orgue de Saint-Sulpice était le plus grand de France lors de sa fabrication

Le gnomon est un mot grec qui veut dire « moyen de savoir ». En latin, « gnomon » désigne l’aiguille – appelée « Style » – dont l’ombre projetée sur un écran solaire permet de savoir approximativement l’heure qu’il est.

Si vous avez lu le  » Da Vinci Code  » ou vu le film, vous reconnaîtrez l’endroit, où dans ce roman, une religieuse est assassinée par un moine étrange à la recherche d’un terrible secret.

La méridienne a été construite à l’initiative de Jean-Baptiste Languet de Gergy, curé de la paroisse de Saint-Sulpice de 1714 à 1748, il voulut d’abord établir avec précision le temps astronomique afin de faire sonner les cloches au moment le plus opportun dans la journée. Pour cela, il chargea l’horloger anglais Henry Sully de construire le gnomon.

La « gnomonique » est la science des cadrans solaires. Beaucoup de visiteurs sont intrigués par le « gnomon » avec la réglette de laiton incrustée dans le dallage traversant l’église, prolongée verticalement sur un obélisque de marbre blanc portant les inscriptions obscures. A droite d’un vitrail, il y a une plaque de fer rectangulaire percée de deux petits oeilletons. L’image du soleil qui se forme dans cet cet orifice se reflète sur la réglette de laiton au sol.

Il s’agit en réalité d’un instrument scientifique perfectionné, installé à Saint-Sulpice  au XVIIIe siècle par les astronomes de l’Observatoire tout proche. Les études que ses constructeurs voulaient effectuer grâce au gnomon sont ce qui mérite de retenir notre attention en abordant la question des rapports entre la science et la foi, pour répondre à tous ceux qui se demanderaient si un tel instrument d’astronomie a bien sa place dans une église ?.

Inscriptions sur l’obélisque

Maintenant, que j’ai découvert le gnomon, je suis moins con !!! Allez-y à votre tour !

D’ailleurs, je suis à la recherche de mécènes pour rénover le gnomon comme également la rénovation de l’église Saint-Germain-des-Prés. Ses projets ne peuvent que nous enrichir !

Egon Schiele et Jean-Louis Basquiat, ensemble à Paris.

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Quand j’étais môme, mon père m’emmenait les dimanches matin au musée du Louvre, il avait un soin particulier pour m’instruire et m’éduquer aux arts, il ne cessait de me dire  » mon fils, un jour,ça te servira » !

Il a eu raison, la Culture, les Cultures, les arts et les artistes m’ont fait avancer dans la vie pour créer des événements culturels avec des ponts entre les peuples.

Aujourd’hui, à mon tour, d’emmener mes enfants assister à des expositions, comme les deux dernières que nous avons vu ensemble : Picasso « époques bleue et rose » au musée d’Orsay. Une splendeur !

Clin d’oeil de Basquiat à Picasso

à la Fondation Vuitton avec 200 oeuvres des deux peintres incandescents, morts tous les deux à 28 ans :

Egon Schiele (1890-1918), immense peintre viennois, décimé par la grippe espagnole. Lui peignait des femmes sans culotte, des autoportraits, son corps nu et décharné à faire peur.

Jean-Michel Basquiat (1960-1988), icône mondiale de l’art contemporain, victime d’une overdose. DJ, musicien, coloriste sans égal dans sa génération, dont les premiers dessins tapissaient les rues de Manhattan.

Un soir, chez Castel sans savoir qui il était, Basquiat nous distribuait des petits dessins, que l’on a tous jeté !!!, aujourd’hui ont auraient des petits-chefs d’oeuvres !!!  Avec mes pôtes et pôtesses, on se disait  » il est bizarre ce mec  » ! C’était en 1984, ensuite, on a appris qu’il exposait au musée d’Art moderne, à Paris, alors qu’il n’avait que 24 ans, dans une exposition de jeunes artistes.

Ma fille pensive !

Mon fils admiratif !!!

Les Voiles de Saint-Tropez – 20ème édition, by Laurent Rabé

Bonjour M’ssieurs, Dames,

 » Le photographe est l’oeil de la vie pour nous ouvrir les yeux  » ! 

Je dédicace ma citation à mon ami Laurent Rabé, photographe accrédité des Voiles de Saint-Tropez.

Photographe professionnel, Laurent Rabé n’a découvert les Voiles qu’un peu par hasard,il y a moins de 10 ans. Il n’a depuis raté aucun opus, et choisit de célébrer la 20ème édition en publiant un magnifique ouvrage qui rassemble l’essentiel de son travail avec 70 photos inédites. D’un format original, 28 x 39, le livre n’a été tiré qu’à 200 exemplaires, sur papier argentique. L’effet est saisissant et met remarquablement en valeur les belles voiles modernes ou classiques qui sillonnent le golfe dans le cadre des Voiles de Saint-Tropez.

 

Laurent est un amoureux de la mer et de la photographie, Tony Oller, Président des Voiles de Saint-Tropez lui a apporté sa confiance pour exposer dans le Village des Voiles.

Voici quelques photos des plus beaux voiliers du monde prises par Laurent.

 

Le wally Tango,  avec ses voiles Rouge & Noir 



Tango et Galateia en pleine course

Le livre des Voiles de Saint-Tropez est en vente au magasin de Laurent :

Images Service, 45, rue Mazarine 75006 Paris, Tél: 01 46 33 79 39

https://www.imageservice-yachting.com

odeon@imageservice.fr

Musée Alphonse Allais

Bonjour M’ssieurs,Dames,

Vous savez que j’aime créer des premières, voici une Grande Dernière !

Aujourd’hui 30 septembre 2018, Le Petit musée de France d’Alphonse Allais, (officiellement classé S.V.P.) a fermé ses portes, avec une partie de l’histoire de France et de ses auteurs.
Parce qu’il faut bien naître quelque part, l’humoriste Alphonse Allais( dit Alphie) naît à Honfleur, place Hamelin, deux étages au-dessus de l’officine paternelle, une belle après-midi d’automne de l’année 1854.
« Le préparatoire des potards Allais » …….  enfin restauré, mais mieux potard que jamais, n’est-ce pas ?
Un musée pas comme les autres ! Un parcours raconté dans La Vie drôle de l’auteur Alphonse Allais.
 
 
                                     
 
Les grands musées du monde se divisent en salles.
Le Petit musée d’Alphonse, puisque le plus petit, se divise en étagères : il faut connaître l’étagère des inventions débridées d’Alphonse, comme les « boules Quies noires pour les oreilles des personnes en deuil » ou « l’amidon bleu-blanc-rouge pour raidir le drapeau français les jours sans vent …. » ou l’étagère des remèdes aux matières premières curieuses ou à la dénomination étrange, mais encore utilisés à la fin du XIXème siècle.
Allaisluia ! C’est à Honfleur, octobre 2012, que j’ai été intronisé Académicien de l’Académie Alphonse Allais » en quête des profils louches », avec mon ami Joël Martin * ( L’album de la Comtesse du Canard Enchainé ) décerné par Alain Casabona *Grand Chancelier de l’Académie Alphonse Allais, et Prix Alphonse Allais. 
Quelques phrases drôles d’Alphonse:
« Heureusement que Dieu a crée la naissance avant la mort, sinon que saurait-on de la vie ? « 
« Il était normand par sa mère et breton par un ami de son père »
« Les jambes permettent aux hommes de marcher et aux femmes de faire leur chemin »

« Logique féminine : C’est quand on serre une dame de trop près … qu’elle trouve qu’on va trop loin « 

« C’est parce que la fortune vient en dormant qu’elle arrive si lentement »
« L’homme est plein d’imperfections, mais on ne peut que se montrer indulgent si l’on songe à l’époque où il fut créé »
« Pour être emprisonné, il n’est pas absolument nécessaire d’être coupable, mais d’un autre côté, pour être mis en liberté, il ne suffit pas toujours d’être innocent !
« Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n’en prend pas »
« Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue »
« Heureux celui qui ne connaît le travail que de réputation, car l’effort sans aptitude n’est qu’une erreur de plus »
« Une quantité énorme de fleuves se jettent dans la mer. Celle-ci ne déborde pas car la providence évite cette catastrophe en y mettant des éponges »
« Les gendarmes ont grand tort de malmener les criminels. sans eux, ils n’existeraient pas »
et le fameux monochrome rouge peint par Alphie : cueillette des tomates au bord de la mer rouge par un conclave de cardinaux apoplectiques.
Prochainement, le Maire de Honfleur va continuer de faire vivre ce musée dans un lieu de la ville.  je suis ravi que Jean-Yves Loriot ( procurateur de Normandie) et guide du musée, continue sa mission pour faire sourire les visiteurs en racontant la vie d’Alphonse et sa poésie à part !.
J’ai fait partager ce moment émouvant dans la joie à mes amis artistes.
C’est ainsi qu’Allais est Grand !

Inauguration panda Richard Orlinski à l’hôpital Necker

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Le panda géant de Richard Orlinski a été inauguré le mardi 25 septembre 2018 dans la nouvelle aire de jeux de l’hôpital Necker. Don de IFS Chengdu et de Richard Orlinski.

Voir l’émerveillement des enfants devant le panda a été un grand moment de joie et de bonheur.

Initier une mission caritative comme celle-çi pour les enfants de Necker a été pour moi un devoir.

C’est le symbole du récent jumelage entre le Comité Saint-Germain des Prés et Chengdu International Finance Square, sous le patronage de la mairie du 6ème arrondissement et du gouvernement du district de Jinjiang à Chengdu en Chine, signé à Paris mars 2017 et à Chengdu mai 2017.

La vente de peluches en forme de Panda dont la totalité du bénéfice a été reversée à l’hôpital Necker-Enfants malades. ( 31 600 euros ) lors de l’opération panda au mois de décembre 2017 place Saint-Germain-des-Prés.

Les fonds financeront en partie le premier centre de médecine ambulatoire pédiatrique qui verra prochainement le jour à l’hôpital Necker-Enfants malades.

L’hôpital Necker-Enfants-Malades, remercie pour leur soutien à cette opération inédite : Monsieur Jean-Pierre Lecoq, Maire du 6ème arrondissement de Paris, le Comité Saint-Germain-des-Prés, Wharf, IFS Chengdu, Richard Orlinski, Manifestory China et Monsieur André Cardinali.

 

Fondation Louis Vuitton.

Bonjour M’ssieurs,Dames,

C’est la rentrée !

 

Bonne rentrée à tous, 3 événements à ne pas manquer ! à la Fondation Louis Vuitton. 

La Culture, les Cultures, nous rendent plus sereins et moins cons !

La Nocturne « Pitchfork Music Festival Paris » Vendredi 7 septembre 19 h- 23 h.

En collaboration avec le Pitchfork Music Festival, la Fondation vous invite sur ses terrasses pour profiter de la vue, d’un verre, d’un DJ set du groupe Address Hymen et d’un concert de Kelly Lee Owens !

Kelly Lee Owens : peut-être n’avez-vous jamais entendu ce nom. Sûrement même, la Londonienne ne sortant aujourd’hui que son premier album.

Il faut s’immerger intégralement, tête comprise. Kelly ne s’écoute pas à la va-vite dans une playlist Youtube entrecoupée de publicités reloues. Il se savoure. Avec cette voix dream-pop qui caresse un mélange de house et de techno, se révèle d’une fluidité moderne et nous rappelle vaguement Björk.

Deux expositions exceptionnelles du 3 octobre au 14 janvier 2019

Jean-Michel Basquiat 

Dès la sortie de l’enfance, Jean-Michel Basquiat quitte l’école et fait de la rue de New York son premier atelier. Sa pratique du copier-coller a frayé la voie à la fusion des disciplines et des idées les plus diverses. Rapidement, sa peinture connaîtra un succès à la fois voulu et subi.

L’exposition affirme sa dimension d’artiste majeur ayant radicalement renouvelé la pratique du dessin et le concept d’art. Ce parcours retrace l’ensemble de la carrière du peintre, de 1980 à 1988, en se concentrant sur plus de 135 œuvres décisives.

Egon Schiele

L’œuvre d’Egon Schiele est indissociable de l’esprit viennois du début du XXe siècle. En quelques années, son dessin s’est imposé comme l’un des sommets de l’expressionnisme.

Cet automne, la Fondation a l’honneur d’accueillir la première monographie de Schiele à Paris depuis vingt-cinq ans. Une exposition qui rassemble 120 œuvres – dessins, gouaches et quelques peintures, dont certaines de grandes importances comme Autoportrait à la lanterne chinoise (1912), Femme enceinte et mort (mère et mort) (1911) ou encore Nu féminin debout avec tissu bleu (1914).

 

Yara Lapidus. Jean-Michel Wilmotte

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Actualités.

L’album de mon amie Yara Lapidus,   » Indéfiniment » est dans les bacs, une pure merveille de textes écrit par Yara et de musiques réalisées par Gabriel Yared, le grand compositeur  et arrangeur français d’origine libanaise.

 » Le point de départ est le timbre de Yara, pour lequel j’ai composé mes mélodies. Ses textes sont venus ensuite presque naturellement et un thème s’est imposé : l’amour, traité dans chaque chanson sous un angle différent. Les mots, la richesse des images qu’ils suscitent sont les séquences d’un film imaginaire… » Gabriel Yared

Photo : Fanny Latour-Lambert

L’album a été enregistré dans le célèbre studio Abbey Road à Londres, le complexe de studios d’enregistrement le plus grand et le plus célèbre au monde, créé en 1931. Les Beatles, Pink Floyd, Kanye West, U2, Michael Jackson … sont passés par-là !

J’ai toujours eu une belle amitié avec Yara depuis sa participation comme styliste au 1er défilé de mode, que j’ai conçu pour la jeunesse libanaise, après 17 années de guerre, place des Martyrs à Beyrouth.  Ils étaient 20 jeunes créateurs franco-libanais, diplômés  de la Chambre Syndicale de la Haute- Couture Parisienne, rempli d’espoir, de vie et d’enthousiasme.

Hôtel Lutécia

Après quatre années de rénovation, le célèbre et unique grand hôtel de la Rive-Gauche a ré-ouvert ses portes, entièrement repensé par mon fidèle ami, Jean-Michel Wilmotte, afin de rendre le lustre et la place du Lutécia dans l’hôtellerie de luxe.

La rénovation et la transformation des lieux sont des plus fidèles à l’esprit Art nouveau, puis Art déco. Privilégiant la lumière naturelle, la pierre de taille et les matériaux nobles (marbre, bronze, bois et cuir), Jean-Michel Wilmotte  a imaginé un vaste paquebot moderne aux lignes strictes et épurées. «Nous avons mis en exergue la beauté d’origine en y juxtaposant des éléments contemporains», explique Borina Andrieu, directrice de l’agence Wilmotte.

Telle une proue, le bar Joséphine de 10 mètres de long impressionne dès l’entrée. Aux murs, des fresques champêtres ont été découvertes sous les couches de peinture dévoilent citronniers et grappes de raisin. Une oeuvre d’art !

La pièce maîtresse du restaurant  Le Saint-Germain est certainement sa verrière de type Eiffel, peinte en transparence par Fabrice Hyber de personnages colorés. Le petit fumoir-bibliothèque rappelle les rendez-vous littéraires du passé avant de passer à table.

En sous-sol, la piscine de 17 mètres bénéficiant de lumière naturelle. est le clou du spa de 700 m2, ouvert au public (6800 € l’année). Et la liste d’attente est déjà longue !

David Lynch a prêté son nom à une suite de l’hôtel Lutetia.

Comment ne pas penser à Serge Gainsbourg et aux nombreuses nuits passés ensemble au bar à refaire le monde ! et aussi à Joséphine Baker dont j’ai eu la chance de rencontrer un soir bien arrosé près du piano.

 

 

 

 

 

Parcours Saint-Germain

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Dans le cadre du jumelage entre le Comité Saint-Germain et Chengdu IFS, deux artistes de Chengdu ont exposés deux oeuvres pendant le Parcours Saint-Germain du 1er au 10 juin 2018.

CASCADE

Zhao Mi

Cascade, créée spécialement pour le Parcours Saint Germain par l’artiste sichuanais Zhao Mi, utilise 700 tiges
de bambou, de la toile et de l’eau pour dessiner un rouleau de peintures chinois devant l’église Saint Germain
des Prés aux mille ans d’histoire. Le bambou, au-delà de son statut de symbole de la Chine, est abondant en
particulier dans le Sichuan. L’accessibilité locale de ce matériau recyclable a mené Zhao Mi à créer une série
d’oeuvres l’utilisant de façons différentes pour susciter une réflexion sur son potentiel. Ici, de par l’utilisation
d’un matériau et d’une technique de construction ancestrale posée dans un cadre emblématique de Paris,
l’artiste fait se rencontrer deux cultures, et symbolise le salut de sa ville d’origine de Chengdu qui développe son ouverture au monde.

Une première en France, sculpture en bambous de Chengdu

Parvis de l’église Saint-Germain des Prés

Mise en lumières Jacques Rouveyrollis

PALAIS
Chen Weicai

Palais a été créée spécialement pour le Parcours Saint Germain par Chen Weicai, qui a choisi un matériau d’architecture traditionnel chinois – les tuiles – pour réaliser sur la place Fürstenberg un espace à la fois public
et privé, les courbes des murs entourées par les arbres de la place, ajoutant un lieu de rencontre au ton résolument chinois pour utilisation par les amoureux de Paris. L’inspiration par ces tuiles est venue à l’artiste en 2010 dans le Sichuan, dans le village ancien de Luodai, où la vision d’une vieille maison voyant son toit en train d’être démantelé lui fit réfléchir aux règles inhérente à l’utilisation de ce matériel. L’attention particulière que les gens de l’ouest du Sichuan portent à la courtoisie, leur goût de se regrouper pour jouer et échanger, l’importance de la communication entre personnes se retrouvent dans l’architecture, avec toujours une grande cour centrale permettant ces rassemblements – Palais reprend cet élément d’espace central, et créé par ces tuiles bleues en argile au-travers desquelles on peut voir une connexion entre les cultures orientale et occidentale.

Place de Fürstenberg

Mise en lumières Jacques Rouveyrollis

Parcours Chengdu

Réciproquement et pour la première fois, le Parcours Saint-Germain voyagera jusqu’en Chine et sera inauguré au sein et autour de Chengdu IFS, le 13 septembre 2018. Le Parcours Chengdu mettra à l’honneur des œuvres d’artistes français, chinois et internationaux.

 

 

 

Egoïste !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Le meilleur de l’égoïsme est de partager le n° 18 du magazine EGOÏSTE qui vient de paraître dans les kiosques.Photo Paolo Roversi

Les photographes et les écrivains les plus marquants de notre époque auront nourri les 17 numéros parus à ce jour avec une périodicité capricieuse. Egoïste est le dictionnaire subjectif d’une époque. Connu pour la magie de sa maquette, ses images mythiques comme le nu de Yannick Noah par Avedon ou le portrait d’Ava Gardner par Helmut Newton et ses publicités sur mesure conçues et réalisées spécialement par Nicole Wisniak, Egoïste a offert un espace de créativité aux grands écrivains tels que Françoise Sagan, Jean d’Ormesson, Bernard Frank. La sortie d’Egoïste constitue toujours un événement salué par la presse internationale. Chaque numéro est collectionné avec passion par de nombreux amateurs.

Dans ce dernier numéro, deux de mes amis Frédéric Beigbeder et Nicolas Bedos se penchent sur leurs arrière-pensées :

Toutes les pensées sont des arrière-pensées. La parole a été donnée à l’homme pour lui permettre de cacher ses arrière-pensées. La lucidité est une sorte d’arrière-pensée démasquée. Frédéric Beigbeder.

Quelle arrière-pensée la directrice de Egoïste avait-elle dans la tête lorsqu’elle m’a proposé d’écrire sur les arrière-pensés ? .

Mais c’est quoi, une arrière-pensée ? !! D’ailleurs, à quel moment une  » pensée  » devient-elle « arrière-pensée »?

Par exemple :  » Plus jamais de mythomane » ou  » plus jamais de banquier  » ou  » j’ai plus de larmes à vendre aux pervers narcissiques »… C’est que, plus on vit, plus on pense, plus on arrière-pense. Nicolas Bedos.

Voici des tweets d’outre-tombe pensé par Patrick Besson :

Je n’aurais jamais dû faire d’enfants… Lucy

Ce XXIe siècle, je le sens bien… Le diable

J’avais bien dit que je ne voulais pas d’une décapotable… John Fitzgerald Kennedy

J’en ai marre de la banlieue ouest… Louis XIV

Pratique, ce tunnel sous la Manche… Moïse

Je ne comprends pas qu’il reste autant de Chinois… Mao

Vos gueules, les mouettes… Tchekhov

Si je tenais le cuisinier qui a donné mon nom à un steak… Chateaubriand

Qu’est-ce que Depardieu est allé faire en Russie ? Napoléon

La vieillesse, c’est le troisième sexe… Simone de Beauvoir

C’est bon de mourir avant ses illusions… Che GuevaraPhoto Ellen von Unwerth

Eric Dupond-Moretti, un cador !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Dans notre époque rempli de bobos, de faibles, de bonnes consciences, de barpat ( bon à rien, prêt à tout), un mec qui ouvre sa gueule et qui a des couilles, ça fait du bien !.

Avec 144 acquittements obtenu devant une cour d’assises, Eric Dupond-Moretti est surnommé « Acquittator » dans les prétoires. Son aversion contre une certaine magistrature, « institution de faux-culs, petit monde de l’entre-soi et de l’irresponsabilité » et le rapport de force qu’il engage avec les magistrats lors des procès font que certains d’entre eux voient en lui un « terroriste des prétoires »

Eric Dupond-Moretti aime rappeler son origine plébéienne, fils unique de Jean-Pierre Dupond, ouvrier métallurgiste, et d’Elena Moretti, femme de ménage d’origine italienne. Ses grands-parents paternels, Achille et Louise, sont également ouvriers. 

Sa vocation d’avocat puise ses origines dans une histoire familiale, son grand-père maternel, immigré italien, est retrouvé mort en 1957 dans des conditions suspectes, le long d’une voie ferrée. Son oncle porte plainte afin qu’une enquête soit ouverte mais rien n’est fait.

Cette injustice, un mystère de plus, le décidera à choisir la voie du droit. Dupond-Moretti dira : « Je pense que c’est à l’origine de cette vocation. Cela y participe à l’évidence », comme plusieurs grands pénalistes orphelins de père (Robert Badinter, Georges Kiejman, Hervé Temime), son enfance est marquée par ce sentiment d’injustice.

Mais le véritable déclic a lieu à 15 ans, lorsqu’il entend à la radio l’annonce de l’exécution de Christian Ranucci. Il est devenu avocat par « détestation de la peine de mort ». Alors que sa mère est devenue femme de ménage, il effectue plusieurs petits boulots pour financer ses études : fossoyeur, maçon, ouvrier à la chaîne, déchargeur de sacs de sable, serveur dans des boîtes de nuit ou serveur de restaurant, pion. À l’issue de ses études de droit, il est reçu premier au concours d’entrée, et lauréat ex aequo du Concours déloquence.

En 2013, il refuse la Légion d’Honneur.

En 1993, il se dit victime d’un « coup fourré » de la part du procureur José Thorel, qui aurait tenté de le faire tomber dans un dossier de stupéfiants, des traces de cocaïne ayant été retrouvées dans sa berline. Il subit alors une perquisition et une garde à vue, qui auraient pu mettre fin à sa carrière.

En mai 2015, Éric Dupond-Moretti se déclare publiquement partisan de l’interdiction du Front National, tout en précisant que « c’est compliqué car après, il y a reconstitution de ligue dissoute »

Le philosophe Bernard-Henri Lévy a critiqué dans une longue tribune dans Le Point du 13 novembre 2017,  l’excès de vanité et l’attitude narcissique d’Eric Dupond-Moretti, avocat de la défense lors du procès d’Abdelkader Merah.

La réponse ne s’est pas fait attendre,avec la verve habituelle de ce ténor du barreau :

A part ça, il vient de sortir Le dictionnaire de ma vie aux éditions Kero.

Indigné, impertinent, insolent, Éric Dupond-Moretti est assurément un des avocats les plus brillants du barreau français, il nous raconte ses grands procès et dévoile sa vérité sur le système judiciaire. Il dénonce les attaques contre la présomption d’innocence, la pression de l’opinion publique ou des réseaux sociaux, la magistrature paralysée par le corporatisme… On découvre également un homme haut en couleur, d’une grande générosité, qui voue un véritable culte à sa mère, qui aime la vie et ses plaisirs et, en passant, nous livre sa recette de spaghettis. Il partage depuis avril 2016 sa vie avec la chanteuse Isabelle Boulay.

Didier Lockwood. Le violoniste de jazz

Mon ami, Didier Lockwood, est mort d’une crise cardiaque dimanche 18 février, agé de 62 ans, il s’était produit pour son dernier concert samedi soir au Bal Blomet à Paris.

« Didier, c’était Monsieur 100 000 volts ». 

Pendant plus de quarante ans, il a occupé une place singulière dans le paysage musical à travers ces nombreuses rencontres et projets dans divers styles: jazz-fusion électrique, jazz acoustique, jazz manouche, jazz et musique classique. Il avait reçu une Victoire de la musique en 1985. Didier a ensuite collaboré avec de très nombreux artistes, de Miles Davis à Herbie Hancok en passant par Claude Nougaro, Barbara et Jacques Higelin.

« Avec son violon, cette petite caisse où tourbillonnait avec un charme infini la bohème, le swing, les sons d’aujourd’hui… et un solide sens de l’humour, Didier Lockwood a enchanté la planète jazz bien au-delà de nos frontières. »

Nous parlions souvent de notre devoir et passion envers les jeunes, Didier était aussi très impliqué dans l’éducation musicale : auteur d’une méthode d’apprentissage du violon jazz, il avait créé en 2001 une école d’enseignement de l’improvisation, le Centre des Musiques Didier Lockwood à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne).

Il avait également remis en 2016 un rapport au gouvernement sur l’apprentissage de la musique. Il s’y inquiétait d’une enfance « formatée » par la technologie moderne et en « panne de sens » et prônait une éducation par plus d’oralité et moins de solfège.

Voici ce qu’il disait pour notre jeunesse :

« Nous sommes face à un choix de société.
En montrant que l’art peut permettre d’accéder au savoir, que les émotions
et la créativité sont une part essentielle de la culture, nous permettrons de réconcilier
un grand nombre de jeunes avec l’école. Nous leur montrerons que le monde scolaire
et la vie future demeurent profondément liés par une même exigence : l’édification
d’un individu autonome et responsable, capable de déployer sa créativité
mais aussi de connaître et de comprendre le monde dans lequel il évolue ;
l’art peut, en d’autres termes, contribuer à réconcilier le sensé et le sensible. »

Didier Lockwood
Vice-président du Haut Conseil
de l’éducation artistique et culturelle

Didier était à nos côtés pour sauver l’atelier Picasso. 2014

Il est parti rejoindre notre ami, Alain Casabona.

Il devait rendre hommage à Django Reinhardt, lors d’un concert prévu en mars.

 

UN COUP DE FIL POUR UN COUP DE POUCE

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Je multiplie les actions depuis plus de vingt ans pour encourager les jeunes talents. Mon objectif : servir d’interface entre des jeunes passionnés qui ont une idée, un projet et les personnes qui pourraient les aider à s’épanouir et à leur trouver un boulot.

Un coup de fil pour un coup de pouce

  • « Dernièrement, Cédric, un jeune qui venait de créer une boîte de courses est venu me voir. Il avait une telle énergie, c’était fantastique ! J’ai appelé deux trois contacts, en une journée, il avait ses premiers clients.»
  • « Une jeune femme, Karine remplie de volonté représente en France la maison familiale en Espagne de fabrication artisanale de charcuterie Pata Negra, un must. Elle a fait le choix que ses produits soient sur les tables de lieux prestigieux à Paris : L’Elysée, le Ministère des Affaires Etrangères, l’Assemblée Nationale, Air France, les hôtels Ritz, Crillon et dans les restaurants de Joël Robuchon, Alain Ducasse,  Costes, etc. Elle souhaitait être présente aux Galeries Lafayette : ni une ni deux, j’envoyai un mail au Directeur Commercial qui connaît ma passion, Karine a eu RDV avec les deux Directeurs de l’alimentaire. Sans mon intervention, elle aurait dû attendre plusieurs mois et peut-être une fin de non-recevoir… ». Idem avec le Directeur des achats des hôtels Marriott.
  • Un autre exemple : un jeune réalisateur, Julien Colonna me présenta son premier court-métrage : «CNC ». Etant Vice-Président du Festival de cinéma urbain « Les pépites du cinéma », j’ai programmé son film. Grâce au Festival, plusieurs producteurs l’ont contacté pour réaliser des longs-métrages.
  • « Et aussi, Alexandra, auteur et metteur en scène de théâtre. Ayant vécu des années en Italie, pour des raisons alimentaires et aussi par amour pour la langue italienne, elle cherchait à faire des traductions. Le lendemain de notre première rencontre, j’avisai le Premier Secrétaire de l’Ambassade d’Italie et un des plus grands cabinets de traduction à Paris, le Cabinet Kantor. Une semaine après, M. Kantor lui proposait une traduction importante, ma mission était accomplie. »
  • A Shanghai, une amie me demande si je peux aider le fils d’une amie qui est sans boulot. Ce garçon a une passion et un talent pour les bandes dessinées ! J’ai contacté un ami, Gordon Zola, fondateur des éditions du Léopard Masqué. Il a tout de suite répondu à ma demande et l’a reçu dans les jours suivants.
  • La fille d’une amie rêvait de travailler dans une grande maison de luxe, avec mes contacts chez LVMH, elle a réalisée son rêve.
  • Alice, une jeune fille motivée et passionnée par son travail de Chef de rang, souhaite faire ses preuves à l’hôtel Lutécia, j’ai transmis sa demande auprès de la direction. L’hôtel Lutécia restauré par mon ami Jean-Michel Wilmotte ouvre ses portes début juin.

J’ai notamment créé et organisé le 1er défilé de mode après 17 années de guerre au Liban, avec 20 jeunes stylistes franco-libanais, diplômés de la Chambre Syndicale de la Haute-Couture, parrainé par dix couturiers, ce qui leur a permis d’avoir un premier emploi dans leurs maisons de couture.

Et aussi le 1er Défilé Européen de Mode « Cumulus Fashion Tour » au Carrousel du Louvre, à la Triennale di Milano, au London College of Fashion avec 42 stylistes de 20 pays européens. Le but était de les faire découvrir par les Grandes Maisons de Couture, les médias et les investisseurs. Pari osé et gagné.

Je pourrais encore vous en présenter…

« J‘ai eu beaucoup de chance lorsque j’étais jeune de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, surtout des gens généreux qui m’ont porté, poussé, façonné, encouragé, ce qui m’a permis d’avoir un bon parcours dans plusieurs secteurs d’activités, alors que je n’avais que le diplôme de HEC (Hautes Etudes Communales ) et un CAP d’électricien aux Arts & Métiers.

 C’est mon devoir de ne pas oublier et de passer le relais.

 J‘ai donc eu l’idée de créer un réseau novateur sous le slogan « Un coup de fil pour un coup de pouce ». Le principe est simple : il suffit de contacter l’un de vos amis, partenaires, clients pour leur présenter votre jeune poulain.

« Vous imaginez le bonheur, pour un jeune qui démarre sa carrière, de savoir qu’il n’est pas tout seul, qu’un inconnu est prêt à lui donner un coup de main pour le motiver et l’aider à se construire ? ».

Depuis de nombreuses années, les annonces des gouvernements se succèdent en restant au stade de l’intention ! Voici une idée pour les jeunes chômeurs :

En France, il y a 3.400.000 entreprises. Si chaque entreprise avec l’aide de l’état employait un jeune, ce serait la fin du chômage pour eux.

Chaque entrepreneur serait le parrain du jeune qu’il emploie, en lui apportant son expérience et en lui donnant la première pierre de son parcours. Beaucoup d’entrepreneurs oublient qu’ils ont été aidés lorsque qu’ils étaient jeunes !

Je compte sur vous pour diffuser cette idée. Merci