Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Catégorie: Témoignages

Mon 1er Grand Prix de Formule 1

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Mon père est un passionné de la Formule 1, il m’avait promis de m’emmener un jour sur un circuit. Sa promesse a été tenue, sur le circuit de Formule 1 à Shanghai, avec l’invitation de Renault Sport F1.

Avec son audace et sa passion, il a demandé au rédacteur en chef de Canal +Sport, s’il serait intéressé de faire un reportage sur  » Les yeux d’un enfant dans le monde de la F1 « . Voici sa réponse : « Les grands esprits se rencontrent ! En effet depuis plusieurs mois, nous envisageons de faire un reportage autour de « la F1 dans des yeux d’enfants ». On dit souvent que les jeunes s’intéressent de moins en moins au sport auto, qu’ils ne rêvent plus de voiture, peut-être que ce reportage démontrera le contraire. Ce Grand Prix de Chine me semble une belle occasion en tout cas «. Thomas Sénécal.

Le reportage a été diffusé sur Canal + dans l’émission Formula One, le soir du Grand Prix de Shanghai le 17 avril 2016.

Affiche

Rendez-vous est pris, à l’entrée du Paddock, avec l’attachée de presse de Renault Sport F1, Laurence Letrésor et un caméraman de Canal +. Laurence nous donne des Pass VIP Guest, un trésor !.

IMG_3770

Nous allons directement dans le stand de Renault, toujours filmé par Canal +. Les deux Renault F1 ressemblent à des voitures en or. J’en prends plein les yeux de voir les mécaniciens préparer les F1 avant le départ des premiers essais ! ça fait beaucoup de bruit, heureusement, j’avais un casque et j’ai pu entendre les messages entre le Chef du Team et son équipe.

Stand

J’ai serré la main aux deux pilotes de Renault, ouah ! Kevin Magnussen m’a encouragé à devenir pilote de F1,

IMG_3719Dans le stand, il y avait le 3ème pilote Renault, Esteban Ocon, très sympa, il m’a beaucoup parlé de sa passion et de son envie de piloter une Formule 1 quand il avait mon âge.

A la fin des essais, invité par Renault, nous avons déjeuné avec le Team et les journalistes dans le Motor-Home, ensuite nous avons été nous balader dans le paddock, mon père était très heureux, lorsqu’il avait 10 ans, mon grand-père l’emmenait voir les essais des Ferrari F1 ( derrière les grillages) sur le circuit privé de Ferrari à Maranello, son rêve d’enfant était réalisé, c’est le même rêve qu’il m’a offert, merci papa. Il a même eu la chance, de piloter sur ce circuit, une Ferrari 358 grâce à Jean Todt et René Arnoux (ancien pilote F1 de Ferrari) pour une opération de relations publiques pour Shell.

Quelle chance d’avoir rencontré tous les pilotes de la saison 2016, visiter les écuries et d’être photographié avec 5 pilotes Champions du Monde : Jacques Villeneuve, Lewis Hamilton, Sebastian Vettel, Kimi Räikkönen, Nico Rosberg. Un vrai spot !

Lewis HamiltonLewis Hamilton. 6 fois Champion du Monde

Nico Rosberg

Nico Rosberg. Champion du Monde 2016 et vainqueur du Grand Prix de Shanghai.

Sebastian Vettel

Sebastian Vettel. 4 fois Champion du Monde

 

Kimi Raïkkönen. 1 fois Champion du Monde

Maurizio Arrivabene

Maurizio Arrivabene. Directeur de la Scuderia Ferrari 

Massa

Felipe Massa. Vice-Champion du Monde 2008

Dans le stand de Red Bull, un garçon très sympa nous a inviter à visiter la F1 de Daniel Ricciardo et voir les stands de ravitaillement.

F1 RicciardoIMG_3745

Daniel Ricciardo a été adorable avec moi.

Stand

Jacques Villeneuve, ancien Champion du Monde m’a posé des questions pour Canal +

 

Ma plus belle rencontre, c’est avec Nico Rosberg, il m’a offert une photo dédicacée de sa victoire à Bahreïn. Il m’a dit de croiser les doigts et de lui porter chance, son vœu a été réalisé, il a gagné le Grand Prix et est devenu Champion du Monde cette année là ! Bravo Nico.

Nico

Je souhaite à beaucoup d’enfants la même aventure dans le Monde de la Formule 1 et d’avoir un papa comme le mien.

Avoir rencontré et être photographié avec 5 Champions du Monde restera gravé dans ma mémoire.

Quelle journée, je suis crevé, je vais me coucher en rêvant de devenir pilote de Formule 1…

Jean

IMG_3711


Une Jean Canal

Bonjour André,

Le reportage avec Jean, a été apprécié par nos abonnés et nous avons obtenu des bons taux d’écoute et indice de satisfaction.

Encore merci pour votre initiative et votre participation.

Bien cordialement

Paolo Bobbio

CANAL + SPORTS  PRODUCTION MANAGER

C’est notre rôle de donner du rêve aux enfants ! 

Je remercie pour leur gentillesse et leur réactivité Renault et Canal +

dédé

L’Avant ! L’Après …

Bonjour M’ssieurs-Dames,
Le confinement m’a servi à mettre de l’ordre dans mes actions passées, c’est pourquoi j’ai retrouvé un combat que j’ai mené pour sauver l’atelier Picasso avec l’intervention de mon Ambassadeur Frédéric Beigbeder, ci-dessous le texte qu’il a lu en mon absence pendant la Conférence de presse, le jeudi 13 novembre 2014 à la Mairie du 6ème arrondissement.
 » ça c’était Avant, maintenant nous sommes dans l’Après pour agir et vivre autrement ».
Chers amis,

De Shanghai, je suis, comme vous pouvez l’imaginer, de tout cœur avec vous dans ce combat ultime pour sauver les Grands-Augustins. Je remercie chaleureusement Frédéric de me représenter.

Je dis bien ultime car nous étions tous persuadés que l’affaire était réglée.

Force est de constater que tel n’est pas le cas ! Je salue tout particulièrement Maître Roland Dumas, dont le témoignage précieux et la ténacité dont il a fait preuve, contre vents et marées, pour que soit respectée la volonté de Picasso, à savoir le retour de Guernica à Madrid, « quand l’Espagne serait devenue une démocratie ».

Je dis bien contre vents et marées, car il faut souligner avec quelle habileté celui qui avait la confiance du maître a su prévoir et déjouer les obstacles qui ne manqueraient pas d’être dressés dans cette mission si délicate.

Qui sait, par exemple, que c’est sur le conseil de Roland Dumas que Picasso rajouta quelques lignes concernant les extraordinaires études préparatoires, dont on a pu voir les reproductions au Grenier, avant que ce lieu mythique ne soit condamné par les huissiers. En effet, Picasso suivit le conseil de notre ami, précisant que ces travaux préliminaires étaient indissociables de Guernica, et devraient aussi être présentés à ses côtés à Madrid. Qui sait ce que seraient devenus ces dessins si importants si cette précision n’avait pas été apportée ?

J’ai la conviction que la réunion d’aujourd’hui va permettre de trouver enfin une solution positive face à la situation scandaleuse contre laquelle nous protestons. Alerté par Lucien Clergue, président de l’Académie des Beaux-Arts, et président de notre Comité de soutien, le Président de la République avait pourtant – c’était en avril 2013 – exprimé clairement sa volonté de voir ce dossier « traité prioritairement ». Un an après, face à l’inertie des pouvoirs publics, le Comité de soutien avait pris l’initiative d’adresser une lettre ouverte au Premier ministre Manuel Valls et à la maire de Paris Anne Hidalgo, quelques jours après leur nomination. La commission régionale du Patrimoine et des sites s’était réunie, et avait – décision semble-t-il sans précédent – voté à l’unanimité le classement du Grenier et de l’étage inférieur, où Picasso a peint Guernica.

Nous nous étions tous félicités de cette décision, largement relayée par la presse, qui avait titré « le Grenier des Grands-Augustins est sauvé ».
Sauvé ? Tu parles ! Les huissiers, ou plutôt la Chambre des huissiers de Justice de Paris – ne pas confondre – a profité de l’absence de réactivité immédiate des pouvoirs publics pour déposer, en douce, le 5 août dernier, une demande de permis de construire pour transformer l’Hôtel de Savoie…en résidence hôtelière de luxe, après avoir affirmé pendant des mois que telle n’était pas son intention, et que ceux qui véhiculaient cette information étaient des affabulateurs, allant jusqu’à faire état, sur une radio publique, d’ « allégations fantaisistes ».
Le temps des pétitions est passé ! Le message de la lettre ouverte à Mme Hidalgo et à M. Valls était pourtant clair. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous en appelons au Président de la République pour lui demander d’user de son autorité et de ses pouvoirs pour que les Grands-Augustins retrouvent leur vocation culturelle et artistique, et soient ouverts au public, dans les meilleurs délais. Halte au foutage de gueule : il faut arrêter de tergiverser !
Avec tout le respect que nous devons au Président de la République, nous lui demandons solennellement de prendre ses responsabilités dans cette affaire. Faute de quoi, la France sera la risée du monde entier pour tous ceux qui sont attachés à ce patrimoine, qualifié par Carlos Saura de « lieu le plus mythique de la capitale ». Et puisqu’il est question de cinéma, rappelons que chaque scène est précédée de l’ordre du réalisateur : « ACTION ». C’est ce que nous attendons aujourd’hui. Il est temps de mettre un terme à ce mauvais feuilleton !
André Cardinali, dit Dédé de Montreuil – ou de Shanghai – c’est selon !.

 Une anecdote veut qu’à Otto Abetz, ambassadeur du régime nazi à Paris, aurait demandé à Picasso, sur le ton de la colère, lors d’une visite à son atelier rue des Grands-Augustins, devant une photo de la toile de Guernica : « C’est vous qui avez fait cela ? », Picasso aurait répondu : « Non… c’est vous »

Aujourd’hui, Picasso pourrait nous dire » C’est vous qui avez sauvé mon atelier ? oui, c’est nous ! avec le soutien de Charlotte Rampling et Didier Lockwood.

Article dans Opinion Internationale https://www.opinion-internationale.com/2014/04/29/il-reste-13-jours-pour-sauver-les-ateliers-de-picasso

J’espère que vous allez tous bien.
Bises masquées
dédé

Hé toi, Coronavirus Covid-19 !

Hé toi, Coronavirus Covid-19,
Après avoir survécu à une piqûre de scorpion noir en Italie en 1962
à un grave accident de moto sur le circuit de Monthléry en 1970
à un bombardement de l’armée israélienne sur Beyrouth en 2000
à un accident de Jet-Ski à Byblos au Liban en 2001
au Tsunami à Phuket en 2004
à un infarctus à Paris en 2013
à une artère bouchée à Paris en 2019.
Et surtout à la connerie humaine !
C’est pas toi qui va me faire peur, gros connard !!!
dédé
Accident à Monthléry:  https://soufflezsurlesbraises.com/2017/09/25/pierre-barret-mon-sauveur-2/
Bombardement à Beyrouth

Emile Servan-Schreiber, spécialiste de l’intelligence collective.

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Comment rendre les entreprises, les gouvernements et les individus plus intelligents ?  » C’est la question à laquelle répond Émile Servan-Schreiber dans le livre SuperCollectif  de vulgarisation scientifique sur l’intelligence collective qui pourrait bien changer les règles du jeu démocratique au profit de tous. Il est désormais établi scientifiquement que des cerveaux humains, en s’assemblant, peuvent produire une intelligence supérieure.

Dans ce monde d’égoïsme, les recherches d’Emile ne peuvent que nous redonner le goût de l’autre et du partage. dédé

Supercollectif. La nouvelle puissance de nos intelligences

Les groupes ont leur propre intelligence  ; on sait depuis peu mesurer leur QI. Mais pourquoi les groupes plus féminins sont-ils plus sagaces  ? Comment invoquer la sagesse d’une foule en évitant les pièges du conformisme ? Pourquoi la diversité nous rend-t-elle plus intelligents  ? Comment notre intelligence «  supercollective  » rend-elle nos entreprises plus performantes  ? Comment l’utiliser pour revitaliser notre démocratie  ? Et pourquoi les espions américains s’y intéressent-ils autant  ?

Autant de questions auxquelles Émile Servan-Schreiber apporte des réponses surprenantes et stimulantes, en s’appuyant sur les dernières découvertes scientifiques et une longue pratique de terrain. À l’aide d’exemples concrets –  de Boeing à Macron, en passant par l’intelligence artificielle et la CIA  –, il révèle l’immense potentiel de nos intelligences groupées et organisées.

Fils de Jean-Jacques Servan-Schreiber, Docteur en psychologie cognitive (Carnegie Mellon), Émile Servan-Schreiber ingénieur en intelligence artificielle. Depuis vingt ans, il partage son temps entre la recherche sur l’intelligence collective et ses applications pratiques au service d’entreprises et de gouvernements.
Je vous présente un billet portant sur l’intervention d’ Emile Servan-Schreiber. ( paru dans Médiapart. 23 novembre 2019 )

intelligence collective

L’ intelligence collective illustrée par les termites qui ont construit ces « cathédrales » que il est désormais établi scientifiquement que des cerveaux humains, en s’assemblant, peuvent produire une intelligence supérieure.

Mais comment se construit cette intelligence collective ? Quelles sont les recettes pour fabriquer un groupe intelligent ? Et comment le faire à grande échelle ? Emile Servan-Schreiber a partagé lors de cette matinée les « ingrédients » pour y parvenir.

Le cerveau collectif a un QI, on peut le mesurer, mais d’où vient-il ?

Un groupe est-il intelligent parce qu’il y a des gens intelligents dans le groupe ? Cela pourrait paraître évident. Mais non … Selon une étude menée par le Massachusset’s Institute of technology sur l’intelligence collective (qui dispose depuis quelques années d’un centre de recherche sur l’intelligence collective), l’intelligence d’un groupe ne serait pas déterminée par le degré d’intelligence de ses membres et la somme des intelligences individuelles, mais par la sensibilité aux autres (communication non-verbale), et l’équité dans la prise de parole, qui tiennent un rôle capital. Les femmes enregistrant dans ces domaines un score bien supérieur à celui des hommes … c’est dans les groupes où le nombre de femmes est le plus important que les scores sont les meilleurs avec une rentabilité opérationnelle .

L’intelligence collective repose sur deux grands principes : le nombre fait la force, et il est très important de l’organiser

Toutes les technologies des vingt dernières années (email, web, téléphones portables, réseaux sociaux, traduction automatique, etc.) ont rapproché les cerveaux et densifié le réseau des intelligences connectées. La bande passante entre nous est devenue énorme. Cela nécessite de s’organiser, et de suivre des règles et des recettes, car bien sûr « les foules ne sont pas intelligentes spontanément ». Emile Servan-Schreiber synthétise plusieurs décennies de recherche autour de 4 ingrédients :

  • Il faut beaucoup de diversité de points de vue, des modèles mentaux différents : ceci s’appuyant sur la diversité ethnique, mentale, de formations, de territoires, etc. Les connaissances de chacun vont s’additionner, mais les biais individuels de chacun, à travers la confrontation, vont s’annuler. Plus on est, meilleur on est
  • Il faut  beaucoup d’indépendance d’esprit : il est indispensable d’encourager les points de vue originaux, l’anticonformisme. L’expression de points de vue opposés va nous rendre plus intelligents tous ensembles, et encourager la contribution utile
  • Il faut  récolter beaucoup d’informations sur le terrain
  • Il faut, et ceci est très important bien sûr, agréger tout cela de façon objective, par des méthodes algorithmiques les plus objectives possibles pour agréger l’ensemble des informations produites.

L’expertise ne fait pas partie de la liste. En effet, ces ingrédients s’appliquent aussi bien à des novices qu’à des experts. On peut en effet compenser le manque d’expertise par la diversité. Si on prend beaucoup de personnes qui ne sont pas expertes, on arrive à fabriquer l’équivalent d’un expert (Emile Servan-Schreiber cite l’exemple de 14 étudiants en droit qui ont réussi à faire aussi bien que le jugement d’un avocat très expérimenté !). Avec les plateformes numériques on sait faire cela aujourd’hui.

On peut ainsi remplacer une expertise très pointue par beaucoup d’expertises plus diffuses et obtenir des résultats souvent meilleurs qu’avec une expertise unique.

L’intelligence collective est au service de la prévision et de l’innovation dans les entreprises

L’intelligence collective sert à améliorer les deux fonctions principales du cerveau qui sont la prévision et l’innovation.  Elle doit rendre les entreprises plus intelligentes parce qu’elles seront plus créatives en impliquant davantage de personnes dans les réflexions.

Il est établi que les entreprises les plus innovantes dans le monde ne sont pas celles qui dépensent le plus en innovation, mais celles qui impliquent le plus d’employés dans l’effort d’idéation pour trouver de nouvelles idées.

Personne individuellement n’est capable de faire systématiquement de bonnes prévisions. En revanche, Emile Servan-Schreiber observe depuis une vingtaine d’années que tous en même temps, nous sommes capable de faire de très bonnes prévisions, à condition d’agréger les prévisions de tous. Appliqué au business, il relève que systématiquement, lorsque de nombreuses personnes sont impliquées dans l’effort de prévisions (par exemple pour prédire des chiffres de vente, le nombre de produits vendus, etc.), et dès qu’il s’agit de nouveaux produits, donc des domaines où il n’existe pas ou peu de données à analyser, la multitude des prévisionnistes obtient des résultats qui sont 3 fois sur 4 meilleurs que ce qui est obtenu avec des méthodes classiques, et jusqu’à 21% plus précises en moyenne.

Les big datas sont importantes, mais encore faut-il qu’il y ait des datas, et qu’elles soient pertinentes. Et dans de nombreuses de situations, elles ne sont pas encore là, ou bien sont floues, déstructurées, et ne peuvent être rentrées dans les machines. Dans ces cas-là,  l’intelligence collective a son rôle à jouer bien plus que les machines.

A l’ère de la superconnexion, où nous connaissons une formidable accélération des échanges, où nous pouvons nous connecter avec n’importe qui, instantanément, et de plusieurs manières, la bande passante est devenue énorme. Le rapprochement des cerveaux a densifié le réseau des intelligences connectées. Le moteur de recherche Google, qui ne fait que suivre des liens qui ont été décidés et construits par des webmasters humains, et  Wikipedia, encyclopédie collaborative, sont de purs produits de l’intelligence collective. Nous voici maintenant à l’heure de l’intelligence « super-collective ». La question est maintenant de savoir comment se « super-organiser » dans nos entreprises pour devenir super-intelligents.

 

MADC, Artiste du Street Art

 

Créativité, Efficacité, Amitié, ça donne des idées ! © dédé

Créer est aussi difficile que d’être libre… Elsa Triolet

Créer, c’est résister. Résister, c’est créer. Stéphane Hessel

La seule ambition d’un créateur doit être de créer, le reste, c’est de la Merde… Ernest Hemingway

J’ai l’intelligence sûre de ne pas vouloir créer pour créer mais pour des créations qui soient ancrées dans le réel. © dédé

Il n’y a rien de pire que les gens qui ne sont pas passionnés. Karl Lagerfeld

Un jour, dans un salon de calligraphie à côté de Shanghai, une amie architecte Melka, m’a fait découvrir un temple de lignes, d’écritures, de traits, de courbes présenté par des grands maîtres, en un mot Magnifique, Magique et Très chic !

Un peu plus tard, à la Galerie Brugier-Rigail  40, Rue Volta Paris 3ème, je découvre l’artiste de Street Art MadC. Dans l’une de ses toiles avec une grande courbe orange ( ci-dessous) m’a fait penser aux calligraphes chinois. J’ai joint l’artiste en Allemagne, pour lui proposer de réaliser une fresque de 80 mètres sur une avenue à Chengdu, associé à un calligraphe chinois Ma Kun. Une première dans le monde du Street Art. La citation Créativité, Efficacité, Amitié, ça donne des idées ! en est l’exemple même.

« J’utilise des coups calligraphiques de la même manière que si je composais un graffiti. L’essence est la même que dans la rue, seule l’esthétique est différente. » MadC

Voici une idée réussie.

Ma Kun et Claudia à Chengdu.

MadC est l’une des rares femmes internationalement reconnues dans le mouvement Street Art, du graffiti abstrait, entre transparence et dynamisme.

Claudia Walde, plus connu sous le nom de MadC est une artiste allemande issue du graffiti des années 90. Après une jeunesse passée en Ethiopie, c’est à son retour en Allemagne qu’elle s’initie au graffiti. Au premier abord inspirée par le paysage qui l’entourait dans son petit village allemand, elle commence par dessiner à l’aquarelle des natures mortes. Elle suit par la suite des études d’art et de design à l’Université d’Halle puis au Central Saint Martins College de Londres. Elle en est ressort diplômée en conception graphique. Ces études lui apporteront les fondements de son style.

Dans les années 2000 MadC place ses lettrages dans des décors ultra détaillés, mettant souvent en scène des personnages de science-fiction. Ces peintures très narratives laissent peu à peu place aux représentations abstraites, laissant libres court à l’imagination. Son évolution vers l’abstraction, MadC le doit à son passage de la rue à l’atelier. En changeant d’outils elle change naturellement de technique et s’amourache des effets de transparence. Son travail reflète alors d’avantage ce qu’elle faisait auparavant en aquarelle, tout en gardant l’énergie du graffiti traditionnel.

La lettre se décompose, les contours s’estompent, les couleurs se vivifient, s’entremêlent et jaillissent en transparence. Son style évolue ainsi de la rue à l’atelier puis de l’atelier à la rue pour devenir le style «MadC» qu’on lui connait. Le style de Claudia Walde a connu une évolution incontestable tout au long de sa carrière. Du graffiti sombre, très masculin et tranchant de ces premiers jours, elle passe peu a peu à un graphisme à la féminité assumée, nuancé et à l’abstraction subtilement déstructuré.

700-Wall l’oeuvre mythique !

En 2010, elle crée son œuvre phare, qui la propulse au rang de graffeuse internationale : le « 700-Wall ». Cette gigantesque fresque de presque 700m (639m plus précisément) s’étend le long de la ligne ferroviaire qui relie Berlin et Halle. C’est à ce jour la plus grande peinture jamais réalisée par une seule personne en seulement 4 mois.

Claudia expose à la Galerie Brugier-Rigail jusqu’au 30 novembre 2019.

https://galerie-brugier-rigail.com/fr/expositions/presentation/38/inside-outside

 

 

 

 

Exposition Léonard de Vinci au Louvre & Toudora

Bonjour M’ssieurs, Dames,

J’ai eu le privilège grâce à une amie, d’aller à l’Avant-Première de l’exposition Léonard de Vinci pour les Cinq cents ans après sa mort, le Louvre lui consacre une rétrospective historique. Je n’ai pas de mot pour décrire ce que mes yeux ont vu pendant trois heures.

Les superlatifs se bousculent pour évoquer Léonard de Vinci : génie créateur et visionnaire, plus grand peintre de tous les temps… Le Louvre, qui abrite une collection de cinq peintures et vingt-deux dessins et cent vingt œuvres des plus prestigieuses institutions (le Vatican, le Metropolitan Museum, la Royal Collection…) sont là devant vous.

J’ai beaucoup pensé à mon père qui m’emmenait au Louvre, le dimanche pour voir les salles une à une. Je lui dédicace cette expo du Maître italien.

 « L’Homme de Vitruve », l’une des icônes de Léonard de Vinci, a failli ne pas être prêtée pour l’exposition au Louvre.

 L’Homme de Vitruve – l’un des dessins les plus célèbres de Léonard de Vinci est présent dans l’expo- emblème de la Renaissance et illustration des thèses humanistes florentines, arguant avec raison qu’elle est une des principales icônes de la Galleria dell’Accademia de Venise, en charge de sa conservation.

Cette figure de l’homme inscrite de manière parfaitement harmonieuse dans les formes matricielles de l’univers que sont le cercle et le carré est le point d’orgue de cette exposition.

Cette rétrospective inédite de la carrière de peintre de Léonard permet de montrer combien il a mis la peinture au-dessus de tout et comment son enquête sur le monde, qu’il appelait « la science de la peinture », fut l’instrument de son art, dont l’ambition n’était rien moins que d’apporter la vie à ses tableaux.

C’est dans ses moments là, que la vie et le monde sont beaux ! Grazie Maestro. Organiser cette Exposition incroyable avant l’Italie, un grand Bravo Messieurs les Conservateurs du Louvre.

Eh Ho Léonardo, je te signale que j’ai conçu la Première exposition depuis 900 ans ( tu es battu !) dans les ruines de L’Abbaye de Chaalis, avec la peintre d’origine Moldave Natalia Bikir.

Je remercie chaleureusement Jean-Pierre Babelon, Conservateur de l’Abbaye de Chaalis, Aymar de Virieu, Administrateur de l’Abbaye de Chaalis, qui m’ont permis de réaliser cette exposition Royale et Pierre Cornette de Saint-Cyr, Commissaire-Priseur, Parrain de l’exposition sans oublier la musique créé par Eric Mouquet Fondateur  du groupe électro Deep Forest.

J’ai choisi trois sponsors pour leur image classieuse : Waskoll, célèbre joaillier de la rue de la Paix, les fines bulles des champagnes Deutz et Lexus pour son élégance.

FILM DE L’EXPOSITION TOUDORA

Une lettre de soutien de Monsieur Jean-Pierre Babelon. Membre de l’Institut de France. Conservateur de l’Abbaye Royale de Chaalis.

 

Mon ami Pierre Cornette de Saint-Cyr, Parrain de l’exposition.

Natalia Bikir, une artiste à part ! 

Préface de Pierre Cornette de Saint Cyr

Les tableaux de Natalia Bikir, nous transportent dans un monde tendre et serein, entre joie et nostalgie, où s’entremêlent femmes, enfants et chevaux, dans des scènes évoquant les riches heures médiévales ou les icônes byzantines.

Sa peinture polychromique est l’expression d’un tempérament et d’une culture qui reflète toute la chaleur de l’âme slave. Natalia est d’un pays, la Moldavie.

Ses tableaux sont empreints de la ferveur mystique des monastères qui ponctuent le paysage moldave, de la chaleur colorée et joyeuse des fêtes de village où, au son des violons et dans le déchainement des danses, les cœurs s’enflamment, le sable vole, la joie communicative embrasse la steppe.

Sa palette  décline aussi des teintes plus subtiles et joue d’une multitude de demi-tons. Le lapis-lazuli qu’elle broie et intègre, les pigments naturels qu’elle dose savamment et la poudre d’or qu’elle utilise rendent encore plus délicats ses coloris et leur donnent la profondeur énigmatique des mystères.

Le grand thème qui traverse toute l’œuvre de Natalia, ce sont les femmes. Elles sont omniprésentes : madones, villageoises, femmes en maternité triomphante…Elles occupent tout l’espace. Elles sont l’unité du monde, sa force et sa stabilité. Témoins de la transmission, elles sont les gardiennes de la mémoire.

Le monde de Natalia apparaît à travers le prisme de l’enfance, paré de merveilleux avec sa poésie, sa tendresse, ses rêveries.

Si elle a choisi «  Toudora «  comme titre de ses expositions à travers le monde, c’est en hommage à sa grand-mère et à l’enfant qui reste en elle.

Natalia comme son nom l’indique est porteuse d’une « bonne nouvelle » : il y aura toujours de l’espoir, tant que les humains sauront regarder le monde avec des yeux d’enfant et que les femmes garderont le secret de la magie des choses.

Félicitations à mon ami André Cardinali, grand dénicheur de talents !

Merci Pierre

Un soir chez Castel…

Jacques Chirac, un homme humain.

Bonjour M’ssieurs,Dames,

J’ai rencontré Jacques Chirac dans son bureau à la Mairie de Paris avec Jean-Pierre Khalifa, président du Salon des Arts Décoratifs ( SAD ), pour nous demander d’exporter le salon du SAD à Beyrouth après 17 années de guerre avec le soutien financier de Rafic Hariri, président du Conseil des ministres libanais. Nous avons répondu à sa demande en apportant 400 créateurs artistiques français au salon du SAD place des Martyrs à Beyrouth. 1995

La seule fois que j’ai sollicité Jacques Chirac, c’était pour lui demander son parrainage pour Philippe Rahmani au départ de son Tour du monde à moto et la traversée du Détroit de Béring.

 

Sur le même principe, j’ai sollicité François Mitterrand pour recevoir Philippe Rahmani à l’Elysée, lors de son arrivée du tour du monde à moto 1994.

Michel Rocard a lui aussi apporté son Parrainage pour le Premier défilé de mode européen  » Cumulus Fashion Tour  » avec la participation de vingt pays européens.

Cela voudrait dire qu’à l’inverse d’aujourd’hui, des hommes responsables et à l’écoute donnaient leur accord rapidement pour vous aider à réaliser des actions dédiées à la jeunesse.

Par ailleurs, la plupart des présidents de la Vè République ont souhaité réaliser de grands travaux, témoignages de leur septennat.

Si le général De Gaulle et Valéry Giscard d’Estaing n’ont pas véritablement marqué de leur empreinte le paysage français par la commande de réalisation architecturale d’envergure, George Pompidou, François Mitterrand et Jacques Chirac ont quant à eux confié à des architectes novateurs des réalisations qui connaissent aujourd’hui une renommée internationale.

Jacques Chirac est le dernier président qui a laissé une trace culturelle avec le musée du Quai Branly, réalisé par Jean Nouvel. Né il y a dix ans dans la polémique, le musée du Quai Branly a su trouver sa place dans le paysage parisien, fort d’un indéniable succès public, et d’un généreux engagement financier de l’Etat.  L’établissement vient d’être rebaptisé « Quai Branly – Jacques Chirac », une appellation justifiée tant a été grande l’implication de l’ex-président dans la création de ce musée des arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques. 1 500 000 visiteurs annuels.

A l’inverse de leurs prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et François Hollande n’auront pas réalisé de grands travaux culturels, c’est un signe de regrettable désintérêt envers la Culture et le patrimoine de la France ! Emmanuel Macron en fera t’il ?

« Les hommes politiques depuis Jacques Chirac se situent de plus en plus dans l’éphémère, ils passent sans laisser de traces “

Aujourd’hui, ce sont des grands patrons qui les remplacent : Bernard Arnault avec la Fondation Louis Vuitton et François Pinault avec un Musée d’art contemporain  à la Bourse de Commerce en 2018. Sans oublier, Vladimir Poutine avec l’église orthodoxe et un centre culturel russe près du Pont de l’Alma, réalisé par Jean-Michel Wilmotte.

La France aujourd’hui rend hommage à Jacques Chirac, c’est la preuve qu’il était un grand président et surtout un homme humain, proche et sensible aux autres, peux importe la position sociale.

Les Messager’s

Bonjour Mssieurs, Dames,

Les enfants d’aujourd’hui ne rêvent qu’à travers les jeux vidéos et les marques. Une étude réalisée auprès de 3000 enfants américains, anglais et chinois, âgés de 8 à 12 ans, avec une simple question: Que voulez-vous faire quand vous serez grand? Les enfants pouvaient alors choisir parmi cinq options proposées: astronaute, professeur, sportif professionnel, musicien et Youtubeur.

Les anglais et américains ont plébiscité Youtubeur, alors que les chinois ont préféré astronaute. Par ailleurs, 96% des enfants chinois pensent que les humains vivront un jour dans l’espace et 95% voudraient y aller eux-mêmes et y habiter.

C’est pour cela, que j’ai émis l’idée d’apporter du rêve avec des Messagers en associant leurs exploits et leurs aventures aux enfants des cités, du milieu rural et du Centre-ville, à travers la France avec ce message :  » Protégez vos rêves, désirez-les très fort, et vous verrez que certains d’entres vous arriveront à les concrétiser « .

Attirer et enthousiasmer les jeunes, par le rêve et l’émerveillement, en suivant les aventures d’un « héros » puis, leur faire découvrir l’histoire et la construction de notre Monde actuel. Et enfin leur apporter des réponses intègres et apolitiques, aux grandes questions du futur de leur monde.

Pour continuer, je voudrais continuer cette aventure avec Thomas Pesquet  » S’envoler pour l’espace était son rêve, il l’a réalisé », à son tour il deviendrait “ Le Messager des enfants de l’Espace “.  et aussi avec Franky Zapata pour devenir  » Le Messager des enfants de l’Air «   https://soufflezsurlesbraises.com/2019/08/04/franky-zapata-lhomme-volant/

Certain que vous mesurerez l’importance de ma mission, en espérant une marque d’intérêt qui conforterait mon engagement. Je cherche leurs contacts. 

Valéry Giscard d’Estaing et Frédéric Mitterrand !

Bonjour M’ssieurs,Dames,

Par hasard, j’ai découvert ce film « Sans Rancune et sans retenue », entretiens intimistes entre Valéry Giscard d’Estaing et Frédéric Mitterrand, diffusé en deux parties sur LCP en 2015.

Un document exceptionnel qui confirme que Valéry Giscard d’Estaing est un homme politique d’une intelligence forte. Les énarques n’ont qu’à en prendre de la graine. Que ce soit Chirac, Hollande et Macron ils n’ont pas le même niveau. Mitterrand et Sarkozy eux sont des grands opportunistes et malins.

Ayant collaboré avec Jean-Jacques Servan-Schreiber pendant 20 ans ( cité dans la 1ère partie ) un autre polytechnicien de la même promotion de Giscard, vous comprendrez mieux, le chance que j’ai eu !.

1974. Valéry Giscard d’Estaing est élu président de la République française. Par solidarité familiale, Frédéric Mitterrand vote alors pour son oncle, François Mitterrand. Cependant, il suit la campagne de VGE et nourrit une certaine admiration pour son talent.

Frédéric Mitterrand avoue une fascination pour l’intelligence et la complexité de la personnalité de VGE. Une amitié inattendue s’est nouée entre les deux hommes. Elle a donné naissance à cet échange personnel voire intimiste.

Entendre Giscard parler du dernier livre de Michel Houellebecq est surprenant.

1ère partie : https://www.dailymotion.com/video/x3f75br

2ème partie : https://www.dailymotion.com/video/x3f72f0

Monsieur Jean-Pierre Mocky  » un seigneur « 

Bonjour M’ssieurs-Dames,

« J’aimerais faire un film avec Chirac et Lagerfeld en bagnards évadés de Cayenne » voici l’esprit de Jean-Pierre Mocky, cela donne le ton de ce Grand Monsieur…

Franc-tireur du cinéma, l’œil moqueur et la langue bien pendue, l’un des derniers monstres sacrés du cinéma français nous a quitté le 8 août à 90 ans.

Ses anecdotes désopilantes, sans jamais se départir d’une certaine mélancolie, me manque déjà.

Mocky à la fois metteur en scène, interprète, scénariste, monteur, producteur et distributeur. Il contrôlait ainsi l’ensemble du processus de production d’un film.

Artisan autoproclamé, Jean-Pierre Mocky a toujours suivi sa voie d’auteur indépendant, à mille lieux des grands studios et de la langue marketée. Ses origines tchétchènes ont du le guider.

Lors d’un déjeuner en bas de chez lui, avant de partir à l’émission de Ruquier, pour la présentation du film  » Le renard Jaune  » je lui ai demandé de bousculer Aymeric Caron (le bobo végan par excellence), il m’a promis de le faire : Quelle régalade, quand il a flingué Natacha Polony et Aymeric Caron, des bobos lights !!! et Barpat ( Bon à rien, prêt à tout ) Jean-Pierre adorait ce mot de mon répertoire.

http://www.dailymotion.com/video/x10gtcn_jean-pierre-mocky-vs-caron-polony-t-v-ruquier_news#.UayWHdJM-fU

Autre grand moment : le 29 novembre 2008, Mocky est invité de l’émission  » Les amis du samedi «  sur France Bleu Bourgogne en compagnie d’Astrid Veillon, à l’occasion du Salon européen du livre de Dijon. Outre son livre  » Cette fois je flingue », Mocky évoque le Marsannay, seule variété de bourgogne rosé que Luis Bunuel lui a fait connaître quand il déjeunait avec lui à la Coupole à Montparnasse. Un Must : Mocky s’est mis à chambrer un Chef de la région qui présentait des recettes avec des betteraves que Jean-Pierre déteste.

Jean-Pierre Mocky

Jean-Pierre a toujours soutenu mes combats :

Paris, le 10 décembre 2008

Mon cher dédé
J’ai été heureux de venir te soutenir au Salon du livre à Dijon, tu as raison de te défoncer, ce salon à toutes les possibilités pour devenir une référence dans le monde des éditeurs et des auteurs. Le lieu est magique.
J’ai fait comme tu le sais, d’autres salons, celui de Dijon vaut largement les plus connus, certainement grâce à toi et à l’équipe qui nous a reçu si chaleureusement.
Transmets mes remerciements à tous sans oublier tes copains de France Bleu, dis-leur que j’aime toujours pas les betteraves.

Vive la Bourgogne, vive Dijon et son salon du livre et vive mon pote dédé qui est un grand Monsieur.
Amitiés
Jean-Pierre Mocky

Exposition Pierre Terrasson dédiée à Vanessa Paradis

MOCKY.DEDEDEMONTREUIL.SpArtS.14.05.2013

Mon ami Jean-Pierre, le Voltaire du cinéma

S’il n’en reste qu’un ce sera Mocky, le seul qui a attaqué tous les secteurs de la société ( la religion, les SDF, les dragueurs, les snobs, les vierges, le foot, le sexe, le pognon, la politique, le deal, la colère, etc… ) il m’a fait souvent penser à Prévert, j’ai envie de créer le Manifeste du Mockysme.

Sur mon initiative, Jean-Pierre Mocky à reçu le 2 décembre 2013, le Prix Alphonse Allais, pour l’ensemble de son oeuvre, remis par Alain Casabona, Grand Chancelier de l’Académie Alphonse Allais et Jacques Mailhot, Camerdingue de l’Académie, à la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, place Saint-Germain des Prés. Mocky couverture lUI

A voir : https://soufflezsurlesbraises.com/2013/12/06/jean-pierre-mocky-prix-alphonse-allais-2013/

DSC_6954

Charlotte Rampling a reçu la Comète de Allais au théâtre des Deux Anes, intronisée par Alain Casabona, Grand Chancelier, Jacques Mailhot, Camerdingue de l’Académie Alphonse Allais et Francis Perrin, Garde du Sceau et détenteur de la Comète de Allais, André Cardinali, Ambassadeur des profils louches. Jean-Pierre Mocky, précédent lauréat, a remis, le trophée à Charlotte, devant une salle comble.

A voir : https://soufflezsurlesbraises.com/2017/01/07/prix-alphonse-allais-2016-remis-a-charlotte-rampling/

photo-remise

De gauche à droite : Francis Perrin, Jean-Pierre Mocky, Charlotte Rampling, Alain Casabona, Jacques Mailhot, Irène Jacob, André Cardinali.

Dernièrement, par amitié, il avait accepté d’être présent sur le tournage du clip de ma pôtesse Vahena, une chanteuse des rues. ( dans la glace)

 

Le 10 mai dernier, avec mon amie Grâce de Capitani, pendant le tournage de « Tous flics ». Il avait toujours l’oeil sur les belles femmes !

Image result for mocky films un drole de paroissien

J’espère que là-haut, il va faire la Grande lessive ! et retrouver tous ses pôtes.

Image result for mocky films la grande lessive

Franky Zapata, l’homme volant !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

110 ans après, Louis Blériot, qui traversa la Manche à bord de son avion, le « Blériot XI », le 25 juillet 1909, Franky Zapata a réalisé son pari fou de traverser la Manche sur un Flyboard, une planche turbopropulsée de son invention.

 L’inventeur du Flyboard s’est élancé le dimanche 4 août de Sangatte, dans le Pas-de-Calais.

Il est le premier « homme volant » à avoir accompli cet exploit

Casqué et harnaché, tout de noir vêtu, de Sangatte ( Pas-de-Calais ) il s’est envolé vers St Margaret’s Bay, côté anglais, qu’il a réussi à atteindre en une vingtaine de minutes en survolant la mer à 15-20 mètres. après une courte halte à mi-chemin sur un bateau pour ravitailler sa machine volante en kérosène. Le champion a ensuite atterri côté britannique après avoir parcouru les 35 kilomètres de détroit debout sur sa machine volante dotée de cinq mini-turboréacteurs qui lui permettent de décoller et d’évoluer jusqu’à 190 kilomètres-heure, avec une autonomie d’une dizaine de minutes.

Ancien champion du monde et d’Europe de jet-ski, Franky Zapata, 40 ans, avait créé un premier Flyboard aquatique, propulsé en hauteur « par le jet de la turbine d’une moto marine ».

« J’ai envie de réaliser mes rêves avant tout » Franky Zapata.

 Douvres (Royaume-Uni), ce dimanche. Franky Zapata peut être fier. Il vient de réaliser l’impossible : traverser la Manche en volant sur son flyboard.

Association Images / Maxppp / Steve Parsons

Après avoir conçu des rencontres pour des enfants issus de tous les milieux sociaux avec le Messager des enfants de la Terre : Philippe Rahmani qui a accompli le Tour du Monde à moto (52 pays) et le Messager des enfants de la mer : Philippe Monnet, seul navigateur à avoir fait le Tour du Monde à l’envers en solitaire. je vais suggérer à Franky Zapata de partager son exploit aux enfants ! qui ont besoin de rêves et de rencontrer des héros, il deviendra ainsi : le Messager des enfants de l’air.

https://soufflezsurlesbraises.com/2011/06/29/le-prince-albert-ii-de-monaco-lami-fidele/

https://soufflezsurlesbraises.com/2011/12/12/philippe-monnet-le-messager-des-enfants-de-la-mer-un-heros-qui-transmet/

Zapata est un nom prédestiné aux héros :

Image result for emiliano zapata portrait

Emiliano Zapata dit El Caudillo del Sur fut l’un des principaux acteurs de la révolution mexicaine de 1910.

Description de l'image Viva Zapata movie trailer screenshot (36).jpg.

Film américain réalisé par Elia Kazan en 1952. ( A voir )

Marlon Brando, prête ses traits au révolutionnaire mexicain. Anthony Quinn, joue le rôle du frère de Zapata. Viva Zapata ! permettra à Brando d’obtenir le Prix d’interprétation à Cannes. Zapata est ici dépeint comme un chef rebelle incorruptible, guidé par son seul et constant désir de rendre leur terre aux paysans spoliés, oubliant son intérêt personnel.

Dans ce monde de bruts !!! un homme comme Franky Zapata donne de l’espoir et prouve que la détermination est payante avec une bonne équipe.

 

 

 

Banksy, star mondial de l’art urbain, est à Paris !

Bonjour M’ssieurs,Dames,

Probablement le street-artiste le plus connu au monde, âgé de 43 ans et originaire de Bristol (Angleterre), Banksy envahit la capitale avec à ce jour 7 nouveaux murs.

Le premier mur a été découvert mercredi 20 juin aux alentours de 14h.  Il s’agit d’un pochoir représentant une enfant debout sur une caisse en bois en train de peindre un motif de papier peint sur une croix gammée. Cette oeuvre a été réalisé lors de la journée mondiale des réfugiés, Porte de la Chapelle dans le 18e arrondissement de Paris. Le mur est situé non loin d’un camp de migrants récemment démantelé.

« C’est une chance extraordinaire d’avoir Banksy à Paris. Comme toujours ses interventions arrivent à un moment politique clef, incitant citoyens et gouvernement à changer de paradigme sur la question migratoire » commente Nicolas Laugero Lasserre, président d’Artistik Rezo.

C’est la première fois que Banksy peint à Paris…

Première oeuvre découverte de Banksy, au 56 boulevard Ney, Porte de la Chapelle, réalisée peu de temps après le démantèlement d’un camp de réfugiés ©thirstybstrd

Réalisé près de la Sorbonne dans le 5e arrondissement de Paris – 2 rue Victor Cousin ©wherethereswalls
Cette peinture recouverte par un graffiti quelques heures après sa réalisation, fait référence à une oeuvre de Jacques-Louis David réalisée en 1801 intitulée « Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard- 41 avenue de Flandre Paris 19e ©j24one

L’iconique rat de Banksy, bardé d’un foulard pour protéger son anonymat, semble vouloir déclencher une explosion. Cette oeuvre est située au 36 rue Rambuteau Paris 3e ©j24one

Banksy – Rue du Mont Cenis Paris 18e ©Droits réservés

Une rate déguisée en Minnie avec son noeud rouge semble célébrer mai 68 tout près de la place Maubert au 25 rue Maître Albert Paris 5e ©Droits réservés

Banksy – Paris  ©Droits réservés

Allons-nous découvrir d’autres oeuvres dans les prochains jours ? L’artiste Banksy est-il toujours à Paris ? Ouvrez l’oeil !

Le site officiel de l’artiste : http://www.banksy.co.uk/

Saint-Germain-des-Prés en Dordogne !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Lors d’une ballade « école buissonnière » avec mon fils, nous avons découvert la commune de Saint-Germain-des-Prés en Dordogne. Incroyable mais vrai ?

Un nom qui ne peut pas passer inaperçu !

« Sent German daus prats » dans sa version occitane, est une petite commune de 541 habitants, située dans le Périgord vert au centre-est du département de la Dordogne entre les deux chefs-lieux de cantons que sont Excideuil et Thiviers.

La première mention écrite connue du lieu date de l’an 1249 sous la forme latine Sanctus Germanus in castell. de Exidolio,.

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de « Saint Germain ». À sa création, la commune conserve ce nom, se référant à Saint Germain, évêque d’Auxerrau Vème siècle. La seconde partie du nom, qui dérive du latin pratum, a été ajoutée au cours du xixème siècle.   

 

Ce nom originel de Saint Germain des Prés a subi quelques variations au cours de son histoire. Appelé « Germain le ferrugineux » en 1793 par les révolutionnaires, dans l’intention supposée de faire disparaître toute trace religieuse, le nom changea à nouveau en 1795, les deux fois en référence à l’exploitation du minerai de fer, pour devenir « Saint Germain les mines ».

Il fallut attendre 1820 pour que le nom officiel de la commune redevienne définitivement « Saint Germain des Prés ».

Un environnement naturel et patrimonial structuré autour de vallons et collines rocheuses, deux cours d’eau le Merdanson et le Ravillou, une église romane comprenant un rétable du 18ème siècle et un tableau de l’école vénitienne du 16ème siècle, récemment restauré et représentant l’entrée de Jésus dans Jérusalem, un château dans le bourg des 16ème et 19ème siècles, le manoir de Saint Pierre des 15ème et 19ème siècles constituent un patrimoine communal diversifié quand on y ajoute quatre pigeonniers et un joli petit pont roman médiéval.

Commencée à la période gauloise où des forges existaient déjà sur le secteur, l’activité d’extraction minière atteint son apogée entre le 16ème et le 19ème siècle.

En tant qu’ambassadeur de Saint-Germain-des-Prés à Paris, je réfléchis à créer un jumelage entre les deux Saint-Germain-des-Prés.

J’invite les germanopratins & germanopratines, à une partie de pétanque, au bal karaoké et au feu de la Saint-Jean et prendre un verre chez Lyli au Petit Saint-Germain.

Imaginez Frédéric Beigbeder DJ du karaoké XR7, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir jouer à la pétanque avec le barbecue servi par Lipp. Le feu de St Jean tiré par Sonia Rykiel et Karl Lagerfeld !

Marceau Rivière, explorateur de l’Afrique !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Sotheby’s a l’honneur de dévoiler la collection d’art africain de Marceau Rivière, grand défenseur des arts d’Afrique, expert et marchand, mais, avant tout,
éminent historien de l’art. Pendant plus de 50 ans, cet homme discret a réuni plusieurs centaines d’œuvres.

Exposition du 13 au 18 juin – Vente le 19 juin.  Sotheby’s. 76, Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris.

Je vous invite à ne pas louper cette vente exceptionnelle.

Marceau et sa fille France m’ont initié un peu à l’art africain. Dans leur galerie 1, rue Saint-Benoît à Paris, Marceau Rivière attend les amoureux de l’Afrique avec la passion des premiers jours. Elle se nomme Sao, en souvenir de cette ancienne civilisation disparue habitant entre le Cameroun, le Nigeria et le Tchad d’aujourd’hui. Voilà bientôt quarante ans que ce marchand discret et modeste y reçoit aussi bien de grands collectionneurs que de simples passants émerveillés par ses petites poulies de métiers à tisser, ses masques, ses cuillères ou ses bijoux venant souvent de Côte d’Ivoire, son pays de prédilection sur lequel il a beaucoup écrit. Sotheby’s a l’honneur de dévoiler la collection d’art africain de Marceau Rivière, grand défenseur des arts d’Afrique, expert et marchand, mais, avant tout,
éminent historien de l’art. Pendant plus de 50 ans, cet homme discret a réuni plusieurs centaines d’œuvres.

Pendant plus de cinquante ans, cet homme de terrain devenu à force de recherches un éminent spécialiste a réuni une collection exceptionnelle dont une partie est mise en vente chez Sotheby’s le 19 juin prochain, à la galerie Charpentier. Soit 250 pièces pour une estimation autour de quinze millions d’euros.

Sotheby’s a l’honneur de dévoiler la collection d’art africain de Marceau Rivière, grand défenseur des arts d’Afrique, expert et marchand, mais, avant tout, éminent historien de l’art.
Selon Alexis Maggiar, directeur Europe pour le département des arts d’Afrique et d’Océanie, Sotheby’s : « Lorsque que Marceau Rivière me fit l’honneur d’ouvrir les portes de son appartement, il y a quelques années, la découverte fut sidérante. Sa collection, préservée à l’abri des regards depuis plus d’un demi-siècle, s’est d’emblée imposée à mes yeux comme l’une des plus remarquables et des plus complètes en art d’Afrique. Une collection guidée sa vie durant par la beauté, la passion et la connaissance que nous sommes particulièrement honorés de défendre chez Sotheby’s. »
Si Marceau Rivière est l’un des plus importants collectionneurs dans ce domaine, il s’affirme par sa formation et son approche d’historien de l’art, ayant consacré une part majeure de son parcours à la recherche et à l’écriture. Ses livres ont ainsi contribué à faire redécouvrir un grand nombre d’artistes, en particulier ceux de Côte d’Ivoire. Pendant plus de cinquante ans, Marceau Rivière sera l’un des plus fervents défenseurs de l’art africain ; un art qu’il n’a eu de cesse de mettre sur le devant de la scène et de transmettre au plus grand nombre.

Image result for marceau rivière

Bete figure, Côte d’Ivoire

Exceptionnelles aussi sont son approche instinctive des oeuvres d’art et sa sensibilité artistique qui ont présidé à la constitution de sa collection privée.
Sa fascination pour l’Afrique naît dès l’enfance, lors de la projection d’un film sur le Congo par un missionnaire de passage dans sa région, et ne le quittera plus jamais. Sa collection débute dès son plus jeune âge. Il achète son premier masque à l’âge de onze ans – objet qu’il a toujours conservé. En 1975, il écrit son premier livre sur Les Chefs-d’oeuvre africains des collections privées françaises, qui dès sa publication lui confère une réputation internationale et sera traduit en anglais et allemand. De nombreux ouvrages de références suivront.

Image result for marceau rivière

FIGURE DE RELIQUAIRE, KOTA MAHONGWE, GABON

Marceau Rivière, enrichit sa collection en achetant, auprès de ses confrères marchands et en ventes publiques, des oeuvres aux provenances prestigieuses issues des collections Vérité, Rubinstein, Guillaume ou Ratton. Chacune de ces pièces témoigne du génie individuel de leurs sculpteurs et des institutions qui nourrirent leur imaginaire, et conte également l’histoire de leur découverte par l’Occident, au début du XXe siècle.
Cette collection exhaustive sur les arts d’Afrique s’impose comme l’une des toutes dernières historiques dans ce domaine, et témoigne d’une vie de passion dévouée à l’Afrique et ses trésors.

 

Caravage à Saint-Germain-des-Prés !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Samedi soir, à la galerie Kamel Mennour, 6, rue du Pont-de-Lodi (VIe), le tableau  » Judith et Holopherne de Michelangelo Merisi, dit le Caravage (1571- 1610), a été décroché.

Caravage est mon peintre préféré de la Renaissance. Célèbre mauvais garçon, il savait déclencher les passions autant que le scandale: précis dans sa technique et maître de créativité, c’était un homme perpétuellement en fuite.Le tempérament violent de Caravage va bouleverser sa vie. En 1606, au cours d’une rixe, il tue en duel Ranuccio Tomassoni, le chef de la milice de son quartier. Condamné à mort, il s’enfuit de Rome en 1607. Commence alors une vie errante : Naples, Malte, la Sicile puis à nouveau Naples. Il continue à peindre et à produire des chefs-d’œuvre.  En 1610, il apprend que le pape est disposé à lui accorder sa grâce. Il s’embarque pour Rome, mais lors d’une escale à Palo, il est arrêté et jeté en prison. Relâché quelques jours plus tard, son bateau est déjà reparti. Il décide de faire le trajet à pied et parvient à arriver à Porto Ercole à une centaine de kilomètres. Mais il a contracté la malaria et il décède dans cette ville le 18 juillet 1610 à l’âge de 38 ans.

Grâce au clair-obscur, une technique inventée un peu plus tôt par Léonard de Vinci, Caravage donne aux visages un relief théâtral. Nul ne maîtrise comme lui la lumière ni ne rend avec autant de force l’expression des visages et des attitudes. Il a été l’un des personnages les plus influents de l’histoire de l’art, sans lequel Ribera, Vermeer, Rembrandt, Delacroix, Courbet et Manet n’auraient jamais peint comme ils l’ont fait.

Merci à mon ami Kamel Mennour de m’avoir fait profiter de ce moment magique.

Découverte dans un grenier

Le tableau du maître italien, inspiré de l’Ancien Testament, représente Judith tranchant la tête du général Holopherne venu assiéger la ville et qu’elle avait séduit.

La toile, oubliée depuis plus de 100 ans, a été découverte par hasard au fond d’un grenier en Haute-Garonne il y a cinq ans – le genre de saga dont raffole le marché de l’art. Elle sera vendue aux enchères à Toulouse le 27 juin estimée à 120 M€.

C’est Marc Labarbe, le commissaire-priseur de Toulouse, l’auteur de cette « trouvaille », qui l’adjugera dans la ville rose. « J’ai été appelé par un ami qui vidait sa maison. Le tableau était monté sur un châssis, coincé entre un sommier et un matelas. La toile était sale. Il y avait comme un brouillard mais je voyais aussi ce regard du guerrier. J’ai pris un coton et un peu d’eau et j’ai débarbouillé son visage ! ».

Une analyse scientifique

Marc Labarbe, un brin fébrile, téléphone à Eric Turquin, un expert parisien incontournable. Ce dernier lui demande de lui amener le tableau. Son transporteur s’en charge et remonte la toile tranquillement à Paris, par la route, sans assurance.

Puis l’expert attrape son téléphone. « Tu as trouvé un bien beau tableau ! », lui dira-t-il. « A l’époque, se remémore Marc Labarbe, on n’identifie pas encore le peintre, le tableau n’est pas signé. On pense à un peintre de l’école Caravage ou d’une école espagnole ». L’analyse scientifique, avec notamment des rayons X, mettra en évidence les fameux pigments rouges du Caravage, le tissu de la toile permettant de remonter à l’atelier de l’artiste. Des spécialistes incontournables du peintre italien l’ont finalement authentifié.

Le tableau aurait pu avoir un tout autre destin. Victime d’un dégât des eaux, il y a environ dix ans, « sous le toit ruisselant du grenier, il a été un peu abîmé mais pas détruit ». A la même époque, il échappera à un cambriolage. Les voleurs passeront à côté de la toile. « Ils ne repartiront qu’avec des babioles ! », rigole le commissaire-priseur.

Reste à savoir, avec le parfum de suspicion qu’il dégage, le sort qui sera réservé le 27 juin à la toile du Caravage sous le marteau de Marc Labarbe ?

LES DOUTES DU MINISTERE

« Judith et Holopherne » ne rejoindra pas un musée français. Le tableau du Caravage ne sera pas préempté par le ministère de la Culture lors de la vente aux enchères du 27 juin.

Pourtant, en 2016, le ministère l’a classé « trésor national », avec une parution au Journal officiel, bloquant ainsi toute possibilité de vente à l’étranger. Et se donnant trente mois pour se prononcer. En novembre dernier, le blocage a été levé et le propriétaire s’est vu délivrer un certificat d’exportation.

Ce jeudi, le ministère évoquait franchement ses doutes. « Compte tenu des incertitudes subsistant quant à l’attribution au Caravage, l’État français ne peut se porter acquéreur de cette œuvre ».

« On respecte les doutes », encaisse Marc Labarbe qui met pourtant en avant « l’examen scientifique du tableau. Nous, on est sûrs de l’authenticité ».