Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Catégorie: Histoires

Festival de Baalbeck. Résistance !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Le Festival International de Baalbek, est né en 1956, à l’occasion de cette première édition, Jean Cocteau,  Jeanne Moreau et Jean Marais, se rendirent sur le site pour une représentation de La Machine infernale. L’auteur et poète français ira jusqu’à affirmer que « Baalbek est le meilleur lieu au monde pour monter de grands spectacles. […] C’est le seul « haut lieu » – au sens vrai du terme – que je connaisse. Le théâtre retrouve son authentique signification dans les temples en ruine : il perd toute notion frivole et redevient un cérémonial religieux. » Les mystérieuses terrasses de Baalbek d’où l’on suppose que les hommes partaient vers les astres ne sont elles pas le lieu idéal pour que l’âme des poètes y prenne son vol et le large.
Jean Cocteau. 

Jean Cocteau et un manuscrit laissé à l’hôtel Palmyra à Baalbeck.

Bâtie par les Phéniciens, Baalbek deviendra Héliopolis, à l’époque gréco-romaine, la cité du Soleil, dispose toujours de ses temples de Bacchus, de Jupiter et de Vénus. Ils font même partie des mieux conservés de cette époque. Le site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco et n’a rien à envier à Rome ou Athènes. Baalbeck est pourtant un bastion du mouvement islamiste chiite Hezbollah.

Malgré les secousses que le pays a traversées et traverse encore !, Le Festival de Baalbeck persévère, messager de paix brandissant le flambeau de la culture, synonyme de résistance. Le registre musical qui s’y produit est considérable : musique classique, pop, rock, électro… Au fil des années, c’est un panel d’artistes reconnus qui a foulé le sol de la cité antique. Le festival de musique de Baalbek, a accueilli dans les temples romains de Bacchus et de Jupiter au fil des ans des légendes avec une particularité : son éclectisme.

Il suffit d’énumérer ceux qui y sont passés : Ella Fitzgerald, Duke Ellington, Miles Davis, Oum Kalthoum, Fairuz, Placido Domingo, Jessy Norman, Jean Cocteau, Charles Aznavour, Gérard Depardieu, Fanny Ardant, Jean-Michel Jarre, Joan Baez, Deep Purple, Johnny Hallyday, Sting, Ben Harper, l’orchestre philharmonique de New York ou encore le ballet de Maurice Béjart, Rudolf Noureev, The Alvin Ailey Dance, La Comédie Française, etc… et dernièrement, Mika 2016, Matthieu Chedid 2018, Mélody Gardot 2019.

J’ai eu la chance avec mon ami, mon frère Adel Tawilé, d’aller applaudir la prêtresse de la soul, Nina Simone en 1998.

Le 5 juillet, le Temple de Bacchus a accueilli « The Sound of Resilience »: en raison de Covid-19, le concert s’est déroulé sans public et a été diffusé en direct sur toutes les chaînes de télévision locales en plus des médias arabes et internationaux.

L’Orchestre Philharmonique Libanais avec les Chœurs de l’Université Antonine, de l’Université Notre Dame et de Qolo Atiqo, ainsi que de jeunes musiciens libanais, sous la direction du Maestro Fazlian et avec la participation de Rafic Ali Ahmad.

La solidarité est la principale beauté de ce concert avec une mission commune et une collaboration exceptionnelle de différents artistes et partenaires qui offrent leurs services sans compensation.
Le Festival International de Baalbeck entend renforcer sa continuité contre toute attente, en gardant vivant son message culturel, convaincu que la culture n’est pas un luxe, mais une nécessité, une ressource de croissance durable et un atout capital pour comprendre le présent et planifier l’avenir.

C’est pour tout cela, que je porte une grande admiration et d’Amour à la force vive du Liban et aux libanais, Mon pays de Coeur..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon 1er Grand Prix de Formule 1

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Mon père est un passionné de la Formule 1, il m’avait promis de m’emmener un jour sur un circuit. Sa promesse a été tenue, sur le circuit de Formule 1 à Shanghai, avec l’invitation de Renault Sport F1.

Avec son audace et sa passion, il a demandé au rédacteur en chef de Canal +Sport, s’il serait intéressé de faire un reportage sur  » Les yeux d’un enfant dans le monde de la F1 « . Voici sa réponse : « Les grands esprits se rencontrent ! En effet depuis plusieurs mois, nous envisageons de faire un reportage autour de « la F1 dans des yeux d’enfants ». On dit souvent que les jeunes s’intéressent de moins en moins au sport auto, qu’ils ne rêvent plus de voiture, peut-être que ce reportage démontrera le contraire. Ce Grand Prix de Chine me semble une belle occasion en tout cas «. Thomas Sénécal.

Le reportage a été diffusé sur Canal + dans l’émission Formula One, le soir du Grand Prix de Shanghai le 17 avril 2016.

Affiche

Rendez-vous est pris, à l’entrée du Paddock, avec l’attachée de presse de Renault Sport F1, Laurence Letrésor et un caméraman de Canal +. Laurence nous donne des Pass VIP Guest, un trésor !.

IMG_3770

Nous allons directement dans le stand de Renault, toujours filmé par Canal +. Les deux Renault F1 ressemblent à des voitures en or. J’en prends plein les yeux de voir les mécaniciens préparer les F1 avant le départ des premiers essais ! ça fait beaucoup de bruit, heureusement, j’avais un casque et j’ai pu entendre les messages entre le Chef du Team et son équipe.

Stand

J’ai serré la main aux deux pilotes de Renault, ouah ! Kevin Magnussen m’a encouragé à devenir pilote de F1,

IMG_3719Dans le stand, il y avait le 3ème pilote Renault, Esteban Ocon, très sympa, il m’a beaucoup parlé de sa passion et de son envie de piloter une Formule 1 quand il avait mon âge.

A la fin des essais, invité par Renault, nous avons déjeuné avec le Team et les journalistes dans le Motor-Home, ensuite nous avons été nous balader dans le paddock, mon père était très heureux, lorsqu’il avait 10 ans, mon grand-père l’emmenait voir les essais des Ferrari F1 ( derrière les grillages) sur le circuit privé de Ferrari à Maranello, son rêve d’enfant était réalisé, c’est le même rêve qu’il m’a offert, merci papa. Il a même eu la chance, de piloter sur ce circuit, une Ferrari 358 grâce à Jean Todt et René Arnoux (ancien pilote F1 de Ferrari) pour une opération de relations publiques pour Shell.

Quelle chance d’avoir rencontré tous les pilotes de la saison 2016, visiter les écuries et d’être photographié avec 5 pilotes Champions du Monde : Jacques Villeneuve, Lewis Hamilton, Sebastian Vettel, Kimi Räikkönen, Nico Rosberg. Un vrai spot !

Lewis HamiltonLewis Hamilton. 6 fois Champion du Monde

Nico Rosberg

Nico Rosberg. Champion du Monde 2016 et vainqueur du Grand Prix de Shanghai.

Sebastian Vettel

Sebastian Vettel. 4 fois Champion du Monde

 

Kimi Raïkkönen. 1 fois Champion du Monde

Maurizio Arrivabene

Maurizio Arrivabene. Directeur de la Scuderia Ferrari 

Massa

Felipe Massa. Vice-Champion du Monde 2008

Dans le stand de Red Bull, un garçon très sympa nous a inviter à visiter la F1 de Daniel Ricciardo et voir les stands de ravitaillement.

F1 RicciardoIMG_3745

Daniel Ricciardo a été adorable avec moi.

Stand

Jacques Villeneuve, ancien Champion du Monde m’a posé des questions pour Canal +

 

Ma plus belle rencontre, c’est avec Nico Rosberg, il m’a offert une photo dédicacée de sa victoire à Bahreïn. Il m’a dit de croiser les doigts et de lui porter chance, son vœu a été réalisé, il a gagné le Grand Prix et est devenu Champion du Monde cette année là ! Bravo Nico.

Nico

Je souhaite à beaucoup d’enfants la même aventure dans le Monde de la Formule 1 et d’avoir un papa comme le mien.

Avoir rencontré et être photographié avec 5 Champions du Monde restera gravé dans ma mémoire.

Quelle journée, je suis crevé, je vais me coucher en rêvant de devenir pilote de Formule 1…

Jean

IMG_3711


Une Jean Canal

Bonjour André,

Le reportage avec Jean, a été apprécié par nos abonnés et nous avons obtenu des bons taux d’écoute et indice de satisfaction.

Encore merci pour votre initiative et votre participation.

Bien cordialement

Paolo Bobbio

CANAL + SPORTS  PRODUCTION MANAGER

C’est notre rôle de donner du rêve aux enfants ! 

Je remercie pour leur gentillesse et leur réactivité Renault et Canal +

dédé

L’Avant ! L’Après …

Bonjour M’ssieurs-Dames,
Le confinement m’a servi à mettre de l’ordre dans mes actions passées, c’est pourquoi j’ai retrouvé un combat que j’ai mené pour sauver l’atelier Picasso avec l’intervention de mon Ambassadeur Frédéric Beigbeder, ci-dessous le texte qu’il a lu en mon absence pendant la Conférence de presse, le jeudi 13 novembre 2014 à la Mairie du 6ème arrondissement.
 » ça c’était Avant, maintenant nous sommes dans l’Après pour agir et vivre autrement ».
Chers amis,

De Shanghai, je suis, comme vous pouvez l’imaginer, de tout cœur avec vous dans ce combat ultime pour sauver les Grands-Augustins. Je remercie chaleureusement Frédéric de me représenter.

Je dis bien ultime car nous étions tous persuadés que l’affaire était réglée.

Force est de constater que tel n’est pas le cas ! Je salue tout particulièrement Maître Roland Dumas, dont le témoignage précieux et la ténacité dont il a fait preuve, contre vents et marées, pour que soit respectée la volonté de Picasso, à savoir le retour de Guernica à Madrid, « quand l’Espagne serait devenue une démocratie ».

Je dis bien contre vents et marées, car il faut souligner avec quelle habileté celui qui avait la confiance du maître a su prévoir et déjouer les obstacles qui ne manqueraient pas d’être dressés dans cette mission si délicate.

Qui sait, par exemple, que c’est sur le conseil de Roland Dumas que Picasso rajouta quelques lignes concernant les extraordinaires études préparatoires, dont on a pu voir les reproductions au Grenier, avant que ce lieu mythique ne soit condamné par les huissiers. En effet, Picasso suivit le conseil de notre ami, précisant que ces travaux préliminaires étaient indissociables de Guernica, et devraient aussi être présentés à ses côtés à Madrid. Qui sait ce que seraient devenus ces dessins si importants si cette précision n’avait pas été apportée ?

J’ai la conviction que la réunion d’aujourd’hui va permettre de trouver enfin une solution positive face à la situation scandaleuse contre laquelle nous protestons. Alerté par Lucien Clergue, président de l’Académie des Beaux-Arts, et président de notre Comité de soutien, le Président de la République avait pourtant – c’était en avril 2013 – exprimé clairement sa volonté de voir ce dossier « traité prioritairement ». Un an après, face à l’inertie des pouvoirs publics, le Comité de soutien avait pris l’initiative d’adresser une lettre ouverte au Premier ministre Manuel Valls et à la maire de Paris Anne Hidalgo, quelques jours après leur nomination. La commission régionale du Patrimoine et des sites s’était réunie, et avait – décision semble-t-il sans précédent – voté à l’unanimité le classement du Grenier et de l’étage inférieur, où Picasso a peint Guernica.

Nous nous étions tous félicités de cette décision, largement relayée par la presse, qui avait titré « le Grenier des Grands-Augustins est sauvé ».
Sauvé ? Tu parles ! Les huissiers, ou plutôt la Chambre des huissiers de Justice de Paris – ne pas confondre – a profité de l’absence de réactivité immédiate des pouvoirs publics pour déposer, en douce, le 5 août dernier, une demande de permis de construire pour transformer l’Hôtel de Savoie…en résidence hôtelière de luxe, après avoir affirmé pendant des mois que telle n’était pas son intention, et que ceux qui véhiculaient cette information étaient des affabulateurs, allant jusqu’à faire état, sur une radio publique, d’ « allégations fantaisistes ».
Le temps des pétitions est passé ! Le message de la lettre ouverte à Mme Hidalgo et à M. Valls était pourtant clair. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous en appelons au Président de la République pour lui demander d’user de son autorité et de ses pouvoirs pour que les Grands-Augustins retrouvent leur vocation culturelle et artistique, et soient ouverts au public, dans les meilleurs délais. Halte au foutage de gueule : il faut arrêter de tergiverser !
Avec tout le respect que nous devons au Président de la République, nous lui demandons solennellement de prendre ses responsabilités dans cette affaire. Faute de quoi, la France sera la risée du monde entier pour tous ceux qui sont attachés à ce patrimoine, qualifié par Carlos Saura de « lieu le plus mythique de la capitale ». Et puisqu’il est question de cinéma, rappelons que chaque scène est précédée de l’ordre du réalisateur : « ACTION ». C’est ce que nous attendons aujourd’hui. Il est temps de mettre un terme à ce mauvais feuilleton !
André Cardinali, dit Dédé de Montreuil – ou de Shanghai – c’est selon !.

 Une anecdote veut qu’à Otto Abetz, ambassadeur du régime nazi à Paris, aurait demandé à Picasso, sur le ton de la colère, lors d’une visite à son atelier rue des Grands-Augustins, devant une photo de la toile de Guernica : « C’est vous qui avez fait cela ? », Picasso aurait répondu : « Non… c’est vous »

Aujourd’hui, Picasso pourrait nous dire » C’est vous qui avez sauvé mon atelier ? oui, c’est nous ! avec le soutien de Charlotte Rampling et Didier Lockwood.

Article dans Opinion Internationale https://www.opinion-internationale.com/2014/04/29/il-reste-13-jours-pour-sauver-les-ateliers-de-picasso

J’espère que vous allez tous bien.
Bises masquées
dédé

Adel & Bernard, deux amis complices.

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Deux de mes meilleurs amis m’ont quittés en 6 mois. Deux hommes généreux qui savaient donner aux autres.

J’ai rencontré Adel Tawilé qui était comme mon frère, à Byblos en 1995, à l’occasion du Salon des Artistes Décorateurs ( SAD Beyrouth 95).

Pour pouvoir organiser, le 1er défilé de mode après dix sept années de guerre, sur la Place des Martyrs à Beyrouth, j’avais besoin d’héberger 20 jeunes stylistes franco-libanais. Roger Moukarzel, un ami photographe libanais me présenta Adel dans son hôtel à Byblos, après lui avoir présenté le projet, il accepta instantanément de loger et restaurer les jeunes stylistes pendant un mois. Sans lui, le défilé n’aurait pas eu lieu.

Depuis ce jour-là, notre amitié s’est soudée, Adel était un homme très respecté et apprécié au Liban.

Nous avions également le projet en 2000, de réaliser deux défilés de mode “ Alphabet et Adonis “ dans le plus vieux port du monde, avec les 22 lettres de l’alphabet phénicien constitué à Byblos, où le sarcophage d’Ahiram porte le premier texte cursif parfaitement clair, en phénicien classique. Un concert du compositeur libanais Gabriel Yared était prévu avec la présence de Magida El Roumi, célèbre interprète libanaise avec la mise en lumières de Jacques Rouveyrollis. A cause de nouveaux bombardements au Liban, la manifestation n’a pu avoir lieu.

Je me rappelle des bons moments passés ensemble au Liban, à Paris et à Rovaniemi en Finlande pour un repérage destiné à des VIP libanais pour séjourner dans le village du Père Noël avec leurs enfants. Huit jours de bonheur et d’aventures avec les lapons et les lapones et leur vodka explosive.

La tonalité du surnom que je lui avait donné “ Adelos le roi de Byblos” est dans mon esprit en permanence.

Une pensée profonde pour sa femme Laurence et ses deux fils Eric et Bruno.

*************************

Mon ami Bernard  Armagnac était un personnage hors du commun avec un grand Coeur. Sa mission naturelle était d’aider les autres, il a rapproché beaucoup d’hommes et de femmes dans les relations humaines et dans les affaires.

Beaucoup, aujourd’hui, lui doivent leurs carrières et leurs profits et son attention à des interventions et recommandations multiples, j’espère qu’ils s’en souviendront !

Bernard avait un carnet d’adresses incroyable dans divers milieux: édition, imprimerie, vinicole, show-bizz, gastronomie, rugby, polo, sports automobiles.

Natif de Cénac et Saint-Julien, proche de Sarlat, il a su gardé les pieds sur terre et ses valeurs. La mort de son père (91 ans) l’avait profondément touché l’année dernière, il était si heureux d’avoir apporté un compteur d’eau au potager de celui-ci, qui a appris à mon fils comment récolter des pommes de terre. Un grand instant chaleureux comme je les j’aime.

Bernard a vite compris la vie parisienne en gardant toujours son accent du Périgord qui faisait son charme, il savait s’introduire dans la haute société comme dans les milieux plus modestes avec un vrai talent d’acteur. Il aurait aussi bien pu jouer dans Molière que dans San Antonio.

Bernard à côté de Miroslav, propriétaire du Café de Flore et les garçons

Si je devais raconter toutes nos anecdotes, il faudrait presque écrire un dictionnaire de vie sur les fêtes et les repas passés ensemble dont le dernier aux Deux Magots pour le Réveillon du Jour de l’an. Avec plusieurs de ses amis nous allons organiser en sa mémoire un repas convivial quand ce Covid – 19 nous aura lâché la grappe.

Bernard s’est battu contre quatre cancers depuis 16 ans, il a été un combattant extraordinaire, il a tout essayé mais cette maladie ne l’a pas épargné!!!

Une pensée profonde pour sa femme Jeanine et son fils Jérôme.

Voici un texte ou je n’ai pas oublié de citer mon pote Nanar.

BIZART ( le biz, est un art )

Tard, dans un bar à Saint-Germain, un lascar a rencard avec une fille aux yeux hagards avec des beaux nibards, il a l’air bizarre dans son beau costard payé en pétrodollars, on se croirait dans un polar !

Assise dans un coin du bar, par un pur hasard, une cougar mate des mastards avec son clébard, un Saint-Bernard qui n’est pas le nectar de l’année, son père est Kosovar et sa mère Tatare n’a pas reçu le César. Elle cherche la bagarre à des lascars qui boivent des Ricard, ils se prennent pour des Rock Stars, ces tocards de bâtards ringards !

Son pote Nanar à qui il a donné rencard, ramène des canards du bourg de Villars dans sa Jaguar, ils ont reçu un Oscar à l’Alcazar, ce n’est pas un canular! Nanar c’est un anar, qui vendait des nénuphars samovars et du caviar à Zanzibar.

Le tôlier du bar est un malabar qui mâche toujours des carambars, il ne faut pas le chercher le Nounours ! Un nectar !

En face du bar, Chez Castel, Mc Solaar fume un cigare en lisant le Canard.

Le lascar, un certain Dédé de Montreuil, un ancien zonard et loubard qui a toujours trainé sur les grands boulevards… en écoutant Mozart ! avec son char en kevlar acheté 1 dinar au bazar de Dinard…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exposition Léonard de Vinci au Louvre & Toudora

Bonjour M’ssieurs, Dames,

J’ai eu le privilège grâce à une amie, d’aller à l’Avant-Première de l’exposition Léonard de Vinci pour les Cinq cents ans après sa mort, le Louvre lui consacre une rétrospective historique. Je n’ai pas de mot pour décrire ce que mes yeux ont vu pendant trois heures.

Les superlatifs se bousculent pour évoquer Léonard de Vinci : génie créateur et visionnaire, plus grand peintre de tous les temps… Le Louvre, qui abrite une collection de cinq peintures et vingt-deux dessins et cent vingt œuvres des plus prestigieuses institutions (le Vatican, le Metropolitan Museum, la Royal Collection…) sont là devant vous.

J’ai beaucoup pensé à mon père qui m’emmenait au Louvre, le dimanche pour voir les salles une à une. Je lui dédicace cette expo du Maître italien.

 « L’Homme de Vitruve », l’une des icônes de Léonard de Vinci, a failli ne pas être prêtée pour l’exposition au Louvre.

 L’Homme de Vitruve – l’un des dessins les plus célèbres de Léonard de Vinci est présent dans l’expo- emblème de la Renaissance et illustration des thèses humanistes florentines, arguant avec raison qu’elle est une des principales icônes de la Galleria dell’Accademia de Venise, en charge de sa conservation.

Cette figure de l’homme inscrite de manière parfaitement harmonieuse dans les formes matricielles de l’univers que sont le cercle et le carré est le point d’orgue de cette exposition.

Cette rétrospective inédite de la carrière de peintre de Léonard permet de montrer combien il a mis la peinture au-dessus de tout et comment son enquête sur le monde, qu’il appelait « la science de la peinture », fut l’instrument de son art, dont l’ambition n’était rien moins que d’apporter la vie à ses tableaux.

C’est dans ses moments là, que la vie et le monde sont beaux ! Grazie Maestro. Organiser cette Exposition incroyable avant l’Italie, un grand Bravo Messieurs les Conservateurs du Louvre.

Eh Ho Léonardo, je te signale que j’ai conçu la Première exposition depuis 900 ans ( tu es battu !) dans les ruines de L’Abbaye de Chaalis, avec la peintre d’origine Moldave Natalia Bikir.

Je remercie chaleureusement Jean-Pierre Babelon, Conservateur de l’Abbaye de Chaalis, Aymar de Virieu, Administrateur de l’Abbaye de Chaalis, qui m’ont permis de réaliser cette exposition Royale et Pierre Cornette de Saint-Cyr, Commissaire-Priseur, Parrain de l’exposition sans oublier la musique créé par Eric Mouquet Fondateur  du groupe électro Deep Forest.

J’ai choisi trois sponsors pour leur image classieuse : Waskoll, célèbre joaillier de la rue de la Paix, les fines bulles des champagnes Deutz et Lexus pour son élégance.

FILM DE L’EXPOSITION TOUDORA

Une lettre de soutien de Monsieur Jean-Pierre Babelon. Membre de l’Institut de France. Conservateur de l’Abbaye Royale de Chaalis.

 

Mon ami Pierre Cornette de Saint-Cyr, Parrain de l’exposition.

Natalia Bikir, une artiste à part ! 

Préface de Pierre Cornette de Saint Cyr

Les tableaux de Natalia Bikir, nous transportent dans un monde tendre et serein, entre joie et nostalgie, où s’entremêlent femmes, enfants et chevaux, dans des scènes évoquant les riches heures médiévales ou les icônes byzantines.

Sa peinture polychromique est l’expression d’un tempérament et d’une culture qui reflète toute la chaleur de l’âme slave. Natalia est d’un pays, la Moldavie.

Ses tableaux sont empreints de la ferveur mystique des monastères qui ponctuent le paysage moldave, de la chaleur colorée et joyeuse des fêtes de village où, au son des violons et dans le déchainement des danses, les cœurs s’enflamment, le sable vole, la joie communicative embrasse la steppe.

Sa palette  décline aussi des teintes plus subtiles et joue d’une multitude de demi-tons. Le lapis-lazuli qu’elle broie et intègre, les pigments naturels qu’elle dose savamment et la poudre d’or qu’elle utilise rendent encore plus délicats ses coloris et leur donnent la profondeur énigmatique des mystères.

Le grand thème qui traverse toute l’œuvre de Natalia, ce sont les femmes. Elles sont omniprésentes : madones, villageoises, femmes en maternité triomphante…Elles occupent tout l’espace. Elles sont l’unité du monde, sa force et sa stabilité. Témoins de la transmission, elles sont les gardiennes de la mémoire.

Le monde de Natalia apparaît à travers le prisme de l’enfance, paré de merveilleux avec sa poésie, sa tendresse, ses rêveries.

Si elle a choisi «  Toudora «  comme titre de ses expositions à travers le monde, c’est en hommage à sa grand-mère et à l’enfant qui reste en elle.

Natalia comme son nom l’indique est porteuse d’une « bonne nouvelle » : il y aura toujours de l’espoir, tant que les humains sauront regarder le monde avec des yeux d’enfant et que les femmes garderont le secret de la magie des choses.

Félicitations à mon ami André Cardinali, grand dénicheur de talents !

Merci Pierre

Un soir chez Castel…

Monsieur Jean-Pierre Mocky  » un seigneur « 

Bonjour M’ssieurs-Dames,

« J’aimerais faire un film avec Chirac et Lagerfeld en bagnards évadés de Cayenne » voici l’esprit de Jean-Pierre Mocky, cela donne le ton de ce Grand Monsieur…

Franc-tireur du cinéma, l’œil moqueur et la langue bien pendue, l’un des derniers monstres sacrés du cinéma français nous a quitté le 8 août à 90 ans.

Ses anecdotes désopilantes, sans jamais se départir d’une certaine mélancolie, me manque déjà.

Mocky à la fois metteur en scène, interprète, scénariste, monteur, producteur et distributeur. Il contrôlait ainsi l’ensemble du processus de production d’un film.

Artisan autoproclamé, Jean-Pierre Mocky a toujours suivi sa voie d’auteur indépendant, à mille lieux des grands studios et de la langue marketée. Ses origines tchétchènes ont du le guider.

Lors d’un déjeuner en bas de chez lui, avant de partir à l’émission de Ruquier, pour la présentation du film  » Le renard Jaune  » je lui ai demandé de bousculer Aymeric Caron (le bobo végan par excellence), il m’a promis de le faire : Quelle régalade, quand il a flingué Natacha Polony et Aymeric Caron, des bobos lights !!! et Barpat ( Bon à rien, prêt à tout ) Jean-Pierre adorait ce mot de mon répertoire.

http://www.dailymotion.com/video/x10gtcn_jean-pierre-mocky-vs-caron-polony-t-v-ruquier_news#.UayWHdJM-fU

Autre grand moment : le 29 novembre 2008, Mocky est invité de l’émission  » Les amis du samedi «  sur France Bleu Bourgogne en compagnie d’Astrid Veillon, à l’occasion du Salon européen du livre de Dijon. Outre son livre  » Cette fois je flingue », Mocky évoque le Marsannay, seule variété de bourgogne rosé que Luis Bunuel lui a fait connaître quand il déjeunait avec lui à la Coupole à Montparnasse. Un Must : Mocky s’est mis à chambrer un Chef de la région qui présentait des recettes avec des betteraves que Jean-Pierre déteste.

Jean-Pierre Mocky

Jean-Pierre a toujours soutenu mes combats :

Paris, le 10 décembre 2008

Mon cher dédé
J’ai été heureux de venir te soutenir au Salon du livre à Dijon, tu as raison de te défoncer, ce salon à toutes les possibilités pour devenir une référence dans le monde des éditeurs et des auteurs. Le lieu est magique.
J’ai fait comme tu le sais, d’autres salons, celui de Dijon vaut largement les plus connus, certainement grâce à toi et à l’équipe qui nous a reçu si chaleureusement.
Transmets mes remerciements à tous sans oublier tes copains de France Bleu, dis-leur que j’aime toujours pas les betteraves.

Vive la Bourgogne, vive Dijon et son salon du livre et vive mon pote dédé qui est un grand Monsieur.
Amitiés
Jean-Pierre Mocky

Exposition Pierre Terrasson dédiée à Vanessa Paradis

MOCKY.DEDEDEMONTREUIL.SpArtS.14.05.2013

Mon ami Jean-Pierre, le Voltaire du cinéma

S’il n’en reste qu’un ce sera Mocky, le seul qui a attaqué tous les secteurs de la société ( la religion, les SDF, les dragueurs, les snobs, les vierges, le foot, le sexe, le pognon, la politique, le deal, la colère, etc… ) il m’a fait souvent penser à Prévert, j’ai envie de créer le Manifeste du Mockysme.

Sur mon initiative, Jean-Pierre Mocky à reçu le 2 décembre 2013, le Prix Alphonse Allais, pour l’ensemble de son oeuvre, remis par Alain Casabona, Grand Chancelier de l’Académie Alphonse Allais et Jacques Mailhot, Camerdingue de l’Académie, à la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, place Saint-Germain des Prés. Mocky couverture lUI

A voir : https://soufflezsurlesbraises.com/2013/12/06/jean-pierre-mocky-prix-alphonse-allais-2013/

DSC_6954

Charlotte Rampling a reçu la Comète de Allais au théâtre des Deux Anes, intronisée par Alain Casabona, Grand Chancelier, Jacques Mailhot, Camerdingue de l’Académie Alphonse Allais et Francis Perrin, Garde du Sceau et détenteur de la Comète de Allais, André Cardinali, Ambassadeur des profils louches. Jean-Pierre Mocky, précédent lauréat, a remis, le trophée à Charlotte, devant une salle comble.

A voir : https://soufflezsurlesbraises.com/2017/01/07/prix-alphonse-allais-2016-remis-a-charlotte-rampling/

photo-remise

De gauche à droite : Francis Perrin, Jean-Pierre Mocky, Charlotte Rampling, Alain Casabona, Jacques Mailhot, Irène Jacob, André Cardinali.

Dernièrement, par amitié, il avait accepté d’être présent sur le tournage du clip de ma pôtesse Vahena, une chanteuse des rues. ( dans la glace)

 

Le 10 mai dernier, avec mon amie Grâce de Capitani, pendant le tournage de « Tous flics ». Il avait toujours l’oeil sur les belles femmes !

Image result for mocky films un drole de paroissien

J’espère que là-haut, il va faire la Grande lessive ! et retrouver tous ses pôtes.

Image result for mocky films la grande lessive

Franky Zapata, l’homme volant !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

110 ans après, Louis Blériot, qui traversa la Manche à bord de son avion, le « Blériot XI », le 25 juillet 1909, Franky Zapata a réalisé son pari fou de traverser la Manche sur un Flyboard, une planche turbopropulsée de son invention.

 L’inventeur du Flyboard s’est élancé le dimanche 4 août de Sangatte, dans le Pas-de-Calais.

Il est le premier « homme volant » à avoir accompli cet exploit

Casqué et harnaché, tout de noir vêtu, de Sangatte ( Pas-de-Calais ) il s’est envolé vers St Margaret’s Bay, côté anglais, qu’il a réussi à atteindre en une vingtaine de minutes en survolant la mer à 15-20 mètres. après une courte halte à mi-chemin sur un bateau pour ravitailler sa machine volante en kérosène. Le champion a ensuite atterri côté britannique après avoir parcouru les 35 kilomètres de détroit debout sur sa machine volante dotée de cinq mini-turboréacteurs qui lui permettent de décoller et d’évoluer jusqu’à 190 kilomètres-heure, avec une autonomie d’une dizaine de minutes.

Ancien champion du monde et d’Europe de jet-ski, Franky Zapata, 40 ans, avait créé un premier Flyboard aquatique, propulsé en hauteur « par le jet de la turbine d’une moto marine ».

« J’ai envie de réaliser mes rêves avant tout » Franky Zapata.

 Douvres (Royaume-Uni), ce dimanche. Franky Zapata peut être fier. Il vient de réaliser l’impossible : traverser la Manche en volant sur son flyboard.

Association Images / Maxppp / Steve Parsons

Après avoir conçu des rencontres pour des enfants issus de tous les milieux sociaux avec le Messager des enfants de la Terre : Philippe Rahmani qui a accompli le Tour du Monde à moto (52 pays) et le Messager des enfants de la mer : Philippe Monnet, seul navigateur à avoir fait le Tour du Monde à l’envers en solitaire. je vais suggérer à Franky Zapata de partager son exploit aux enfants ! qui ont besoin de rêves et de rencontrer des héros, il deviendra ainsi : le Messager des enfants de l’air.

https://soufflezsurlesbraises.com/2011/06/29/le-prince-albert-ii-de-monaco-lami-fidele/

https://soufflezsurlesbraises.com/2011/12/12/philippe-monnet-le-messager-des-enfants-de-la-mer-un-heros-qui-transmet/

Zapata est un nom prédestiné aux héros :

Image result for emiliano zapata portrait

Emiliano Zapata dit El Caudillo del Sur fut l’un des principaux acteurs de la révolution mexicaine de 1910.

Description de l'image Viva Zapata movie trailer screenshot (36).jpg.

Film américain réalisé par Elia Kazan en 1952. ( A voir )

Marlon Brando, prête ses traits au révolutionnaire mexicain. Anthony Quinn, joue le rôle du frère de Zapata. Viva Zapata ! permettra à Brando d’obtenir le Prix d’interprétation à Cannes. Zapata est ici dépeint comme un chef rebelle incorruptible, guidé par son seul et constant désir de rendre leur terre aux paysans spoliés, oubliant son intérêt personnel.

Dans ce monde de bruts !!! un homme comme Franky Zapata donne de l’espoir et prouve que la détermination est payante avec une bonne équipe.

 

 

 

Saint-Germain-des-Prés en Dordogne !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Lors d’une ballade « école buissonnière » avec mon fils, nous avons découvert la commune de Saint-Germain-des-Prés en Dordogne. Incroyable mais vrai ?

Un nom qui ne peut pas passer inaperçu !

« Sent German daus prats » dans sa version occitane, est une petite commune de 541 habitants, située dans le Périgord vert au centre-est du département de la Dordogne entre les deux chefs-lieux de cantons que sont Excideuil et Thiviers.

La première mention écrite connue du lieu date de l’an 1249 sous la forme latine Sanctus Germanus in castell. de Exidolio,.

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de « Saint Germain ». À sa création, la commune conserve ce nom, se référant à Saint Germain, évêque d’Auxerrau Vème siècle. La seconde partie du nom, qui dérive du latin pratum, a été ajoutée au cours du xixème siècle.   

 

Ce nom originel de Saint Germain des Prés a subi quelques variations au cours de son histoire. Appelé « Germain le ferrugineux » en 1793 par les révolutionnaires, dans l’intention supposée de faire disparaître toute trace religieuse, le nom changea à nouveau en 1795, les deux fois en référence à l’exploitation du minerai de fer, pour devenir « Saint Germain les mines ».

Il fallut attendre 1820 pour que le nom officiel de la commune redevienne définitivement « Saint Germain des Prés ».

Un environnement naturel et patrimonial structuré autour de vallons et collines rocheuses, deux cours d’eau le Merdanson et le Ravillou, une église romane comprenant un rétable du 18ème siècle et un tableau de l’école vénitienne du 16ème siècle, récemment restauré et représentant l’entrée de Jésus dans Jérusalem, un château dans le bourg des 16ème et 19ème siècles, le manoir de Saint Pierre des 15ème et 19ème siècles constituent un patrimoine communal diversifié quand on y ajoute quatre pigeonniers et un joli petit pont roman médiéval.

Commencée à la période gauloise où des forges existaient déjà sur le secteur, l’activité d’extraction minière atteint son apogée entre le 16ème et le 19ème siècle.

En tant qu’ambassadeur de Saint-Germain-des-Prés à Paris, je réfléchis à créer un jumelage entre les deux Saint-Germain-des-Prés.

J’invite les germanopratins & germanopratines, à une partie de pétanque, au bal karaoké et au feu de la Saint-Jean et prendre un verre chez Lyli au Petit Saint-Germain.

Imaginez Frédéric Beigbeder DJ du karaoké XR7, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir jouer à la pétanque avec le barbecue servi par Lipp. Le feu de St Jean tiré par Sonia Rykiel et Karl Lagerfeld !

Marceau Rivière, explorateur de l’Afrique !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Sotheby’s a l’honneur de dévoiler la collection d’art africain de Marceau Rivière, grand défenseur des arts d’Afrique, expert et marchand, mais, avant tout,
éminent historien de l’art. Pendant plus de 50 ans, cet homme discret a réuni plusieurs centaines d’œuvres.

Exposition du 13 au 18 juin – Vente le 19 juin.  Sotheby’s. 76, Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris.

Je vous invite à ne pas louper cette vente exceptionnelle.

Marceau et sa fille France m’ont initié un peu à l’art africain. Dans leur galerie 1, rue Saint-Benoît à Paris, Marceau Rivière attend les amoureux de l’Afrique avec la passion des premiers jours. Elle se nomme Sao, en souvenir de cette ancienne civilisation disparue habitant entre le Cameroun, le Nigeria et le Tchad d’aujourd’hui. Voilà bientôt quarante ans que ce marchand discret et modeste y reçoit aussi bien de grands collectionneurs que de simples passants émerveillés par ses petites poulies de métiers à tisser, ses masques, ses cuillères ou ses bijoux venant souvent de Côte d’Ivoire, son pays de prédilection sur lequel il a beaucoup écrit. Sotheby’s a l’honneur de dévoiler la collection d’art africain de Marceau Rivière, grand défenseur des arts d’Afrique, expert et marchand, mais, avant tout,
éminent historien de l’art. Pendant plus de 50 ans, cet homme discret a réuni plusieurs centaines d’œuvres.

Pendant plus de cinquante ans, cet homme de terrain devenu à force de recherches un éminent spécialiste a réuni une collection exceptionnelle dont une partie est mise en vente chez Sotheby’s le 19 juin prochain, à la galerie Charpentier. Soit 250 pièces pour une estimation autour de quinze millions d’euros.

Sotheby’s a l’honneur de dévoiler la collection d’art africain de Marceau Rivière, grand défenseur des arts d’Afrique, expert et marchand, mais, avant tout, éminent historien de l’art.
Selon Alexis Maggiar, directeur Europe pour le département des arts d’Afrique et d’Océanie, Sotheby’s : « Lorsque que Marceau Rivière me fit l’honneur d’ouvrir les portes de son appartement, il y a quelques années, la découverte fut sidérante. Sa collection, préservée à l’abri des regards depuis plus d’un demi-siècle, s’est d’emblée imposée à mes yeux comme l’une des plus remarquables et des plus complètes en art d’Afrique. Une collection guidée sa vie durant par la beauté, la passion et la connaissance que nous sommes particulièrement honorés de défendre chez Sotheby’s. »
Si Marceau Rivière est l’un des plus importants collectionneurs dans ce domaine, il s’affirme par sa formation et son approche d’historien de l’art, ayant consacré une part majeure de son parcours à la recherche et à l’écriture. Ses livres ont ainsi contribué à faire redécouvrir un grand nombre d’artistes, en particulier ceux de Côte d’Ivoire. Pendant plus de cinquante ans, Marceau Rivière sera l’un des plus fervents défenseurs de l’art africain ; un art qu’il n’a eu de cesse de mettre sur le devant de la scène et de transmettre au plus grand nombre.

Image result for marceau rivière

Bete figure, Côte d’Ivoire

Exceptionnelles aussi sont son approche instinctive des oeuvres d’art et sa sensibilité artistique qui ont présidé à la constitution de sa collection privée.
Sa fascination pour l’Afrique naît dès l’enfance, lors de la projection d’un film sur le Congo par un missionnaire de passage dans sa région, et ne le quittera plus jamais. Sa collection débute dès son plus jeune âge. Il achète son premier masque à l’âge de onze ans – objet qu’il a toujours conservé. En 1975, il écrit son premier livre sur Les Chefs-d’oeuvre africains des collections privées françaises, qui dès sa publication lui confère une réputation internationale et sera traduit en anglais et allemand. De nombreux ouvrages de références suivront.

Image result for marceau rivière

FIGURE DE RELIQUAIRE, KOTA MAHONGWE, GABON

Marceau Rivière, enrichit sa collection en achetant, auprès de ses confrères marchands et en ventes publiques, des oeuvres aux provenances prestigieuses issues des collections Vérité, Rubinstein, Guillaume ou Ratton. Chacune de ces pièces témoigne du génie individuel de leurs sculpteurs et des institutions qui nourrirent leur imaginaire, et conte également l’histoire de leur découverte par l’Occident, au début du XXe siècle.
Cette collection exhaustive sur les arts d’Afrique s’impose comme l’une des toutes dernières historiques dans ce domaine, et témoigne d’une vie de passion dévouée à l’Afrique et ses trésors.

 

Caravage à Saint-Germain-des-Prés !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Samedi soir, à la galerie Kamel Mennour, 6, rue du Pont-de-Lodi (VIe), le tableau  » Judith et Holopherne de Michelangelo Merisi, dit le Caravage (1571- 1610), a été décroché.

Caravage est mon peintre préféré de la Renaissance. Célèbre mauvais garçon, il savait déclencher les passions autant que le scandale: précis dans sa technique et maître de créativité, c’était un homme perpétuellement en fuite.Le tempérament violent de Caravage va bouleverser sa vie. En 1606, au cours d’une rixe, il tue en duel Ranuccio Tomassoni, le chef de la milice de son quartier. Condamné à mort, il s’enfuit de Rome en 1607. Commence alors une vie errante : Naples, Malte, la Sicile puis à nouveau Naples. Il continue à peindre et à produire des chefs-d’œuvre.  En 1610, il apprend que le pape est disposé à lui accorder sa grâce. Il s’embarque pour Rome, mais lors d’une escale à Palo, il est arrêté et jeté en prison. Relâché quelques jours plus tard, son bateau est déjà reparti. Il décide de faire le trajet à pied et parvient à arriver à Porto Ercole à une centaine de kilomètres. Mais il a contracté la malaria et il décède dans cette ville le 18 juillet 1610 à l’âge de 38 ans.

Grâce au clair-obscur, une technique inventée un peu plus tôt par Léonard de Vinci, Caravage donne aux visages un relief théâtral. Nul ne maîtrise comme lui la lumière ni ne rend avec autant de force l’expression des visages et des attitudes. Il a été l’un des personnages les plus influents de l’histoire de l’art, sans lequel Ribera, Vermeer, Rembrandt, Delacroix, Courbet et Manet n’auraient jamais peint comme ils l’ont fait.

Merci à mon ami Kamel Mennour de m’avoir fait profiter de ce moment magique.

Découverte dans un grenier

Le tableau du maître italien, inspiré de l’Ancien Testament, représente Judith tranchant la tête du général Holopherne venu assiéger la ville et qu’elle avait séduit.

La toile, oubliée depuis plus de 100 ans, a été découverte par hasard au fond d’un grenier en Haute-Garonne il y a cinq ans – le genre de saga dont raffole le marché de l’art. Elle sera vendue aux enchères à Toulouse le 27 juin estimée à 120 M€.

C’est Marc Labarbe, le commissaire-priseur de Toulouse, l’auteur de cette « trouvaille », qui l’adjugera dans la ville rose. « J’ai été appelé par un ami qui vidait sa maison. Le tableau était monté sur un châssis, coincé entre un sommier et un matelas. La toile était sale. Il y avait comme un brouillard mais je voyais aussi ce regard du guerrier. J’ai pris un coton et un peu d’eau et j’ai débarbouillé son visage ! ».

Une analyse scientifique

Marc Labarbe, un brin fébrile, téléphone à Eric Turquin, un expert parisien incontournable. Ce dernier lui demande de lui amener le tableau. Son transporteur s’en charge et remonte la toile tranquillement à Paris, par la route, sans assurance.

Puis l’expert attrape son téléphone. « Tu as trouvé un bien beau tableau ! », lui dira-t-il. « A l’époque, se remémore Marc Labarbe, on n’identifie pas encore le peintre, le tableau n’est pas signé. On pense à un peintre de l’école Caravage ou d’une école espagnole ». L’analyse scientifique, avec notamment des rayons X, mettra en évidence les fameux pigments rouges du Caravage, le tissu de la toile permettant de remonter à l’atelier de l’artiste. Des spécialistes incontournables du peintre italien l’ont finalement authentifié.

Le tableau aurait pu avoir un tout autre destin. Victime d’un dégât des eaux, il y a environ dix ans, « sous le toit ruisselant du grenier, il a été un peu abîmé mais pas détruit ». A la même époque, il échappera à un cambriolage. Les voleurs passeront à côté de la toile. « Ils ne repartiront qu’avec des babioles ! », rigole le commissaire-priseur.

Reste à savoir, avec le parfum de suspicion qu’il dégage, le sort qui sera réservé le 27 juin à la toile du Caravage sous le marteau de Marc Labarbe ?

LES DOUTES DU MINISTERE

« Judith et Holopherne » ne rejoindra pas un musée français. Le tableau du Caravage ne sera pas préempté par le ministère de la Culture lors de la vente aux enchères du 27 juin.

Pourtant, en 2016, le ministère l’a classé « trésor national », avec une parution au Journal officiel, bloquant ainsi toute possibilité de vente à l’étranger. Et se donnant trente mois pour se prononcer. En novembre dernier, le blocage a été levé et le propriétaire s’est vu délivrer un certificat d’exportation.

Ce jeudi, le ministère évoquait franchement ses doutes. « Compte tenu des incertitudes subsistant quant à l’attribution au Caravage, l’État français ne peut se porter acquéreur de cette œuvre ».

« On respecte les doutes », encaisse Marc Labarbe qui met pourtant en avant « l’examen scientifique du tableau. Nous, on est sûrs de l’authenticité ».

1000 ème Grand Prix de Formule 1

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Le tout premier Grand Prix de Formule 1 de l’histoire a eu lieu sur le circuit de Silverstone en Grande-Bretagne, le 13 mai 1950.

Aujourd’hui à Shanghai, la Formule 1 fête son 1000ème Grand Prix. C’est pour cela que je voudrais tant fêter cet anniversaire avec mon fils en souvenir de son 1er Grand Prix de Formule1 à Shanghai.

Voici le récit de son rêve https://soufflezsurlesbraises.com/2016/04/18/mon-1er-grand-prix-de-formule-1/

Un reportage a été diffusé sur Canal+ le dimanche 17 avril 2016, dans l’émission Formule One, après le Grand Prix de Chine.

Faire partager ma passion des sports automobiles à mon fils était un grand jour, au même âge, mon père m’emmenait regarder les Ferrari F1 à Maranello derrière les grillages.

Cette passion m’a permis d’organiser des événements pour des sociétés dans plusieurs grands prix en Europe. Comme à Monaco pour le cigarettier Winfield qui m’avait demandé d’inviter des sportifs, pilotes et artistes et la fin de carrière de pilote F1 d’Alain Prost. Missions accomplies !

Thomas Castaignède, 2Be3, Mc Solaar, Jacques Villeneuvre


 

 

 

Cécilia Dutter, un plaisir de lire !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Hier soir, j’ai assisté à la remise du  » Prix Castel du roman de la nuit «  remis par PPDA. L’ambiance était chaleureuse, enfin, une soirée comme je les aime, ou chacun est à sa place et heureux.

Quel plaisir de revoir plusieurs amis dont mon amie écrivaine Cécilia Dutter qui sort son dernier livre  » La loi du père «  aux éditions Du Cerf. 18 €

À travers ce récit autobiographique bouleversant, Cécilia Dutter plonge dans ses souvenirs et relit son histoire familiale chaotique, marquée par la figure d’un père tyrannique décédé il y a trois ans, pour la comprendre et la réinterpréter à la lueur de la maturité de la cinquantaine.

Comment la petite fille de jadis s’est-elle construite sous la despotique loi du père ? Quelle force a-t-il fallu à l’adolescente, puis à la femme devenue, pour échapper à son emprise ? Quelle empreinte laisse ce père énigmatique et contrasté – aussi jovial à l’extérieur qu’oppressif au sein du huis-clos domestique – sur la femme, épouse et mère de deux filles, qui écrit ces lignes ?

De l’angoisse la plus noire jusqu’à la paix retrouvée grâce au pardon, ce témoignage universel, implacable mais non dépourvu de tendresse, met en lumière la force de la résilience et la transcendance sacrée de la vie.

Romancière, essayiste, critique littéraire, auteur d’une quinzaine d’ouvrages, Cécilia Dutter a publié, aux Éditions du Cerf, Flannery O’Connor, Dieu et les gallinacés (2016) et À toi, ma fille (2017). Elle a été lauréate du prix Oulmont de la Fondation de France pour son roman Lame de fond (2012).

Cécilia présentera son livre au Café de la mairie, place Saint-Sulpice le Mardi 26 mars 2019 – 20h30.  Venez nombreux.

 

 

Erich Fromm. Avoir ou Etre ? L’art d’Aimer !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Dans le monde bouleversé que nous vivons en ce moment, il faut aller se réfugier auprès des auteurs. Car notre monde est de plus en plus dominé par la passion de l’avoir, concentré sur l’acquisivité, la puissance matérielle, l’agressivité, alors que seul le sauverait le mode de l’être, fondé sur l’amour, l’accomplissement spirituel, le plaisir de partager des activités significatives et fécondes.

J’avais besoin de connaître quelques sens à mes réflexions et pensées, un ami psychologue, m’a prêté le livre  » AVOIR ou ETRE ? «  ( Collection  » Réponses « chez  Robert Laffont )

C’est pour cela, que je voudrais vous faire découvrir deux livres, qui j’en suis certain vous feront du bien dans ce monde de bruts et d’égoïstes !

Erich Fromm, psychanalyste humaniste américain plus connu comme sociologue marxiste.

Erich Fromm trace les grandes lignes d’un programme de changements socio-économiques susceptibles de faire naître en chacun de nous une réflexion constructive. Si l’homme ne prend pas conscience de la gravité de ce choix, il courra au devant d’un désastre psychologique et écologique sans précédent…

Après avoir parcouru  » Avoir ou Etre  » dans tous les sens, souligné, annoté, annexé, rayé, devenu une bible et une prise de tête, j’ai décidé un jour de changer le titre :  « AVOIR ou ETRE « par   « AVOIR et ETRE  » parce qu’un jour, je suis être et un autre avoir, tout dépend du moment et des circonstances. Ce récit m’a passionné, énervé, et m’a fait gamberger…

Je conseille aux perverses narcissiques de lire ce livre pour les aider à trouver l’origine de cette maladie, qui remonte souvent à la petite enfance, sans avoir eu d’Amour !

Si Erich Fromm, vous interpelle , procurez-vous un autre livre, qui m’a enchanté et m’a fait découvrir l’Amour autrement. L’ART D’AIMER . Edition épi.

» L’amour n’est possible que si deux personnes communiquent entre elles à partir du centre de leur existence… Qu’il y ait harmonie ou conflit, joie ou tristesse, c’est secondaire par rapport au fait fondamental que deux personnes se rejoignent à partir des profondeurs de leur existence, qu’elles ne font qu’un, l’une avec l’autre en ne faisant qu’un avec elles-mêmes, sans fuir leur propre réalité. Il n’y a qu’une seule preuve de la présence de l’amour : la profondeur de la relation, la rivalité et la force de chaque personne.  » dixit Erich Fromm.

Fromm insiste à juste titre sur l’importance de surmonter notre narcissisme et notre besoin de dépendance pour accéder à un véritable échange. L’une des clés de la réussite amoureuse est effectivement d’admettre que l’être idéal n’existe pas, d’apprendre à composer avec ses imperfections et à travailler sur les nôtres. « Se tenir » en amour, c’est faire inlassablement ce travail.

Cela dit, je constate qu’il est souvent plus facile de donner, contrairement à ce que pensait Fromm.

Recevoir, en revanche, c’est s’engager véritablement, accepter d’être en rapport à l’autre. Au fond, Erich Fromm incite ses lecteurs à se défaire de leur égoïsme et délimitait le territoire de l’amour. Donner « de sa puissance et de sa vitalité », donner « de sa joie, de son intérêt, de sa compréhension, de son savoir »,  de l’amitié, tel devenait le sens de l’amour.

« L’amour n’est pas un sentiment à la portée de n’importe qui. »

J’en ai traduit quelques citations personnelles :

« L’Amour triomphe de tout, alors cédons »… 

 » Il n’y a qu’un seul remède à l’amour : aimer davantage ».

 » Dans l’Amitié comme dans l’Amour, tout est une question de preuves ».

Même Salvador Dali a peint l’Art d’aimer, c’est pas un hasard !

Michel Houellebecq

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Je vous souhaite une belle année avec bonheur, santé et réussites.

Le Houellebecq-nouveau est arrivé, très bon cru !

«Mes croyances sont limitées, mais elles sont violentes. Je crois à la possibilité du royaume restreint. Je crois à l’amour» écrivait récemment Michel Houellebecq.

Le narrateur de Sérotonine approuverait sans réserve. Son récit traverse une France qui piétine ses traditions, banalise ses villes, détruit ses campagnes au bord de la révolte. Il raconte sa vie d’ingénieur agronome, son amitié pour un aristocrate agriculteur (un inoubliable personnage de roman – son double inversé), l’échec des idéaux de leur jeunesse, l’espoir peut-être insensé de retrouver une femme perdue.
Ce roman sur les ravages d’un monde sans bonté, sans solidarité, aux mutations devenues incontrôlables, est aussi un roman sur le remords et le regret.

Sérotonine fait déjà polémique avec l’histoire d’un quadragénaire, ingénieur agronome et dépressif, nommé Florent-Claude qui déteste la ville de Niort décrite comme « une des villes les plus laides qu’il m’ait été donné de voir ». et les quelques « piques houellebecquiennes » que contient le roman: la Hollande « qui n’est pas un pays », les Hollandais « vraiment des putes » ou encore les bobos parisiens traités d' »écoresponsables ».

Sérotonine » est une lecture plutôt réjouissante, pour peu qu’on goûte à l’humour noir de son auteur, impitoyable chroniqueur d’une société occidentale en mal de sens. Des peoples comme Kev Adams et Christine Angot en prennent pour leur grade. Mais c’est lorsqu’il se livre à l’autodérision la plus cruelle que Michel Houellebecq est le plus inspiré. Le plus touchant surtout. « Etais-je capable d’être heureux dans la solitude ? », s’interroge le narrateur à l’aube de ses pérégrinations. « Je ne le pensais pas. Etais-je capable d’être heureux en général ? C’est le genre de questions, je crois, qu’il vaut mieux éviter de se poser. »

J’adore ce paragraphe qui dit bien la vérité sur les intervenants et journalistes qui prétendent tout savoir sur tout !!!

 » Je t’entai de m’intéresser aux débats de société, mais cette période fut décevante et brève : l’extrême conformisme des intervenants, la navrante uniformité de leurs indignations et de leurs enthousiasmes étaient devenus tels que je pouvais à présent prévoir leurs interventions non seulement dans les grandes lignes mais même dans le détail, en réalité au mot près, les éditorialistes et les grands témoins défilaient comme d’inutiles marionnettes, les crétins succédaient aux crétins, se congratulant de la pertinence et de la moralité de leurs vues, j’aurais pu écrire leurs dialogues à leur place et je finis par éteindre définitivement mon téléviseur, tout cela n’aurait fait que m’attrister davantage, si j’avais et la force de continuer « . BFM, LCI et Cnews prenez ça dans les dents.

La sérotonine
seroton.gif (536 octets)
Ce neuromédiateur intervient a de nombreux niveaux.
Dans le Système Nerveux Central, 
il est particulièrement présent dans les régions impliquées dans les processus liés à  l’éveil la vigilance le sommeil et l’endormissement.
Le métabolisme de la sérotonine est fortement impliqué dans les mécanismes de la dépression et des dépendances chimiques 

Si vous aimez Houellebecq pour son écriture, son audace et ses références intelligentes, allez vite l’acheter.

Si vous êtes déprimé ou au bord du suicide et si vous n’aimez pas la vulgarité, les écrivains tordus et paranos, alors détestez Houellebecq.

Le gnomon

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Vous connaissez le gnomon ? non ! alors, vous allez le découvrir comme moi, il y a deux jours lors de cette découverte guidée dans l’église Saint-Sulpice par Jean-Pierre Lecoq, Maire du 6ème arrondissement de Paris.

L’église Saint-Sulpice est la plus grande église de Paris, visité par de nombreux amateurs d’art pour son architecture et par les oeuvres d’art qu’elle contient comme par exemple des fresques de Eugène Delacroix et par les mélomanes pour son orgue exceptionnel, avec 102 jeux et environ 7300 tuyaux, l’orgue de Saint-Sulpice était le plus grand de France lors de sa fabrication

Le gnomon est un mot grec qui veut dire « moyen de savoir ». En latin, « gnomon » désigne l’aiguille – appelée « Style » – dont l’ombre projetée sur un écran solaire permet de savoir approximativement l’heure qu’il est.

Si vous avez lu le  » Da Vinci Code  » ou vu le film, vous reconnaîtrez l’endroit, où dans ce roman, une religieuse est assassinée par un moine étrange à la recherche d’un terrible secret.

La méridienne a été construite à l’initiative de Jean-Baptiste Languet de Gergy, curé de la paroisse de Saint-Sulpice de 1714 à 1748, il voulut d’abord établir avec précision le temps astronomique afin de faire sonner les cloches au moment le plus opportun dans la journée. Pour cela, il chargea l’horloger anglais Henry Sully de construire le gnomon.

La « gnomonique » est la science des cadrans solaires. Beaucoup de visiteurs sont intrigués par le « gnomon » avec la réglette de laiton incrustée dans le dallage traversant l’église, prolongée verticalement sur un obélisque de marbre blanc portant les inscriptions obscures. A droite d’un vitrail, il y a une plaque de fer rectangulaire percée de deux petits oeilletons. L’image du soleil qui se forme dans cet cet orifice se reflète sur la réglette de laiton au sol.

Il s’agit en réalité d’un instrument scientifique perfectionné, installé à Saint-Sulpice  au XVIIIe siècle par les astronomes de l’Observatoire tout proche. Les études que ses constructeurs voulaient effectuer grâce au gnomon sont ce qui mérite de retenir notre attention en abordant la question des rapports entre la science et la foi, pour répondre à tous ceux qui se demanderaient si un tel instrument d’astronomie a bien sa place dans une église ?.

Inscriptions sur l’obélisque

Maintenant, que j’ai découvert le gnomon, je suis moins con !!! Allez-y à votre tour !

D’ailleurs, je suis à la recherche de mécènes pour rénover le gnomon comme également la rénovation de l’église Saint-Germain-des-Prés. Ses projets ne peuvent que nous enrichir !