Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Catégorie: Citations

Erich Fromm. Un Maître pour réfléchir…

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Dans le monde de bruts que nous vivons, j’ai eu besoin de relire les livres d’ un de mes Maîtres spirituels : Monsieur Erich Fromm, psychanalyste humaniste américain d’origine juive allemande, il m’a servi de référence pour avancer dans ma vie.

L’accumulation de la mémoire, c’est une hiérarchie, un pouvoir conservateur qui redoute le changement. Balayer tout ça, c’est redevenir créatif. dédé

Avoir ou Etre, un choix dont dépend l’avenir de l’Homme. Le dilemme posé par Erich Fromm n’est pas nouveau. Mais pour l’auteur, du choix que l’humanité fera entre ces deux modes d’existence dépend sa survie même.

Car notre monde est de plus en plus dominé par la passion de l’avoir, concentré sur l’acquisivité, la puissance matérielle, l’agrésivité, alors que seul la sauverait le mode de l’être, fondé sur l’amour, sur l’accomplissement sprirituel, le plaisir de partager des activités  significatives et fécondes.

Si l’homme ne prend pas conscience de la gravité de ce choix, il courra au devant d’un désastre psychologique et écologique sans précédent…

Erich Fromm trace les grandes lignes d’un programme de changements socio-économiques susceptibles de faire naître en chacun de nous une réflexion constructive.

Pendant mon escapade dans le Sinaï en 1981, ce document était mon livre de chevet posé sur les tapis des bédouins. Le vent du désert tournait les pages pour me réveiller et m’éveiller.

J’ai décortiqué Avoir ou Etre dans tous les sens, ce livre m’a beaucoup fait réfléchir et m’a énervé à la fois.

Conclusion : je suis être et Avoir…

Avoir ou Etre a été édité aux éditions Robert Laffont en 1976

Je vous invite également à lire l’Art d’aimer.

 » L’amour n’est possible que si deux personnes communiquent entre elles à partir du centre de leur existence…

L’Amour triomphe de tout, alors cédons… ( citation dédé )

L’art d’aimer a été édité aux éditions EPI en 1968

Qu’il y ait harmonie ou conflit, joie ou tristesse, c’est secondaire par rapport au fait fondamental que deux personnes se rejoignent à partir des profondeurs de leur existence, qu’elles ne font qu’un l’une avec l’autre en ne faisant qu’un avec elles-mêmes, sans fuir leur propre réalité.

Il n’y a qu’une seule preuve de la présence de l’amour : la profondeur de la relation, la rivalité et la force de chaque personne « 

La révolution de l’amour est, pour Erich Fromm, lecteur averti de Freud et Marx, l’unique alternative à la destruction de l’humanité. Une psychanalyse adaptée au social, un socialisme humanitaire, une grande confiance dans l’homme qui peut construire une société différente fondée sur le respect de la vie et sur l’amour, telles sont les idées maîtresses de cet humaniste.

C’est le propos de son  » Art d’aimer  » : un art, l’art même qui fait un homme.

Même Salvador Dali a peint l’Art d’aimer, c’est pas un hasard !

Voici une de mes réflexions, écrite au bord de la Mer Rouge.

L’Art de l’Amour

L’Amour n’est pas un sentiment à la portée de n’importe qui … Il dépend du niveau de maturité.

Si l’on manque d’humilité, de courage, de caractère, c’est l’échec assuré.

Il ne faut pas s’imaginer que l’amour soit sans importances. Nous en sommes tous affamés.

L’amour peut être aussi une voie pour remporter des succès, de s’affirmer en puissance dans la limite de sa position sociale.

Ce désir d’amour est le plus puissant dynamisme en l’homme.

L’Amour, c’est la force qui maintient la cohésion de la race humaine, du clan, de la famille, de la société.

Sans Amour l’humanité ne pourrait survivre un seul jour.

Chère Mer Rouge, tu as été une des premières à m’ouvrir les yeux au tournant de ma vie. Merci.

Jean Gabin à l’Assemblée Nationale…

Bonjour M’ssieurs-Dames,

En parlant à la fraîche de politique avec mon pote Jojo ( La Comtesse de l’Album du Canard Enchainé ), qui m’a conseillé de revoir un monumental Jean Gabin dans le film  » Le Président  » qui expose à l’Assemblée Nationale sa vision de l’Europe , des conflits d’intérêts , des connivences , les banques et le pétrole tout y passe … C’est d’actualités !!! Le Président est un film français réalisé par Henri Verneuil, sorti en 1961 d’après le roman de Georges Simenon avec les excellents dialogues de Michel Audiard , avec notamment , Bernard Blier, Louis Seigner…  Que du lourd !!! http://www.youtube.com/watch?v=Dq8CyzMJNWY

Avec cette mascarade des hommes politiques actuels,

maintenant, je sais qu’on ne sait jamais… Dédé

Maintenant je sais, un texte de Jean-Loup Dabadie criant de vérité !

http://www.youtube.com/watch?v=orDR4JA91F4

Ce matin, ce dont je suis sûr, c’est qu’il fait beau !!!

Cécilia Dutter. Lame de fond

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Le roman  » Lame de fond  » de Cécilia Dutter vient d’être récompensé du Prix Oulmont de la Fondation de France 2012.

Maintenant, Cécilia, prend la Lame de la Vie pour aller à fond… dédé

Roman d’une fuite, roman sur le couple et l’effritement du désir, roman sur le renoncement et la difficulté à connaître ceux auprès desquels on vit … Cécilia nous invite à une traversée du miroir, une bouleversante quête de soi.

C’est le quatrième roman de Cécilia après : Une présence incertaine, La Dame de ses pensées et une biographie sur Etty Hillesum  » une voix dans la nuit ».

J’ai connu Cécilia lors du Salon Européen du livre à Dijon. La rencontre d’une femme attentive, joyeuse et curieuse.

Cécilia est également, Critique littéraire à La Revue Littéraire. Son site www.cecilia-dutter.fr

Je lui souhaite beaucoup de lecteurs et lectrices pour ce nouveau roman de fond, c’est une lame…de Vie.

La citation d’un de mes auteurs préférés inscrit dans son roman, est une marque d’intelligence de sa part.

 » Ce soir mon coeur fait chanter des anges qui se souviennent…

Une voix, presque mienne, par trop de silence tentée,

monte et se décide à ne plus revenir ;

tendre et intrépide, à quoi va-t-elle s’unir ?  »

Vergers,

Rainer Maria Rilke

NB : Si un jour, vous vous balladez dans le Valais en Switzerland, aller vous reposer un moment sur  la tombe de Rilke à Rarogne.

Vous en reviendrez serein et épanoui… Comme moi, je l’ai été.

Rilke a voulu inscrire cette poésie lyrique sur sa pierre tombale :

Rose, ô pure contradiction, désir de n’être le sommeil de personne sous tant de paupières.

Je vous conseille également d’aller visiter la Fondation Rainer Maria Rilke, à Sierre, vous serez bluffé !!! par la richesse intellectuelle de ce grand poète pragois .

Anniversaire. Le blog de dédé de Montreuil

Bonjour M’ssieurs-Dames,
Aujourd’hui, il y aura 1 an que mon blog a été créé par Bertrand Dussauge, l’un des meilleurs experts européens des réseaux sociaux qui accompagne les leaders connus, ou pas, dans ce nouveau monde bienveillant du partage des talents, des savoirs et des témoignages.
Mes braises ne sont pas prêtes d’être éteintes. Vous pouvez souffler dessus pour m’empêcher de dormir
Photo de ma potesse, Alessandra Dadier
Je serais aussi très heureux, si vous m’écriviez un mot d’encouragement, dans les commentaires de ce billet
J’espère que vous avez : apprécié, rigolé, été étonné à mes histoires, à mes coups de coeur et coups de gueule sur l’actualité, toujours sans polémique.
Créativité, efficacité, réactivité, amitié, dédé votre serviteur vous invite à boire un blog
Cocktail  » Le blog » créé avec Bertrand Dussauge
J’ai hâte de vous lire, M’ssieurs-Dames.
Amitié fidèle
dédé de Montreuil.
DD des initiales qui se sont fait un nom
La vie c’est iDDéale
PS : Si vous n’êtes pas encore abonnés, inscrivez votre email à gauche sur la page d’accueil et faîtes en profiter vos amis et contacts.
En 2012, il faut du flouze pour ne pas avoir le bluzz et être balèze en 2013…

La Fronde des diables rouges !!!

Bonjour M’ssieurs-Dames,
La campagne présidentielle a commencé, les énarques vont se régaler …

ENA ( Ecole de Névrose et d’Ambition ) Copyright dédé de Montreuil
A méditer,  la conversation entre Colbert et Mazarin,  n’a pas pris une seule ride !!!  
> > Colbert: Pour trouver de  l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. j’aimerais que  Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser  encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…
> > Mazarin: Quand on est un  simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison.  Mais l’État…, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’État en prison.  Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.
> > Colbert : Ah oui ? Vous  croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent. Et comment en trouver quand  on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
> > Mazarin : On en crée  d’autres.
> > Colbert : Nous ne pouvons  pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.
> > Mazarin : Oui, c’est  impossible.
> > Colbert: Alors, les riches ?
> > Mazarin: Les riches, non  plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des  centaines de pauvres
> > Colbert : Alors, comment  fait-on ?
> > Mazarin: Colbert, tu  raisonnes comme un fromage (comme un pot de chambre sous le derrière d’un  malade) ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni  riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant  d’être pauvres ! c’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus,  toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour  compenser… c’est un réservoir inépuisable.
Extrait du  » Diable Rouge  » . C’était il y a 4 siècles !

Jean-Baptiste Colbert fut Contrôleur général des Finances de France et Secrétaire d’État de la Maison du Roi.
Il entre au service du Roi de France Louis XIV, à la mort de son protecteur Mazarin. Inspirateur et promoteur d’une politique économique interventionniste, le colbertisme, selon laquelle il convient de favoriser activement le développement du commerce et de l’industrie en France par la création de fabriques étatiques (dont lui même et les membres de sa clientèle sont indirectement les premiers bénéficiaires).
Jules Mazarin (Giulio Mazarini ) mieux connu sous le nom de Cardinal Mazarin, fut un diplomate et homme politique, d’abord au service de la Papauté, puis des rois de France Louis XIII et Louis XIV.
La Fronde est une période de troubles graves qui frappent le royaume de France. les difficultés financières s’aggravèrent, rendant les lourdes mesures fiscales de Mazarin de plus en plus impopulaires. Ce fut l’une d’elles qui déclencha la première Fronde.
La Fronde naquit tout d’abord d’un mécontentement général. Celui-ci prenait sa source dans la crise économique et l’augmentation de la pression fiscale en vue de faire face aux dépenses de la guerre de Trente Ans. En effet, le Cardinal Mazarin demande au surintendant des finances Particelli d’Emery, d’élargir l’assiette de nombreux impôts. Ce dernier a cherché par tous les grands moyens à augmenter les recettes notamment par l’édit du Toisé, la taxe des Aisés et l’Edit du tarif. 
Edit de Toisé : nouvel impôt foncier royal pour faire face aux besoins financiers de la couronne. Ce projet suscite des troubles urbains et le Parlement de Paris obtient l’exemption pour ses membres, pour les avocats, les procureurs, les notaires, et les officiers.
La taxe des Aisés : Les Aisés sont une catégorie de personnes supposées pouvoir supporter des impôts exceptionnels ou souscrire obligatoirement des rentes ou des emprunts de l’Etat, en raison de leur richesse. Ne touchant qu’une petite partie de la population, on espérait, outre un versement probable, la neutralité des autres contribuables, quelquefois pas mécontents de voir  » faire payer les riches « . On évitait ainsi le risque d' »émotions populaires ». Le Parlement de Paris, pourtant composé exclusivement d’Aisés, accepta de telles taxes à condition que ni ses membres ni les bourgeois de Paris ne soient mis à contribution.
L’Edit du tarif : est un texte législatif français concernant la fiscalité de l’Ancien Régime. .Cet édit est source d’une violente contestation des élites de robe parisiennes. La Cour des aides tente de négocier l’enregistrement de l’édit en réclamant un privilège de franchise pour les bourgeois de Paris sur les produits de « leurs terres, vignes et vergers ». Le Parlement considère que la monarchie usurpe ses prérogatives et refuse l’enregistrement de l’édit. Il ne sera donc jamais appliqué.
Sept nouveaux édits fiscaux sont soumis à enregistrement auprès du Parlement de Paris. En dépit de protestations,  le Parlement doit s’effacer. Toutefois, il est farouchement hostile à ces mesures qui touchent la plupart de ses membres qui, jusque là, ne payaient pas ou peu d’impôts. En ce sens, la Fronde est un soulèvement des gens de bien, ne souhaitant pas payer d’impôts ou d’augmentation d’impôts.
Mister Wall Street et Thierry la Fronde doivent bien se marrer…Aux diables Vauvert… 
( Au XVe siècle,  » faire le diable de Vauvert  » signifiait  » s’agiter comme un beau diable  » )
dédé

L’idéologie est froide

Bonjour M’ssieurs-Dames,

<< Comptez l’argent pour rien, les places pour rien, la popularité pour rien ; c’est la presse qui est tout. Achetez la presse, et vous serez maîtres de l’opinion, c’est-à-dire les maîtres du pays. >> Isaac Moïse.

Les grands manias de la presse française gagnent des bénéfices dans leurs entreprises, pourquoi en perdent-ils autant dans les médias ? La question est posée …Sont-ils les maîtres du pays ? comme Google est, le maître-copieur des rédactions !!!

Le premier périodique imprimé au monde, un hebdomadaire de quatre pages, titré Relationfut lancé à Strasbourg en décembre  1605,  par Jean Carolus.

Le Monde. Actionnaires : Pierre Bergé (Héritier de Yves Saint-Laurent),Matthieu Pigasse ( homme d’affaires, propriétaire du magazine «  Les Inrockuptiles « ) et Xavier Niel ( Fondateur de Free)

Michel Legris publie en 1976 Le « Monde » tel qu’il est. D’après cet ancien journaliste du « quotidien de référence », derrière son apparente objectivité, Le Monde appliquerait de multiples procédés de désinformation mis au service de son engagement dans l’intelligentsia de gauche par une ligne éditoriale gauchisante.

En mai 2011, irrité par le contenu d’un article du Monde consacré à  François Mitterrand signé par l’historien François Cusset, l’actionnaire Pierre Bergé dira « regretter » d’avoir investi dans le quotidien. Il avance ainsi : « Je considère que contrairement … à ce qu’ils prétendent, les journalistes du Monde ne sont pas libres mais prisonniers de leurs idéologies, de leurs règlements de compte, et de leur mauvaise foi « .

Jean-Jacques Servan-Schreiber, responsable de la page de politique extérieure, quitte Le Monde au début des années cinquante en lui reprochant son neutralisme dans les relations Est-Ouest. 

Sous la Ve République, Le Monde soutient la politique étrangère du Général de Gaulle, tout en critiquant sa politique intérieure. Dans les années 1970, Le Monde s’oriente clairement vers un soutien à l’Union de la Gauche en soutenant la candidature de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981.

En 2007, le directeur de la publication, Jean-Michel Colombani a lancé un appel à voter pour la candidate socialiste  Ségolène Royal.

NEWS. Anne Sinclair, à la tête du Hinffington  Post France ( site d’information américain, 37 millions de lecteurs /mois aux Etats-Unis ) financé par Le Monde et Matthieu Pigasse.

http://www.huffingtonpost.co.uk/

Libération. Actionnaires : Edouard de Rothschild ( ancien membre du CNPF) Carlo Caracciolo (magnia de la presse italienne), Pierre Bergé ( tiens-tiens) André Rousselet, BHL ( Tiens-tiens), Henry Seydoux et Pathé.

Libé à été fondé sous l’égide de Jean-Paul Sartre qui disait dans Nekrassov «  L’argent n’a pas d’idées «

Laurent Joffrin explique dans un courrier électronique :«La disparition de Libération ferait taire une voix importante dans la société française et exclurait de facto la gauche de la presse du matin » on comprend mieux pourquoi, Libé a fait appel au grand capital…

Le Point. Actionnaire : François Pinault ( homme d’affaires. PDG de la holding Artémis, très proche de Jacques Chirac.

Directeur de la publication Franz-Olivier Giesber, ancien directeur de la rédaction du Nouvel Observateur puis du Figaro ( de gauche à droite, en avant toute… )

Chroniqueurs : Claude Allègre, Alain Duhamel, Jean-Paul Enthoven, Bernard-Henri Lévy, Valéry Giscard D’Estaing, Patrick Besson.

Les Echos. Actionnaire : Bernard Arnault ( homme d’affaires. PDG de LVMH )

Selon l’ancien directeur de la rédaction, Jacques Barraux, « l’orientation du journal est d’essence libérale : nous défendons l’idée que le marché est supérieur au plan. En conséquence, nous pensons que l’entreprise privée est l’outil le plus performant, même si ce n’est pas le seul».

Les Echos ont été fondé par le père de JJSS, Monsieur Emile Servan-Schreiber

Hachette. Actionnaire : Arnaud Lagardère

Paris Match célèbre par sa devise : « Le poids des mots, le choc des photos ». En 2008,l’hebdomadaire adopte une nouvelle devise, « La vie est une histoire vraie » comme  par exemple :

Ségolène Royal serait intervenue auprès de Paris Match pour obtenir, même si elle n’avait aucune chance de l’obtenir, le renvoi d’une journaliste, Valérie Trierweiler, présentée comme l’« amie » de François Hollande…

Le Figaro. Actionnaire : Serge Dassault ( homme d’affaires. Sénateur UMP de l’Essonne )

d’après Figaro, le personnage de Beaumarchais, met en exergue la réplique :

« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. » C’est du lourd !!!

La ligne éditoriale du Figaro est de droite ou de Centre-droit, selon le spectre politique français habituellement utilisé. ( d’après le vent, Monsieur dédé !!! )

Tout ceci montre que la presse est culturellement de gauche et de droite,puisque les journalistes défendent des idées libérales. Il eut été plus intéressant de se demander pourquoi, alors que la plupart des journalistes se considèrent comme de gauche.
Les recrutement se font par l’intermédiaire d’écoles de journalisme qui pratiquent une rééducation aussi féroce que celle des IUFM sur les jeunes journalistes. Les journalistes de gauche étant généralement bien plus sectaires que ceux de droite peuvent facilement briser la carrière de celui qui oserait affirmer des idées différentes. L’uniformité étant en place, celui qui ose sortir de sa tranchée est flingué de suite.
En privé, et entre eux, des journalistes peuvent dire exactement la même chose que Le Pen, mais sans l’avouer à leur lecteurs et se l’avouer à eux mêmes.

Le gauchisme culturel des journalistes est donc une structure culturelle et s’explique par leur volonté d’être dans le camp du bien, du côté des beaux mots généraux et généreux.

Ayant travaillé à L’Express, je suis bien placé pour savoir que la presse sert de tremplin et de propagandes à un homme politique ou à un parti :

JJSS et L’Express servait Pierre Mendès France contre l’OAS. La candidature de Gaston Defferre est notamment inspirée par la campagne de L’Express, étant le « Monsieur X », candidat idéal de l’opposition au gaullisme, sans oublier Giscard d’Estaing en 1974 pour la présidentielle, etc…

Pour qui roulent-ils aujourd’hui ? Tout dépend du sens du vent !!!

Et encore ?

Le meilleur politique-journalistique l’emporte toujours comme lors des débats : Giscard-Mitterrand, Sarkozy-Ségolène, Sarkozy-Hollande

Quelques citations à méditer :

JEAN-JACQUES SERVAN-SCHREIBER  » Dire la vérité telle que nous la voyons « . 

ARMAND (Louis)
<< Une démocratie est d’autant plus stable qu’elle peut supporter un plus grand volume d’informations de qualité. >>

BEAUMARCHAIS (Pierre Augustin Caron de)
<< Pourvu que je ne parle ni de l’autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l’Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l’inspection de deux ou trois censeurs. >>

CHATEAUBRIAND (François René de)
<< J’ai aidé à conquérir celle de vos libertés qui les vaut toutes, la liberté de la presse. >>

CHATEAUBRIAND (François René de)
<< Plus vous prétendez comprimer la presse, plus l’explosion sera forte. Il faut donc vous résoudre à vivre avec elle. >>

GAULLE (Charles de)
<< La raison d’être du gouvernement, c’est qu’il gouverne, c’est qu’il prend des responsabilités. C’est qu’il fait des choix clairs. C’est qu’il est cohérent. C’est qu’il obéit à l’intérêt national, et non à la dernière pression qu’il a subie, à la dernière mode qui court dans les journaux. C’est qu’il n’est pas du sable entre les doigts. >>

HUGO (Victor)
<< La presse a succédé au catéchisme dans le gouvernement du monde. Après le pape, le papier. >>

JEFFERSON (Thomas)
<< Dans la presse, seules les publicités disent la vérité. >>

JEFFERSON (Thomas)
<< S’il m’était laissé de choisir si nous devons avoir un gouvernement sans journaux ou des journaux sans gouvernement, je n’hésiterais pas un instant à préférer le dernier choix. >>

KARR (Alphonse)
<< Il y a deux sortes de journaux : ceux qui approuvent et soutiennent le gouvernement quoi qu’il fasse, et ceux qui le blâment et l’attaquent quoi qu’il fasse. >>

MITTERRAND (François)
<< Le journaliste, lui peut écrire n’importe quoi et se tromper sur tout, cela ne change rien, ses journaux se vendent toujours aussi bien ou aussi mal. >>

RAFFARIN (Jean-Pierre)
<< On cherche toujours à annoncer la nouvelle la veille, et la dictature du scoop conduit l’homme politique à être préfabriqué. (…) La société de l’information adore annoncer une rentrée difficile, une année suivante forcément plus rude que la précédente. >>
SARKOZY (Nicolas)
<< Dans un pays où il n’y a plus d’opposition, la presse s’attribue la fonction d’opposition. >>

VIGNY (Alfred de)
<< La presse est une bouche forcée d’être toujours ouverte et de parler toujours. De là vient qu’elle dit mille fois qu’elle n’a rien à dire, et qu’elle divague souvent. >>

ZOLA (Émile)
<< La presse est le réceptacle de tous les ferments nauséabonds. Elle fomente les révolutions, elle reste le foyer toujours ardent où s’allument les incendies. Elle deviendra seulement utile le jour où l’on aura pu la dompter et employer sa puissance comme un instrument gouvernemental… >>

Et la meilleure pour la fin :

GANDHI (Mohandas Karamchand)
Philosophe et homme politique indien

<< La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. >>
| Source : Tous les hommes sont frères

 C’est vraiment l’objet d’un débat. qu’en pensez-vous ?

Aussi imparfaite qu’est la presse, vaut-il mieux la conserver ainsi ou la réformer ?. Sa réforme, ses valeurs, ses responsabilités dans l’influence de l’opinion sont-elles en train d’évoluer avec la liberté d’expression des blogueurs, nouveaux témoins critiques de la société qui fabriquent leur propre audience organisée par les algorithmes des moteurs de recherche. Sans Google, que serait la presse aujourd’hui ?

Alors le Canard Enchainé, délivre-toi et devient Le Canard Déchainé…

Je terminerais par cette phrase que j’ai écrite sur les bords de la Mer Rouge en 1981 :

  » Quand on voyage, on s’aperçoit que les livres mentent  »  alors la presse !!! : No Comment

Alain Casabona, le lion de Saint-Germain…

Bonsoir M’ssieurs-Dames,

Mon ami, Alain Casabona nous a quitté après une longue maladie, avec laquelle il s’est battu avec un courage exemplaire.

Alain Casabona fait partie de ces hommes qui rendent la vie plus belle.

Unanimement reconnu pour son humanisme, ses passions artistiques, son enthousiasme qui vous anime ou vous ranime dès que vous le rencontrez. Nous avions le même point commun, celui de vouloir aider les jeunes. C’est notre devoir,  voir du civisme. C’est un privilège !

« Un jour tu verras, on se rencontrera… » Comment ne pas évoquer cette chanson de Mouloudji.

C’est ce qui c’est passé, le premier jour ou je l’ai rencontré à l’atelier Picasso, rue des Grands-Augustins.

Alain se consacre aux autres pour en valoriser tous les talents et éclairer le quotidien à la splendeur de la fraternité.

Né au xxème siècle, ancien élève de l’école publique, Alain Casabona est un pianiste incroyable et l’un des plus grands romanciers actuels, encensé par la critique.

Depuis 1980, il est administrateur bénévole du CNEA ( Comité National pour l’Education Artistique). En 2005, il est nommé Secrétaire général du Haut-Conseil de l’Education Artistique, qu’il dirige avec Didier Lockwood, le violoniste de jazz. On lui doit notamment la loi sur les enseignements artistiques, l’organisation de sommets internationaux sur ce sujet et, l’an dernier, la création d’un nouvel enseignement d’Histoire des arts à l’école et au collège, avec inscription obligatoire de cette discipline au brevet des collèges. Une avancée sans précédent sous la Vème République.

Passionné de conservation du patrimoine,  c’est lui qui a réhabilité en 2002, le mythique Grenier des Grands-Augustins, l’ancien atelier de Jean-Louis Barrault et de Pablo Picasso, où fut créé Guernica.

Ouvert au public, le grenier a accueilli plus de 400 écoles, collèges et lycées dans le cadre d’ateliers pédagogiques et Alain organise, avec les nombreux bénévoles qui l’entourent, des manifestations culturelles de premier plan : concerts, lectures, expositions dont la dernière, pour la Prévention du cancer du sein «  Tâtez-vous », avec une vente aux enchères d’oeuvres orchestrée par Maître Pierre Cornette de Saint-Cyr, au cours de laquelle a été présentée l’affiche créée par Alain et Marie-Laure Rabé, sur mon idée «  Notre Festival d’une photo », a connu un succès considérable.
Toutes ces activités sont gratuites, et reconnues par les plus hautes instances internationales. C’est ainsi que Madame Irina Bokova, la Directrice générale de L’Unesco, lui avait adressé ce message :
« Permettez-moi de vous féliciter pour votre engagement concret en faveur d’une cause et d’un combat qui sont au cœur de nos préoccupations… Une fois encore, je vous congratule pour ce que vous défendez avec passion et conviction. Je souhaite que ce message soit entendu et lu par le plus grand nombre « .
Casa, comme le surnomment ses amis est au cœur de l’art comme avocat de la cause de l’éducation artistique et culturelle des jeunes générations. Casa a gardé de l’enfance une espèce de vitalité communicative avec un goût prononcé pour la blague de potache. Pas de politiquement correct chez lui !
Grand Chancelier de l’Académie Alphonse-Allais, Casa, manie l’humour comme personne. Ne pouvant tenir en place, sauf devant un piano, Casa évoque ses souvenirs par petites touches furtives. Ce faux vantard est un vrai modeste au cœur pur. Il m’avait nommé Ambassadeur de l’Académie  » en quête des profils louches  » Académie que nous allons défendre pour sa mémoire et ses engagements.

« Avec Casa, pas d’austère Liszt « 

J’avais posé quelques questions à Alain autour d’un verre, plusieurs …

Qui es-tu Alain  ?
Ca dépend de l’instant. Impression par moments d’appartenir à plusieurs siècles. C’est peut être pour cette raison que dans mes romans, on passe allègrement d’une époque à une autre, sans pour autant que ces récits soient autobiographiques – karmatique, isn’t it ?
Photo de Virginie Clériot
 Raconte-moi ton parcours
Atypique. Pianiste ( j’ai commencé très tard et abordé la scène très tôt, carrière interrompue par un accident de moto ). Enseignant. Conseiller culturel, haut fonctionnaire… J’adore faire la cuisine, et on m’a proposé à plusieurs reprises d’ouvrir un restaurant.
 Et tes passions ?
La vie !
 Parle-moi de tes vrais amis
Toujours présents, célèbres ou anonymes.
Perdu hier une merveille d’homme, un des plus grands pianistes du XXème siècle, aussi, Alexis Weissenberg. Il m’a appris une chose: on ne découvre pas la musique; on se découvre en musique.
 Alexis Weissenberg .dr
As-tu des messages à faire passer ?
On ne changera pas l’école tant que l’on ne donnera pas une place de premier plan à  l’Art dans nos établissements scolaires, qu’il s’agisse de son histoire, mais surtout de ses pratiques. Ainsi les enfants prendront conscience de la richesse qu’ils portent en eux. Sans doute notre civilisation titanesque, préoccupée avant tout de dominer physiquement la nature, accorde-t-elle plus de prix aux savoirs opératoires qu’aux savoirs spéculatifs. La chimie ou l’informatique, si nécessaires par elles-mêmes, semblent donner plus de prise sur la réalité que la musique ou les arts plastiques. Mais cette réalité est tronquée: l’échec scolaire en est un signe. Beaucoup d’enfants ne s’adaptent guère à une activité intellectuelle exclusivement tournée vers la puissance démonstrative et qui fait peu de cas non seulement des vertus de l’introspection, mais encore des merveilles de l’ineffable. Notre système éducatif est boiteux. Il n’est pas douteux que l’action publique, dans ce domaine, relaie puissamment les chances personnelles de l’enfant. Si l’on s’obstine à donner aussi peu d’importance aux savoirs artistiques à l’école, on agravera la fracture scolaire et la fracture sociale. L’éducation artistique est aussi un élément majeur dans le cadre de la construction d’une politique de la paix parce qu’elle élargit la vision du monde de celui qui la reçoit.
Parle-moi d’amour
Le mécréant que je suis croit à la grâce.
C’est quoi la grâce ?
Je serais bien incapable de t’en donner une définition, mais au moins, à l’appui de celle-ci, je suis persuadé d’une chose: l’Amour est une grâce.
Amour de mes deux filles Marie et Madeleine.
Et l’Académie Alphonse Allais, dont tu es le Grand chancelier ?
Une bande de joyeux drilles.
Ne pas confondre avec  « Les amis d’Alphonse Allais », de moins bonne fréquentation…dédé
 L’Académie a sorti son dictionnaire, aux éditions du Cherche midi, peux-tu nous donner une de tes définitions ? 
MARSUPIALE n.f. Air particulièrement apprécié par les didelphes (koalas, opossums et autres sarigues…). Ainsi est-il d’usage, en Australie, quand deux kangourous se marient, d’exécuter en leur honneur la Marsupiale de Mendelssohn.
Sigi, le compositeur désabusé dans ton nouveau roman  » Le dernier lion de Castelnau  » (éditions Calmann-Lévy), serait-ce toi ?
Désabusé, certainement pas. En panne d’inspiration, plutôt… enfin, par moments.
Quels sont tes projets ?
Un film, adapté de l’Eventail de Saturne, avec le même acteur dans les rôles de Beethoven et de Goya…mais chut !
Une pièce, aussi, sur le Grenier.
 Son titre ?
«  HISTOIRE D’ICI ». ICI : C’est en effet par ces trois lettres, écrites à la craie sur la porte du Grenier, que Picasso définissait l’accès à l’antre du minotaure.
Tu as permis à beaucoup d’artistes, célèbres ou inconnus de s ‘exprimer dans ce lieu magique. Jean-Louis Barrault et Picasso seraient certainement fiers de ton action et de celle de tes collaborateurs, tous bénévoles. Il faut savoir aussi que vous ne recevez aucune subvention, ni de l’état, ni des collectivités.
Viens, Alain, on va boire un Casa à Nice
Plutôt à Ajaccio…
Alain a écrit deux autres romans :  Le Grenier aux merveilles (Ed Du Rocher) et l’Eventail de Saturne (Ed Calmann-Lévy), ainsi qu’un recueil de nouvelles ( Histoires à dormir Dubout  ), qui a obtenu le prix Alphonse-Allais (Ed Du Rocher)  
Je ne t’oublierai jamais, cher Alain, dédé

La Française des yeux pour pleurer…

Bonjour M’ssieus-Dames,
Je suis en colère en repensant à l’article de mon ami, Jacques Séguéla parût dans Le buzz media du Figaro, le 4 novembre 2011
Selon le dernier baromètre du Cevipof, le centre de recherches de Sciences Po, la défiance des Français envers les dirigeants politiques reste forte puisque 52 % n’ont confiance ni dans la gauche ni dans la droite pour gouverner le pays.

Quels conseils Jacques Séguéla donnerait-il aux candidats ?

Il faut être simple, vrai, sincère. Il faut être le contraire de ce qu’on a été dans les années 80.
Il faut faire de l’anti-bling bling, toucher le coeur des Français, laisser le sentiment envahir cette campagne.
Il faut lui garder une part de rêve, mais il faut bien savoir qu’elle se jouera sur l’addition, le caractère, la crédibilité, le rassemblement, l’empathie.
Le jugement final se fera sur la part de rêve, sur cette société qu’il faut inventer, assure l’auteur du slogan  » La Force tranquille » de François Mitterrand en 1981.
Le rêve est gratuit, il vaut mieux rêver de Tahiti qu’à la Porte d’Italie, c’est le même prix… Copyright dédé 
Si le rêve est inscrit dans la campagne des candidats, cela prouve qu’ils sont au bout du rouleau !!!

dédé
Le rêve by Pierre Puvis de Chavannes
Le rêve correspond à l’état mental conscient, mais labile, qui résulte de l’auto-stimulation du cerveau déconnecté du monde extérieur lors des sommeils profond et paradoxal.

Au réveil, le souvenir du rêve est souvent lacunaire, parfois inexistant.

Le rêve se distingue de l’hallucination et de la rêverie qui, eux, sont vécus à l’état éveillé.

Dans le rêve lucide il y a comme une irruption de la conscience éveillée dans le déroulement du processus onirique habituel. Le rêveur sait que le monde qui l’entoure n’est qu’une construction de son esprit et peut ainsi analyser et réagir de façon plus ou moins rationnelle selon son degré de « lucidité ».

Cette prise de conscience, involontaire ou obtenue par certaines techniques, permet au rêveur de contrôler le contenu et le déroulement du rêve.

Continuez à nous faire rêver, un jour le peuple se réveillera pour vous empêcher de dormir. dédé

Adelos, le roi de Byblos

Chers amis, je tiens à vous faire partager le texte que mon ami et associé libanais, Adel Tawilé a cité lors du

Mariage de son fils Eric avec Claire-Marie 

à Chamonix , le vendredi 3 juin 2011

Du Mont Liban au Mont Blanc, la vallée est blanche unie par la Mer blanche ( Méditerranée en libanais)

Mon fils Eric, je voudrais le jour de ton départ vers ta nouvelle vie avec Claire-Marie, te citer un extrait d’un texte de Kipling afin que tu sois fort et responsable dans ta nouvelle mission, celle d’aimer ta femme.

Ton père. Adel Tawilé

Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre

Si tu peux rester digne en étant populaire

Si tu sais méditer, observer et connaître

Sans jamais devenir sceptique ou destructeur

Si tu peux être dur sans jamais être en rage

Si tu peux être brave et jamais imprudent

Si tu sais être bon, si tu sais être sage

Sans être moral ni pédant

Si tu peux rencontrer Triomphe après défaite

Si tu peux conserver ton courage et ta tête

Tu seras un homme, mon fils.

Je vous aime

Tous les pères du monde, devrait passer ce message à leurs fils pour leur donner la force et l’Amour, dont nous avons tant besoin. dédé

Amitié fidèle, mon frère Adelos, le roi de Byblos.

Nourrir par David Servan-Schreiber

« La vie ne peut être comprise que comme un réseau »

A grand coups de best-sellers, il a popularisé en France, et dans le monde entier, une nouvelle médecine des émotions et un mode de vie « anticancer ». David Servan-Schreiber profite de cette innerview pour dessiner pour nous sa philosophie de vie. Voyage dans le cerveau d’un neuropsychiatre humaniste en quête de sens et de bonheur.


C’est l’acte fondamental de la vie. Toute vie commence par le geste de nourrir et ne se poursuit qu’à travers la prolongation de ce lien.

nourrir j’associe relation.

David Servan-Schreiber

Réponse par dédé :  se nourrir sans jamais oublier qu’il faut nourrir les autres …

NB : J’ai décidé d’envoyer tous les jours des mots de mon ami fidèle David  innerviewé par son frère Emile pour Atlantico.fr. C’est une forme d’interview qui procède par libre association d’idées, mot à mot dans des cerveaux exceptionnels.

Déjà publiés:

Régis DEBRAY
Jaqcues ATTALI
Madeleine CHAPSAL
David SERVAN-SCHREIBER
Françoise GIROUD
Marc LEVY
David PUJADAS
Jean-Pierre MOCKY
Georges WOLINSKI

Emile Servan-Schreiber, PhD

Managing Director
Lumenogic, LLC
http://www.lumenogic.com

Sexualité par David Servan-Schreiber

« La vie ne peut être comprise que comme un réseau »

A grand coups de best-sellers, il a popularisé en France, et dans le monde entier, une nouvelle médecine des émotions et un mode de vie « anticancer ». David Servan-Schreiber profite de cette innerview pour dessiner pour nous sa philosophie de vie. Voyage dans le cerveau d’un neuropsychiatre humaniste en quête de sens et de bonheur.


C’est un sujet clé qui couvre large: liberté, autonomie, créativité, générosité, puissance… Cela demande à la fois de la concentration, de l’énergie, de la réflexion, de l’intelligence et de l’industrie (au sens de l’application de l’intelligence vers un objectif).

sexualité j’associe intelligence.

David Servan-Schreiber

Réponse par dédé : le sexe, ah!, le sexe, qui fait bouger le monde dans tous les sens…

NB : J’ai décidé d’envoyer tous les jours des mots de mon ami fidèle David  innerviewé par son frère Emile pour Atlantico.fr. C’est une forme d’interview qui procède par libre association d’idées, mot à mot dans des cerveaux exceptionnels.

Déjà publiés:

Régis DEBRAY
Jaqcues ATTALI
Madeleine CHAPSAL
David SERVAN-SCHREIBER
Françoise GIROUD
Marc LEVY
David PUJADAS
Jean-Pierre MOCKY
Georges WOLINSKI

Emile Servan-Schreiber, PhD

Managing Director
Lumenogic, LLC
http://www.lumenogic.com

Autonomie par David Servan-Schreiber

« La vie ne peut être comprise que comme un réseau »

A grand coups de best-sellers, il a popularisé en France, et dans le monde entier, une nouvelle médecine des émotions et un mode de vie « anticancer ». David Servan-Schreiber profite de cette innerview pour dessiner pour nous sa philosophie de vie. Voyage dans le cerveau d’un neuropsychiatre humaniste en quête de sens et de bonheur.


C’est une grande source de bonheur chez tous les animaux, y compris les insectes. Si une mouche a perdu une aile, elle a perdu de son autonomie, et cela la désespère. Pour les êtres plus évolués, ou plus sociaux, l’autonomie permet aussi de contribuer à la communauté. C’est pourquoi les humains qui se dégradent avec la maladie ou l’âge souffrent particulièrement de leur perte d’autonomie: ils ont l’impression de ne plus pouvoir contribuer.J’ai souvent eu des longues et belles conversations avec des gens qui s’apprêtaient à mourir à propos du fait que jusqu’à leur dernier souffle ils avaient encore énormément à contribuer aux gens qui les aimaient. Qu’il y avait beaucoup de choses qu’ils pouvaient faire même allongé dans leur lit. Comme parler d’eux à ceux qui les aiment. Les écouter aussi. Je leur dit que l’une des choses les plus importantes qu’ils pouvaient faire avec leurs enfants ou petits enfants, plutôt que de les emmener au parc d’attraction ou au cinéma, c’était simplement de les écouter et de leur parler de ce qu’ils voyaient de plus beau en eux, et qu’ils conserveraient cette marge d’autonomie jusqu’au bout. Cette réalisation les rassurait énormément.

A autonomie j’associe relation.

David Servan-Schreiber

Réponse par dédé : D’après un scientifique, quand on coupe les pattes à une mouche, elle devient sourde et autonome…

NB : J’ai décidé d’envoyer tous les jours des mots de mon ami fidèle David  innerviewé par son frère Emile pour Atlantico.fr. C’est une forme d’interview qui procède par libre association d’idées, mot à mot dans des cerveaux exceptionnels.

Déjà publiés:

Régis Debray
David Servan-Schreiber
Françoise Giroud
Marc Levy
David Pujadas

Emile Servan-Schreiber, PhD
Managing Director
Lumenogic, LLC
http://www.lumenogic.com

Le rêve c’est gratuit

A travers ce blog, je veux et je me dois de transmettre la chance que j’ai eu aux mômes avec ces phrases qui me font encore rêver:
« Le rêve est gratuit, vaux mieux rêver à Tahiti qu’à la Porte d’Ivry, c’est le même prix..
« Protégez vos rêves, désirez les très fort et vous verrez que, comme moi, certains d’entre vous arriveront à les concrétiser »

Au XXème siècle, le psychanalyste Sigmund Freud voit dans le rêve l’accomplissement d’un désir.

Le rêve c’est à toi, c’est à nous . Ne touche pas à mes rêves…

Dédé


Mon pote Aimé, le slameur2coeur

Mon pote Aimé

Le slameur2coeur

 SEIN GERMAIN

Comme d’hab je découvre le terrain

Par une conquête qui habite dans le coin

Sabine, « Zabineu », une belle rouquine issue de germains

Yeux pers, jeune fille au pair, rue des Saints-Pères

Chambre avec vue claire.

OK, Opé ,Super pour ce qu’on a à faire

Le matin

Après avoir ramené le marmot qu’elle materne fort bien

Passant rue du Four

Elle rapporte les croissants chauds et le pain du jour.

Frais comme le corps de ma mie qui me retrouve sous la couette

Où se lit à tue-tête

La carte du tendre

Pour qui veut l’entendre.

Rue Monsieur le Prince

Je parade sapé comme un prince

« Rue Madame ? »Oui Mr…heu Mme ! »

Tel un vrai indigène de St Germain,

Galamment j’indique le chemin.

« You’re so cute !where you come from ? »

« I’m african, cameroonian,

but I grew up in the suburbs,I’m a brand new parisian »

Tu parles avant d’être black titi de Panam

Je savais déjà parler aux dames

Mais pas le temps de prendre Racine,

Ecole de Médecine j’enlève Sabine

Sourire de gamine

On va boire des cafés rue de Buci ou Place St Sulpice

Tous ces moments passés ensemble sont des purs délices

« Aimé je t’aime !Je veux un café-crème ! »

Odéon , carrefour théâtre des émotions

Un skateur blond cause l’attraction

Il fait des sauts, des bonds, des contorsions

Sur la chaussée sept piteux képis s’étant piqués de l’arrêter

Font tour-à-tour des roulés-boulés sous nos huées.

Rue saint-André-des-Arts, je suis désarmé par son désir de bébé

Maternel dessein éternel

Sous la Tour de Nesle même ritournelle

L’heure de la paternité n’a pas encore sonné, désir snobé

« Aimé je t’aime! Je veux un café-crème ! »

Non Sabine !Je me sépare de ton sein germain,

Le tétera un gamin mais ne sera pas le mien

Ou qui sait peut-être un jour, demain

Encore Saint germain main dans la main,

Sein germain dans la main

Etranges étrangers, Jacques Prévert

Je dédicace ce texte grandiose de Prévert à mon père immigré italien.

A la suite, un texte d’Amour que j’ai écrit sur notre beau pays « Brute France »

dédé de Montreuil

Etranges étrangers

Jacques Prévert. 1955

Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel
hommes de pays loin
cobayes des colonies
doux petits musiciens

soleils adolescents de la porte d’Italie
Boumians de la porte de Saint-Ouen
Apatrides d’Aubervilliers
brûleurs des grandes ordures de la ville de Paris
ébouillanteurs des bêtes trouvées mortes sur pied
au beau milieu des rues
Tunisiens de Grenelle
embauchés débauchés
manœuvres désœuvrés
Polaks du Marais du Temple des Rosiers
Cordonniers de Cordoue soutiers de Barcelone
pêcheurs des Baléares ou du cap Finistère
rescapés de Franco
et déportés de France et de Navarre
pour avoir défendu en souvenir de la vôtre
la liberté des autres

Esclaves noirs de Fréjus
tiraillés et parqués
au bord d’une petite mer
où peu vous vous baignez
Esclaves noirs de Fréjus
qui évoquez chaque soir
dans les locaux disciplinaires
avec une vieille boite à cigares
et quelques bouts de fil de fer
tous les échos de vos villages
tous les oiseaux de vos forêts
et ne venez dans la capitale
que pour fêter au pas cadencé
la prise de la Bastille le quatorze juillet

Enfants du Sénégal
départriés expatriés et naturalisés

Enfants indochinois
jongleurs aux innocents couteaux
qui vendiez autrefois aux terrasses des cafés
de jolis dragons d’or faits de papier plié
Enfants trop tôt grandis et si vite en allés
qui dormez aujourd’hui de retour au pays
et visage dans la terre
et des bombes incendiaires labourant vos rizières
On vous a renvoyé
la monnaie de vos papiers dorés
on vous a retourné
vos petits couteaux dans le dos

Étranges étrangers

Vous êtes de la ville
vous êtes de sa vie
même si mal en vivez, même si vous en mourez .

BRUTE FRANCE

Mes amis rappeurs, m’inspirent tous les jours.

Depuis que Carla Bruni a déclaré vouloir adapter la chanson « Douce France » de Charles Trenet en italien,

j’ai voulu écrire cette prose que j’ai titrée « Brute France » un message d’Amour à mon pays d’adoption en étant un fils d’immigré italien et fier de l’être.

 France, pays de ma naissance et de ma chance

France, des rêves dans mon enfance

France, de l’espérance à mon adolescence

France, où j’ai noué mon ignorance à mon indépendance

France, de douces vacances

France, mon élégance

France…

France, une existence en déchéance

France, un cahier de doléances

France, une arrogance de bienséances

France, une éloquence qui me décontenance

France, qu’as-tu fais de tes danses, de ton excellence ?

France, des politiques dans l’incompétence

France, où vont les échéances et les créances ?

France, plus de transe

France, plus d’ambiance et d’extravagances

France, tu cours dans tous les sens

France…

France, ton peuple a de la patience

France, donne-nous de l’assurance, de la délivrance

France, ne gâche pas nos expériences et nos sciences

France, réveille les compétences

France, bouscule le silence

France, nous voulons ta Renaissance

France, arrête ta convalescence

France, urgence

France, j’ai encore envie de t’appeler France

France, ma plus belle romance

France, ma révérence.

France, pays de ma naissance et de ma reconnaissance.

André Cardinali 

Paris, le 11 février 2011