Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Catégorie: Citations

Laurent Rabé, un photographe à part !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Je dédicace cette citation à mes amis Marie-Laure et Laurent Rabé en souvenir du  « 1er Festival d’une photo » que nous avons élaboré ensemble. L’affiche et la photo originale de Marie-Laure ont été vendues par Maître Pierre Cornette de Saint Cyr dans l’Atelier Picasso. Les fonds de la vente aux enchères ont été intégralement reversés à l’Institut Gustave-Roussy pour la prévention du cancer du sein.

Le photographe est l’œil de la vie pour nous ouvrir les yeux. Copyright © André Cardinali

une-photo

Laurent Rabé est un photographe passionné qui a su allier loisir et métier. Il est à la tête d’un laboratoire depuis de nombreuses années  » Images Service  » 45, rue Mazarine, au cœur de Saint-Germain des Prés. A ce titre, il œuvre au développement de ses compères et amis photographes de renom.

portrait-moi

 

Couvrant depuis plusieurs années, la plus belle course au monde  » Les Voiles de Saint-Tropez  »

Laurent est membre de la Société Nautique de Saint-Tropez .

Un livre d’art a été édité  « Les Voiles de Saint-Tropez » comporte 56 photos tirées sur véritable papier photo argentique. Le livre en édition limitée à 30 exemplaires au format 30x39cm est livré en coffret. Le prix de vente est de 400 euros TTC.

livre-des-voiles-de-saint-tropez

Laurent nous a sélectionné quelques tirages originaux, afin de nous faire vivre et découvrir son talent.

les-voiles-de-saint-tropez-1

En vous rendant sur le Port de Saint-Tropez, vous aurez la chance de découvrir les plus beaux yachts traditionnels du monde ainsi que de prestigieux bateaux de légendes alignés le long du quai.

niveaux-de-gris

C’est toujours un vrai plaisir de voir ces skippers venus du monde entier s’affronter à bord d’engins de pointe, ou d’admirer des vieux gréements semblant tout droit sortis d’un film de pirates. On décrit certains de ces bateaux comme faisant partie des plus beaux du monde.

30092016-dsc_3673

Les Voiles de Saint-Tropez sont un spectacle à ne pas manquer ! au mois de septembre.

les-voiles-de-saint-tropez-5-jpeg

armel-le-cleach-banque-populaire3Laurent a aussi couvert le Vendée Globe, et le voilier du vainqueur Armel Le Cléac’h.

Une bonne nouvelle ; Les photos de Laurent seront exposées au mois d’avril à Singapour lors du salon prestigieux  » Singapour Yacht Show ”. Parallèlement se tiendra l’exposition de ses photos dans la galerie de Isabelle Miaja.

 

Publicités

Shanghai, rencontres …

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Shanghaï est une ville vivante et culturelle, à peine débarqué, j’ai assisté à plusieurs expositions de très haut niveau, dont celles de cinq grands artistes :

La première, celle de Cai Guo-Qiang, à l’exposition  » Te Ninh Wave » à Power Station of Art, le 20 octobre 2014.

J’ai découvert Cai Guo-Qiang en 1998, lors de l’exposition  » Making Things » d’ Issey Miyake à la Fondation Cartier.

Cai Guo-Qiang, artiste plasticien chinois, est probablement l’un des artistes les plus impressionnants de l’heure. En effet, sa pratique qui tourne souvent autour de celle de la pyrotechnie donne souvent à voir des installations à grand déploiement où la poésie des scènes créées atteint la démesure de ces projets.Le travail pictural de Cai Guo-Qiang est peut-être plus près de la tradition de la pyrotechnie au sens où les explosions ne sont plus une représentation, mais bel et bien une trace. L’artiste dessine directement sur la toile avec de la poudre à canon utilisant aussi des pochoirs. Il fait exploser le tout laissant voir comme résultat final, les empreintes du feu tout comme ce qu’Yves Klein avait fait dans sa recherche sur le vide. Cai Guo-Qiang revient aux sources de l’utilisation de la poudre explosive qui, comme vous le savez, est d’origine chinoise. L’artiste dit que la poudre à canon, avant son utilisation destructrice, servait à une exploration de la vie et de l’univers. C’est dans cet esprit que l’artiste travaille. Il sait ramener des moyens techniques et monétaires à une philosophie toute simple et des images combien poétiques.

20141015_153138

Il a remporté un Lion d’Or à la Biennale de Venise. Il est le premier artiste chinois bénéficiant d’une rétrospective au Musée Guggenheim de New York. La même année, il conçoit les feux d’artifice de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pékin en 2008. Lien : http://www.caiguoqiang.com/

La deuxième, celle de Chen Cheng-Hsiung, , au cours d’une présentation devant des banquiers à l’hôtel Kempinski, le 7 novembre 2014.

J’ai découvert Chen Cheng-Hsiun, originaire de Taïwan, en 1991 au Salon de Mai au Grand Palais, ou j’avais un bureau au Salon des Artistes décorateurs ( SAD )

Il fait partie de ces peintres conquérants qui ont créé des ouvertures déterminantes, à partir du postulat qu’il y a plus à explorer dans l’inconnu que dans le connu.Bousculant très jeune les options de sa  génération, plutôt recroquevillée sur les sollicitations de l’appris, soutenu par une insatiable curiosité et le besoin de respirer un air nouveau, il est devenu le peintre abstrait flamboyant, adossé à sa conception personnelle de  l’art. Chen Cheng-Hsiun, s’est forgé son propre lexique pictural en liant deux civilisations qui  » n’ont pas le même idéal de beauté, ni les mêmes médiums », l’Orient-extrême et l’Occident-extrême, mais dont la jonction peut engendrer une nouvelle vision.

chen

Par conséquent, au vu de son statut de précurseur, Chen Cheng-Hsiun peut légitimement revendiquer sa  position historique sur l’échiquier de l’art formosan.Aujourd’hui reconnue au large des frontières, elle se suffit à elle-même pour exprimer son monde. Le monde d’un artiste humaniste et altruiste, qui est avant tout un hymne à la vie.

Chen Cheng 1

Une rencontre imprévue et inoubliable !

Entre les quatre artistes asiatiques présentés, je vous présente deux artistes français, installés en Chine depuis 6 ans, Laurent Lettree & Nathalie Delpech Aka *LLND, sont des artistes conceptuels très productifs et en vogue à Shanghai . Ils font un travail , ludique, inventif et souvent lié aux nouvelles technologies, regardez par exemple leurs cartes du 16e siècle qu’ils réinventent avec de la gravure laser et des éclairages LED http://www.art-llnd.com/wind-roses.html ou encore leurs sculptures interactives instrumentales http://www.art-llnd.com/instrumental-devices.html .Ils ont une technique particulière pour visualiser le son au travers de l’eau et leur discours conceptuel est très intéressant , en s’ inspirant d’une dimension humaniste universel , avec des notions cosmologiques qui nous transportent aux origines de la vie …Leurs oeuvres ont été exposées pendant deux mois à l’exposition « Time Resonance » chez Chopard à Shanghai. http://art-llnd.com). En 2006, Bernard Arnault a acheté une de leurs oeuvres en vente aux enchères . 

LLND- Speaker Mouths in Paris St Germain des Pre

Voici une de leurs oeuvres exposées sur la place de Saint-Germain des Prés. Ils aimeraient à nouveau exposer à Paris. Allo ! Hello ! 異體!

Laurent & Nathalie ont un projet  » Titanesque «  le Jardin des Titans «  ( un parc thématique pour le bien-être physique et spirituel ) qui a obtenu en 2014, le label de l’institut Français et du cinquantenaire de l’amitié France-Chine. Restons à l’écoute…

P1090533

Au cours de l’inauguration de la boutique Shang Xia, devant un groupe de rock venant de Mongolie, j’ai rencontré Ana, Florence et Agnès, galeristes à la galerie Art +, elles m’ont invité à venir découvrir deux artistes de grand talent:

Ye Hongxing, artiste chinoise, qui utilise des autocollants et des cristaux pour créer des collages à grande échelle sur la toile, de couleur vive et envoûtante dans les compositions complexes qui juxtaposent des images traditionnelle chinoise avec la joie psychédélique.

sans-titre

Mêlant à travers ses toiles, des images séduisantes de top modèles avec des ciels pollués, des masques a gaz avec des talons aiguilles, des estampes japonaises avec des personnages de bande dessinée, Ye Hongxing crée  des œuvres empreintes de culture pop qui reflètent sa vision de la Chine contemporaine. Lien: http://www.artplusshanghai.com/images/artist/pdf/ye%20hongxing%20pres%20140628.pdf

KeySook Geum. La mode  » flottante  » et métallique. Il y a la mode classique et grand public et les créateurs inédits qui ne se donnent pas de limite… C’est le cas de l’artiste d’origine coréenne Keysook Geum. Son travail est impressionnant tant les détails sont présents ; « out » la laine, le coton, la soie et toutes les matières que l’on connaît… Keysook Geum construit ses robes à partir de fil de fer torsadé. Patience et minutie sont de mise pour élaborer ce type de création pleine de poésie. Telles des sculptures, les robes de cet artiste nous font voyager !

sans-titre

Élégance spectaculaire et touche contemporaine, les créations de Geum rappellent l’incroyable toile tissée par l’araignée.

Lien : http://www.artplusshanghai.com/images/artist/pdf/keysook%20geum%20pres%20140628.pdf

Si vous venez à Shanghai, faîtes un arrêt obligatoire à la galerie Art+Lien : http://www.artplusshanghai.com/

**********************************************************************************************************************

 

Ku Hung Ming photo

義大秋

THE

SPIRIT OF THE CHINESE PEOPLE.

WITH AN ESSAY

ON

« The War and the Way out »

BY

KU HUNG-MING (1857 – 1928 )

PEKING,

THE PEKING DAILY NEWS.

1915

Il y aura bientôt 100 ans, le Maître écrit ceci :

 «  It seems that, in this world, only French people can best understand China and chinese culture … « 

«Il semble que, dans ce monde, seulement  les Français peuvent mieux comprendre la Chine et la culture chinoise …«

Mon arrivée en Chine, serait-ce un signe ? André Cardinali

Madame de Montreuil, Marquise de Sade

Bonjour M’ssieurs – Dames,

Lors d’un déjeuner avec Alain Casabona et Gonzague Saint-Bris, une conversation s’est engagée autour de mon surnom  » dédé de Montreuil  » , après explication, Gonzague, alors,  me conseilla de faire connaissance avec  Madame de Montreuil, Marquise de Sade.

Quel bonheur d’être attablé avec deux hommes lettrés comme Alain et Gonzague : les mots, les références fusent à tout instant, je suis comme un enfant devant un livre d’histoire.

Marquis et Marquise.

Jamais contraste plus frappant que ce ménage du marquis et de la marquise de Sade ; d’un côté Donatien Alphonse François de Sade, le fameux satyre, l’écrivain scandaleux, le prisonnier de Vincennes et de la Bastille, convaincu de vices et de crimes immondes – de l’autre côté, Renée-Pélagie de Montreuil, une femme aimante, tendre, dévouée et résignée, aux yeux de qui l’époux ne saurait avoir de torts, une sainte de l’amour conjugal.

Le nom du marquis de Sade, n’inspire certainement pas beaucoup de sympathies. Il en sera tout autrement de la marquise. C’est l’ange à côté du monstre. Il est bon que l’on sache que dans le château de Valery, propriété de la famille de Sade, habita en même temps que le vice, la vertu – et dans la compagnie du plus détestable des maris la plus exemplaire des femmes.

La marquise de Sade était née « de Montreuil« . Le mariage fut célébré le 17 mai 1763, à Paris, à l’église Saint-Roch. Renée-Pélagie de Montreuil avait 23 ans, le marquis de Sade 22. Mariage de raison du côté de Sade, mariage d’amour du côté de Renée. Elle eut ensuite besoin de tout son courage et de sa passion pour supporter la vie qui lui fut faite. Elle devait d’ailleurs rester jusqu’au bout amoureuse, « amoureuse comme le sont les âmes pures et très droites, sans complications, et qui ne savent point se livrer à demi, assurées qu’elles ne se livreront point deux fois ».

La lune de miel fut courte, on se l’imagine aisément. Après un mois à peine, un abominable scandale éclata. Des filles entraînées dans « la petite maison » de Sade, se plaignirent de raffinements de débauche qui avaient ressemblé à d’ignobles brutalités. La marquise de Sade ne douta du reste pas un instant de son mari, accepta toutes ses explications et crut envers et contre tous à son innocence. « Elle avait admis sans hésiter l’hypothèse d’une erreur, d’une dénonciation calomnieuse. Elle était encore dans tout l’enivrement de son amour conjugal ».

eustacheleroy

Après vingt sept ans de mariage avec un marquis, divin certes, mais qui, entré en prison à trente sept ans n’en sortit qu’à cinquante, après vingt sept ans de luttes, d’humiliations, écartelée entre la fureur dévastatrice de sa mère  et  la fureur (épistolière notamment) de son mari, on est en droit de se demander  qui était  réellement madame de Sade.
« Sa passion avait hissé jusqu’au sublime cette femme à l’esprit court, à la chair tranquille, l’obligeant pour ainsi dire à aimer au-dessus de ses moyens.

La marquise, par un entêtement généreux d’abnégation, pardonna, fit semblant d’ignorer ce que savait tout le monde, s’inquiéta peu de voir sa fortune s’émietter pourvu que le mari infidèle n’eût rien à lui reprocher. A partir de cette époque la marquise seule, combattue par sa famille, persiste héroïquement dans son rôle d’amante sacrifiée, d’épouse fidèle jusqu’à la mort, malgré l’infamie de l’aimé.

Le 5 juillet 1772 le marquis de Sade est accusé d’avoir tenté d’empoisonner des filles (c’est l’affaire de Marseille, la fameuse histoire des pastilles cantharidées), accusé en outre de débauches contre nature. La vérité oblige à dire qu’on mena singulièrement vite, avec une sorte de haine, cette affaire. Le 3 septembre Sade est condamné à mort, peine excessive puisque aucune de ses victimes n’avait succombé. Alors commence une campagne sublime de la femme dévouée, en faveur du mari qu’elle croit et qu’elle affirme innocent.

Le marquis, réfugié en Piémont, est arrêté par les autorités sardes et enfermé au château de Miolans. Son épouse ne l’entend pas ainsi, elle accable le gouverneur du château de plaintes et de reproches, voire de menaces. Elle allège la captivité du prisonnier, mieux que cela elle se met en tête de le délivrer! Elle recrute à Grenoble 15 hommes, les équipe, les arme, les anime. Elle gagne à Miolans quelques soldats invalides de la garnison. Par eux le marquis est averti, et il s’évade dans la nuit du 1er au 2 mai 1775.

La chère dame promet de s’inquiéter de toutes ses forces pour la liberté de son mari : « Sois bien convaincu que je ne tarderai pas pour t’instruire de ce qu’il y a de nouveau sur ta situation dès que je le pourrai. J’ai trop à coeur de te prouver tout mon attachement et toute ma tendresse pour rien négliger d’aucune manière ce qui te regarde. La longueur du temps déjà écoulé me tue et me désespère autant que toi parce que je partage ta position avec toute la sensibilité d’un coeur qui ne peut exister que par ton bonheur ». Ce qui me désespère le plus, écrit l’épouse admirable, c’est que tu m’accuses de négligence et de me laisser gagner, et ces soupçons accroissent le trouble de mon âme et font mon chagrin, t’aimant véritablement plus que moi-même.

Sade_1

A force d’instances, la marquise fait réviser le procès de Sade. Le jugement qui concerne l’accusation d’empoisonnement est cassé. Mais par l’influence de la Présidente de Montreuil, belle-mère du marquis, celui-ci n’est tout de même pas rendu à la liberté. En 1778, le marquis est reconduit à Vincennes, d’Aix où l’avait amené la révision de son affaire, Mais en chemin, à Lambesc, à 5 lieues d’Aix la marquise le fait s’évader.

« Mon bonheur ne peut exister sans toi ni sans le tien, et le jour où l’on nous rendra l’un à l’autre, je crois que je mourrai de joie. Puisse-t-il arriver bientôt !Tous les voeux d’un coeur tout à toi ! ».

L’esprit dépravé du marquis ne cesse de forger de folles accusations et il imagine un monstrueux roman dont sa femme serait l’héroïne. Les termes de ses lettres sont orduriers. Le marquis est épouvanté de ses ignominies qui n’étonnent plus qu’elle. « Ta façon de penser à mon égard m’atterre, m’anéantit, m’humilie, moi qui ne vis et n’existe que pour toi !… Me voir soupçonnée et avilie! Je me tais, mais vous faites une plaie à mon coeur. Pourtant il ne se refermera jamais. Je n’ai pas à me justifier, ma conduite est au su et au vu de tout le monde. Non, il n’est pas possible que me connaissant comme tu dois me connaître, tu penses ce que tu écris ».

Enfin elle s’enferme dans un couvent, le plus régulier qu’elle a pu trouver. Elle continue du reste ses chères visites à Vincennes. Hélas ! Son mari la reçoit furieusement, se jette sur elle, la frappe… Elle s’en plaint timidement et ajoute : « Si tu es capable de me poignarder, ce serait dans ces circonstances un grand bonheur pour moi de ne plus exister ».

Dès qu’il fut libre, le marquis prendra ses dispositions pour faire prononcer la séparation « de corps et de bien » <;

La marquise de Sade reprenant son nom de Montreuil, cessa véritablement d’exister. Son mari devient le citoyen Sade, secrétaire de la section des Piques. Seule, triste, désabusée, elle meurt, le 7 juillet 1810, après avoir « largement payé son tribut à la misère humaine ».

PBP-marquise de sade:PBP

« Quel a été le désir de Renée de Sade, cette femme qui, avec son mari maudit, a « appris que le bonheur brille au fond même de l’enfer, comme la poussière d’or dans la boue » ?

sade (1)

Ami de longue date de la famille de Sade, Gonzague Saint Bris a eu accès à des archives encore inédites. Il a voulu, outre son admiration pour l’écrivain, retracer un parcours humain douloureux et méconnu, révélant une fin de vie surprenante.
Le divin Marquis est une divine surprise sous la plume de Gonzague Saint Bris qui en trace, à l’aube du bicentenaire de sa mort, un portrait aussi saisissant qu’émouvant. Sans jamais rien éluder des aspects les plus choquants et dérangeants de son oeuvre ou de ses obsessions les plus viscérales, Gonzague Saint Bris va plus loin, explorant les relations du Marquis avec les femmes de sa vie, ses enfants, le monde de la monarchie, de la Révolution et de l’Empire.
Apparaît un homme singulier, d’un courage intellectuel hors norme et d’une liberté confondante.
Emprisonné pendant les deux tiers de son existence, l’auteur des 120 journées de Sodome ou de Justine ne rend jamais les armes.
Éternel insoumis, athée combattant, rebelle sans tabou, Donatien Alphonse François de Sade est l’Ange de l’ombre de la littérature française.
Après quarante-cinq ans de libération des moeurs, notre époque est totalement sous le signe de Sade, marquée de son empreinte brûlante et indélébile.
Je vous remercie Gonzague de m’avoir fait découvrir cette femme éprise de l’Ange de l’ombre.
Une femme à qui l’on aurait souhaiter dire :   » L’Amour triomphe de tout  » !!!.

Jean-Jacques Servan-Schreiber. Un homme hors du commun !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Le 13 février 1924 naissait JJSS. Un visionnaire que la France a loupé !!! Dans l’émission ‘Face à la nation’,  le célèbre intervieweur Lawrence Spivak a conclu l’intervention avec ces mots: « Quel dommage que vous ne soyez pas américain. Vous seriez chez nous un excellent candidat à la présidence. » 

Polytechnicien, Pilote de chasse  (US Navy en Alabama ), Journaliste, Patron de presse, Essayiste, homme politique.

new2888p001-generale_qa

JJSS a écrit ce texte magnifique :

 » Il faut penser et agir avec toute la complexité de l’amour réel,

                          se garder de la rigueur de l’esprit.

Il faut croire à de multiples et changeantes vérités,

                        combattre au jour le jour,

et aimer en son coeur autre chose que soi-même.

                   Il faut créer.  » 

Jean-Jacques était un créateur, il aimait l’avenir et en particulier dans notre pays où chacun ne voit qu’un très grand espace devant lui, ne voit pas l’avenir, et quand il le voit, il en a peur, Jean-Jacques c’était le contraire…Il s’engagea avec un sens aigu de l’anticipation. Il est des premiers combats pour la décolonisation de l’Algérie, il est contre l’arme nucléaire, défend Airbus contre le Concorde, prône la suppression de l’héritage des moyens de production, développe des idées environnementalistes, accompagne les débuts de la révolution informatique, milite pour une Europe politique, la monnaie unique et pressent ce que l’on appellera plus tard la mondialisation…

JJSS était unique. Nous ne verrons pas de sitôt un autre homme comme lui. 

Fondateur de L’Express à 29 ans

Le titre est fondé par Jean-Jacques Servan-Schreiber et Françoise Giroud, comme supplément politique du journal  » Les Echos « , fondé par le père de JJSS,  Emile Servan-Schreiber. L’Express est le grand succès de la presse des années 1960. Jean-Jacques Servan-Schreiber par sa conviction et son intelligence a fait venir des grands noms comme  : Albert Camus, Alfred Sauvy, André Malraux, Fernando Arrabal, François Mauriac, François Mitterrand, Françoise Sagan, Jacques Attali, Jean Daniel, Jean-Paul Sartre, Pierre Salinger, Raymond Aron, Robert Badinter,  et tant d’autres…

téléchargement (3)

Cela me fait penser à la phrase de Françoise Giroud sur JJSS : « Quand on travaille à ses côtés, il vous éclaire sous votre meilleur jour, il vous donne envie de vous dépasser ».

La citation de JJSS   » Dire la vérité telle que nous la voyons  » devrait être affichée dans toutes les rédactions !!!

Depuis 1977, Jean-Jacques ne croyait plus à la presse écrite à cause des nouveaux réseaux d’information, comme d’habitude il avait vu juste.

J’ai eu la chance de travailler à L’Express comme collaborateur de JJSS   jusqu’au jour de la vente de L’express à Jimmy Goldsmith en 1977, ensuite j’ai continué avec lui vers d’autres aventures ( Défi Mondial, Centre Mondial Informatique ).

A 20 ans, rencontrer un homme comme JJSS, m’a permis de sortir des sentiers battus. C’était l’époque ou les patrons avaient conscience de leur rôle social et de leurs responsabilités  ( les actionnaires n’avaient pas le pouvoir d’aujourd’hui ) et le Coca Light pour Bobo’s n’existait pas !

Vous comprendrez mieux mon combat pour aider la jeunesse de demain, c’est comme Jean-Jacques, un Devoir… comme le 1er défilé de mode que j’ai conçu après 17 années de guerre à Beyrouth et aussi mon engagement pour préserver l’Atelier Picasso, la rénovation de la bibliothèque de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, et mon implication à l’occasion de la remise du Prix Alphonse Allais à Jean-Pierre Mocky, l’un des derniers cinéastes de notre temps, etc…

photo-jjss-et-dc3a9dc3a9

Jean-Jacques, mon pygmalion éternel.

« C’est pas possible !  «   ? est la phrase qu’il n’aimait pas de la part de ses collaborateurs. C’est pour cela qu’on allait jusqu’au bout de nos missions et c’est aussi pourquoi je suis resté à ses côtés pendant vingt ans.

Le Défi américain

Jean-Jacques Servan-Schreiber est au milieu des années 1960, un riche patron de presse et un éditorialiste politique toujours à l’affût des nouvelles idées. Par ses brillantes analyses et synthèses, il attire à lui les cerveaux de sa génération. L’Express est le principal journal d’opposition au Général de Gaulle et compte dans ses rangs quelques barons de la presse des décennies à venir : Claude Imbert, Jean-François Kahn, Catherine Nay, Michèle Cotta, Yvan Levaï, André Bercoff, Jean-François Revel…

De plus en plus anti-gaulliste et persuadé que le vieux Général n’est plus l’homme d’une France moderne, JJSS ne veut plus se contenter de son rôle d’observateur politique. Il est pourtant influent dans les milieux de gauche. Mais JJSS est avant tout un agitateur d’idées. Il considère que ses éditoriaux ne suffisent pas à éveiller ses concitoyens sur les défis que la France va devoir relever à l’avenir.  L’un d’eux bouleverse JJSS : les Etats-Unis et l’Europe se livreraient une guerre économique silencieuse où l’Europe semble totalement dépassée, tant au niveau des méthodes modernes du management que de l’équipement technologique et de la capacité de recherche.  Mais Servan-Schreiber y trouve l’occasion de développer un argumentaire en faveur d’un fédéralisme européen, dans un livre choc Le Défi américain, paru en 1967, reste aujourd’hui le plus gros succès de librairie pour un essai politique. Le livre est traduit en quinze langues, se vend à des millions d’exemplaires partout dans le monde et est unanimement reconnu comme très brillant.

41bakyjZTvL._SL500_SX342_

Une carrière politique engagée avec plusieurs batailles.

Le Concorde.

Le Concorde fut, comme le prédisait Jean-Jacques Servan-Schreiber avant même son premier vol, un  » Vietnam industriel« , mais cette entreprise était d’abord gaullienne.  » Nom de Dieu, nous le ferons ! » avait tonné le Général, en 1964, tapant du poing sur son bureau. La belle aventure a définitivement tourné au désastre financier. Le général de Gaulle s’en fichait: « On a fait ric-rac avec Caravelle, on fera peut-être ric-rac avec Concorde », rigolait-il. Pas le président François Mitterrand, qui veut même stopper l’exploitation commerciale du Concorde. Il sera finalement sauvé de justesse avec l’appui du ministre communiste des Transports Charles Fiterman qui trouve de nouveaux débouchés auprès des tour-opérateurs – l’un d’eux a d’ailleurs affrété l’avion qui s’est écrasé le 25 juillet 2000 à Gonesse.  Le coût du programme s’est élevé à 45 milliards de francs pour une vingtaine d’exemplaires construits. JJSS, s’interroge sur l’intérêt d’une telle dépense, « pour permettre à quelques milliardaires de traverser plus vite l’Atlantique ».  Aucun Concorde n’a été vendu, JJSS l’avait prédit.

concorde

Le Bataillon de la Paix.

Une équipe internationale, embarque sur un petit voilier, le Fri en direction de Moruroa et Tahiti. L’objectif d’alerter l’opinion mondiale mais aussi, de retarder la campagne d’essais nucléaires aériens.

Plusieurs députés emmenés par Jean-Jacques Servan-Schreiber, Louis Besson, Charles Josselin, Anne-Marie Fritch – se joignent au « Bataillon de la Paix ». Accompagnés de représentants des Eglises, les pasteurs Gilbert Nicolas et Richard-Mollard, le Père Avril. Ils apportent le message des « Français contre la bombe », lancé à l’initiative du Mouvement pour le Désarmement, la Paix et la Liberté. Plusieurs milliers de Polynésiens formeront un impressionnant cortège dans la capitale tahitienne. Entre temps, le 22 juin, la Cour Internationale de Justice aura statué provisoirement demandant à la France de s’abstenir de sa campagne d’essais aériens.  Peu après, des militants non-violents français ont rejoint le Fri pour une action de « vigile » autour de Moruroa. Ce sont Jean-Marie Muller, fondateur du Mouvement pour une alternative non violente, Brice Lalonde, alors jeune écologiste, l’abbé Jean Toulat, écrivain et le général Jacques de Bollardière, mis d’office à la retraite pour avoir protesté contre l’usage de la torture en Algérie. Le tir Centaure du 17 juillet 1974 contaminera gravement Tahiti. 

téléchargement (2)

Enlèvement du chanteur Mikis Theodorakis aux colonels qui régnaient en Grèce.

En 1970, Jean-Jacques a été en Grèce avec Mélina Mercouri et Costa-Gravas pour plaider en faveur des condamnés du réseau « Défense démocratique », Papadopoulos lui permet de ramener Theodorakis en France. Le dictateur retient cependant sa femme et ses enfants en Grèce : Ils seront ses otages pour empêcher Theodorakis de parler.

Le Pouvoir Régional.

Avec dix ans d’avance sur les grandes lois décentralisatrices, Jean-Jacques Servan-Schreiber rêvait déjà de consacrer  » le pouvoir régional « .

Son idée ? Ne plus considérer la région comme un simple échelon administratif, réduit à l’application des politiques publiques, mais la doter d’un véritable pouvoir d’action. Un poids politique réel, équivalent à celui de l’Etat centralisé.

Aujourd’hui encore, à l’heure où l’on parle de regrouper les régions, cette conception demeure d’actualité.

Il faut la mener à son terme et doter les régions d’un véritable pouvoir réglementaire, outil indispensable pour mener de vraies politiques globales. C’est le seul moyen de créer vraiment des entités capables de peser au niveau européen et même mondial.

téléchargement

Ministère des Réformes.

Après le décès du Président de la République, Georges Pompidou, le 2 avril 1974, Valéry Giscard d’Estaing accédait à la tête de l’Etat après 16 ans de régime gaulliste. Au gouvernement, le député Réformateur Jean-Jacques Servan-Schreiber est nommé Ministre des Réformes le 27 mai 1974.

Le 9 juin 1974, en apprenant la reprise des essais nucléaires à Moruroa, JJSS fait cette déclaration à France Inter : « Au nom de la France, des bombes vont exploser de nouveau dans le ciel du Pacifique et contaminer les habitants de la Polynésie française. C’est une chose contre laquelle je me suis élevé l’année dernière de toutes mes forces, lorsque j’étais à Tahiti avec le Bataillon de la Paix… » Jacques Chirac, Premier ministre, fit pression sur le Président de la République pour faire exclure Jean-Jacques Servan-Schreiber du gouvernement, ce qui fut fait le jour même de la déclaration publique du ministre.

Carrière politique : Député de Nancy. Président du Conseil Régional de Lorraine. Président du Parti Radical – Socialiste. Président du Mouvement Réformateur. Père fondateur de l’UDF.

Le Défi Mondial

Au milieu de la crise mondiale,JJSS saisit l’imagination et éclaire l’avenir. Il nous emporte de Paris à Bombay, de Tokyo à Riyad, de Hambourg à Alger, sur les sentiers de l’espoir. Dans le village de Taïf, en Arabie, dix avions privés atterrissent au crépuscule. Les hommes qui en sortent détiennent la richesse du monde. Ils posent leurs conditions.
Parmi des millions d’êtres humains affamés, illettrés, accumulant la misère du monde, des chefs d’Etat impatients interpellent l’Occident.

Dans les pays développés, la société industrielle, qui a perdu la maîtrise du pétrole et des investissements, se retrouve le dos au mur.

Du choc entre ces trois univers peut surgir un désastre, ou bien jaillir une flamme. Celle d’une épopée à l’échelle planétaire. Des instruments existent _ mais qui le sait? La révolution de l’intelligence est à notre portée, mais qui la veut? Un groupe d’hommes Européens, Arabes, Japonais conscients de ces périls, informés de ces réalités et de ces moyens, ont exploré ensemble, la voie de la Renaissance. Oui, elle existe. Tel est l’enjeu du Défi Mondial.

fay

Le Centre Mondial Informatique

JJSS joue alors de son influence auprès de Gaston Defferre afin de convaincre Mitterrand de créer un institut d’informatisation de la France. Ce sera le Centre mondial informatique et ressource humaine (CMIRH). JJSS est, comme il l’était avec Mendès France et Giscard d’Estaing, un conseiller de l’ombre du président, un éveilleur et même dit-on un « visiteur du soir »

Voir billet : https://soufflezsurlesbraises.com/2014/01/24/le-macintosh-a-30-ans-aujourdhui/  

9782221101247

Oui JJSS était trop en avance, surtout dans le contexte des années 70. Bref, il a eu son utilité.
Les historiens s’y pencheront un jour, ce n’était pas totalement anachronique de parler d’Europe fédérale, de monnaie unique, d’informatisation, de globalisation de la consommation en 1969. JJSS a été là pour le montrer. Et d’une certaine façon, il est avec Mendès-France l’exemple que des hommes politiques peuvent être droits, intégres et visionnaires. Qu’on ne s’y trompe pas, l’image qu’on a voulu donner de lui : imprévoyant, bondissant et léger est fausse. JJSS est l’un de nos héros nationaux les plus lucides et les plus graves. Son idéal était le développement de son pays et, partant, le bonheur des Français.

JJSS laissera l’image d’un homme « visionnaire », louant son « courage qui avait du sens ». 

Message pour ses fils :  » Soyez fiers de votre père, c’était un grand homme de la France « 

Alain Rey, Le petit Robert

Bonjour M’ssieurs – Dames,

Alain Rey a été intronisé  le lundi 20 janvier par Alain Casabona, Grand chancelier à l’Académie Alphonse Allais.

téléchargement

En deux mots … on peut tout dire ! Adepte de la concision…Paul Eluard.

Alain Rey est un linguiste et lexicographe, rédacteur en chef des publications des Editions Le Robert. Il est un observateur de l’évolution de la langue française. Il incarne une langue française en perpétuelle évolution ( à la différence de Madame Hélène Carrrère d’Encausse, mèrepétuelle de l’Académie française ) n’hésitant pas à inclure dans ses dictionnaires du verlan ou des régionalismes.

 Je dédie cette citation au Maître des mots : 

Alphone-ALLAIS-Alain-REY

Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. Paul Eluard

Mon ami Joël Martin ( La Comtesse de l’Album du Canard Enchainé ) lui a concocté quelques contrepèteries :

Alain Rey a l’airain : un laid râle (Un râlait)… Ah, les reins !

Ne pas confondre Allais pinté et Alain pété.

Alain a toujours aimé l’essai, Allais a toujours aimé les seins.

Alain ne s’est pas retrouvé député, Allais ne s’est pas retrouvé des putains.

Alain se rendait-il au caté ? Allais se rendait-il aux catins ?

Alain est-il coquet ? Allais est-il coquin ? (Le coquet pinte, le coquin pète)

Là où le père parle de robinets, le Robert parle de Pinay.

Ne pas confondre Robur le Conquérant avec Robert le concurrent.

Ne pas confondre Le beau-père parle de marine et Le Robert parle de ma p…

Ne pas confondre Deux robots chers et Deux roberts chauds.

Une petite en rabe :

Ne pas confondre La fonction du dictionnaire et L’addiction du fonctionnaire.

Voici une idée, que j’ai retrouvée dans mon tiroir à idées …

Organiser une Exposition éphémère  » Le voyage des Mots  » sous la Présidence de quatre moqueurs : Serge Moati, Jean-Pierre Mocky, Yann Moix et François Morel. A l’occasion du cinquentenaire de la parution «  Les Mots «  de Jean-Paul Sartre. Gallimard 1964.

imgres

Sous la présidence d’honneur de M.Alain Rey pour son dernier livre «Le voyage des mots» de l’Orient arabe et persan vers la langue française. Editions Guy Tredaniel. 2013.

« Un immense voyage de mots et d’idées a conduit les civilisation arabe, persane et turque à enrichir notre pensée et nos imaginaires. Héritiers de cet impressionnant transfert, les mots de notre langue sont secrètement nourris par leur origine orientale » – Alain Rey

Couverture Le voyage des mots - Alain Rey - Guy Trédaniel Editeur

  • Les invités seraient invités à choisir leur mot préféré et ceux d’autres auteurs connus accrochés aux murs ( les mots, pas les auteurs !!! ) en les dégustant avec une partie salée et une partie sucrée.  Une saveur des mots.

  • Mots fléchés, Mots d’Amour, Mosaïques, Maux de tête, Mots d’esprit, Mot con posé … Jeu de mots, seront les bienvenus sans oublier les gros mots ! 

  • à l’entracte, dégustation d’ exquis Mots…avec les glaces Motta. 

En fait les mots agglutinés sont le seul fruit de l’imagination et

ne sont pas dans les dictionnaires.

Anticonstitutionnellement n’est pas (plus) le mot le plus long

de notre chère langue, ce serait :

 HEXAKOSIOIHEXEKONTAHEXAPHOBIE

qui signifie la phobie du nombre 666….

SMILES est le mot le plus long dans le dictionnaire anglais, car il y a un mille entre les deux S

Je me demande si je ne suis pas en train de jouer avec les mots. Et si les mots étaient faits pour ça ? Boris Vian

 

 

 

Pourquoi les riches ont gagné ?

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Crise ou pas, la richesse mondiale est en plein boum et ceux qui la possèdent n’ont jamais été si dominateurs. Jean-Louis Servan-Schreiber prend, dans son nouveau livre, la mesure de ce phénomène.

Et, à l’autre extrémité du spectre, la pauvreté, sur la planète, s’est aussi réduite plus vite que prévu. Pourtant, les inégalités s’accroissent et peuvent déstabiliser des sociétés obsédées par l’égalitarisme. Pour « JLSS », la réduction de cette fracture va devenir la question primordiale des vingt années à venir.

Pourquoi les riches ont gagné
Le fondateur de L’Expansion et de Clés souligne que le pouvoir d’informer est très largement tombé aux mains des riches. © Bruno Charoy / Pasco

Jean-Louis Servan-Schreiber, journaliste, écrivain et patron de presse, est l’un des meilleurs observateurs de l’époque contemporaine. Il l’a montré dans ses choix professionnels, en créant les bons médias au bon moment: L’Expansion avec Jean Boissonnat en 1967, puis, notamment, L’Entreprise, Radio Classique, Psychologies Magazine et, enfin, Clés, avec sa femme, Perla… sans oublier L’Express, lancé avec son frère, Jean-Jacques Servan-Schreiber ( avec qui j’ai travaillé pendant 20 ans )

Il l’a montré aussi dans ses engagements, puisqu’il préside aujourd’hui le comité de soutien en France de l’ONG Human Rights Watch. Il l’a montré, enfin, dans les choix thématiques de la dizaine de livres qu’il a publiés à ce jour : Le Pouvoir d’informer, L’Art du temps, Le Métier de patron,ou plus récemment Trop vite ! et Aimer (quand même) le XXIe siècle.

L’économie, le comportement humain, l’accélération des sociétés sont ses centres d’intérêt permanents, et il porte sur leur évolution un regard à la fois lucide et optimiste. Son nouveau livre, Pourquoi les riches ont gagné (Albin Michel), dont L’Express publie en exclusivité les bonnes feuilles, part d’un constat : depuis six ans, en Occident, l’obsession politique et médiatique de « la crise » occulte le fait que nous assistons, depuis 2000, à une explosion de la richesse mondiale.  

La planète compterait désormais plus de 12 millions de millionnaires, dont 500 000 en France!

[Extraits] Les riches ont gagné, mais quels riches? Tous ceux qui, dans un pays comme la France, gagnent 6 000 euros net par mois et plus (montant à partir duquel les Français, interrogés en 2013 par Challenges, situent la richesse)? Ou ceux qui possèdent 1 million de patrimoine? Ou les très riches (10 millions)? Ou les hyperriches, ce 0,1 % de la population qui nourrit à la fois les fantasmes des plus modestes, les tirages des magazines people et l’imagination fiscale des gouvernants à la recherche de symboles politiques d’équité?

Même s’ils ne constituent pas une catégorie sociologique homogène, même s’ils ne vivent pas de la même manière et n’ont pas les mêmes priorités, ils ont en commun de ne pas connaître les pesanteurs et les difficultés matérielles auxquelles se mesurent au jour le jour 99 % des citoyens. Eux-mêmes et leurs enfants ont accès à ce qu’une société moderne offre de plus confortable, de plus divertissant, de plus succulent, de plus exotique, de plus esthétique ou de plus novateur. Ils sont mieux conseillés, mieux protégés, mieux soignés, mieux éduqués.

C’est pour eux que semble avoir été formulée l’expression anglaise« the best of everything ». Certes, cela ne les empêche pas de connaître les duretés de l’existence comme les dilemmes ou les conflits de tout mortel. Mais leur bulle est climatisée.

En majorité, ce ne sont pas des nantis paresseux ni des parasites de la modernité. La plupart agissent, produisent et s’efforcent de maintenir ou de développer leurs actifs. Beaucoup même se plaignent de consacrer tant de temps à ce qui les rend riches qu’ils n’en ont guère pour profiter du résultat de leurs efforts. Ils jouent plutôt, dans notre société, un rôle de modèle enviable que de repoussoir ou d’adversaire. C’est peut-être en cela qu’ils ont gagné, sans avoir mené de guerre ni suscité de révolte.

Pourquoi un tel succès, qui ne paraît ni précaire ni sérieusement contesté ? Pour des raisons conjoncturelles, politico-historiques et du fait aussi de leur propre comportement. Nous les avons abordés sous différents aspects au long de cet essai, mais il est temps de les résumer, comme un faisceau d’indices ou de preuves :

– Pour être riche, il faut de l’argent, or celui-ci abonde comme jamais sur notre planète. On l’oublie souvent dans nos pays en crise, mais le développement mondial est rapide et global. La richesse naît plus facilement dans son sillage. Non seulement parce qu’il se crée, en permanence, de nouveaux produits ou services, mais du fait que le niveau de vie général augmente, de même que le pouvoir d’achat des consommateurs de ces produits. Davantage, certes, dans les pays en progression forte que dans les nôtres. Mais les riches vendent et investissent partout, puisqu’ils ont les moyens d’être présents sur les marchés où la demande croît le plus vite.

Les riches n’ont pas de frontières.

– La richesse n’est pas une simple retombée du progrès économique. Elle fructifie aussi au croisement des deux valeurs clefs de ce nouveau siècle : l’individualisme et le culte de l’argent. Les héros contemporains ne sont ni politiques, ni militaires, ni religieux, ni même savants. Ils sont sportifs, acteurs et artistes, entrepreneurs à succès.

Les héros sont bien payés et deviennent riches. 

– Les patrimoines des riches s’accroissent plus vite que la misère ne diminue. Les taux de rendement des capitaux seront durablement, au cours de ce siècle, plus élevés que la croissance des PIB. De ce fait, l’héritage va reprendre de l’importance dans les décennies à venir, ce qui n’est jamais en faveur de la réduction des inégalités.

Qu’ils travaillent ou non, les riches s’enrichissent.

– La misère recule enfin dans le monde. Elle était dominante il y a encore un demi-siècle; la croissance est rapidement en train de la marginaliser, laissant la place à une immense classe moyenne, qui peuplera la planète ce siècle durant. Il en résulte une atmosphère plus propice à la richesse. Il semble plus légitime de prospérer si d’autres ne meurent pas de faim à proximité.

Le ressentiment à l’encontre de la richesse s’atténue.

– En même temps, la demande d’égalité, si rituelle dans le discours républicain, n’est plus politiquement prioritaire. Dans les continents en forte croissance, on insiste plutôt sur l’égalité des chances que sur celle des revenus. Sans grands résultats d’ailleurs. Dans les pays plus stagnants, la revendication sociale se porte sur le maintien des acquis plutôt que sur des progrès de niveau de vie, qui semblent bien hypothétiques sans vraie croissance.La pression sociale est plus réaliste et souvent résignée.

– Il n’y a plus d’idéologies antiriches, comme ce fut longtemps le cas entre la Révolution française et la dissolution du Parti communiste de l’Union soviétique en 1990. Il n’y a plus d’ennemis de classe, selon la formule léniniste. Les riches sont considérés par la gauche comme une force politique antagoniste et une cible encore privilégiée de contribuables. Mais ces derniers y sont habitués et ont appris à négocier en conséquence.

Politiquement, les riches sont devenus des acteurs sociaux puissants et non plus une classe honnie.

– Les riches sont militants et acteurs d’une idéologie, le libéralisme. Le fait qu’il s’agisse d’un système économique illustre notre époque, où l’essentiel du jeu politique tourne autour du partage d’un gâteau qui se rétrécit. Le libéralisme est à la fois décrié et triomphant. Il déchaîne les polémiques, mais il n’a aucun adversaire frontal. Personne n’a, mondialement, de doctrine crédible à lui substituer. Les débats actuels se limitent aux moyens d’en atténuer les effets sociaux, quelquefois dévastateurs.

Les riches sont à l’aise avec l’idéologie dominante, la leur.

– Partout dans le monde, le seul adversaire des riches est la fiscalité. Il s’agit à la fois de les faire contribuer le plus possible aux dépenses publiques et de donner l’impression que les politiciens ne sont pas leurs amis ou complices. Cette guérilla, pour laquelle les riches sont bien armés, ne pourra obtenir de résultats significatifs que lorsqu’il y aura une véritable fiscalité mondiale. On en est loin. Les Etats s’efforcent de resserrer les mailles du filet en passant des accords d’échanges d’informations et de lutte contre les paradis fiscaux. Mais, avec 192 nations à la fiscalité autonome, les riches trouveront encore longtemps des havres financiers hospitaliers.

Les riches sont experts en stratégies fiscales planétaires.

– Les Etats de toutes tendances ferraillent avec les riches, mais n’ont pas les moyens de leur faire la guerre. Car leur premier casse-tête politique est le chômage. Or ce sont les riches qui créent les emplois. Le grave pour un responsable politique serait de déclencher une grève – pis, un exode – des employeurs. Il y a connivence de fait entre les gouvernements et les riches, qui ont mutuellement besoin les uns des autres.

On ne peut pas se passer des riches quand on est au pouvoir.

– Les riches sont amenés partout à se substituer à l’indigence budgétaire publique. Leur rôle financier est donc destiné à croître dans de nombreux secteurs d’activité : éducation, santé, recherche scientifique, aide humanitaire, philanthropie, mécénat artistique. Sans oublier que, de longue date, les entreprises que possèdent et dirigent les riches contribuent de façon décisive au financement des prestations sociales. Ce qui rend les riches coresponsables, avec la puissance publique, de la stabilité sociale du pays.Les riches sont devenus un acteur public central.

– Les riches sont mieux à même de tirer parti de la modernité que les politiques. Ils sont mieux informés, mieux conseillés, plus libres et plus concentrés que les élus du peuple. Car ils n’ont qu’un seul objectif, produire de l’argent et le protéger. Ils n’ont pas d’électeurs, peuvent garder le secret sur leurs plans et leurs tactiques, et savent s’arranger entre eux.

En même temps, au service de cet objectif central, ils peuvent mettre des moyens considérables, qui, souvent, manquent aux Etats. A la différence de ces derniers, ils se jouent des frontières et ont des stratégies mondiales. Les entreprises multinationales, que certains d’entre eux gouvernent, sont plus puissantes économiquement que la plupart des pays représentés à l’ONU. Seules les plus grandes nations peuvent encore les tenir en respect mais pas sur tous les terrains. Seuls les riches ont un pouvoir mondial.

– De ce fait, les riches n’ont plus de complexes et poussent leurs avantages sans prendre trop de précautions. La manière dont les banquiers et les financiers ont réduit à une peau de chagrin les mesures de régulation que les Etats voulaient prendre après la crise de 2008 l’illustre de façon éclatante. Les bonus les plus insolents sont repartis de plus belle dès 2009. Comme si les riches se sentaient libres de tirer un profit financier de tous les aléas économiques, laissant les politiques s’arranger avec les conséquences, en particulier sociales. Qu’a pesé un Montebourg face à un Mittal?

Les riches ne prennent plus de gants pour affronter le pouvoir politique.

– Les riches tiennent les médias, directement ou indirectement. Soit parce qu’ils en sont propriétaires, soit parce que les médias ont un besoin vital de la publicité que les riches peuvent leur attribuer, ou leur refuser. Comme la presse est en position de faiblesse partout, elle est un peu à leur merci. Les journaux les plus prestigieux, au bord de la faillite, sont rachetés à la casse par des possédants.

C’est ainsi que Jeff Bezos, qui a créé Amazon, a « sauvé », en 2013, le Washington Post. Même les médias les plus modernes ne peuvent vivre, à l’exception de quelques-uns, du Canard enchaînéà Mediapart, sans l’assentiment financier des puissants. Il n’y a que lorsqu’un riche est en difficulté que les médias se ruent à la curée. Ce qui donne à ces derniers une impression fugitive de puissance. D’autant qu’à ce moment-là les autres riches abandonnent l’animal à son triste sort. Car les riches ne sont pas tendres avec les plus faibles d’entre eux.

Le pouvoir d’informer est tombé très largement entre les mains des riches.

– Plus globalement, les riches contrôlent l’essentiel de l’argent sur la planète. Soit parce qu’ils en possèdent eux-mêmes (mais ce n’est qu’une petite partie de l’argent-pouvoir), soit parce qu’ils sont aux manettes du business mondial. Ceux, en effet, qui sont à la tête des entreprises ou des banques, non seulement sont nommés par eux, mais ils sont responsables devant ces jurys d’argent que sont les actionnaires, lesquels ont compris l’intérêt d’enrichir rapidement ceux qui travaillent pour eux.

Ainsi s’assurent-ils qu’ils sont passés dans le clan des riches. De ce fait, la morale de l’argent, les buts de l’argent, les stratégies de l’argent pèsent de plus en plus sur le destin de nos contemporains. On n’en finit pas d’en mesurer l’ampleur des conséquences. A l’échelle de la planète, même le plus puissant des riches ne pèse pas bien lourd, mais la religion de l’argent, commune à presque tous les riches, domine le débat mondial dans les pays en paix, c’est-àdire presque partout.

Les riches détiennent le pouvoir essentiel, celui de l’argent. Le reste suit.

– Certains riches ont pu réussir en politique, comme Michael Bloomberg ou Silvio Berlusconi, mais ce sont des exceptions. Car, d’instinct, les riches ont compris combien la détention publique du pouvoir est périlleuse et provisoire. Ils préfèrent l’infiltrer pour en obtenir ce qui leur est nécessaire. La vulnérabilité des politiciens face aux riches, c’est que la politique coûte cher et que la plupart des candidats à l’élection ne disposent pas de moyens personnels. Les scandales financiers qui émaillent la vie politique portent sur des sommes dérisoires comparées aux vraies fortunes. Quand un politique dissimule 600 000 euros, sa carrière est fichue. Quand un riche a fraudé sur 6 millions, il trouve discrètement un compromis financier avec l’administration.

Les riches laissent les détenteurs officiels du pouvoir prendre les risques. Ils se contentent de les influencer.Ils savent que la richesse est plus pérenne que les mandats électifs.

Ainsi s’exerce le pouvoir des riches. Il est pacifique, car ils n’ont plus, comme ce fut le cas au cours de l’Histoire, besoin de déclencher des guerres ni de fomenter des coups d’Etat pour maximiser leur puissance. Un marché mondial sur lequel ils peuvent intervenir avec l’efficacité des technologies contemporaines leur suffit. Ils n’ont besoin ni de police, ni d’armée, ni de censure pour servir leurs intérêts.

Au contraire, opérer dans un monde ouvert, à l’expression libérée et où la loi est respectée, crée les conditions optimales de leur réussite. Les riches sont forcément modernes, sinon ils ne survivent pas longtemps dans un monde en accélération permanente.

Les riches se doivent d’être des mutants de leur époque, de la comprendre, la deviner avant les autres. Ceux qui y parviennent gagnent gros et, en plus, s’amusent à ce jeu en vraie grandeur et à sommes réelles.

Les riches ont gagné. Ils n’ont même plus besoin de s’en vanter. Ce monde actuel est devenu le leur, ils y sont chez eux.

Ne pas oublier que les nouveaux riches sont aussi des anciens pauvres… dédé

Moi, je m’en fous, je vis dans la luxure :

 Je fais ce que je veux

ou je veux

quand je veux

avec qui je veux… 

Même Bill Gates et le Pape ne peuvent pas le faire !!! 

ça s’appelle la liberté et je l’ai eu à juste prix.

CONSEIL DU JOUR

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Si d’aventure, il vous arrive de recevoir un courrier au ton désagréable, ponctué d’insultes ou de nom d’oiseaux, je vous recommande vivement d’utiliser la réponse type de mon ami Alain Casabona :

 Monsieur,
 
Il est des lettres qu’il vaut mieux recevoir, plutôt que de les avoir écrites, tant elles déshonorent leur auteur.
 
Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments choisis.
Stylo

c’est les vacances

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Je vous souhaite de bonnes vacances avec seulement ceux qui vous aime.

Je vous quitte pour aller recharger les batteries et remplir d’iode mes neurones.

Ne vous inquiétez-vous pas, je vais revenir pour vous alimenter avec des billets coups de coeur et gueule, des découvertes, des combats, des artistes, des gens inconnus et reconnus, etc …

Voici une prose réactualisée spécialement pour vous

France, pays de ma naissance et de ma chance

France, des rêves dans mon enfance

France, de l’espérance à mon adolescence

France, où j’ai noué mon ignorance à mon indépendance

France, de douces vacances

France, mon élégance

France…

France, une existence en déchéance

France, un cahier de doléances

France, une arrogance de bienséances

France, une éloquence qui me décontenance

France, qu’as-tu fais de tes danses, de ton excellence ?

France, des politiques dans l’incompétence

France, où vont les échéances et les créances ?

France, plus de transe

France, plus d’ambiance et d’extravagances

France, tu cours dans tous les sens

France…

France, ton peuple a de la patience

France, donne-nous de l’assurance, de la délivrance

France, ne gâche pas nos expériences et nos sciences

France, réveille les compétences

France, bouscule le silence

France, nous voulons ta Renaissance

France, arrête ta convalescence

France, urgence

France, j’ai encore envie de t’appeler France

France, ma plus belle romance

France, je te tire ma révérence.

France, pays de ma naissance et de ma reconnaissance. Je t’aime

André Cardinali

images (1)

Créativité . Efficacité . Amitié.  dédé

Alerte, nos jeunes se cassent ou se planquent…

25  février 2013

27% des jeunes diplômés veulent travailler hors de France

Selon un sondage Deloitte-Ifop, 27% des jeunes diplômés considèrent que la mauvaise situation du marché de l’emploi français va les conduire à partir travailler à l’étranger.

Un très mauvais sondage pour le gouvernement. Et évocateur : 27% des étudiants fraîchement diplômés envisagent de faire leurs bagages pour l’étranger où  les opportunités professionnelles leur paraissent plus favorables.

72% des jeunes diplômés veulent entrer dans la fonction publique, selon un sondage Insee

27% + 72% = 99 %… vu ces chiffres affolants, ce pays est mort.

Il reste quand même 1% de futurs entrepreneurs ou d’inconscients, ça doit être les meilleurs ? dédé

 
INDIGNEZ-VOUS !
Stéphane Hessel est mort aujourd’hui à 95 ans.Il disait si justement   » que les responsables politiques, intellectuelles et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.
Je vous souhaite à tous, à chacun d’entre vous, d’avoir votre motif d’indignation. C’est précieux. Quand quelque chose vous indigne, alors on devient militant, fort et engagé « .
Il a écrit cette citation d’exception :  

« Créer, c’est résisterRésister, c’est créer.  »

Cher Monsieur Stéphane Hessel. Un grand Monsieur du xx ème siècle.

Femmes, femmes, femmes, c’est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde. ( Léon Tolstoï )

Bonjour M’ssieurs-Dames,

       « Le secret de la vie est de continuer à penser. Et de cesser de penser à nous-mêmes. » 

Voilà ce que disait la grande scientifique italienne Rita Levi-Montalcini qui vient de s’éteindre à 103 ans.

         « Que le corps fasse ce qu’il veut. Je ne suis pas mon corps. Je suis mon esprit. »

Lauréate du Prix Nobel de médecine en 1986 pour la découverte et l’identification du  » facteur de croissance des cellules nerveuses, une protéine fondamentale dans le développement du cerveau « .

Elle a contribué à briser le dogme selon lequel, au coeur de notre matière grise, “tout peut mourir, rien ne peut être régénéré”, pour dire que notre organe peut en permanence produire de nouveaux neurones.

En 1992, Mme Levi-Montalcini avait créé une fondation d’aide à la jeunesse, à la devise claire : « Le futur appartient aux jeunes ».

rita

Cette grande Dame m’a donné envie d’écrire un billet sur les femmes qui m’ont fascinés :

Olympe de Gouges. Marie-Olympe de Gouges est morte guillotinée à Paris, le 3 novembre 1793. Femme de lettres, politique et polémiste. Auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne et de l’abolition de l’esclavage des Noirs. Elle est devenue emblématique des mouvements pour la libération des femmes, et pour l’humanisme en général. Elle demanda l’instauration du divorce – le premier et seul droit conféré aux femmes par la Révolution . S’indignant de voir les femmes accoucher dans des hôpitaux ordinaires, elle demandait la création de maternités. Sensible à la pauvreté endémique, elle recommandait enfin la création d’ateliers nationaux pour les chômeurs et de foyers pour mendiants.

Elle déclara: « Les femmes n’ont jamais eu de plus grands ennemis qu’elles «.

( voir mon billet: Olympe de Gouges, une femme qui bouge… du 5/9/11 )

Indira Gandhi. Première ministre de la République d’Inde et seconde femme au monde élue démocratiquement à la tête d’un gouvernement. Quand elle a deux ans, son père l’engage dans la lutte pour l’indépendance de l’Inde aux côtés de Gandhi.

Alors qu’elle n’a que 11 ans, elle créé la Brigade des Singes. Ce groupe d’enfants avait notamment pour tâches de surveiller la police et de distribuer des tracts indépendantistes. Indira Gandhi aura durablement marqué la vie politique et économique de l’Inde, elle a permis à l’Inde de subvenir à ses besoins et de devenir une réelle puissance régionale, mais aussi elle a souvent abusée de son pouvoir et n’a jamais lutté contre la corruption.

Louise Michel. Institutrice, militante révolutionnaire et libertaire française. Elle fonde une école libre où elle enseigne pendant trois ans les principes républicains. Louise Michel fait partie de la frange révolutionnaire la plus radicale et se porte même volontaire pour aller seule à Versailles tuer Adolphe Thiers. Surnommée la Vierge Rouge, elle est condamnée à la déportation à vie et devient anarchiste. Elle défendit l’abolition de la peine de mort, les ouvriers et les chômeurs.

Golda Meir. A participé à la création de l’État dIsraël. Ministre des Affaires étrangères et Premier Ministre.

Représentante des femmes de la Histadrout. Elle gagne progressivement en influence au sein de la Histadrout qui compose une forme de gouvernement de l’ombre, dans l’attente de la création de l’État d’Israël.

En raison de sa fermeté, elle avait gagné le surnom de « la Dame de fer » de la politique israélienne.

On lui attribue cette phrase : « Nous pouvons pardonner aux Palestiniens de tuer nos enfants, mais nous ne pourrons jamais leur pardonner de nous obliger à tuer leurs enfants. La Paix viendra quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu’ils nous haïssent. »

Mata Hari.  Danseuse et courtisane. Elle a été fusillée par la France pour espionnage pendant la Première guerre mondiale.

L’historien Alain Decaux  témoignera lors d’une de ses recherches sur Mata Hari avoir interrogé le procureur Mornet sur l’enjeu réel que présentait le cas de cette présumée espionne. Celui-ci répondait « qu’on n’avait finalement pas grand chose à lui reprocher » mais que son cas était évoqué « sous le feu de la presse dans un contexte politique tel » que la raison d’État ne pouvait que l’emporter. Dans le Paris de la Belle Epoque, Mata Hari fut une « cocotte » naïve et vénale manipulée par les services secrets français.

Elsa Triolet. Tout le monde connaît les beaux yeux d’Elsa, chantés par Aragon. C’est Elsa qui ouvrira à Aragon les portes des milieux intellectuels soviétiques. Dès lors, la légende l’unit au poète. Si rarement femme a été autant célébrée, ce sont des tourments de mal aimée qui recèlent ses textes.  » La solitude n’est pas le grand thème de mes livres, elle l’est – de ma vie « écrira-t-elle un jour de douleur à Aragon. Elsa était inatteignable. ( voir mon billet: Elsa l’Aragonne du 20/8/12 )

Calamity Jane. Après avoir connu une notoriété de son vivant par sa participation à la Conquête de l’ouest et son rôle lors des guerres indiennes au cours desquelles elle s’est prétendue éclaireur pour l’armée américaine avec le général George Custer, elle devient le personnage principal d’un spectacle basé sur sa propre légende, le Wild West Show. Ce spectacle va accroître cette légende du vivant de Calamity Jane, rendant ardue la tâche de la démêler de la réalité.

Edith Piaf.  La  » môme  » de Belleville, n’aura jamais su se guérir des blessures de l’enfance et des désillusions de l’amour. Elle a dédié sa vie à son public, sa relation la plus fidèle et la plus sincère.   » La vie en rose « ,    » L’hymne à l’amour  »   » Non, je ne regrette rien » resteront gravés sur les marches de la gloire.

220px-Édith_Piaf_914-6440

Piaf est sans conteste l’artiste féminine qui aura le plus marqué le XXème siècle, tant par la grandeur …qu’avec sa petite robe noire.

Jackie Kennedy. La First Lady la plus glamour de l’épopée américaine. Incarnation de la beauté, du charme et de l’élégance, sa personnalité n’a cessé d’attirer l’attention et son  rôle politique. Elle fut une véritable légende dont la vie, ponctuée d’histoires d’amour et de morts violentes, semble ressortir davantage à la tragédie grecque qu’à l’histoire contemporaine. Jackie   « la classe à la française  »

Marie Curie. Déterminée, ambitieuse, passionnée… Marie Curie reste une grande figure féminine du XXe siècle. Après une enfance difficile, elle s’est plongée corps et âme dans la recherche scientifique, s’usant la santé dans des manipulations radioactives. Ayant découvert le polonium et le radium, elle a reçu maintes récompenses, dont le prix Nobel de Physique en 1903, et de Chimie en 1911. Elle est d’ailleurs la seule, hommes et femmes confondus, à avoir reçu deux fois cette prestigieuse récompense. Elle est la première à avoir enseigné à la Sorbonne. Sa carrière scientifique accomplie, elle a voulu mettre ses découvertes au service de l’humanité.

220px-Marie_Curie_c1920

Ces femmes n’avaient pas besoin des médias et des hommes pour exister !!! 

On peut constater au regard de toutes ces femmes évoquées ci-dessus,  c’est que outre leur courage, leur dévouement et leur intégrité,  elles font preuve d’un degré de conscience, d’une clairvoyance et d’une indépendance d’esprit, qui semblent, là pour le coup, plus développés que chez la plupart des hommes. Elles font partie des esprits les plus éclairés de leur époque.

En un mot, quelles que soient leur positions politiques, elles sont parmi ceux qui incarnent au mieux l’esprit libertaire.

Si toutes ces femmes nous donnent non seulement une belle leçon d’humanité, nous montrent ce que peut signifier le mot de conviction, bien au delà, elles nous proposent des réflexions, des idées et des comportements à adopter, sur lesquels on serait bien inspiré de se pencher aujourd’hui et sur notre propre avenir.

Toutes ces femmes ont un point commun : elles ont toutes vécues des grandes histoires d’amour …

Femmes, femmes, femmes, c’est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde. ( Léon Tolstoï )

Que serais-je sans les femmes ? dédé

2013

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Je vous souhaite une grande année 2013 avec tendresse et réussites dans vos projets.

Mes souhaits :

Aux grands fortunés : Messieurs, Mesdames, engagez-vous dans des missions humaines et éducatives pour notre pays comme par exemple  Coluche avec les Restos du Coeur, Bill Gates avec sa fondation qui a pour but d’apporter à la population mondiale des innovations en matière de santé et d’acquisition de connaissances.

Vos noms resteront gravés dans l’histoire et votre image en sera grandie. Une idée : faîtes diminuer les 3 millions d’illettrés en France.

Messieurs, Mesdames, les soixante -huitards, veuillez passer le relais à la nouvelle génération qui est pris en otage.

N’oubliez – pas que nous avons tous été aidés lorsque nous étions jeunes.

Mai-68

Nous avons fait la révolution, nous avons tenté de changer les choses mais tout cela n’a pas empêché la dérive de la société actuelle. ». C’est un conseil de père bienveillant à son fils pour ne pas faire la même erreur…

Que les énarques quittent le secteur privé pour rejoindre leur vrai rôle : celui de gérer l’administration qui a besoin d’élites.

une-affaire-d-ena,M16159

ENA ( Ecole de Névrose et d’Ambition ) Copyright dédé de Montreuil

72 % de jeunes diplômés veulent entrer dans la fonction publique (  source INSEE ), preuve que ce pays est mort, alors que des entreprises ont besoin de leurs savoirs et de leurs énergies.

Que les vaches remangent de l’herbe verte pour avoir un meilleur lait sans OGM, ni farine animale

Changeons La Marseillaise par La Lilloise créée par le Rougeot de Lille !!!

Que mon ami, MC Solaar sorte un nouvel album.

Monsieur le Président François Hollande. Sachez bien vous entourer pour redresser notre pays meurtri, en nommant des entrepreneurs à la place de certains ministres incompétents.

images

Plus de gauche, plus de droite, plus de centre, plus d’extrêmes, un seul parti  » Tout droit « 

Souhaitons à Barack Obama, une excellente réinvestiture  ( 20 janvier ) en apportant la Paix au Moyen-Orient.

Que les guerriers  s’arrêtent, n’ont-ils pas de mères ? Pourquoi ne courent-elles pas pour enlever leurs êtres chers à l’ignoble champ de bataille ?

Qu’au Journées Mondiales de la Jeunesse à Rio, ce message leur soit donné : la Renaissance de notre planète sera fabriquée par vous, c’est votre mission pour votre futur.

croissance

Mademoiselle La croissance réveillez-vous !!! pour apporter du travail aux chômeurs, trop nombreux en France ( 5ème puissance économique mondiale…)  Le monde vit dans la fausseté, Mademoiselle La vérité,  ne mentez plus.

Que ma passion soit toujours entreprenante pour la jeunesse. C’est mon devoir et du civisme.

Mes amis, je vous souhaite beaucoup de réussites dans vos projets sans oublier l’Amour qui triomphe de tout, alors cédons…

Stylo

Ma plume n’a pas besoin d’encre, car je suis ancré dans la vie. dédé

Elsa Triolet, l’Aragonne

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Créer est aussi difficile que d’être libre. Voici la citation qui est inscrite sur la page d’accueil de mon site.  http://www.cardinali-andre.com

Cette citation m’a beaucoup aidé a devenir libre et créatif.

 Je voudrais vous faire partager un instant avec Elsa Triolet, une femme secrète et mystérieuse.

Elsa Triolet et Louis Aragon ont, tout au long de leur vie, été attentif à la jeune création. Ils avaient même, le don de découvrir de nouveaux talents. Je continue la même passion qu’eux.

Elsa Triolet, née Elsa Kagan, est une femme de lettres et résistante française, d’origine russe.

Elsa a été une de mes inspiratrices, je me sens si proche d’elle.

Elle rencontre Louis Aragon en 1928 à Paris, au café La Coupole, fréquenté par beaucoup d’artistes. Elle devient sa muse.

Elle se marie avec Aragon le 28 février 1939. Elle entre avec lui dans la Résistance à Lyon.

Appartenant au comité directeur du Comité national des écrivains , elle s’attache à promouvoir la lecture et la vente de livres dans les années cinquante.. Elle a reçu le Prix Goncourt en 1944. Elle voyage beaucoup dans les pays socialistes avec Aragon, mais, si elle a conscience de l’antisémitisme qui atteint des crimes qui sont commis en Union Soviétique, elle ne fait aucune déclaration publique sur ces événements.

Pour connaître cette grande dame engagée, je vous conseille de lire la biographie écrite par Huguette Bouchardeau

et le livre sublime  » La mise en mots  »

Pour l’homme, il existe une langue maternelle, son premier mode d’expression ; ensuite, il peut l’oublier, en apprendre une ou plusieurs autres sans oublier la première. L’homme est capable de s’exprimer dans les cou-cou, cra-cra et autres trilles humains. 
C’est ainsi que s’ouvre la Mise en mots, texte où, à la fin de sa vie, Elsa Triolet raconte ses rapports avec l’écriture. L’homme y est défini non comme l’animal doué de langage, mais comme l’étrange animal capable d’en utiliser plusieurs. Le seul animal, donc, confronté au problème du choix

Elsa Triolet meurt d’un malaise cardiaque le 16 juin 1970 dans la propriété qu’elle possède avec Aragon, le Moulin de Villeneuve, à Saint-Arnoult-en-Yvelines. C’est là que furent écrites quelques-unes des plus belles pages de la littérature française. C’est un lieu d’émotion et de paix qui permet d’approcher un instant deux grandes figures de notre vie intellectuelle.

Quand j’ai besoin d’inspiration, je vais me promener quelques instants dans le parc, j’en reviens avec une bouffée d’oxygène sereine et reposante. C’est un de mes lieux secrets…

Elsa repose dans un tombeau aux côtés d’Aragon, dans le parc de six hectares entourant ce vieux moulin.

Sur leurs tombes, on peut lire cette phrase d’Elsa Triolet : « Quand côte à côte nous serons enfin des gisants, l’alliance de nos livres nous unira pour le meilleur et pour le pire, dans cet avenir qui était notre rêve et notre souci majeur à toi et à moi. La mort aidant, on aurait peut-être essayé, et réussi à nous séparer plus sûrement que la guerre de notre vivant, les morts sont sans défense. Alors nos livres croisés viendront, noir sur blanc la main dans la main s’opposer à ce qu’on nous arrache l’un à l’autre. ELSA »

La saison est là pour vous faire vivre et découvrir la maison de leurs amours et de leurs passions.

http://www.maison-triolet-aragon.com/

Ce n’est pas un hasard si Edmonde Charles-Roux soit la Présidente de l’association de la maison d’Elsa et d’Aragon,une autre grande dame de la création culturelle et d’engagement.

 

Au Carrefour, il manque des feux rouges !

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Lars Olofsson, PDG de Carrefour quitte ses fonctions pour ses mauvais résultats et son incompétence en matière de grande distribution. Il y en a des paquets comme lui qui dirigent des sociétés, ce monde merveilleux des hommes sans scrupule.

Je vous invite à découvrir, la vidéo qui fait le tour du Web. Il faut dire qu’elle a de quoi surprendre.

En pleine assemblée générale de Carrefour, un actionnaire raconte qu’il a eu « la chiasse » après avoir acheté des fraises, que les caleçons ont rétréci…  » Résultat : vous ne contrôlez rien « , lance-t-il au patron de Carrefour, devant l’assemblée hilare.

http://www.youtube.com/watch?v=8cdycL-iQFI

 » Il y a des êtres mystérieux, toujours les mêmes, qui se tiennent en sentinelles à chaque Carrefour de notre vie « . Patrick Modiano

Larsouille part avec un bon paquet et une retraite de 500 000 euros par an pour service rendu…

Monsieur Olofsson, en Suède, faîtes attention aux carrefours …

Mr Olofsson, Sverige, uppmärksamma i korsningar …

Le Penseur malgré lui…avec Lacroix du Lutetia

Bonjour M’ssieurs -Dames,

Un nouveau billet sur mon pote Grégoire Lacroix qui sévit à nouveau avec ce nouveau livre : Le penseur malgré lui  parû aux éditions du Cherche-Midi.

Membre de l’Académie Alphonse Allais, Grégoire Lacroix est un créatif tous azimuts : réalisateur de photomontages, parolier, scénariste, guitariste de jazz, et euphoriste ! c’est un regardeur de la société avec un écouteur…

Collage de Grégoire. Le penseur studieux

« J’apprécie l’humour de Grégoire. Ce ne sont qu’aphorismes, pensées ou réflexions absurdes que j’ai adorées : c’est très inspirant. C’est dans l’esprit de ce que j’aime écrire et dire sur scène. » GAD ELMALEH

Dans ce nouveau livre, On peut rire de tout mais on n’est pas obligé. Grégoire jongle avec toutes les formes de textes courts. On y retrouve à la fois l’esprit allaisien et la philosophie souriante des célèbres Euphorismes.

Qu’il s’agisse de pensées–« Le mocassin, on ne s’en lace pas » ; « La démocratie, c’est la liberté de dire qu’on en manque » ; « Les frites, c’est le fan club du bifteck »–, d’aphorismes–« Les sondages le confirment : trois Français sur quatre ignorent qu’il y en a peut-être un cinquième » ; « La vérité, c’est un mensonge qui s’est dégonflé au dernier moment »– de fables express ou d’inattendus (discours électoraux, critiques d’art, allocution de départ à la retraite, poèmes chevelus, professions de foi, apologie des hors-la-loi, poème au dieu du golf, etc.), chaque page est une surprise

J’en ‘ai relevé quelques unes pour vous :

Aussi révolutionnaire que l’on soit, on est toujours le bourgeois de quelqu’un.

Dans un pays sans fleuves comme l’Arabie Saoudite personne ne fait le pont.

Il paraît que les trous de serrure se révoltent d’être exclusivement considérés comme auxiliaires du voyeurisme.

Certains ont l’esprit tellement ouvert que les idées ne font que passer.

Zorro est ce personnage paradoxal qui met un masque pour être sûr qu’on le reconnaisse.

Bonus : quelques mots inventés.

Vadocliffe Asplane, tu flires, dans le dvany, gloupant la spitume, au vradoum amophère, tu moustifes l’édiflanque, dont le trival apige, etc… la traduction est dans le livre, courrez-vite l’acheter ou volez-le…

Grégoire m’a dédicacé celle-çi : Un cardinali désorienté a toujours besoin de faire le point, alors qu’un point n’est jamais désorienté quand il est cardinali…

Entre mes potes Jesus et Lacroix, je suis béni des dieux … sans oublier Thierry Saint-Antoine qui me protège !

Ambassadeur en quête des profils louches

Chers amis
Je viens d’être nommé par Alain Casabona, Ambassadeur en quête des profils louches à l’Académie Alphonse Allais.
Quel honneur ! Allais est grand !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Alphonse_Allais

Voici le premier profil louche que j’ai trouvé dans un rade…

Une citation pour mon entrée :
Au bar des encyclopédies à Universalis, le Petit Robert à tué Larousse à coup de Hachette après avoir eu des mots.

dédé de Montreuil