Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Archives de Catégorie: Braises

Jacques Chirac, un homme humain.

Bonjour M’ssieurs,Dames,

J’ai rencontré Jacques Chirac dans son bureau à la Mairie de Paris avec Jean-Pierre Khalifa, président du Salon des Arts Décoratifs ( SAD ), pour nous demander d’exporter le salon du SAD à Beyrouth après 17 années de guerre avec le soutien financier de Rafic Hariri, président du Conseil des ministres libanais. Nous avons répondu à sa demande en apportant 400 créateurs artistiques français au salon du SAD place des Martyrs à Beyrouth. 1995

La seule fois que j’ai sollicité Jacques Chirac, c’était pour lui demander son parrainage pour Philippe Rahmani au départ de son Tour du monde à moto et la traversée du Détroit de Béring.

 

Sur le même principe, j’ai sollicité François Mitterrand pour recevoir Philippe Rahmani à l’Elysée, lors de son arrivée du tour du monde à moto 1994.

Michel Rocard a lui aussi apporté son Parrainage pour le Premier défilé de mode européen  » Cumulus Fashion Tour  » avec la participation de vingt pays européens.

Cela voudrait dire qu’à l’inverse d’aujourd’hui, des hommes responsables et à l’écoute donnaient leur accord rapidement pour vous aider à réaliser des actions dédiées à la jeunesse.

Par ailleurs, la plupart des présidents de la Vè République ont souhaité réaliser de grands travaux, témoignages de leur septennat.

Si le général De Gaulle et Valéry Giscard d’Estaing n’ont pas véritablement marqué de leur empreinte le paysage français par la commande de réalisation architecturale d’envergure, George Pompidou, François Mitterrand et Jacques Chirac ont quant à eux confié à des architectes novateurs des réalisations qui connaissent aujourd’hui une renommée internationale.

Jacques Chirac est le dernier président qui a laissé une trace culturelle avec le musée du Quai Branly, réalisé par Jean Nouvel. Né il y a dix ans dans la polémique, le musée du Quai Branly a su trouver sa place dans le paysage parisien, fort d’un indéniable succès public, et d’un généreux engagement financier de l’Etat.  L’établissement vient d’être rebaptisé « Quai Branly – Jacques Chirac », une appellation justifiée tant a été grande l’implication de l’ex-président dans la création de ce musée des arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques. 1 500 000 visiteurs annuels.

A l’inverse de leurs prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et François Hollande n’auront pas réalisé de grands travaux culturels, c’est un signe de regrettable désintérêt envers la Culture et le patrimoine de la France ! Emmanuel Macron en fera t’il ?

« Les hommes politiques depuis Jacques Chirac se situent de plus en plus dans l’éphémère, ils passent sans laisser de traces “

Aujourd’hui, ce sont des grands patrons qui les remplacent : Bernard Arnault avec la Fondation Louis Vuitton et François Pinault avec un Musée d’art contemporain  à la Bourse de Commerce en 2018. Sans oublier, Vladimir Poutine avec l’église orthodoxe et un centre culturel russe près du Pont de l’Alma, réalisé par Jean-Michel Wilmotte.

La France aujourd’hui rend hommage à Jacques Chirac, c’est la preuve qu’il était un grand président et surtout un homme humain, proche et sensible aux autres, peux importe la position sociale.

Publicités

Les Messager’s

Bonjour Mssieurs, Dames,

Les enfants d’aujourd’hui ne rêvent qu’à travers les jeux vidéos et les marques. Une étude réalisée auprès de 3000 enfants américains, anglais et chinois, âgés de 8 à 12 ans, avec une simple question: Que voulez-vous faire quand vous serez grand? Les enfants pouvaient alors choisir parmi cinq options proposées: astronaute, professeur, sportif professionnel, musicien et Youtubeur.

Les anglais et américains ont plébiscité Youtubeur, alors que les chinois ont préféré astronaute. Par ailleurs, 96% des enfants chinois pensent que les humains vivront un jour dans l’espace et 95% voudraient y aller eux-mêmes et y habiter.

C’est pour cela, que j’ai émis l’idée d’apporter du rêve avec des Messagers en associant leurs exploits et leurs aventures aux enfants des cités, du milieu rural et du Centre-ville, à travers la France avec ce message :  » Protégez vos rêves, désirez-les très fort, et vous verrez que certains d’entres vous arriveront à les concrétiser « .

Attirer et enthousiasmer les jeunes, par le rêve et l’émerveillement, en suivant les aventures d’un « héros » puis, leur faire découvrir l’histoire et la construction de notre Monde actuel. Et enfin leur apporter des réponses intègres et apolitiques, aux grandes questions du futur de leur monde.

Pour continuer, je voudrais continuer cette aventure avec Thomas Pesquet  » S’envoler pour l’espace était son rêve, il l’a réalisé », à son tour il deviendrait “ Le Messager des enfants de l’Espace “.  et aussi avec Franky Zapata pour devenir  » Le Messager des enfants de l’Air «   https://soufflezsurlesbraises.com/2019/08/04/franky-zapata-lhomme-volant/

Certain que vous mesurerez l’importance de ma mission, en espérant une marque d’intérêt qui conforterait mon engagement. Je cherche leurs contacts. 

Franky Zapata, l’homme volant !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

110 ans après, Louis Blériot, qui traversa la Manche à bord de son avion, le « Blériot XI », le 25 juillet 1909, Franky Zapata a réalisé son pari fou de traverser la Manche sur un Flyboard, une planche turbopropulsée de son invention.

 L’inventeur du Flyboard s’est élancé le dimanche 4 août de Sangatte, dans le Pas-de-Calais.

Il est le premier « homme volant » à avoir accompli cet exploit

Casqué et harnaché, tout de noir vêtu, de Sangatte ( Pas-de-Calais ) il s’est envolé vers St Margaret’s Bay, côté anglais, qu’il a réussi à atteindre en une vingtaine de minutes en survolant la mer à 15-20 mètres. après une courte halte à mi-chemin sur un bateau pour ravitailler sa machine volante en kérosène. Le champion a ensuite atterri côté britannique après avoir parcouru les 35 kilomètres de détroit debout sur sa machine volante dotée de cinq mini-turboréacteurs qui lui permettent de décoller et d’évoluer jusqu’à 190 kilomètres-heure, avec une autonomie d’une dizaine de minutes.

Ancien champion du monde et d’Europe de jet-ski, Franky Zapata, 40 ans, avait créé un premier Flyboard aquatique, propulsé en hauteur « par le jet de la turbine d’une moto marine ».

« J’ai envie de réaliser mes rêves avant tout » Franky Zapata.

 Douvres (Royaume-Uni), ce dimanche. Franky Zapata peut être fier. Il vient de réaliser l’impossible : traverser la Manche en volant sur son flyboard.

Association Images / Maxppp / Steve Parsons

Après avoir conçu des rencontres pour des enfants issus de tous les milieux sociaux avec le Messager des enfants de la Terre : Philippe Rahmani qui a accompli le Tour du Monde à moto (52 pays) et le Messager des enfants de la mer : Philippe Monnet, seul navigateur à avoir fait le Tour du Monde à l’envers en solitaire. je vais suggérer à Franky Zapata de partager son exploit aux enfants ! qui ont besoin de rêves et de rencontrer des héros, il deviendra ainsi : le Messager des enfants de l’air.

https://soufflezsurlesbraises.com/2011/06/29/le-prince-albert-ii-de-monaco-lami-fidele/

https://soufflezsurlesbraises.com/2011/12/12/philippe-monnet-le-messager-des-enfants-de-la-mer-un-heros-qui-transmet/

Zapata est un nom prédestiné aux héros :

Image result for emiliano zapata portrait

Emiliano Zapata dit El Caudillo del Sur fut l’un des principaux acteurs de la révolution mexicaine de 1910.

Description de l'image Viva Zapata movie trailer screenshot (36).jpg.

Film américain réalisé par Elia Kazan en 1952. ( A voir )

Marlon Brando, prête ses traits au révolutionnaire mexicain. Anthony Quinn, joue le rôle du frère de Zapata. Viva Zapata ! permettra à Brando d’obtenir le Prix d’interprétation à Cannes. Zapata est ici dépeint comme un chef rebelle incorruptible, guidé par son seul et constant désir de rendre leur terre aux paysans spoliés, oubliant son intérêt personnel.

Dans ce monde de bruts !!! un homme comme Franky Zapata donne de l’espoir et prouve que la détermination est payante avec une bonne équipe.

 

 

 

A mes amies artistes …de coeur !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Je vous présente mes amies artistes : comédienne, chanteuse, peintre, écrivain, photographe, graffeuse , qui méritent toutes une attention particulière et talentueuse. Cyrielle, Rona, Vahéna, Ariane, Marianne, Michèle, Hermine, Marie, Yara, Charlotte, Claudia.

CYRIELLE CLAIR dans Marlene is Back ! Une bombe atomique…

 » Son nom commence par une caresse, et s’achève par un coup de cravache. Marlene… Dietrich ! «  Jean Cocteau.

Cyrielle Clair fait revivre une icône du cinéma, Marlene Dietrich, avec son spectacle « Marlene is back » à l’affiche du Théâtre de la Tour Eiffel jusqu’au 24 février. Alternant tour de chant, comédie et projections, la comédienne explore les facettes de cet Ange bleu, femme libre à la scène comme à la ville, incandescente qui ne brûlait que pour l’amour..

Pierre Cardin est à l’origine de ce spectacle original. Le créateur et hommes d’affaires a connu Marlene Dietrich qu’il a accueillie deux fois à l’Espace Cardin, lors de récitals. C’est lui qui a demandé à Cyrielle Clair de faire revivre cette personnalité hors norme, complexe et passionnée. L’actrice qui est aussi auteure et metteure en scène a relevé le défi avec la complicité de Gérard Chambre. Elle s’est glissée dans la peau de Marlene Dietrich, une femme aux talents multiples, à la fois comédienne et chanteuse.

« Dès que j’ai la perruque, les faux cils, le costume, c’est là que je deviens Marlene… Je ne prétends pas être Marlène mais une empreinte de Marlène ».

Cyrielle est magnifique dans ce rôle, elle s’est glissée dans la peau de Marlene Dietrich, une femme aux talents multiples, à la fois comédienne et chanteuse.

Le spectacle à ne pas louper !

Chapeau l’Artiste ! 24 000 baci. Dédé

 

RONA HARTNER

L’inclassable !

Chanteuse, Comédienne, Peintre, Danseuse… J’ai découvert Rona dans le film  » Gadjo Dilo « de Tony Gatlif. Rona, qui avait déjà eu de nombreux rôles au cinéma et au théâtre, joue le tout pour le tout pour avoir le rôle ! Elle se fait passer pour une tzigane, apprend le français en 15 jours, perd dix kilos, déjoue les pièges tendus par un entourage jaloux et machiavélique et se remet à fumer pour casser sa voix. Le film marche du tonnerre.

Gadjo Dilo

Elle remporte un maximum de prix, dont le Léopard de bronze pour la meilleure actrice à Locarno, le Prix de la meilleure actrice européenne à Bruxelles, le Prix Michel Simon… Elle enchaîne plusieurs rôles au cinéma : Je suis née d’une cigogne de Tony Gatlif, Cours toujours de Dantes Desartre, Sauve moi de Christian Vincent, Le Divorce de James Ivory, Le temps des loups de Michael Haneke( Cannes 2004), Madame Irma de Didier Bourdon,  Tombée d’une étoile de  Xavier Deluc , Poulet aux Prunes de Marjanne Satrapi (Venise2011); et dernièrement elle tient le rôle principal dans le film « Des milliards de toi » de Mathilde Laconche .

En 99, Rona fait une rencontre qui va bouleverser sa vie : David Lynch. Il la remarque lors d’un festival à Berlin et l’invite chez lui pour enregistrer un disque. Deux semaines plus tard, elle fonce le rejoindre à Los Angeles. La façon qu’il a de travailler en mêlant tant de créations diverses l’inspire au-delà de tout. Elle en ressort extrêmement grandie, pleine de confiance en elle pour ses projets. Elle acquiert l’intime conviction qu’elle peut réaliser tous ses rêves, aussi éclectiques soient-ils. Le single qu’ils enregistrent ensemble « You’re more than that » sortira chez Wagram deux ans plus tard.

Après cette rencontre, elle décide de reprendre ses compositions électro rock tzigane et en 2001, elle commence à travailler avec une équipe conduite par le guitariste de Jazz Laurent Thillier. Elle se produit en concert avec 12 musiciens sur scène dans une fusion totale électro rock jazz tzigane…Elle bouleverse les salle, par son énergie scénique exceptionnelle qui la fait osciller, aux dires de ses fans, entre l’innocente beauté glamour d’une princesse tzigane et la présence sauvage d’une Janis Joplin ou d’une PJ Harvey.

En parallèle, depuis son arrivée à Paris, Rona a peint plus de 300 dessins et tableaux dans un style symbolistic abstrait et elle est exposée un peu partout dans le monde; et devient une des figures du Balkan Expressionnisme naissant . Ci-dessous : pochette de son album : The Balkanik Gospel

Image result for rona hartner the balkany

Rona Hartner, L’inclassable. Celle qui adore créer des atmosphères libres où elle ne se sent pas enfermée et ne catalogue pas non plus son public. La multiplicité de ses origines et sa « nationalité vagabonde » la poussent à dépasser toutes les frontières et à s’ouvrir toujours davantage vers un monde sans limite, avec une foi et une force de vie aujourd’hui inébranlables.

Si un jour, vous voyez Rona en concert, vous ne pourrez jamais l’oublier ! Rona mille baisers pour toi et à bientôt !  Dédé

 

VAHÉNA MENRAS

Une artiste à part !

Étant Ambassadeur de Saint-Germain des Prés et Président du Comité Paris-Rive-Gauche, ma mission est de présenter des artistes connus ou inconnus, c’est la passion qui doit l’emporter !.

Je cogite actuellement, pour présenter l’Univers de Vahéna, dans une galerie à Saint-Germain. Vahéna est une artiste aux mille facettes, peinture, chant, écriture… il faut l’écouter racontant Rabelais et Victor Hugo dans les bistrots à Montmarte et dans la rue. Un grand moment de vagabondage. Comme cet écrit au Café de Flore : 

Un clip avec la chanson  » L’Amour court les rues  » avec la musique de Jean-Jacques Debout et la participation de Jean-Pierre Mocky, est en cours de montage.

Un jour, avec Sophie, psychologue de haut-niveau, nous allons admirer l’exposition Jean-Michel Basquiat à la Fondation Vuitton, Vahé craque sur les oeuvres exposées, c’était une semaine avant mon anniversaire. Un matin, au coin d’une rue, elle trouve un morceau de polystyrène et a instantanément l’inspiration de peindre un faux-vrai Basquiat avec des messages perso : D2, Mission, Passage et le « must » les initiales de mes mômes L J ( Linh et Jean ) à vous de chercher.

À ma Vahé, ma fidèle amie ! Dédé

 

ARIANE BOIS
Une plume de soie  !

Ariane Bois est romancière, grand reporter et critique littéraire. Elle est l’auteur récompensée par sept prix littéraires de : Et le jour pour eux sera comme la nuit (Ramsay, 2009), Le Monde d’Hannah (Robert Laffont, 2011), Sans oublier (Belfond, 2014), Le Gardien de nos frères (Belfond, 2015). Après Dakota song (Belfond, 2017), Son dernier roman » L’île aux enfants » paraîtra en mars 2019 aux éditions Belfond. Ariane  raconte le destin de deux générations de femmes victimes de l’arbitraire et du secret. L’histoire d’une quête des origines et d’une résilience, portée par un grand souffle romanesque.

Lors du Salon du livre européen à Dijon, j’ai invité Ariane pour signer son premier livre et sur mon initiative lui remettre le Prix de la ville de  Dijon 2009 – 1er roman pour  « Et le jour pour eux sera la nuit» (Editions du Rocher) Quel plaisir d’innover pour faire découvrir les vrais écrivains. Bonne suite Ariane. Dédé

Cher Dédé,

Je tenais à te remercier pour ton professionnalisme et ta gentillesse lors de  du week-end organisé à Dijon pour le salon européen du livre .J’ai  passé  un moment extraordinaire avec vous tous et j’ai pu apprécier les efforts considérables déployés pour que nous , les auteurs, nous nous sentions bien C’était formidable de rencontrer le public dans ce palais si prestigieux, de passer du temps avec Régine Desforges ou MC Solaar .La presse était là, en masse, et le tout fut chaleureux, intime et intéressant .
Cette récompense a été très précieuse pour faire connaître mon travail et j’espère pouvoir revenir à Dijon en ta compagnie, lauréate ou pas !

Avec toutes mes amitiés

 Ariane Bois

MARIANNE GUILLERAND
De l’Or dans les mains !

 « Offrir l’horizon à ses rêves pour les réaliser. » Marianne

Avant d’être artiste plasticienne et de se mettre à coller passionnément, Marianne a eu plusieurs vies, mais a toujours été guidée par sa fibre artistique.

Pour la bonté, le beau et le bonheur, Marianne Guillerand a une formidable fibre artistique. Chef d’entreprise à la vingtaine, comédienne et auteure à la trentaine, elle se révèle artiste plasticienne à la quarantaine. L’art du collage s’est imposé à elle comme une évidence qui n’attendait que son heure. Aujourd’hui , elle offre une renaissance à des objets voués au rebut. Elle les enveloppe de coupures de magazines et les ourle à la feuille d’or. Sa dernière exposition, « L’Arche imaginaire de Marianne », est un bestiaire lesté de symboles. Ce vaste projet a éclos en elle en 2015, après les funestes heures de Charlie et du Bataclan, comme un besoin viscéral de passer par le monde animal pour se réconcilier avec l’homme.

Papiers, ciseaux, colle et feuille d’or, dit comme ça on pourrait croire que c’est un jeu, oui mais alors un jeu de patience. Le travail de Marianne est minutieux, proche de l’orfèvrerie, des céramiques chinoises, il demande du temps, de la précision et de l’énergie. Chaque fragment est un trésor qui nous révèle le paysage mental et la nature solaire de cette magicienne qui fait jaillir le merveilleux dans son monde lumineux, poétique, joyeux, raffiné et apaisant. Marianne élève l’art du collage à un niveau inédit d’expression personnelle et d’excellence et lui offre en l’associant à la feuille d’or ses lettres de noblesse.

On reconnaît dans les œuvres de Marianne sa passion pour la beauté et l’amour qu’elle porte aux animaux. Marianne transforme en images les mystères de l’univers. Que se cache t-il derrière ce poisson multi-couleurs ?

« Mon Arche imaginaire est un voyage fantastique, une invitation à vivre en harmonie, à préserver notre nature animale, primitive, instinctive, intuitive. Mes animaux extraordinaires sont recouverts d’une mosaïque de papiers colorés qui parlent de nous, de la beauté, de la vie, des trésors que nous renfermons. Ils sont là pour nous distraire, nous émouvoir et nous rappeler tout simplement que la création est une source de bonheur prodigieuse et unique. Mon bestiaire cherche à mettre à l’honneur notre grandeur et la richesse de l’âme humaine… »

Le monde onirique de Marianne est captivant et plein de fantaisie qui me touche profondément, je t’embrasse ma Marianne et courage ! Dédé

MTYSZ

Une autre vision des femmes !

Michèle Tyszblat Sadoun, a toujours dessiné depuis son plus jeune âge, le déclic s’est produit après un voyage aux Seychelles où la révélation du monde sous marin a changé sa vie.
Elle se met à la plongée sous-marine et découvre un monde plein de vie , de couleurs, chargé d’émotions.

Peintre autodidacte, elle décide de transmettre sa vision des océans par la peinture et enchaîne tableau sur tableau avec frénésie. Ardente lectrice de science fiction, passionnée de sciences et de nature, elle s’intéresse aux éléments qui régissent notre vie, et fait danser des jambes sensuelles pour susciter des émotions, des villes impossibles pour aller vers un futur possible.
Tous ses thèmes sont reliés par le fil des éléments : eau, terre/matière, air, lumière, température/feu avec toujours l’envie d’innover de découvrir d’ inventer des liens entre les formes de vie, toujours en mouvement et vers le meilleur.
Influencée par le surréaliste belge Magritte, et aussi M.C.Eischer, Dali et Dominique Appia entre autres, elle innove en créant son monde imaginaire mêlant le fantastique au quotidien.
Concernée par les problèmes écologiques ainsi que par l’évolution de la femme dans le monde actuel, elle s’oriente vers des peintures qui transmettent des messages dans un style plutôt apparenté au surréalisme.
En jouant avec les ombres et la lumière et dans une palette de couleurs particulières, des images apparaissent, voulues ou non, qu’elle laisse découvrir au spectateur au gré de leur vécu et de leur ressenti Son challenge, provoquer l’émotion, écouter leur regard… Précise et imaginative, elle interprète des évènements passés ou d’actualité en se servant du langage pictural, et donne aux objets une destination et un sens différents de leur réalité, mais toujours dans une démarche cohérente et innovante. 
Michèle, continue, je te soutiens à fond ! Dédé

 

HERMINE DE CLERMONT-TONNERRE
Une princesse, créatrice du « tonnerre » !

La princesse Hermine de Clermont-Tonnerre a toujours été exposée médiatiquement et mondainement mais, depuis peu, ce sont ses créations artistiques, picturales et plasticiennes, qui prennent la pose devant l’oeil des collectionneurs…

Issue de l’une des plus vieilles familles de France, cette princesse au titre pontifical est depuis toujours  l’une des reines de la jet set française et internationale, au point de créer dans les années 90 une sorte de cercle de jeunes mondains, le « Club du Tonnerre« , qui réunissait des centaines d’aficionados bien nés, avides d’être systématiquement invités à des soirées chics et chocs grâce à elle, avec toujours des  bénéfices et des dons reversés à des associations, à des oeuvres humanitaires, sauvant entre autres nombre d’enfants. Frivole, la princesse ? Non, épicurienne. Et joyeuse. Définitivement. Elle pioche le bonheur là où  il est, et surtout, sa passion, c’est de le transmettre, de le partager, avec ses enfants, son entourage, ses amis, mais aussi  tout ceux qui l’approchent, quand elle ne va pas elle-même au devant de ceux qui souffrent. Et c’est avec le public qu’elle veut aujourd’hui dialoguer avec humour et sérieux, à travers ses oeuvres.« Les vanités du 21 ème siècle » 

Son inspiration d’artiste aurait pu puiser dans son goût supposé immodéré pour les mondanités, mais, en fait elle se porte sur  le temps qui passe, sur la nature saccagée par l’homme, sur la temporalité des objets et de l’argent, sur la vanité de la société. Son travail  se définit donc comme conceptuel.

Ce qui ne change pas, avec cette princesse créatrice, Rock’n Roll, incroyablement fantasque, c’est sa dérision ravageuse, même quand il s’agit d’amour ! Je t’aime ma Princesse ! Dédé

 

MARIE RABÉ
Une photographe sensuelle

Après le succès de l’exposition “Notre 1er festival d’une photo au Flore “, à Saint-Germain des Prés, l’affiche “Notre Festival d’une photo“ et la photo originale de Marie-Laure Rabé ont été mises aux enchères par Maître Pierre Cornette de Saint-Cyr, lors de l’exposition “ Tâtez-vous “ le lundi 5 décembre 2013 à l’atelier Picasso, rue des Grands-Augustins. Marraine Delphine Depardieu. Les fonds de la vente aux enchères ont été intégralement reversés à l’Association Odyssea pour l’Institut Gustave-Roussy pour la prévention du cancer du sein.

Avec Marie, nous souhaiterions créé une exposition identique  “ Festival d’une photo  avec quinze photographes de renommée internationale qui présenteront chacun une photo sur le thème du Sein. Un jury compétent sélectionnera, la photo du “Festival d’une photo – Prix Kate Barry “. Un catalogue sera édité avec les oeuvres, (recherche d’un éditeur))

Les quinze photos originales seront mises aux enchères par la maison de ventes Pierre Cornette de Saint-Cyr. Les fonds de la vente seront intégralement reversés pour la prévention du cancer du sein à l’hôpital Necker – Enfants malades. Allo mécènes, sponsors, nous sommes à votre disposition !

Marie, j’aime ta réactivité et ton efficacité permanente. Dédé

 « L’Art ne reproduit pas le visible, il rend visible ». disait Paul Klee

YARA LAPIDUS
La voix de l’Orient !

L’album de mon amie Yara Lapidus,   » Indéfiniment » est dans les bacs, une pure merveille de textes écrit par Yara et de musiques réalisées par Gabriel Yared, le grand compositeur et arrangeur français d’origine libanaise.

Photo : Fanny Latour-Lambert

 » Le point de départ est le timbre de Yara, pour lequel j’ai composé mes mélodies. Ses textes sont venus ensuite presque naturellement et un thème s’est imposé : l’amour, traité dans chaque chanson sous un angle différent. Les mots, la richesse des images qu’ils suscitent sont les séquences d’un film imaginaire… » Gabriel Yared

Le célèbre studio Abbey Road à Londres, le complexe de studios d’enregistrement le plus grand et le plus célèbre au monde, créé en 1931. Les Beatles, Pink Floyd, Kanye West, U2, Michael Jackson … sont passés par-là !

Ci-dessous, le clip  » Encor, Encor  » tourné sous la direction de Fanny Latour-Lambert. Davantage connue pour ses parutions dans les plus grands magazines de mode, elle a une manière très personnelle de traiter la lumière, les teintes sont chaudes. Il s’en dégage autant de force que de douceur. Nous y découvrons une Normandie sauvage, des paysages presque lunaires, des champs à perte de vue qui nous renvoient de manière subliminale au film 37,2 Le matin réalisé par Jean-Jacques Beineix.

Cette BO, composée par Gabriel Yared, devient un duo entre Iggy Pop et Yara. L’enregistrement a eu lieu à Miami dans une ambiance à la fois studieuse et amicale : leurs voix s’entremêlent et entrent en résonance. La rencontre s’est achevée par un repas d’empanadas aux épinards et une balade dans la voiture d’Iggy…


J’ai toujours eu une amitié fidèle avec Yara depuis sa participation comme styliste au 1er défilé de mode,  » SAD Beyrouth » que j’ai conçu pour la jeunesse libanaise, après 17 années de guerre, place des Martyrs à Beyrouth.  Ils étaient 20 jeunes créateurs franco-libanais, diplômés  de la Chambre Syndicale de la Haute- Couture Parisienne, remplis d’espoir, de vie et d’enthousiasme.

Bonne route Yara, mon amie de coeur libanaise. Dédé

 

ANNE-CHARLOTTE DELORD
Une artiste libre !

Anne-Charlotte Delord, peintre contemporaine, prend pour inspiration ses émotions restituées à travers la création de fonds très élaborés, à base de béton travaillé au couteau, et traversés de mouvements et de déchirures… En quête d’une forme abstraite, Anne-Charlotte vise le paradoxe. En permanente observation, Anne-Charlotte est inspirée par toutes les matières, images et sensations qu’elle absorbe dans son quotidien, dans ses recherches, bien sûr dans ses voyages.

Son extrême sensibilité conduit chacun de ses tableaux à un sentiment, un message ou une projection, chaque fois symbolique. La sagesse, la puissance, le rugissement… puis l’instinct animal qu’elle met en scène !


Anne-Charlotte, enfant était déjà à « l’écart », observant le monde des adultes à travers une mère peintre ayant pour maître William Turner, et avec laquelle elle découvre l’univers des artistes, à Paris, en Normandie et en Provence. Habitée par deux dimensions contraires, qu’elle cherche à rendre complémentaires, c’est là le nœud de sa personnalité qui se veut créatrice et communicante, elle pense à travers ces mailles, trouver le fil de sa liberté et découvre à 2O ans l’Afrique avec sa magie des couleurs et de ses grands espaces. Elle se met alors à peindre des animaux sauvages de façon expressionniste, sur des fonds qui remuent puissamment, « jetés » à la manière des peintres du mouvement Cobra et qui évoquent aussi la force sauvage d’un Barcelo!


Du souffle, une force sauvage.., le sens de la matière rendu à travers des mouvements francs et des couleurs chaudes propres aux pigments naturels, caractérisent cette peinture naissante
habitée d’une séduisante fougue de liberté. » Ma Charlotte, j’adore ton travail et ton esprit de liberté. Dédé

MADC

du graffiti abstrait, entre transparence et dynamisme

Dans le cadre du Parcours Chengdu septembre 2018, j’ai demandé à une artiste du Street Art de renommée mondiale, MadC de réaliser un Tag ( 80 m ) associé à un calligraphe chinois dans l’une des plus grandes avenues commerciales de Chengdu. Une complicité est née.

A bientôt Claudia. Love Chengdu. Dédé

MadC est l’une des rares femmes internationalement reconnues dans le mouvement street art. Auteur du célébre «700-wall», elle a réussi au fil des années à allier force et énergie à des compositions abstraites, profondément ancrées dans la culture graffiti.

Claudia Walde, plus connu sous le nom de MadC est une artiste allemande issue du graffiti des années 90. Après une jeunesse passée en Ethiopie, c’est à son retour en Allemagne qu’elle s’initie au graffiti. Au premier abord inspirée par le paysage qui l’entourait dans son petit village allemand, elle commence par dessiner à l’aquarelle des natures mortes. Elle suit par la suite des études d’art et de design à l’Université d’Halle puis au Central Saint Martins College de Londres. Elle en ressort diplômée en conception graphique. Ces études lui apporteront les fondements de son style.

En 2010, elle crée son œuvre phare, qui la propulse au rang de graffeuse internationale : le « 700-Wall ». Cette gigantesque fresque de presque 700m (639m plus précisément) s’étend le long de la ligne ferroviaire qui relie Berlin et Halle. C’est à ce jour la plus grande peinture jamais réalisée par une seule personne en seulement 4 mois.

 « 700-Wall »

Dans les années 2000 MadC place ses lettrages dans des décors ultra détaillés, mettant souvent en scène des personnages de science-fiction. Ces peintures très narratives laissent peu à peu place aux représentations abstraites, laissant libre cours à l’imagination. Son évolution vers l’abstraction, MadC le doit à son passage de la rue à l’atelier. En changeant d’outils elle change naturellement de technique et s’amourache des effets de transparence. Son travail reflète alors davantage ce qu’elle faisait auparavant en aquarelle, tout en gardant l’énergie du graffiti traditionnel.Le style de Claudia Walde a connu une évolution incontestable tout au long de sa carrière. Du graffiti sombre, très masculin et tranchant de ces premiers jours, admirablement représenté sur son «700-wall», elle passe peu a peu à un graphisme à la féminité assumée, nuancé et à l’abstraction subtilement déstructurée.

 

Sa dernière oeuvre, 1000 m2 sur une façade à Chicago. Août 2018

 

Je présente toutes mes excuses à d’autres amies artistes, (fautes de places sur ce billet ), j’en écrirais un autre bientôt !

En finissant cette écriture, une idée de Michèle lui est venu à l’esprit : créer le « Club privé D2 «  ? ou « DD angels » ( en référence à la série  (Charlie’s Angels, Drôles de Dames, Charlie’s devenant DD )Réservé seulement aux artistes passionnées ! Qu’en pensez-vous ? Je compte sur vous pour diffuser ce billet amical sur vos réseaux sociaux, à vos contacts et amis.

 

Erich Fromm. Avoir ou Etre ? L’art d’Aimer !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Dans le monde bouleversé que nous vivons en ce moment, il faut aller se réfugier auprès des auteurs. Car notre monde est de plus en plus dominé par la passion de l’avoir, concentré sur l’acquisivité, la puissance matérielle, l’agressivité, alors que seul le sauverait le mode de l’être, fondé sur l’amour, l’accomplissement spirituel, le plaisir de partager des activités significatives et fécondes.

J’avais besoin de connaître quelques sens à mes réflexions et pensées, un ami psychologue, m’a prêté le livre  » AVOIR ou ETRE ? «  ( Collection  » Réponses « chez  Robert Laffont )

C’est pour cela, que je voudrais vous faire découvrir deux livres, qui j’en suis certain vous feront du bien dans ce monde de bruts et d’égoïstes !

Erich Fromm, psychanalyste humaniste américain plus connu comme sociologue marxiste.

Erich Fromm trace les grandes lignes d’un programme de changements socio-économiques susceptibles de faire naître en chacun de nous une réflexion constructive. Si l’homme ne prend pas conscience de la gravité de ce choix, il courra au devant d’un désastre psychologique et écologique sans précédent…

Après avoir parcouru  » Avoir ou Etre  » dans tous les sens, souligné, annoté, annexé, rayé, devenu une bible et une prise de tête, j’ai décidé un jour de changer le titre :  « AVOIR ou ETRE « par   « AVOIR et ETRE  » parce qu’un jour, je suis être et un autre avoir, tout dépend du moment et des circonstances. Ce récit m’a passionné, énervé, et m’a fait gamberger…

Je conseille aux perverses narcissiques de lire ce livre pour les aider à trouver l’origine de cette maladie, qui remonte souvent à la petite enfance, sans avoir eu d’Amour !

Si Erich Fromm, vous interpelle , procurez-vous un autre livre, qui m’a enchanté et m’a fait découvrir l’Amour autrement. L’ART D’AIMER . Edition épi.

» L’amour n’est possible que si deux personnes communiquent entre elles à partir du centre de leur existence… Qu’il y ait harmonie ou conflit, joie ou tristesse, c’est secondaire par rapport au fait fondamental que deux personnes se rejoignent à partir des profondeurs de leur existence, qu’elles ne font qu’un, l’une avec l’autre en ne faisant qu’un avec elles-mêmes, sans fuir leur propre réalité. Il n’y a qu’une seule preuve de la présence de l’amour : la profondeur de la relation, la rivalité et la force de chaque personne.  » dixit Erich Fromm.

Fromm insiste à juste titre sur l’importance de surmonter notre narcissisme et notre besoin de dépendance pour accéder à un véritable échange. L’une des clés de la réussite amoureuse est effectivement d’admettre que l’être idéal n’existe pas, d’apprendre à composer avec ses imperfections et à travailler sur les nôtres. « Se tenir » en amour, c’est faire inlassablement ce travail.

Cela dit, je constate qu’il est souvent plus facile de donner, contrairement à ce que pensait Fromm.

Recevoir, en revanche, c’est s’engager véritablement, accepter d’être en rapport à l’autre. Au fond, Erich Fromm incite ses lecteurs à se défaire de leur égoïsme et délimitait le territoire de l’amour. Donner « de sa puissance et de sa vitalité », donner « de sa joie, de son intérêt, de sa compréhension, de son savoir »,  de l’amitié, tel devenait le sens de l’amour.

« L’amour n’est pas un sentiment à la portée de n’importe qui. »

J’en ai traduit quelques citations personnelles :

« L’Amour triomphe de tout, alors cédons »… 

 » Il n’y a qu’un seul remède à l’amour : aimer davantage ».

 » Dans l’Amitié comme dans l’Amour, tout est une question de preuves ».

Même Salvador Dali a peint l’Art d’aimer, c’est pas un hasard !

Charles Aznavour, un grand Monsieur artiste !

Salut M’ssieurs-Dames,

J’ai rencontré Charles Aznavour sur le tournage du film «Ennemis  Publics »  où il tenait le rôle d’un vieil arabe. Sur le tournage, Charles a montré de suite, son respect  envers les réalisateurs et toute l’équipe du  film, toujours à l’heure, toujours disponible,  toujours souriant, toujours à l’écoute,  toujours prêt, toujours, toujours, et toujours,  ce pourrait être le début d’une chanson. Le grand Monsieur !!!

Pour la promotion du film dont j’étais chargé du développement, je lui ai demandé si je pouvais l’interviewer. Tout de suite, il m’a dit: « quand vous voulez à mon bureau ». J’organisai aussitôt ce grand rendez-vous avec cameraman, photographe, maquilleuse et ma pomme. Je n’oublierai jamais cet échange et cette complicité entre nous. Parlant de la banlieue, de la langue française et de nos origines, etc.. L’interview exclusive que vous allez découvrir est un message d’un dernier Grand…

https://www.youtube.com/watch?v=FhuxwuziSrI&feature=youtu.be

Charles Aznavour, c’était la France internationaliste, terre d’accueil, qui sait enseigner aux enfants de la République les valeurs fondamentales, mais aussi le charme, le romantisme sexy et une sorte de légèreté en constant équilibre entre le Nord introverti et le Sud extravagant. Charles Aznavour fut d’ailleurs l’idole d’une nouvelle génération issue de l’immigration.

A la fin de cette séance, je lui ai proposé de l’inviter au Festival de Cannes pour présenter la bande-annonce du film. Encore une fois, il me donna son accord et me glissa qu’il allait fêter ses 81 ans ce jour-là. Ce n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd ni d’un muet !  J’intervins auprès de Bernard Brochand, Maire de Cannes, pour savoir s’il  accepterait de rendre hommage à Charles, en lui remettant les clés de la ville. Monsieur Brochand fit mieux, il lui remit la Palme d’Or de la Ville et le nomma Citoyen d’Honneur !

Aussitôt, il me proposa d’organiser une grande fête à la Villa Domergue, lieu de réception prestigieux de la Ville de Cannes placé sur les hauteurs. J’en profitais pour inviter les médias, le CNC, le milieu du cinéma présent au Festival, les acteurs, les sponsors, les notables de la Ville et la Communauté arménienne très représentée à Cannes.

Charles était enchanté et me remercia chaleureusement. Grâce à cette belle fête, il avait retrouvé des cousins et amis arméniens de sa jeunesse. Il était très troublé et ému. J’avais compris ce jour-là la fraternité qui liait les Arméniens entre-eux.

Mais j’avais encore des surprises pour Charles, afin de clôturer son anniversaire en fanfare. J’ai sollicité, auprès de Monsieur Gilles Jacob, Président du Festival de Cannes, la Montée des Marches avec Charles et toute l’équipe du film. M. Jacob m’autorisa même à venir en Cadillac (mon partenaire), en bas des Marches, alors que Renault était le Partenaire Officiel du Festival. Le service communication de Renault était furieux. Mais ils avaient simplement oublié que Cadillac et Corvette étaient les voitures du film. J’ai osé et j’ai gagné…

3 et deux, ça fait 5

 Ce n’était pas fini !  J’ai demandé à Michel Denisot, s’il voulait bien recevoir en « Guest » Charles et les deux réalisateurs, pour parler du film en direct dans « Le Grand Journal ». J’organisai une surprise pour Charles, faire chanter «La bohème » en rap par les rappeurs de Barbès, la « Scred Connexion». Charles versa une larme… J’étais aussi heureux de voir les fruits de mon travail pour la promo de la bande-annonce du film «Ennemis Publics». Mai 2005.

Lettre Scred Connexion

Merci Monsieur Aznavour, chapeau bas et haut. J’aime votre fils Mischa qui est mon ami et toujours à mes côtés quand il le faut. Mischa je t’embrasse.

Salut l’artiste !

Didier Lockwood. Le violoniste de jazz

Mon ami, Didier Lockwood, est mort d’une crise cardiaque dimanche 18 février, agé de 62 ans, il s’était produit pour son dernier concert samedi soir au Bal Blomet à Paris.

« Didier, c’était Monsieur 100 000 volts ». 

Pendant plus de quarante ans, il a occupé une place singulière dans le paysage musical à travers ces nombreuses rencontres et projets dans divers styles: jazz-fusion électrique, jazz acoustique, jazz manouche, jazz et musique classique. Il avait reçu une Victoire de la musique en 1985. Didier a ensuite collaboré avec de très nombreux artistes, de Miles Davis à Herbie Hancok en passant par Claude Nougaro, Barbara et Jacques Higelin.

« Avec son violon, cette petite caisse où tourbillonnait avec un charme infini la bohème, le swing, les sons d’aujourd’hui… et un solide sens de l’humour, Didier Lockwood a enchanté la planète jazz bien au-delà de nos frontières. »

Nous parlions souvent de notre devoir et passion envers les jeunes, Didier était aussi très impliqué dans l’éducation musicale : auteur d’une méthode d’apprentissage du violon jazz, il avait créé en 2001 une école d’enseignement de l’improvisation, le Centre des Musiques Didier Lockwood à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne).

Il avait également remis en 2016 un rapport au gouvernement sur l’apprentissage de la musique. Il s’y inquiétait d’une enfance « formatée » par la technologie moderne et en « panne de sens » et prônait une éducation par plus d’oralité et moins de solfège.

Voici ce qu’il disait pour notre jeunesse :

« Nous sommes face à un choix de société.
En montrant que l’art peut permettre d’accéder au savoir, que les émotions
et la créativité sont une part essentielle de la culture, nous permettrons de réconcilier
un grand nombre de jeunes avec l’école. Nous leur montrerons que le monde scolaire
et la vie future demeurent profondément liés par une même exigence : l’édification
d’un individu autonome et responsable, capable de déployer sa créativité
mais aussi de connaître et de comprendre le monde dans lequel il évolue ;
l’art peut, en d’autres termes, contribuer à réconcilier le sensé et le sensible. »

Didier Lockwood
Vice-président du Haut Conseil
de l’éducation artistique et culturelle

Didier était à nos côtés pour sauver l’atelier Picasso. 2014

Il est parti rejoindre notre ami, Alain Casabona.

Il devait rendre hommage à Django Reinhardt, lors d’un concert prévu en mars.

 

UN COUP DE FIL POUR UN COUP DE POUCE !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Je multiplie les actions depuis plus de vingt ans pour encourager les jeunes talents. Mon objectif : servir d’interface entre des jeunes passionnés qui ont une idée, un projet et les personnes qui pourraient les aider à s’épanouir et à leur trouver un boulot.

Un coup de fil pour un coup de pouce !

  • « Dernièrement, Cédric, un jeune qui venait de créer une boîte de courses est venu me voir. Il avait une telle énergie, c’était fantastique ! J’ai appelé deux trois contacts, en une journée, il avait ses premiers clients.»
  • « Une jeune femme, Karine remplie de volonté représente en France la maison familiale en Espagne de fabrication artisanale de charcuterie Pata Negra, un must. Elle a fait le choix que ses produits soient sur les tables de lieux prestigieux à Paris : L’Elysée, le Ministère des Affaires Etrangères, l’Assemblée Nationale, Air France, les hôtels Ritz, Crillon et dans les restaurants de Joël Robuchon, Alain Ducasse,  Costes, etc. Elle souhaitait être présente aux Galeries Lafayette : ni une ni deux, j’envoyai un mail au Directeur Commercial qui connaît ma passion, Karine a eu RDV avec les deux Directeurs de l’alimentaire. Sans mon intervention, elle aurait dû attendre plusieurs mois et peut-être une fin de non-recevoir… ». Idem avec le Directeur des achats des hôtels Marriott.
  • Un autre exemple : un jeune réalisateur, Julien Colonna me présenta son premier court-métrage : «CNC ». Etant Vice-Président du Festival de cinéma urbain « Les pépites du cinéma », j’ai programmé son film. Grâce au Festival, plusieurs producteurs l’ont contacté pour réaliser des longs-métrages.
  • « Et aussi, Alexandra, auteur et metteur en scène de théâtre. Ayant vécu des années en Italie, pour des raisons alimentaires et aussi par amour pour la langue italienne, elle cherchait à faire des traductions. Le lendemain de notre première rencontre, j’avisai le Premier Secrétaire de l’Ambassade d’Italie et un des plus grands cabinets de traduction à Paris, le Cabinet Kantor. Une semaine après, M. Kantor lui proposait une traduction importante, ma mission était accomplie. »
  • A Shanghai, une amie me demande si je peux aider le fils d’une amie qui est sans boulot. Ce garçon a une passion et un talent pour les bandes dessinées ! J’ai contacté un ami, Gordon Zola, fondateur des éditions du Léopard Masqué. Il a tout de suite répondu à ma demande et l’a reçu dans les jours suivants.
  • La fille d’une amie rêvait de travailler dans une grande maison de luxe, avec mes contacts chez LVMH, elle a réalisée son rêve.
  • Alice, une jeune fille motivée et passionnée par son travail de Chef de rang, souhaitait faire ses preuves à l’hôtel Lutécia, j’ai transmis sa demande auprès de la direction. L’hôtel Lutécia restauré par mon ami Jean-Michel Wilmotte lui à ouvert ses portes.

Initiateur et organisateur du 1er défilé de mode  » SAD Beyrouth 95  » après 17 années de guerre au Liban, avec 20 jeunes stylistes franco-libanais, diplômés de la Chambre Syndicale de la Haute-Couture, parrainé par dix couturiers, ce qui leur a permis d’avoir un premier emploi dans leurs maisons de couture.

Et aussi le 1er Défilé Européen de Mode « Cumulus Fashion Tour » au Carrousel du Louvre, à la Triennale di Milano, au London College of Fashion avec 42 stylistes de 20 pays européens. Le but était de les faire découvrir par les Grandes Maisons de Couture, les médias et les investisseurs. Pari osé et gagné.

Je pourrai encore vous présenter d’autres actions et d’engagement…. C’est mon devoir et ma mission.

« J‘ai eu beaucoup de chance lorsque j’étais jeune de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, surtout des gens généreux qui m’ont porté, poussé, façonné, encouragé, ce qui m’a permis d’avoir un bon parcours dans plusieurs secteurs d’activités, alors que je n’avais que le diplôme de HEC (Hautes Etudes Communales ) et un CAP d’électricien aux Arts & Métiers.

 C’est mon devoir de ne pas oublier et de passer le relais.

 J‘ai donc eu l’idée de créer un réseau novateur sous le slogan « Un coup de fil pour un coup de pouce ! ». Le principe est simple : il suffit de contacter l’un de vos amis, partenaires, clients pour leur présenter votre jeune poulain.

« Vous imaginez le bonheur, pour un jeune qui démarre sa carrière, de savoir qu’il n’est pas tout seul, qu’un inconnu est prêt à lui donner un coup de main pour le motiver et l’aider à se construire ? ».

Depuis de nombreuses années, les annonces des gouvernements se succèdent en restant au stade de l’intention ! Voici une idée pour les jeunes chômeurs :

En France, il y a 3.400.000 entreprises. Si chaque entreprise avec l’aide de l’état employait un jeune, ce serait la fin du chômage pour eux.

Chaque entrepreneur serait le parrain du jeune qu’il emploie, en lui apportant son expérience et en lui donnant la première pierre de son parcours. Beaucoup d’entrepreneurs oublient qu’ils ont été aidés lorsque qu’ils étaient jeunes !

Je compte sur vous pour diffuser cette idée. Merci

 

 

 

 

 

 

 

 

L’idole est parti !

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Johnny est parti rejoindre ses potes. Une partie de ma jeunesse est partie aussi. Je suis triste !

Comment ne pas penser à mon premier concert en 1963, avec Johnny à la Nation, en y allant avec une mobylette volée.

Témoignage de Frank Ténot sur le concert yéyé à la nation :
https://player.ina.fr/player/embed/I13163496/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/wide/1

Comment ne pas penser à mon ami Ticky Holgado  qui a été son secrétaire et l’un de ses meilleurs amis.

Comment ne pas penser à un dîner avec lui, après son dernier concert à l’Olympia en 2000, avec Laeticia, MC Solaar, Ticky et Jean-Claude Camus à l’hôtel Costes.

Johnny et MC Solaar sont les deux révolutions musicales du siècle dernier avec le Rock et le Rap.

Voici le communiqué rédigé par Laeticia.

« Johnny Hallyday est parti. Jean-Philippe Smet est décédé dans la nuit du 5 décembre 2017. J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant, c’est bien cela. Mon homme n’est plus.

Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité. Jusqu’au dernier instant, il a tenu tête à cette maladie qui le rongeait depuis des mois, nous donnant à tous des leçons de vie extraordinaires. Le coeur battant si fort dans un corps de rocker qui aura vécu toute une vie sans concession pour la scène, pour son public, pour ceux qui l’adulent et ceux qui l’aiment.

Mon homme n’est plus. Le papa de nos deux petites filles, Jade et Joy, est parti. Le papa de Laura et David a fermé ses yeux. Ses yeux bleus qui illumineront encore et encore notre maison, et nos âmes.

Aujourd’hui, par respect et par amour pour cet homme extraordinaire qui fut le mien pendant plus de 22 ans, pour perpétuer sa passion de la vie, des sensations fortes, des émotions sans demi-mesure, nous unissons tous nos prières, et nos coeurs. Nous pensons à lui si fort qu’il restera à jamais à nos côtés, aux côtés de ceux qui l’écoutent, le chantent et le chérissent depuis toujours.

Johnny était un homme hors du commun. Il le restera grâce à vous. Surtout, ne l’oubliez pas. Il est et restera avec nous pour toujours. Mon amour, je t’aime tant. «

Laeticia Hallyday

Chère Laeticia,

je vous adresse mes meilleures amitiés, Johnny était un grand qui a changé notre jeunesse.

Il était très heureux avec vous et l’amour qu’il donnait à vos deux filles le rendait joyeux.

Courage, nous sommes tous avec vous.

André Cardinali

La Hune a brulée !

Bonjour M,ssieurs, Dames,

Au feu les pompiers, la Hune brûle..

Les pompiers tentent d’éteindre le violent incendie qui s’est déclaré jeudi 16 novembre dans l’ancienne librairie La Hune, en plein cœur historique et littéraire de Paris.

« Le rez-de-chaussée et le premier étage sont totalement sinistrés »

C’est une institution de la littérature et des arts qui est partie en fumée, jeudi 16 novembre, dans le quartier Saint-Germain-des-Prés, en plein cœur historique et littéraire de Paris, située non loin de l’église Saint-Germain et des célèbres cafés Les Deux Magots et le Café de Flore.

J’étais invité hier soir à La Hune, au vernissage de la toute première exposition des photographies de Matthieu Ricard  » Un demi-siècle dans l’Himalaya ». En vingt minutes tout a disparu.

Heureusement, les archives de La Hune sont conservées par la bibliothèque Kandinsky du Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou.

C’est à La Hune que Jean-Paul Sartre m’achetait des livres pour m’éduquer à la littérature. C’est aussi là que j’ai fait de belles et surprenantes rencontres féminines !

Tant de souvenirs sont partis en fumée…

La célèbre librairie "La Hune".

En 2015, l’historique librairie parisienne a été reprise par le groupe Yellow Korner et transformée en galerie de photos d’art.

 

 

Lettre au Président de la République

Monsieur le Président,

30.000 enfants vivent dans la rue en France. ( Source Insee ), les Roms sont Européens, pouvez-vous intervenir auprès du Parlement Européen pour leur rappeler ! C’est a eux de s’en occuper.

Ceux que l’on voit à Paris, ce sont quasi exclusivement des Roms. C’est à dire des populations qui font ce choix, par traditions, et qui utilisent leurs enfants comme… main d’œuvre, en se marginalisant elles-mêmes (non scolarisation des enfants exploités pour vol et mendicité, vie dans des bidonvilles… et remontée de la rapine vers les mafias en Roumanie et Bulgarie).

Les Français ont défilé pour « La Manif pour tous «, pourquoi ne défilent-ils pas pour cette misère humaine en bas de chez eux ?

Catholiques, mères, grand-mères avez-vous un cœur ? Si ne n’est se donner bonne conscience en donnant la pièce ou un bout de pain en fermant les yeux. Et vous les pères, réveillez-vous !

Indignons nous, sortons du silence qui est une forme de collaboration passive.

A chaque fois, que je rencontre ces enfants, j’ai honte et suis en colère, d’être dans le pays des Droits de l’Homme !!!

Reconnaissance aux associations pour leur travail acharné.

J’ai connu les bidonvilles étant enfant à Montreuil, je ne veux plus voir ça !

« Les hommes politiques ne connaissent la misère que par les statistiques. On ne pleure pas devant les chiffres ». (Abbé Pierre)

Que dirait-il aujourd’hui, après la misère des années 50, qu’il a combattu ?

Monsieur, le Président, nous comptons sur vous.

Sincère hommage.

André Cardinali

Le Club des Cinq

Bonjour M’ssieurs, Dames,

Mélanchon, Hamon, Macron, Fillon et le Front, se battent pour le perron de la Nation pendant cinq ans.

Si vous aussi, votre nom fini par on, présentez-vous aux élections.

« Toutes les idéologies politiques qui ont voulu modifier le monde ont échoué parce que le monde ne peut être géré par des théories, il est régi par la réalité ». Olivier de Kersauson

 

les-5

Tape- m’en cinq, qu’ils nous prennent tous pour des Cons !!!

Cette bande sans saveurs et sans odeurs veux diriger la France ? Quel malheur…

Les cinq sens sont l’ouïe, l’odorat, la vue, le toucher et le goût. Aucun là !!!

Mélanchon aime la dérision

Hamon aime la religion

Macron aime la télévision

Fillon aime le pognon

Le Front est con…

Nous sommes dans le cinquième élément avec des quintuplés. Quintessence : Substance éthérée que certains philosophes de l’Antiquité ajoutaient comme cinquième élément aux quatre éléments traditionnels.

« De tous ceux qui n’ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent ». Coluche

Je préfère encore Le Club des cinq, une des séries les plus connues d’Enid Blyton, qui relate les aventures d’un groupe de quatre enfants et d’un chien.

couv5

Franklin Servan-Schreiber. Son premier livre !

Bonjour,

je n’ai pas écrit depuis plusieurs mois, pour cause d’affaires personnelles. Je vous prie de m’en excuser.

Je reviens vers vous, pour vous présenter un livre qui me touche, qui donne de l’amour et du courage, surtout dans les moments difficiles que je traverse actuellement.

Le livre de Franklin est un récit bouleversant, un témoignage plein d’espoir et une réflexion à la fois spirituelle et scientifique sur notre quête du bonheur et notre destin commun face aux défis écologiques et technologiques qui s’annoncent.
Connaissant les quatre fils de Jean-Jacques Servan-Schreiber, leur père, je suis d’autant plus touché par le récit de Franklin. Un homme sensible, aimant les autres tout en restant humble. Une belle histoire de vie qui doit nous servir d’exemple.
Franklin cite dans son livre ces mots auxquels, je crois depuis longtemps  » nous sommes tous de passage  » ne l’oublions pas !

Merci Franklin de nous faire partager ton intelligence.

9782221195796

Avec mes frères, nous avons toujours été unis et solidaires, soudés par les joies de l’enfance et les ambitions de la jeunesse. Lorsque David, l’aîné, l’auteur du best-seller Anticancer, rechute de sa tumeur, toutes nos forces sont mobilisées et nous l’accompagnons jusqu’au bout de son plus grand défi. Il nous avait dit, l’avait écrit : la mort n’est pas injuste. Pourtant, du fond de ma tristesse, confronté à cette disparition trop soudaine bien qu’annoncée, je ne pouvais que m’interroger sur le sens de l’existence : avais-je pleinement vécu ? aurais-je des regrets à la fin ? Et je me souvins de cette fameuse phrase de Confucius que citait notre frère Émile : « On a deux vies, et la deuxième commence lorsqu’on se rend compte qu’on n’en a qu’une. » Je suis alors allé à la rencontre d’un vieil ami de David, Yves, un homme de quatre-vingt-huit ans, d’une expérience de vie admirable doublée d’une profonde sagesse. « C’est un prince », m’avait-on dit. C’est avec lui que j’entrepris cette recherche de sens. »

Quatre frères, un ami, et la recherche du sens de la vie est un récit bouleversant, un témoignage plein d’espoir et une réflexion à la fois spirituelle et scientifique sur notre quête du bonheur et notre destin commun face aux défis écologiques et technologiques qui s’annoncent.

27b9ba625e31343734363235363338373230313732

Franklin donnera une conférence et la signature de son livre,
à 19 heures, le vendredi 25  novembre
à l’Hôtel de l’Industrie. 4, place Saint-Germain des Prés à Paris 6 ème.

Venez nombreux.

Presse :
 » Transmission, transfiguration, permanence, vitalité traversent ce livre réconfortant, impossible à lâcher jusqu’à la dernière ligne  » Psychologies Magazine

 » JJSS sondait l’époque ; David nos cerveaux ; Franklin, dans son livre, s’attaque aux mystères de l’âme  » Paris-Match

 » Une rencontre touchante et pudique avec un homme sensible  » La Côte ( Suisse )

 » Il est des livres qui nous accompagnent dans un moment difficile de la vie. Il est des ouvrages que l’on voudrait avoir écrit.Il est des récits qui redonnent envie. Quatre frères, un ami, et la recherche du sens de la vie est de ceux-là.  Cité Magazine ( Suisse )

Lecteurs :
 » Je voulais vous dire bravo pour ce magnifique témoignage. Je l’ai littéralement dévoré en deux jours. Vous parvenez à transmettre tellement d’émotions, de la surpuissance de l’amour, aux forces qui se déploient naturellement dans les moments de désespoir. Quant à la fin métaphysique, elle remet l’homme à sa place dans cet univers infini et méconnu tout en sublimant ce qu’on oublie souvent : le miracle que représente la vie ! Je n’avais pas envie de vous quitter à la fin du livre. » Camille R.

 »  C’est émouvant et plein de sensibilité. Les mots sont justes, il faut beaucoup de courage pour s’exprimer ainsi. A travers l’histoire singulière de votre famille chacun peut y trouver un peu la sienne.  » Patricia P.

 » Je n’imaginais pas que ce livre serait aussi touchant, drôle et instructif… Un grand merci : j’ai passé d’excellente soirée à déguster votre livre sur mon canapé…tout en dégustant un bon whisky de ma collection. Votre livre m’a appris plein de choses et la bibliographie donne envie d’aller explorer toutes les références que vous citez. » François B.

 »  Votre livre est beau, tendre, sensible, passionnant, intelligent. Vos sentiments et pensées y sont parfaitement exprimés. Il nous parle d’amitié, de compréhension de l’autre, et de partage. enfin il nous explique des choses bien complexes aussi clairement et nettement que possible. subitement on se sent intelligent  » Nicole C.

Je ne peux les citer tous…

L’Atelier Picasso sauvé !

Bonjour Mssieurs, Dames,

Il y a des combats qui méritent d’être menés, comme celui de l’Atelier des Grands-Augustins, qui était en péril! Et qui vient de bénéficier d’une décision favorable et sans précédent de la Cour de Cassation.

C’est ICI, que Balzac, Jacques Prévert, Jean-Louis Barrault ont créé certaines de leurs œuvres!. C’est pour cela que je me suis engagé auprès de mon ami, Alain Casabona, délégué général du CNEA ( Comité National pour l’Education Artistique ) qui n’a jamais baissé les bras, malgré les pressions et les anomalies, pour sauvegarder ce lieu rempli d’histoires et de créations pour la jeunesse.

Ce billet est destiné à tous les amis et personnalités qui ont apporté spontanément leurs soutiens et leurs signatures à la Lettre ouverte, adressée au Premier Ministre, Manuel Valls et à la Maire de Paris, Anne Hidalgo, datée de 2014.

Je vous en remercie chaleureusement. Sans oublier mes enfants Linh et Jean qui m’ont toujours soutenu.

Ce billet mérite d’être diffusé auprès de vos amis et des réseaux sociaux. Je compte sur vous. Merci. dédé

C’est ICI, que Picasso a peint Guernica !

photo Grenier

Cher Dédé,

Je sais tout le travail que tu as accompli depuis si longtemps au service de la jeunesse et des artistes et plus largement de la culture. Ton ardeur à soutenir notre cause depuis trois ou quatre ans en témoigne largement, s’il le fallait. Ton ralliement immédiat au noyau dur constitué par les animateurs de notre Comité de soutien, Lucien Clergue, Charlotte Rampling, Didier Lockwood et maître Marc Bellanger, a été décisif pour le développement de notre campagne. Pour paraphraser le Cid: « Nous partîmes cinq cents, mais par un prompt renfort…. » 
C’est pourquoi je pense que le communiqué que tu trouveras ci-joint, ainsi que la décision de justice qui l’accompagne devraient te réjouir, de même que tous ceux que tu as convaincus de nous rejoindre dans ce combat que l’on disait perdu d’avance. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés. Certes rien n’est encore gagné; aussi faut-il se garder de tout triomphalisme, mais il s’agit là d’une superbe victoire qui augure d’une heureuse issue.
Avec toute mon amitié,
Alain Casabona,
Délégué général du CNEA

Communiqué de presse, 3 juin 2016

Grenier des Grands-Augustins :

La Cour de Cassation donne raison au CNEA

et condamne sévèrement la Chambre des Huissiers de Justice de Paris

Le CNEA (Comité National pour l’Education Artistique) a la satisfaction d’annoncer que par arrêt de la Cour de Cassation en date du 1er juin 2016, justice lui a été rendue, la Cour Suprême ayant invalidé le congé qui a permis à la CHJP (Chambre des Huissiers de Justice de Paris) de l’évincer du Grenier des Grands-Augustins. Il est désormais jugé de façon définitive que le CNEA a été expulsé du Grenier de manière illégale.

C’est donc à bon droit que le CNEA a engagé cette action judiciaire dans le but de « sanctuariser » ce lieu mythique, ancien atelier de Jean-Louis Barrault et de Pablo Picasso, afin de le protéger et de permettre ainsi au public, et tout particulièrement aux scolaires, de profiter de cet endroit qualifié par le réalisateur Carlos Saura de « lieu le plus emblématique de Paris, digne d’être classé au Patrimoine mondial de l’Humanité. »

Il fallait pour cela éviter que le Grenier ne soit transformé, comme l’étage inférieur, en chambres d’hôtel et suites, le président de la CHJP, Maître Denis Calippe, ayant contracté un bail avec un groupe immobilier, chargé de convertir l’ensemble de l’immeuble, situé 7, rue des Grands-Augustins, en résidence hôtelière de luxe. Afin d’éviter ce désastre, le CNEA avait organisé une vaste campagne et saisi, par le biais d’une lettre ouverte, le Premier ministre et la maire de Paris. A la suite de cette action, la Commission régionale du Patrimoine et des Sites avait voté à l’unanimité le 13 mai 2014 le classement à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques des deux derniers étages de l’immeuble, dont le Grenier.

Faisant fi de cette décision, ledit groupe immobilier avait déposé le 5 août 2014 un permis de construire occultant ce classement. Malgré toutes les interventions du CNEA, entre autres, auprès des pouvoirs publics, la mairie de Paris avait accordé un permis de construire au groupe en question le 15 juillet 2015. Face au danger planant sur les deux derniers étages, le CNEA avait donc décidé de déposer un recours devant le Tribunal administratif le 15 septembre 2015 pour demander l’annulation de ce permis, appuyé dans sa démarche par le Comité de défense des Ateliers des Grands-Augustins.

Toutes les étapes de ce combat sans précédent dans l’histoire du Patrimoine sont retracées sur le site du CNEA (rubriques « Actualité », « Actualité judiciaire » & « Communiqués ») : https://lecnea.wordpress.com/

Le CNEA tient à remercier tous ceux qui lui ont manifesté leur soutien pendant ces années de procédure judiciaire, si lourdes à traverser. Nous ferons état de tous ces soutiens dans un prochain communiqué, après avoir réfléchi aux suites à donner à cette décision de justice et consulté notre Conseil, Maître Marc Bellanger. Une réunion du Conseil d’administration est convoquée à cet effet.

P/O le Bureau national du CNEA

Alain Casabona, Délégué général

Contact : c.n.e.a@wanadoo.fr

Conférence de presse, jeudi 13 novembre 2014 à la Mairie du 6ème arr…

Chers amis,

De Shanghai, je suis, comme vous pouvez l’imaginer, de tout cœur avec vous dans ce combat ultime pour sauver les Grands-Augustins ( Atelier Picasso ) en étant l’un des animateurs du Comité de soutien avec Charlotte Rampling et Didier Lockwood.

 Je remercie Frédéric Beigbeder d’avoir accepté de me représenter.

Je salue tout particulièrement Maître Roland Dumas, dont le témoignage précieux et la ténacité dont il a fait preuve, pour que soit respectée la volonté de Picasso, à savoir le retour de Guernica à Madrid, « quand l’Espagne serait devenue une démocratie ».

J’ai la conviction que la réunion d’aujourd’hui va permettre de trouver enfin une solution positive face à la situation scandaleuse contre laquelle nous protestons. Alerté par le Président de l’Académie des Beaux-Arts, et président de notre Comité de soutien, Lucien Clergue, le Président de la République avait pourtant – c’était en avril 2013 – exprimé clairement sa volonté de voir ce dossier « traité prioritairement ». Un an après, face à l’inertie des pouvoirs publics, le Comité de soutien dont je suis l’un des animateurs, avait pris l’initiative d’adresser une lettre ouverte au Premier ministre et à la Maire de Paris, quelques jours après leur nomination.

La commission régionale du Patrimoine et des sites s’était réunie, et avait – décision semble-t-il sans précédent – voté à l’unanimité le classement du Grenier et de l’étage inférieur, où Picasso a peint Guernica et la Colombe, devenue l’emblème de la paix.

Nous nous étions tous félicités de cette décision, largement relayée par la presse, qui avait titré « le Grenier des Grands-Augustins est sauvé ».

Sauvé ? Tu parles ! Les huissiers, ou plutôt la Chambre des huissiers de Justice de Paris – ne pas confondre – a profité de l’absence de réactivité immédiate des pouvoirs publics pour déposer, en douce, le 5 août dernier, une demande de permis de construire pour transformer l’Hôtel de Savoie…en résidence hôtelière de luxe, après avoir affirmé pendant des mois que telle n’était pas son intention, et que ceux qui véhiculaient cette information étaient des affabulateurs, allant jusqu’à faire état, sur une radio publique, d’ « allégations fantaisistes ».

Le temps des pétitions est passé ! C’est pourquoi, aujourd’hui, nous en appelons au Président de la République pour lui demander d’user de son autorité et de ses pouvoirs pour que les Grands-Augustins retrouvent leur vocation culturelle et artistique, et soient ouverts au public, dans les meilleurs délais. Halte au foutage de gueule : il faut arrêter de tergiverser !

Avec tout le respect que nous devons au Président de la République, nous lui demandons solennellement de prendre ses responsabilités dans cette affaire.

Faute de quoi, la France sera la risée du monde entier pour tous ceux qui sont attachés à ce patrimoine.

André Cardinali dit dédé de Montreuil ou de Shanghai, c’est selon !.

F Beigbeder Conf de presse

Carlos Saura m’a adressé le message suivant :

Cher dédé,

Je crois que ce lieu doit demeurer un lieu inaltérable, un centre de culte et d’admiration qui, en tant que Patrimoine de I’Humanité, mérite donc la plus grande attention de I’Etat français. ll n’est pas vain de penser que le « Guernica » est la plus formidable représentation « des désastres provoqués par la guerre », un tableau-affiche qui symbolise I’horreur et la violence de la guerre, malheureusement toujours présentes à notre époque, où les conflits belliqueux sont une menace permanente pour I’Humanité.

Cette structure de la rue des Augustins qui a accueilli le théâtre, la danse et la peinture, mérite d’être conservée et protégée comme étant le lieu !e plus emblématique de Paris « .

A ce sujet, Carlos Saura prépare un film,  « 33 dias « , dont la sortie est prévue en 2017, le rôle de Pablo Picasso étant confié à Antonio Banderas, celui de Dora Maar à Gwyneth Paltrow. A l’occasion du montage du projet, le CNEA avait accueilli le grand cinéaste au Grenier pour lui permettre de prendre les repères et mesures nécessaires à la reconstitution en studio des ateliers.

Et puisqu’il est question de cinéma, rappelons que chaque scène est précédée de l’ordre du réalisateur : « ACTION ». C’est ce que nous attendons aujourd’hui. Il est temps de mettre un terme à ce mauvais feuilleton !

André Cardinali.

PS : Une anecdote veut qu’Otto Abetz, ambassadeur du régime nazi à Paris, aurait demandé à Picasso, sur le ton de la colère, lors d’une visite à son atelier rue des Grands-Augustins, devant une photo de la toile de Guernica : « C’est vous qui avez fait cela ? », Picasso aurait répondu : « Non… c’est vous »

Aujourd’hui, Picasso pourrait nous dire  » C’est vous qui avez sauvé mon atelier ? oui, c’est nous !.

sans-titre

Robert Doisneau

Siné, un grand Monsieur.

Bonjour M’ssieurs-Dames,

J’ai rencontré Siné en 68 dans un rade rue Gay-Lussac à côté des barricades, il m’avait impressionné pour son engagement envers les jeunes qui combattait pour une société nouvelle et pour ses mots toujours bien placé. Il me parlait de son journal  » L’enragé « avec enthousiasme et cruauté. Siné à toujours été dans mon esprit, je resterais un Sinéphile toute ma vie. Je lui dédicace la citation d’Elsa Triolet :  « Créer est aussi difficile que d’être libre« . dédé

Siné, en 2009. © MaxPPP

Siné, anticlérical farouche, est mort un jeudi de l’Ascension. Jean-Christophe Ogier, spécialiste BD de France Info, revient sur le parcours d’un dessinateur au trait à la fois rêche et rond. Mais toujours rageur.

Siné, c’était l’incarnation de l’anar radical, anticlérical, anticolonial, antifasciste… tellement anti tout qu’on l’accusera même d’être antisémite, ce dont il s’est toujours défendu avec force. Mais cela conduira Philippe Val, alors directeur de Charlie Hebdo, à le renvoyer de l’hebdomadaire, en 2008.

Image result for siné

Du coup, Siné va créer Siné Hebdo, puis Siné Mensuel, pour continuer à dire « Merde ! » – jusqu’à cette semaine, sur son lit d’hôpital –, avec des signatures comme Guy Bedos, Geluck, Christophe Alévêque, Isabelle Alonso, Michel Onfray… Siné avait sa bande, des personnes qui lui sont restées fidèles, alors même qu’il était resté « enragé » depuis les années 50. Enragé, du nom d’un des premiers journaux qu’il avait créé.

Siné était noir et rouge. Noir comme le drapeau de l’anarchie et celui des pirates, et il voyait rouge, contre tout et contre tous. C’était un homme en colère permanente. En colère contre les curés – il avait tellement bouffé du curé qu’il a du en avoir des indigestions… Il était en colère contre l’armée – il ne supportait pas les militaires. Il était en colère contre la police, contre la justice, contre tout ce qui incarnait l’Etat et le pouvoir.See original image

Siné a dénoncé, toute sa vie, la bêtise des gouvernants, la complicité des journalistes, l’appétit des riches, la résignation des pauvres, la capitulation des intellectuels, la généralisation de la surveillance et de la répression… Il dessinait et il écrivait avec gourmandise dans un registre injurieux, scatologique, héritier d’une tradition pamphlétaire sans limites.

On a du mal à l’imaginer mais il a travaillé à L’Express, en 1957, pour y brocarder curés, militaires et policiers. Durant l’été 1960, il remplace François Mauriac et son Bloc-notes. Les lettres de protestation affluent. Dans un éditorial un peu gêné aux entournures, JJSS prend sa défense: « Son but ne doit pas être de plaire. Nous n’avons donc aucune excuse à présenter« . Siné s’est d’ailleurs fâché avec la plupart des directeurs de journaux pour lesquels il avait travaillé, et pas uniquement Charlie Hebdo. Ce qui l’a conduit à devenir patron de presse, avec Siné Massacre, L’Enragé, Siné Mensuel… « Siné Massacre », c’était un mot d’ordre et une ligne de conduite qui l’a amené à de telles audaces qu’il a passé beaucoup de temps devant les tribunaux.

La rage, contre l’Etat d’abord, contre les cons ensuite !

Graphiquement, Siné, c’est un trait à la fois rêche et rond. Il se représentait volontiers lui-même, avec ces dernières années son appareil d’assistance respiratoire, ou dans son fauteuil roulant. Rêche, et rageur, mais capable de rondeur, également : il adorait les chats, il en a fait des livres entiers, et quand on aime les chats, on a de la rondeur… Même si dans cette plume, il y avait quelque chose d’aussi rêche que son discours.

Siné a été passionnel, toute sa vie, il fait partie de ces personnes qui  ne peuvent que réagir en contre, qui ne peuvent que dénoncer.  Son père naturel avait été condamné aux travaux forcés, il a passé la plus grande part de son service militaire en prison, il a toujours eu une rage, d’abord contre l’État, puis contre les cons. Et il y en avait beaucoup, selon lui.

Son autobiographie, qui s’ajoute à la trentaine de recueils de dessins et de réflexions politiques, et s’intitule Ma vie, mon œuvre, mon cul. Dans sa dernière une de Siné Mensuel, le numéro de ce mercredi, il réagissait au mouvement Nuit debout et appelait à la grève générale, sous le titre « Plus jamais couché ».

Siné l'incorrigible

Avant-hier, il écrivait sa dernière zone, publiée hier sur le site de Siné Mensuel, son journal :

Ça m’énerve grave.

Depuis quelque temps, vous avez dû remarquer que je ne nageais pas dans une joie de vivre dionysiaque ni dans un optimisme à tous crins, ce qui est pourtant mon penchant habituel. Je ne pense, depuis quelque temps, qu’à ma disparition prochaine, sinon imminente, et sens la mort qui rôde et fouine sans arrêt autour de moi comme un cochon truffier. Mon moral, d’habitude d’acier, ressemble le plus souvent maintenant à du mou de veau ! C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches ! Je pense aussi à tous les enculés qui vont se frotter les mains et ça m’énerve grave de crever avant eux ! Heureusement que vous êtes là, admirateurs inconditionnels, adulateurs forcenés… vous ne pouvez pas savoir comme vos messages me font du bien, un vrai baume miraculeux ! Et banzaï malgré tout !

Image result for siné

Il aurait ajouté : Continuez le combat !

Image result for siné