Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

A propos de Dédé

 

 

 

 

Ce blog raconte des histoires de mon voyage échappé des terrains vagues de la zone ( le mot banlieue est venu plus tard ) proche de Paris.

Je voulais aller voir les lumières de la ville et j’ai croisé de grands bonshommes qui ont étonnamment choisi de partager un bout de chemin avec moi.

Fils d’un résistant communiste italien, ouvrier immigré en France, je ne supportais pas la pauvreté de mes voisins et de mes potes à Montreuil et à Bagnolet. Ma colère est née à ce moment là et ne m’a jamais quitté.

Ces braises au fond de mon cœur ne s’éteindront qu’avec mon dernier souffle. Ces braises donnent des flammes pour réchauffer le cœur des autres… Elles ne consument pas les matières mais elles conçoivent des projets qui relient les hommes, pour qu’un talent visible s’engage avec un autre talent dans l’ombre.

Photo Alessandra Dadier

Je préserverai une part de mon jardin secret avec des conneries de ma jeunesse et des missions que l’on m’a confiées en toute confiance. C’est pas maintenant que je vais balancer comme les gars qui n’ont ni paroles, ni honneur !!!

J’ai la chance de vivre un destin, peu commun, qui me plonge dans toutes les communautés de notre société. Du rade à l’Élysée, mon engagement reste invariable. Ma curiosité, mon audace, mon enthousiasme depuis plus de cinquante ans m’ont fait vivre des histoires que j’ai décidé de raconter et de partager avec vous sur ce blog.

L’homme qui a le plus vécu n’est pas celui qui a compté le plus d’années, mais celui qui a le plus senti la vie. Jean-Jacques Rousseau

André Cardinali
dcardinali(at) hotmail.com

Publicités

20 réponses à “A propos de Dédé

  1. Bertrand 4 avril 2011 à 2 h 13 min

    Voici un petit mot de mon ami Bertrand Dussauge qui m’a convaincu d’avoir un blog, en l’espace d’un déjeuner, il m’a calculé, contrarié, a bougé ma colère, m’a enthousiasmé, on s’est quand même bien marré en buvant notre café. Encore Merci à notre ami en commun, Gilles Rogers de nous avoir permis de se connaître.

    « Mon Dédé,

    Très belle intro en effet. Tes histoires sont un mélange de tes observations de la société et des hommes avec qui tu as partagé des tranches de vie. Il faudrait que tu essayes de raconter tes enseignements, tes convictions, au détour d’anecdotes vécues avec ces personnages célèbres. Pour cela annonce dans le titre le nom de ton pote, mort ou vivant, ainsi le lecteur sera toujours surpris par tes origines et tes fréquentations! Il y a un paradoxe entre ton éducation de la rue et l’affection que te portaient ces personnages. Ce paradoxe, les lecteurs comprendront au bout de plusieurs histoires qu’il ne s’explique que par ton intelligence qui n’ a pas eu besoin d’une éducation académique.

    C’est vrai que tu es en colère. Donc il faut connaître tes coups de gueule. Mais il faut aussi laisser le lecteur sur des notes constructives, des recommandations avec au moins un exemple concret.
    J’aime aussi ces deux premiers textes qui ressemblent à une intro de ta biographie ou à sa conclusion. On pourrait les glisser dans une rubrique dédiée.
    J’aime tes formules façon Audiard qui chantent comme de la poésie. D’ailleurs y a de la rime parfois.

    Mais j’aime aussi le ton. C’est toi. On te retrouve
    Le format est bon.

    Amitiés

    Bertrand Dussauge
    Photo Alexandra Dadier

  2. Hardel 20 avril 2011 à 12 h 31 min

    Tant qu’il y aura des hommes comme André Cardinali l’espoir sera toujours possible… par Alain Hardel. Psychologue et écrivain.

    Lorsqu’il le présentait ou le recommandait aux Grands de ce monde, Jean – Jacques Servan – Schreiber définissait André Cardinali par trois adjectifs : « Courageux, intelligent et très créatif ». Ce qui explique certainement qu’il ait tenu à le garder si précieusement près de vingt ans à ses côtés.

    Trois adjectifs qui définissent bien André et auxquels tous ceux qui ont suivi son action peuvent aujourd’hui en ajouter une infinité d’autres.

    Car André est avant tout un enthousiaste, un homme de passion dont la fougue, l’énergie, l’efficacité, la volonté, la créativité et l’énergie n’ont d’égale que la générosité avec laquelle il se consacre aux autres.

    André est également un formidable homme de conviction avec un pouvoir fédérateur hors du commun pour entraîner les autres derrière lui. Jean-Pierre Khalifa, Michel Rocard, Charles Aznavour, Danielle Mitterrand, Jacques Séguéla, Jean-Pierre Mocky, MC Solaar, André Bercoff sont parmi les nombreux fidèles qui ont toujours répondu à son appel et lui ont apporté leur soutien dans ses différentes actions.Tout comme les plus hautes autorités européeenes qui ont accepté avec enthousiasme de parrainer ses nombreuses manifestations culturelles.

    Et si André Cardinali s’est révélé un véritable ambassadeur de la culture française dans le monde c’est toujours à travers des évènements prestigieux comme le Festival Jacques Prévert à Istanbul, le SAD à Beyrouth, le 1er défilé européen de mode « Cumulus Fashion Tour « à Paris, Milan, Londres, avec la participation de quarante deux stylistes venant de vingt pays européens, le Salon Européen du Livre à Dijon, le 1er Festival Itinérant de Films Urbains « Les pépites du cinéma « ….

    Sa passion de la culture l’a également amené à concevoir une nouvelle édition des œuvres de Gustave Eiffel, à se faire l’agent de peintres, de sculpteurs, à apporter son soutien aux créateurs, et par son acharnement à faire émerger les jeunes talents, à faire rayonner la culture française avec une énergie incomparable.

    Car André est l’homme des tours de force, capable de créer des ponts entre les différentes manifestations artistiques et de larges passerelles entre les peuples d’un continent à l’autre.

    Homme de combat et d’engagement, il a apporté aux jeunes son aide pour les aider à faire émerger leur talent, à le promouvoir, en leur communiquant son extraordinaire optimisme et sa foi en l’humain.

    Faire rayonner les talents de demain, leur ouvrir grand les portes en les faisant bénéficier de son expérience et de ses connaissances sont au cœur même de la mission qu’il s’est fixée.

    Et c’est là son élégance, une élégance du cœur : rendre ce qu’on lui a donné, offrir en retour ce qu’il a eu la chance de recevoir.

    Un message profondément humaniste et formidablement optimiste qui est aussi une manière de témoigner qu’on peut être enfant des banlieues et fils d’immigré italien sans que cela empêche de rêver à des parcours lumineux, et qu’au delà des différences la culture reste le levier idéal pour soulever des montagnes.

    André Cardinali a tellement œuvré pour mettre les autres en lumière que c’est simple justice qu’aujourd’hui ses amis aient envie de braquer les projecteurs sur lui.

    Alain Hardel

  3. José Touré 29 décembre 2011 à 10 h 07 min

    RIRES, Mon Dédé tu as raison de te poser la question, mais saches que je t’aime depuis le début, j’ai tout de suite aimé l’homme et sa personnalité.Alors si je trouve tes idées merveilleuses n’en sois pas étonné!!!
    Là, je rentre de Nouvelle Calédonie après avoir fait une véritable immersion dans la région clanique des Kanac, se fut incroyable! Nous avons tourné pendant quatre jours avec Christian Karembeu, et pour un retour aux sources ce fut un très poétique voyage.

    Maintenant, pour avoir un peu étudié ton nouveau projet avec Philippe Monnet que je trouve vraiment beau et ludique, indispensable et fédérateur, j’ai une idée pour le diffuser à travers des images, des sons, des silences qui peuvent en dire long et plus encore… Je peux t’en parler rapidement car mon but autant que toi est de construire avant tout, construire pour abriter le futur de ceux qui arrivent.
    Alors si tu veux skypager, alors parlons, parlons, parlons mon Dédé.

    Je t’embrasse

    José Touré

  4. TSA 14 janvier 2012 à 15 h 29 min

    Le tisseur de l‘agapè

    Un sur-vivant
    Quand on a la vue, il ne faut pas en vouloir à ceux qui ne l’ont pas
    L’écoute de soi-même lui permet de faire résonner la vie de chacun
    La passion des enfants
    Il est décodé, ayant perçu le formatage des différentes strates mondiales
    Instinctif
    Le problème, c’est qu’il est sincère
    Donnez-lui trois données qui se battent en duel, il en fait information qui donne action et réalisation
    Il est feu et se comporte en eau. On peut combattre le feu avec l’eau. On n’endigue pas l’eau avec le feu.
    Il a cette capacité rare d’apprendre à apprendre
    Il est un Proust à la recherche de sa Madeleine
    Méfiez-vous
    Mais fiez-vous 
    Il peut décloisonner vos inhibitions
    Tout ce qui n’est pas donné est perdu
    Le bâtisseur de l’altérité
    Dédé de Montreuil n a qu’une noblesse, celle du cœur
    Alors allez boire son blog

    Thierry Saint-Antoine ( un ami de 30 ans )

  5. Jacques Séguéla 2 février 2012 à 16 h 55 min

    C’est avec plaisir voire fierté que je m’associe à l’action d’André Cardinali.
    Son engagement permanent pour faire rayonner la culture, l’imagination, l’esthétisme au service du grand nettoyage des idées et des peuples ne peut nous laisser indifférent.
    La nouvelle page de publicité que la France puisse s’offrir, c’est justement d’écouter et de suivre mon ami  » dédé de Montreuil  » fils d’immigré italien dont le combat de sa vie est d’aider la jeunesse et les autres …
    Tendresses.
    Jacques Séguéla

  6. Colonna Julien 2 février 2012 à 21 h 30 min

    Dédé est de ces hommes qu’on appelle les “passeurs”, de ceux qui tendent la main à autrui pour les faire passer de l’autre côté de la rive…
    Je suis très attaché à cette notion de passage, omniprésente dans mon
    travail, car elle symbolise l’évolution d’un état à l’autre. Du physique
    au liquide, du diurne au nocturne, de la vie à la mort, et en ce qui me
    concerne… de l’invisible au visible.
    Sans lui, mon film CNC n’aurait jamais été programmé dans le festival
    “Les pépites du cinéma” où il occupe le titre de Vice-Président.
    Et parce que Dédé fait partie de ces personnages qui voient là où les
    autres tracent leur chemin, il veut à tout prix donner à voir à ses contemporains par le prisme de sa curiosité de l’autre et sa foi en la nouvelle garde culturelle, qui font de ce philanthrope un éternel jeune
    homme, avide de partage et de connaissance.
    Telle une balle tirée à bout portant, son énergie et sa détermination sont
    à notre société sclérosée ce que la déflagration est au silence… un
    cataclysme dérangeant, mais souvent nécessaire.
    Julien Colonna – Artiste / Réalisateur / Photographe.

  7. Marc Hollogne 6 février 2012 à 11 h 36 min

    Dédé le Milord.
    En connaissant l’efficacité de ton boulot, on se dit que tu es décidément le chaînon manquant. Oui, la classe, d’accord, mais la classe de l’homme de terrain qui ne triche pas, qui agit là où c’est utile.
    Ouais, c’est la réalité.
    Ce que tu déplaces comme petites montagnes, c’est ta passion, tin intransigeance qui en sont les moteurs.
    Not’ Dédé de Montreuil, truand des injustices, amoureux des verbes qui claquent, inventeur de carburants.
    Il n’y en a qu’un ! Putain qu’on l’aime.
    ça fait du bien de voir qu’il ne se calme pas, le dédé de Montreuil.
    Amitié mon frère.

    Marc Hollogne.  » Marciel  »
    Homme de cinéma – théâtre

  8. Michel Rocard 8 février 2012 à 17 h 17 min

    Cher André Cardinali,
    Il m’est agréable d’avoir de vos nouvelles. Je vois qu’une fois de plus que vous êtes d’une grande activité. Je n’en doutais pas !
    Je garde un excellent souvenir du défilé Cumulus Fashion Tour au Carrousel du Louvre et à la Triennale de Milan, votre efficacité et votre précision dans le travail avaient transformé mon  » patronage  » en fête.
    Bonne chance, cher André.
    Bien cordialement à vous.
    Michel Rocard

  9. Dan Mitrecey 18 avril 2012 à 9 h 10 min

    Quand Monsieur André Cardinali, mon « Dédé de Montreuil », un de mes frères de la vie, m’a raconté son nouveau projet, comme d’habitude, je me suis intéressé… Les projets, le Dédé, ça le connaît, il en a toujours des dizaines, et je ne vois personne capable de se mettre les doigts dans le cambouis pour les faire aboutir aussi bien que lui. Mais quand j’ai lu qu’il s’agissait du « Le Grand Huit » de Philippe Monnet, j’étais, en plus, interloqué. Voilà que le Dédé s’accoquine avec le Grand Large, les hauturiers, lui qui patauge dans la Seine depuis toujours… J’ai mieux compris en lisant le projet, exaltant, magnifique, ambitieux, presque inhumain avec pourtant tant d’humanité dans le contenu. Et puis, les mômes… Ça, les mômes, pour Dédé, c’est son vrai cheval de bataille… Depuis toujours.
    Si on regarde un peu plus loin que le bout de nos pompes et notre brushing, Philippe Monnet, on le connaît. Parmi les coursiers de la haute mer, c’est le moelleux qui a le record du tour à l’envers… Une vraie galère, dans l’ultra-sud, là où les vagues sont des immeubles et les courant des mascarets, là où les vents vous collent des baffes, là où les pingouins eux-même se caillent les nageoires, là où personne ne va, personne sauf… Philippe Monnet.
    Quand on regarde son palmarès, on a des vapeurs. Même un mytho, il n’oserait pas un tel panégyrique. Il est au top partout, ce mec. Genre surdoué complet… A cheval, en voiture, en mer, en montagne, il paraît même qu’il aime le rock… Pas la galette déburnée qu’on nous sert désormais, non, le Rock, le Vrai… Les Stones, Springsteen, ACDC… Les grosses rythmiques, les bons murs de gratte, les voix bien rauques, les chorus bien forts, il aime ça, le marin… Mais comment c’est possible, un mec pareil ? Il n’a donc pas de défaut ? Quelques mailles avec des keufs mal embouchés, pour des peccadilles dérisoires ?… Bof… C’est réglé tout ça… Et puis quand on a dompté les soixantièmes, on a bien le droit d’être un peu irascible…
    Donc, Dédé me parle de son truc et, comme il aime toujours impliquer ses potes, il me propose de me lancer dans sa grande idée annexe au « Le Grand Huit » : composer un Hymne Universel, selon sa marque déposée. Une belle chanson, sans paroles pour que le monde entier la comprenne… Un murmure pour émouvoir les gosses de partout… Alors, me voilà donc, moi le petit rocker des salles enfumées, à jouer les Rouget de l’Isle… Ecrire un Hymne, c’est une vraie gageure quand on appris la musique avec Hendrix et Beefheart. Je vais tâcher d’être à la hauteur, mais il va me falloir une échelle…
    Mais bon, j’ai au moins une base… Le dimanche 31 octobre 1999, à Twickenham, pour le légendaire match de coupe du monde All Blacks – France, le mec qui chantait la Marseillaise au centre du terrain, c’était quand même moi…
    Dan Mitrecey, chanteur, créateur de l’hymne universel du Grand Huit

  10. Aimé Nouma 9 novembre 2012 à 19 h 11 min

    Salut mon Dédé
     
     Faut croire que je suis  un peu con parfois pour ne pas me rendre compte de la chance que j’ai d’avoir un pote comme dédé de Montreuil malgré le temps qui passe.
     
    Trop de la balle ton blog,ça me donne carrément envie d’avoir le même.
     
    Au fait Dédé, tu voudrais pas être mon manager ?
     
    Je crois qu’on pourrait faire un carton ensemble  avec tous tes contacts et ton savoir-faire et si je me rappelle ce que tu avais dit, il y a longtemps déjà un soir à l’Entrepôt: »Aimé maintenant , il faudrait lui trouver des grandes scènes! »
     
    T’inquiètes , je vais te pondre un bete de slam , tu vaux bien ça
     
    je suis dispo pour qu’on se voit quand tu veux mon pote
     
    J’attends ton coup de fil mon teupo

    Le Slameur2coeur:
    Aimé Nouma

  11. Jean-Claude Colli 26 novembre 2012 à 20 h 42 min

    Mon cher Dédé,
    C’est dans les circonstances particulières d’une campagne électorale législative que j’ai eu l’occasion d’apprécier le plus tes qualités : aptitude à déceler le moindre détail qui peut créer l’évènement, finesse dans la perception des courants porteurs, sens pratique pour choisir le meilleur vecteur et le meilleur moment, vigilance permanente à toutes les opportunités…et sens du budget. En y ajoutant une mobilisation de tous les instants et un dévouement à  « la cause » qui garantit seul les résultats. Sans oublier ce qui, à mes yeux, désigne les meilleurs : un sens de l’humour intact, même dans des circonstances adverses. Cela distingue les gens vraiment sérieux de ceux qui sont seulement obsédés de le paraître, et consolide le travail de fond. »
    Avec mes amitiés de toujours

    Jean-Claude Colli
    Ancien Gouverneur du Crédit Foncier

  12. Estelle M'Rad 25 janvier 2013 à 9 h 28 min

    Mon dédé,
    Cette page reflète l’Homme et le grand Ami que je sais en toi.
    Je retiens parmi toutes ces choses une vérité absolue, qui pourrais me coller à la peau également, et qui me touche particulièrement:
    « Je voulais aller voir les lumières de la ville et j’ai croisé de grands bonshommes qui ont étonnamment choisi de partager un bout de chemin avec moi. »
     
    J’ai vu quelques lumières, mais j’ai eu la chance de te croiser dans ce Casino, à Forges Les Eaux, te souviens tu ?…
     
    Ce grand bonhomme à la grande gueule et au coeur transpirant d’Amour pour les autres, est alors entré dans ma vie, pour ne plus jamais sortir de mon coeur.
     
    Je n’ai pas besoin de le voir chaque jour dans ma vie… juste besoin de savoir qu’il est heureux, et que chacun de ces mails envoyés au hasard d’une journée ou je l’imagine rêveur dans son bureau, une clope à la main, en train de penser ne serait-ce que quelques secondes à l’être humain que je suis, si ordinaire et si simple, ancrée dans une vie qui n’a cessé de torturer corps et esprit.
     
    Pas d’histoire ambigu entre nous, jamais!!! Juste une amitié naturelle, profonde et sincère qui, malgré l’absence, n’a jamais cessé de grandir.
     
    Je suis une étrangère comme toi, je viens d’un pays qui aujourd’hui se bat avec passion pour sa liberté, la Tunisie. Ce pays merveilleux et si petit qui accouche d’une Liberté tant mérité par un peuple uni dans l’Amour et la fierté.
     
    Je suis une « banlieusarde » comme toi et j’élève mon enfant dans la droiture, je ne courbe pas l’échine et je resterai droite, comme toi mon Dédé, jusqu’à mon dernier souffle.
     
    Tu m’a apporté à ma vie cette couleur, cette notion du « Beau », que je n’imaginais pas.
     
    Je te serais éternellement reconnaissante pour cela…car sans toi, le gris de cette vie serait toujours emprisonné dans mes pensées et le regard vers le ciel je n’aurais jamais su le voir, ni même l’envisager.
     
    Enfin Mon Dédé, ce blog est nécessaire pour la jeunesse, ton parcours est essentiel dans le sens où tu arrives à démontrer ce que ton hymne signifie réellement :
     » Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble « .
     
    Je ne saurais te dire à quel point je te remercie d’être là, et combien je remercie le destin de t’avoir mis sur mon chemin.
     
    Je t’embrasse très tendrement.
     
    Estelle M’RAD
    92110 CLICHY

  13. Astrid Veillon 25 janvier 2013 à 9 h 30 min

    Mon Cher Dédé de Montreuil,

    Je ressens en lisant ta page d’ouverture un message de sincérité plein d’humanité un élan, une main tendue. De l’optimisme dans un horizon bien terne… Je sais l’homme avec un grand H que tu es et j’ai confiance en toi et en tes actions… Fonce…
     
    Amitiés
     
    ASTRID VEILLON de LA GAROULLAYE

  14. Gordon Zola 26 janvier 2013 à 12 h 03 min

    Salut Dédé,

    Je reconnais bien là l’homme d’engagement et de passion.
    Superbement écrit avec de la tripe qui n’est pas seulement à la mode de Caen mais aussi à la mode du “comment” !
    Du comment faire ! Du commentaire ! Du comment agir ! Comment réagir !
    Le parcours est exemplaire, on le sait, puisque sincère et tripal ! Du parcours à l’ancienne… Toujours l’impression de s’envoyer un pot-au-feu avec Audiard, Blier  ou Ventura quand tu nous parles.
    Ton énergie indéfectible montre la voie aux jeunes et moins jeunes… Continue à soufflez sur les braises !
    On essaiera modestement de te filer un petit coup de vent…
    Nos tristes temps manquent de fous chantants !
    A bientôt ami
    Sursum corda

    Gordon Zola

    Le Léopard Masqué

  15. Alexandra Dadier 28 janvier 2013 à 13 h 47 min

    Mon tendre Dédé,
     
    Franchement mais franchement! Cela donne envie de plus encore!!!! Ton blog est un blog d’espoir, qui pousse à avancer et à ne jamais baisser les bras… j’avoue en avoir bien besoin en ce moment… Ma colère est là aussi, elle me fait écrire à nouveau… Je t’enverrai tout ça prochainement.
    Continue! Continue! C’est super: efficace, généreux et stimulant… C’est tout ce dont ce pays qui part en vrille a besoin… Et nous aussi avant tout…
    Merci pour ta confiance et ton amitié qui me pousse à ne pas baisser les bras.

    Ta pôtesse…
     
    Alexandra Dadier

  16. SLAMA 7 février 2013 à 12 h 42 min

    Bonjour Monsieur Dédé
    Je viens juste de découvrir votre blog j’ai envie de remercier pour tout ce que vous faite être ou ne pas être née avec un énorme coeur c’est un don et c’est une nature c’est ainsi que je suis aussi pour cette raison que j’aime les gens comme vous et j’aime m’entourer que de vous les êtres qui reconnaissent la nature humaine Bravo pour tout ce que je connais et ce que je ne connais pas j’imagine
    J’ai une histoire a vous raconter comment faire pour vous rencontrer ?
    Naïma

  17. TPE Gentrification 7 décembre 2014 à 0 h 31 min

    Bonjour,

    Je suis une élève en classe de Première ES.
    Dans le cadre de mes TPE (Travaux Personnels Encadrés), épreuve anticipée du baccalauréat, je suis à la recherche de témoignages d’habitants de Montreuil à propos de la gentrification de la ville. Avis positifs ou négatifs, nouveaux arrivants ou habitants de longue date, particuliers ou commerçants, tous les témoignages sont les bienvenus, qu’importe le quartier de la ville dans lequel vous habitez. Pour plus d’informations, veuillez me contacter par mail : tpe-gentrification@outlook.fr

    Je vous remercie, en espérant que vous souhaiterez contribuer à la réussite de mon travail.

  18. LAVIGNAC 22 décembre 2014 à 19 h 35 min

    Bonjour Dédé,
    Je m’intéresse à tout ce qui se rapporte au beau bateau d’Herbert Von Karayan, « Hélisara VI ». Je suis étonné de constater que le bateau qui vous a enthousiasmé aux Baléares ait pour nom « Helizara » avec un Z. De plus quand on visite la page FB d’Helisara VI, il est difficile de replacer cet épisode dans la vie de ce bateau.
    Pouvez-vous m’en dire plus à son sujet?
    Cordialement
    Claudy LAVIGNAC

  19. Isabel da Rocha 2 février 2015 à 16 h 10 min

    Bonjour,
    Je n’ai pas trouvé de lien « Contact ». Mais voici le mien : http://www.isabeldarocha.fr/2015/01/democratiquement-croques.html
    Je soutiens tout à fait l’atelier Picasso, Alain Casabona et le CNEA, et je le remercie de nous avoir accueilli en 2004 ; je tiens seulement à préciser que le CNEA n’est pas à l’origine du festival « Démocratiquement croqués », encore moins son organisateur.
    Bien sincèrement,
    Isabel da Rocha

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :