Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Alice Guy Blaché, pionnière du cinéma oublié

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Dans la rubrique des femmes passionnantes, voici Alice Guy Blaché, une femme novatrice qui aurait mérité un Oscar, un César, un Lion d’Or et la Palme suprême du cinéma.
Messieurs Seydoux, pourquoi ne pas réaliser un film avec Léa Seydoux dans le rôle de Alice ? ©Copyright 2013. André Cardinali

Le Cinéma, aussi connu sous le nom de 7ème Art, est aujourd’hui l’art du Spectacle le plus connu au Monde, mais pour autant, qui connait vraiment le cinéma aujourd’hui? Par exemple, si je vous demandais où avaient été inventées les premières fictions, par qui, etc, sauriez-vous en mesure de me répondre? Vous tenteriez certainement une réponse qui enverrait son auteur du côté du Pays de l’Oncle Sam, et pourquoi pas de Hollywood, mais vous ferriez fausse route. Les plus érudits d’entre vous parlerais très certainement des frères Lumières, et de leur magnifique et innovante invention du cinématographe, présenté pour la première fois à la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, 4, place St Germain des Prés, le 22 mars 1895 avec leur film  » La sortie des ouvrières de l’usine Lumière « .

En effet, pour les Français, ce sont les frères Lumières qui sont les créateurs du Cinéma, alors que pour les Américains, il s’agirait d’avantage de Thomas Edison. En réalité, les deux, ou plutôt les trois, ont inventé un système capable de retranscrire une image, mais cela tenait d’avantage de la reproduction de faits de la vie courante que de cinéma au sens fictionnel du terme. En réalité, les premières fictions, vont bien voir le jour du côté de l’Hexagone, mais étrangement, son inventeur, on plutôt en l’occurrence son inventrice, va se retrouver au fil du temps complètement effacée des tablettes historiques. Aujourd’hui, l’heure est venue de « Rendre à César ce qui appartient à César ».

La personne qui est à l’origine des premières fictions, n’est autre que la toute première femme réalisatrice du cinéma, Madame Alice Guy-Blaché.

Alice

Alice Guy, entre comme « simple » secrétaire au Comptoir Général de la Photographie, au service de Léon Gaumont, une société qui produit notamment des appareils de projections, des caméras et qui en 1895 deviendra la société de production « Gaumont ». Une société aujourd’hui très connue dans le milieu du Cinéma, qui à son origine n’avait que pour seul but que de faire de simples reportages, et de développer la technique cinématographique.

Une ambition qui ne satisfait pas à Alice Guy qui voit déjà plus loin, et qui pousse Léon Gaumont à accepter le premier scénario de la maison Gaumont et de la laisser tourner un film de Fiction.

Le pari est osé, mais il est gagnant, puisque en produisant « La Fée aux Choux » en 1896, Alice Guy vient de mettre sur pieds la toute première fiction de l’époque et de l’Histoire du Cinéma. Un court métrage de 60 secondes, un choix osé, qui filmait la naissance des enfants sortant des choux.

La Fée aux Choux, Vidéo :  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=MTd7r0VkgnQ

Alice Guy fut une vraie innovatrice. Curieuse de tous, Alice Guy va s’essayer au cinéma d’Attraction puis au cinéma de Narration avec les premiers gros plans de l’Histoire du Cinéma dans le film « Madame à des envies », daté de 1906.

En 1906, Alice Guy Blaché va entrer dans l’Histoire en tournant sa version de  » La vie du Christ « , ce qui sera la seule réalisatrice de l’Histoire, à se lancer dans un tel sujet et cela jusqu’aux années 2000.

christ

En 1907, Alice Guy devient, Alice Guy-Blaché, suite à sa rencontre avec Herbert Blaché, un anglo-saxon. Peu de temps après, les jeunes mariés s’envolent pour le pays de l’Oncle Sam, afin d’y développer l’un des nouveaux outils de la jeune société de Production française, mais sans grands succès.  Qu’importe, il en faut plus pour abattre notre jeune française déjà réalisatrice d’une centaine de courts-métrages en France. Toujours aussi curieuse, cette dernière lance donc sa propre société de production ( Solax ) outre Atlantique, et se met à mettre en scène des histoires liées aux mélodrames, aux problèmes ethniques, à la guerre de sécession, aux westerns, etc.

images

En 1914, Alice Guy-Blaché va encore plus loin dans la polémique, puisqu’elle lance un film traitant de la traite des Blanches dans  » The Lure « .

Le Cinéma devient un vrai jeu commercial aux USA, et l’on assiste à l’avènement commercial de Hollywood. Dans la cité des Anges qu’elle a rejointe, Alice Guy-Blaché signe un grand succès commercial et perd l’amour de sa vie qui la quitte. Elle signe aussi à cette époque son échec le plus retentissant en 1920, année ou elle échappe à la mort après avoir contracté la Grippe Espagnole, un échec qui mettra un terme à sa carrière dans le Cinéma et qui la repoussera à rentrer en France. Alice Guy-Blaché ne connaîtra pas de nouveau les succès de ses débuts dans l’Hexagone, et ne parviendra plus à trouver d’emploi dans le milieu du cinéma sur le vieux continent. Mise à mal par le Monde du Cinéma, Alice Guy-Blaché s’essayera par la suite aux contes pour enfants, animera des conférences, etc…

Une femme qui reste néanmoins une pionnière dans bien des domaines du cinéma, puisqu’elle fut la première à faire usage du gros plan, entre autre,  à monter une société de production en qualité de femme, ainsi que la première à détruire une voiture, engendrer des explosions, ou faire usage d’animaux sauvages dans ses films. Une carrière riche de plus de 600 Films, au sein de laquelle elle aura aussi été la première à adapter à l’écran, un roman, un opéra, ainsi qu’à faire usage d’Affiches pour ses films.

Finalement, cette grande Dame du cinéma, a donné son dernier clap de fin, le 24 Mars 1968 dans le New Jersey.

images (2)

Publicités

Une réponse à “Alice Guy Blaché, pionnière du cinéma oublié

  1. labasoche 8 novembre 2013 à 16 h 25 min

    Un très bel hommage rendu à juste titre a Alice Guy Blaché une femme de grand talent très en avance sur son temps et qui a ouvert la voie royale du 7ème Art. Merci mon cher Dédé pour ce billet de qualité qui remet au premier plan cette grande pionnière du cinéma. Amicalement François-Mary Bourreau de brasil-infos.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :