Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Galerie Kamel Mennour

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Kamel Mennour célèbre galeriste parisien spécialisé dans l’art contemporain a inauguré sa deuxième galerie à St Germain des Prés avec l’exposition  » Another  » de Pier Paolo Calzolari. Sculpteur et performer italien né en 1943 à Bologna. J’ai découvert Pier Paolo au Castello di Rivoli en 1994 ( à côté de Turin).

P1080213

Pier Paolo Calzolari, figure emblématique de l’art contemporain italien, acteur du mouvement de l’Arte Povera (Art pauvre ) Seulement 12 artistes italiens sont estampillés Arte Povera. ( ça me fait penser au Groupe Octobre avec Prévert )

Arte Povera est une « attitude » prônée par des artistes italiens depuis 1967. Etre un artiste Arte Povera, c’est adopter un comportement qui consiste à défier l’industrie culturelle et plus largement la société de consommation, selon une stratégie pensée sur le modèle de la guérilla.

Dans ce sens, Arte Povera est une attitude socialement engagée sur le mode révolutionnaire.

Ce refus de l’identification se manifeste par une activité artistique qui privilégie elle aussi le processus, autrement dit le geste créateur au détriment de l’objet fini. Processus qui consiste principalement à rendre signifiants des objets insignifiants.

Arte Povera utilise des produits pauvres (d’où son nom) : du sable, des chiffons, de la terre, du bois, du goudron, de la corde, toile de jute, des vêtements usés, etc. et les positionne comme des éléments artistiques de composition.

Le refus et l’identification et la prise de position politique se manifestent par une activité artistique qui privilégie le processus de création le geste à l’objet lui-même.

L’Arte Povera est un art qui se veut insaisissable, puisqu’il résiste à toute tentative d’appropriation en condamnant l’identité de l’objet. Il participe pleinement de l’utopie contestataire de la fin des années 1960 et revendique à sa manière une tendance de l’art contemporain italien face à la suprématie du marché de l’art américain.

Revenons à Pier Paolo, son art s’inspire d’une vision franciscaine du monde, laquelle envisageait d’établir un rapport d’égalité entre les êtres ( qu’ils soient humains ou animaux ). Si bien qu’il se caractérise par des effets d’horizontalité rappelant à certains égards la scène d’un théâtre. Dans une exposition de Calzolari, chaque oeuvre concourt à dérouler la trame d’un drame, d’un rêve, d’un mystère. Cette dimension théâtrale se déploie dans des performances étranges peuplées d’animaux albinos, mais aussi de sculptures. Calzolari a souvent comparé son oeuvre à un temple, dans lequel les sculptures ne sont  » jamais envisagées comme un acte clos…, mais plutôt comme les diverses parties d’un organisme entamant une conversation ». Voilà pourquoi chacune de ses expositions prend la forme d’une cérémonie onirique. Car c’est bien de la capture d’un rêve qu’il s’agit.

 » Quando il sognatore muore che ne è del sogno » Quand le rêveur meurt, que reste-il du rêve ?  » s’interroge l’artiste. 

P1080207

Pier Paolo Calzolari
Untitled (Iron pall – Tealights – Copper pall)1989-1990
Cuivre, plomb, fer, bois, bougies, unité de réfrigération (moteur de réfrigérateur)
360 x 140 x 8 cm chaque

Pier Paolo développe depuis les années 60 une oeuvre atypique qui s’articule autour de quelques matériaux récurrents : la feuille de tabac, le sel, le feu, le givre, le cuivre ou encore le plomb. Ils jouent un rôle dans un univers très personnel défini par une poésie hermétique et alchimique, où chaque élément à la fois subit et produit des transformations. Le sel et la glace conservent, mais ils peuvent à l’occasion brûler comme le feu. Par ailleurs, le givre, généré par d’antiques moteurs de réfrigérateurs, et gagnant les plaques de métal à la manière d’un virus, évoque la blancheur du marbre vénitien frappé par le soleil de midi.

En regardant les yeux de Pier Paolo, j’ai compris que les vrais artistes se distinguent par les yeux.

P1080212

Le visiteur participe de façon active à la lecture car la sollicitation des sens va au-delà de la vue : selon Calzolari 

Quel bonheur dans ce monde de bruts, d’égoïsme et de prétention de rencontrer encore de grands artistes comme Pier Paolo Calzolari  » C’est un Maestro « .

Je vous invite à aller découvrir son oeuvre jusqu’au 26 octobre dans les deux galeries Kamel Mennour :

6, rue du Pont de Lodi et 47 rue Saint-André des Arts. Paris 6ème.

Voici un aperçu de l’esprit de Pier Paolo Calzolari

Il mio letto – cosi come deve essere . Mon lit, tel qu’il devrait être.

P1080209

Pier Paolo Calzolari

Il mio letto cosi come deve essere, 1968

Cuivre, laiton, mousse, bronze. 35 x 175 x 150 cm

 Mon coup de coeur :  Lago del cuore – Lac du coeur

A 1233169

Pier Paolo Calzolari

Lake of the heart (Lobe-shaped) / Lago del cuore, 1968
Feuilles de tabac « Virginia », étain vierge
40 x 320 x 3 cm

 

 

Publicités

2 réponses à “Galerie Kamel Mennour

  1. Cyrielle Clair 16 septembre 2013 à 14 h 14 min

    Dédé,
    Comme tu parles bien de cet artiste italien et de l’Arte Povero … !
    Cela donne vraiment envie de découvrir ses oeuvres.

    J’essayerai de passer à la galerie.

    En attendant, je t’embrasse mille fois.
    Cyrielle

  2. labasoche 16 septembre 2013 à 17 h 29 min

    Tu as raison mon cher Dédé ! Quel regard !!! Félicitations à toi pour parler si bien de cet artiste et de son art. Serais-tu artiste toi-même ? De toute évidence tu as indéniablement cette sensibilité d’artiste. Amicalement.
    François-Mary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :