Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Jappeloup et Ready Cash

Bonjour M’ssieurs-Dames,

J’ai eu la chance de rencontrer deux chevaux d’exception : Ready Cash et Jappeloup.

Ready Cash. Trotteur français entraîné par mon ami Philippe Allaire et aussi propriétaire. ( voir mon billet du 6 / 5 / 2011)

Ready Cash, préparation d’une légende pour le Grand Prix d’Amérique 2013

Deux fois vainqueur du Prix d’Amérique ( 2011 – 2012 ) considéré comme le championnat du monde du trot avec les 18 meilleurs trotteurs du monde sur la piste mythique de Paris-Vincennes. Une course époustouflante à vivre au moins une fois dans sa vie.

Deuxième du Prix d’Amérique aujourd’hui. Dommage !!! derrière Royal Dream.

C’est le grand jour pour tous les passionnés de trot : 40 000 personnes ont garni cet après-midi les gradins de l’hippodrome de Vincennes à l’occasion du Grand Prix d’Amérique.

Un prix d’Amérique qui aurait pu être historique en cas de victoire du double tenant du titre Ready Cash, il aurait rejoint Uranie, Roquépine et Bellino II au palmarès des triples vainqueurs et ne serait plus qu’à une victoire d’Ourasi, seul quadruple vainqueur de la plus prestigieuse des courses de trot attelé.

A l’année prochaine Ready pour gagner cette-fois … Une petite pensée pour William,  le fils de Philippe .

La revanche a eu lieu dimanche 10 février au Grand Prix de France 2013

https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=GmVBEy_eWII

5144641

Ready Cash n° 18

Ready Cash

Ready le king

Dédé et Philippe

Avec mon ami Philippe Allaire 

Jappeloup de Luze.

Suite à mon initiative pour l’émission GIGA sur Antenne 2, j’ai organisé le dernier reportage TV de Jappeloup avant sa mort, avec deux jeunes filles lauréates  d’un concours Minitel. ( un petit clin d’oeil à Emilie Colli )

Jappeloup, champion de saut d’obstacles est né en 1975 d’un père Trotteur ( très rare ) et d’une mère Pur Sang, . Il remporte de très nombreux titres, dont Champion olympique à Séoul en 1988, champion d’Europe et champion de France avec mon ami le cavalier Pierre Durand. Il est considéré comme l’un des chevaux de saut d’obstacles les plus performants de tous les temps, malgré ses origines modestes et sa hauteur au garrot de 1,58 m, relativement faible pour concourir dans cette discipline.

Voilà 20 ans que Jappeloup nous a quittés. L’occasion pour Equidia Life de revenir sur le destin exceptionnel de ce cheval de légende.

http://www.youtube.com/watch?v=dmr7FGMPHC8

Jappeloup laisse une trace indélébile dans l’histoire du sport français, et devient l’un des chevaux les plus connus au Monde. C’est le dernier cheval français à avoir remporté les Jeux Olympiques de sauts d’obstacles en 1988. Jeune retraité, il meurt d’un arrêt cardiaque dans son pré le 5 novembre 1991.

arabe3

Pierre Durand et le cheval de sa vie

Un  film lui est destiné ( Sortie prévue : Mars 2013 ) avec Guillaume Canet, sous la direction du réalisateur canadien, Christian Duguay.

Guillaume Canet s’implique aussi dans le scénario qu’il a entièrement écrit. Il joue le rôle de Pierre Durand. Pour lui, c’est une vie qui reprend. En effet, l’acteur avait arrêté sa carrière de cavalier à l’âge de 18 ans, suite à une mauvaise chute. Et pour le besoin du film, Guillaume Canet s’est remis sérieusement à l’équitation chez Frédéric Cottier.

Les acteurs : Marina Hands, Daniel Auteuil, Maire Bunel, Jacques Higelin : Henri, éleveur/naisseur de Jappeloup, Lou De Laage, Joël Dupuch, Tcheky Karyo, Donald Sutherland, Fred Epaud.

Réaction au film de Pierre Durand :

Mais comme le scénario du film, où le personnage de Pierre Durand, n’est pas fidèle à ce que je suis, j’ai eu envie de raconter notre histoire, ma vérité, mon Jappeloup. Le film a un aspect fictionnel qui n’était pas prévu à l’origine. Guillaume Canet, qui réécrit le scénario, a mêlé son personnage à sa vie, à sa propre expérience équestre, à sa relation avec son père, de sorte que je ne me reconnaissais pas. Donc j’ai eu envie pour les générations qui n’ont pas connu Jappeloup, d’écrire tel que je l’ai vécu de l’intérieur ».

9782749917474

Un hommage à son père

Pierre Durand écrivain, c’est une facette de l’homme que l’on découvre : « Il y a très longtemps que je noircis des carnets de réflexion, d’idées car j’ai le goût de l’écriture. Cette expérience me tentait mais je ne disposais pas du temps nécessaire. Néanmoins, je voulais rétablir la vérité sur l’histoire. Mon père, qui était mon complice de toujours, était gravement malade. D’ailleurs il est mort début mai 2012, aussi j’ai voulu aussi lui rendre hommage ainsi qu’à toutes les personnes et les chevaux qui m’ont permis d’accéder au rêve d’être champion olympique. Donc ça m’a décidé. Puis dans la méthode, j’ai fait appel à Michel Fradet (ancien grand reporter à « Sud Ouest ») qui m’a aidé à structurer le livre ».

Un opus où Pierre Durand se livre à cœur ouvert : « Le public va redécouvrir l’histoire authentique. Certains vont peut-être la revivre mais dans ce livre, j’y ai mis des confidences, des révélations que je n’avais encore jamais exprimées à ce jour pour des tas de raisons. Ce besoin était latent. Ces choses étaient enfouies au fond de moi. Oui, ce livre témoignage a joué un rôle de psychothérapie et m’a fait beaucoup de bien. Aujourd’hui, je me sens libéré. Je sais que je peux partir et que mon histoire est désormais gravée. Elle a été écrite avec sincérité, mes états d’âme, mes sentiments, mes combats, mes épreuves, mes succès tels que je les ai vécus ».

Le livre a d’ores et déjà reçu un bel accueil. Un joli motif de satisfaction : « Le livre porte une chose, le rêve olympique qui est fondateur dans ma carrière. Il y a aussi le souffle olympique. J’ai adhéré à toutes les valeurs. Et on ne le retrouve pas dans le film. Le livre procure beaucoup d’émotions et la plus belle critique que l’on m’est faite est celle d’un écrivain qui est aussi un éditeur, il m’a dit : « J’ai lu votre livre cul sec » ». Bel hommage en effet.

 

Publicités

5 réponses à “Jappeloup et Ready Cash

  1. Laurence Faguer 27 janvier 2013 à 19 h 41 min

    André, superbe article équestre, si documenté,
    et bel hommage aussi à Pierre Durand, notre grand cavalier.

    Vivement la sortie du film Japeloup en Mars.

  2. Dan Mitrecey 28 janvier 2013 à 11 h 14 min

    J’y étais à ce Grand Prix d’Amérique… J’ai même vécu la course aux côtés de Philippe Allaire qui compte parmi mes amis les plus chers. Je voudrais juste dire que, outre la passion avec laquelle il a vécu la course, il a, le poteau franchi, immédiatement félicité et reconnu la supériorité du gagnant, se réjouissant de la deuxième place de son cheval. Il a évoqué la grande qualité du travail effectué par toute l’équipe de Ready Cash sans se montrer le moins du monde déçu de la performance de son crack. C’est aussi ça, la classe…

  3. Diane Servan-Schreiber 28 janvier 2013 à 13 h 18 min

    Jappeloup, j’étais folle de lui, quel extraordinaire cheval, quelle personnalité, quel champion!
    Grosses bises
    Diane Servan-Schreiber

  4. Pierre Durand 31 janvier 2013 à 17 h 17 min

    Merci André pour ce beau billet en hommage à deux grands chevaux champions.
    Amitié
    Pierre Durand

  5. Gribouille 18 juillet 2013 à 12 h 28 min

    Bonjour, merci pour ce billet qui parle de deux chevaux qui font ou ont fait vibrer mon coeur comme aucun autre.
    Jappeloup que j’ai passionnément aimé, gamine, que j’ai vu et soutenu en concours hippique, pour qui je suis restée deux fois la nuit devant la télé pour le voir perdre puis gagner aux JO. J’ai toujours ce beau poster publié dans l’Eperon, que j’avais accroché au mur en face de mon lit. Jappeloup était la première et la dernière chose que je voyais dans la journée. Maintenant il est dans mon bureau, je n’ai qu’à lever la tête pour lui faire un clin d’oeil.
    Ready Cash dont je suis tout aussi dingue, dont j’attends chaque course avec impatience et excitation. Je revois ses courses et suis toujours aussi ébahie de ce qu’il est capable de faire, que ce soit nez au vent dans le prix de Bourgogne 2012, ou en revenant du diable en 6e épaisseur lors du prix de Paris 2013, quelle belle lutte avec Tiego d’Etang! J’en ai encore le frisson;
    Ses filles Axelle Dark et Avila ont de qui tenir, elles ont montré toutes deux qu’elles gagnaient aussi à la manière de leur père, finissant comme des avions!
    Super champion, super papa aussi, à l’avenir, je n’en doute pas! J’espère pouvoir aller le voir et l’encourager bientôt à Vincennes, qui sait, pour peut-être un 3e Prix d’Amérique ? En tout cas, une carrière fabuleuse sur les hippodromes, et une tout aussi belle qui commence, au haras.
    Merci Pierre Durand, merci Philippe Allaire et Thierry Duvaldestin, de nous avoir « offert » ces deux magnifiques champions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :