Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

JJSS. Le visionnaire

Bonjour M’ssieurs-Dames,

PSA est en déroute…  englué dans des problèmes de trésorerie, très centré sur l’Europe et qui a raté le coche de l’international avec une suppression de 8000 emplois en France sans compter les sous-traitants 13 000.

Pourquoi les dirigeants et les politiques concernés n’ont t-ils pas suivi l’exemple des industriels automobiles japonais, coréens et allemands ?

En 2007, Renault et PSA valaient 20 % de plus que Volkswagen, qui pèse aujourd’hui quatre fois et demie plus, grâce à l’utilisation de composants communs à travers ses marques.

J’ai retrouvé un article sur JJSS parût dans Le Matin le 23 janvier 1985.


« Cet homme est un génie »


La France invente l’informatique populaire. La paternité de cette idée audacieuse revient à Jean-Jacques Servan-Schreiber, le président du Centre mondial de la micro-informatique et des ressources humaines. Observant la forte et très réelle curiosité des Français pour l’informatique, il propose en septembre 1981 au président de la République de « mettre le paquet ». François Mitterrand très sensible à la vision schreiberienne du Défi Mondial est vite convaincu.

Je vous conseille de lire ou relire Le Défi Mondial rempli de vérité futuriste.

Interview dans Le Matin réalisée par Ariane Bouissou :

JJSS « On a produit des robots et on a laissé les hommes en arrière »

Rendre l’informatique accessible a tous, de l’X à l’O.S., l’objectif du président du Centre Mondial de l’informatique n’a pas changé d’un iota. Mais, du grand projet mondialiste aux ateliers régionaux, le chemin a été sinueux.

EN 1938, il y a eu une vaste polémique sur l’utilité des chars dans l’armée ; on pensait que c’était un luxe, on s’est borné à en mettre quelques-uns dans les régiments d’infanterie. Et en 40, ce fut le désastre : on s’est retrouvé avec des chars qui avançaient au pas du fantassin.

Aujourd’hui, c’est la même chose. si l’on se borne à semer quelques ordinateurs, on perdra la bataille de l’informatique ! » : pour Jean-Jacques Servan-Schreiber, la diffusion de la culture informatique est une croisade, une planche de salut.

Il n’a en cela pas changé d’un iota depuis son Défi Mondial : pour que l’ère post-industrielle ne soit pas l’aube du chaos social, il faut généraliser l’informatique. Mais une informatique au service de l’homme. « Si  l’industrie automobile perd des milliards, c’est que nous n’avons pas pris le virage à temps , dit JJSS. L’informatique s’est appliquée uniquement aux machines. On a produit des ordinateurs, des robots, des systèmes experts et on a laisse les hommes en arrière. S’ils ne sont pas formés aux nouvelles technologies de la communication, ce sera le drame. Et nous en sommes déjà à 11 % de chômeurs en Europe. » ( 1981 )

D’où l’idée, soumise à François Mitterrand, en octobre 1981, d’un « Centre mondial pour le développement des ressources humaines ». Un mois plus tard, le Centre mondial de l’informatique (et des ressources humaines) ouvrait ses portes à Paris, avenue Matignon. Sa mission première était sociale : développer la matière grise – les ressources humaines – pour réduire le chômage et les inégalités, aider au décollage du tiers-monde, et, ce faisant, donner un coup d’accélérateur à l’industrie.

JJSS : J’ai l’habitude d’être critiqué : je suis passé devant les tribunaux militaires pendant la guerre d’Algérie parce que j’étais anti-colonialiste. J’ai été décrié quand j’ai prédit l’échec du Concorde, j’ai quitté le gouvernement sous la présidence de Giscard après les essais nucléaires, j’ai été en lutte avec toute la machine d’État pour le pouvoir régional. Aujourd’hui, alors que mon rôle est d’innover et de moderniser, je sais que les jours à venir ne seront pas faciles. »

Ou sont-ils aujourd’hui, les hommes prévoyants et innovants ?

A l’attention de Monsieur Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif.  C’est votre rôle de les trouver pour sauver nos entreprises françaises.

J’ai relevé pour vous, Monsieur le Ministre, quelques réflexions écrites par Henry Queuille, Président du Conseil sous la quatrième république, parrain en politique de François Mitterrand.

  • « Il n’est aucun problème assez urgent en politique qu’une absence de décision ne puisse résoudre. »
  • « Il n’est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. »
  • « La politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent. »
  • « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. »
  • Et une petite dernière pour la route “ Dire la vérité telle que nous la voyons “. JJSS

Chut !

Publicités

3 réponses à “JJSS. Le visionnaire

  1. Michel Abestris 21 juillet 2012 à 15 h 49 min

    Bonjour Dédé.
    Merci pour cette saine colère que je partage. Encore une fois tu mets le doigt sur les carences de nos dirigeants qui n’ont qu’un seul objectif « mettre en avant leur égo » ne pas prendre en compte ce que les anciens ont dit et vecu ne pas tenir compte de L’HOMME mais des robots. IL faut croire que cette génération de politiciens n’a pas de vision future .
    Ou sont les JJSS ? ou sont les hommes qui oeuvrent pour un destin national ? ils leur suffit simplement d’ouvrir quelques livres d’histoire
    pour se référer a quelques textes pour essayer d’ameliorer le sort du pays et de hommes.

    Continue a les titiller, ils en ont besoin

    Michel Abestris

  2. Elisabeth Burgos 21 juillet 2012 à 19 h 51 min

    Mes congratulations pour ton travail d’éveilleur.

    Elisabeth Burgos

    Ecrivain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :