Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

La Fronde des diables rouges !!!

Bonjour M’ssieurs-Dames,
La campagne présidentielle a commencé, les énarques vont se régaler …

ENA ( Ecole de Névrose et d’Ambition ) Copyright dédé de Montreuil
A méditer,  la conversation entre Colbert et Mazarin,  n’a pas pris une seule ride !!!  
> > Colbert: Pour trouver de  l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. j’aimerais que  Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser  encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…
> > Mazarin: Quand on est un  simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison.  Mais l’État…, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’État en prison.  Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.
> > Colbert : Ah oui ? Vous  croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent. Et comment en trouver quand  on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
> > Mazarin : On en crée  d’autres.
> > Colbert : Nous ne pouvons  pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.
> > Mazarin : Oui, c’est  impossible.
> > Colbert: Alors, les riches ?
> > Mazarin: Les riches, non  plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des  centaines de pauvres
> > Colbert : Alors, comment  fait-on ?
> > Mazarin: Colbert, tu  raisonnes comme un fromage (comme un pot de chambre sous le derrière d’un  malade) ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni  riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant  d’être pauvres ! c’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus,  toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour  compenser… c’est un réservoir inépuisable.
Extrait du  » Diable Rouge  » . C’était il y a 4 siècles !

Jean-Baptiste Colbert fut Contrôleur général des Finances de France et Secrétaire d’État de la Maison du Roi.
Il entre au service du Roi de France Louis XIV, à la mort de son protecteur Mazarin. Inspirateur et promoteur d’une politique économique interventionniste, le colbertisme, selon laquelle il convient de favoriser activement le développement du commerce et de l’industrie en France par la création de fabriques étatiques (dont lui même et les membres de sa clientèle sont indirectement les premiers bénéficiaires).
Jules Mazarin (Giulio Mazarini ) mieux connu sous le nom de Cardinal Mazarin, fut un diplomate et homme politique, d’abord au service de la Papauté, puis des rois de France Louis XIII et Louis XIV.
La Fronde est une période de troubles graves qui frappent le royaume de France. les difficultés financières s’aggravèrent, rendant les lourdes mesures fiscales de Mazarin de plus en plus impopulaires. Ce fut l’une d’elles qui déclencha la première Fronde.
La Fronde naquit tout d’abord d’un mécontentement général. Celui-ci prenait sa source dans la crise économique et l’augmentation de la pression fiscale en vue de faire face aux dépenses de la guerre de Trente Ans. En effet, le Cardinal Mazarin demande au surintendant des finances Particelli d’Emery, d’élargir l’assiette de nombreux impôts. Ce dernier a cherché par tous les grands moyens à augmenter les recettes notamment par l’édit du Toisé, la taxe des Aisés et l’Edit du tarif. 
Edit de Toisé : nouvel impôt foncier royal pour faire face aux besoins financiers de la couronne. Ce projet suscite des troubles urbains et le Parlement de Paris obtient l’exemption pour ses membres, pour les avocats, les procureurs, les notaires, et les officiers.
La taxe des Aisés : Les Aisés sont une catégorie de personnes supposées pouvoir supporter des impôts exceptionnels ou souscrire obligatoirement des rentes ou des emprunts de l’Etat, en raison de leur richesse. Ne touchant qu’une petite partie de la population, on espérait, outre un versement probable, la neutralité des autres contribuables, quelquefois pas mécontents de voir  » faire payer les riches « . On évitait ainsi le risque d' »émotions populaires ». Le Parlement de Paris, pourtant composé exclusivement d’Aisés, accepta de telles taxes à condition que ni ses membres ni les bourgeois de Paris ne soient mis à contribution.
L’Edit du tarif : est un texte législatif français concernant la fiscalité de l’Ancien Régime. .Cet édit est source d’une violente contestation des élites de robe parisiennes. La Cour des aides tente de négocier l’enregistrement de l’édit en réclamant un privilège de franchise pour les bourgeois de Paris sur les produits de « leurs terres, vignes et vergers ». Le Parlement considère que la monarchie usurpe ses prérogatives et refuse l’enregistrement de l’édit. Il ne sera donc jamais appliqué.
Sept nouveaux édits fiscaux sont soumis à enregistrement auprès du Parlement de Paris. En dépit de protestations,  le Parlement doit s’effacer. Toutefois, il est farouchement hostile à ces mesures qui touchent la plupart de ses membres qui, jusque là, ne payaient pas ou peu d’impôts. En ce sens, la Fronde est un soulèvement des gens de bien, ne souhaitant pas payer d’impôts ou d’augmentation d’impôts.
Mister Wall Street et Thierry la Fronde doivent bien se marrer…Aux diables Vauvert… 
( Au XVe siècle,  » faire le diable de Vauvert  » signifiait  » s’agiter comme un beau diable  » )
dédé

Publicités

Une réponse à “La Fronde des diables rouges !!!

  1. CLAUDIE 28 janvier 2012 à 18 h 53 min

    Génial. On n’arrête pas le progrès !! Rien de nouveau sous le soleil de Satan. Les grands esprits se rencontrent…. On pourrait continuer indéfiniment. Bravo d’avoir déniché ce petit bijou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :