Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Cora Vaucaire, la Dame Blanche de Saint-Germain-des-Prés.

Cora Vaucaire, la Dame blanche de Saint-Germain-des-Prés. 

La chanteuse Cora Vaucaire, grande interprète de Prévert et d’Aragon, était connue comme l’une des principales ambassadrices de la chanson « rive gauche » à partir des années 1950, défendant un répertoire sans concession, allant du Moyen-Age aux poètes contemporains comme Prévert, Aragon, ou Trénet. Trois fois couronnée par l’Académie Charles Cros, elle a été la première à enregistrer « Les feuilles mortes » de Prévert et Kosma avant Yves Montand.

Cora Vaucaire incarne, auprès des amateurs de la chanson, un mélange d’audace et de simplicité, de souci poétique passionné et de liberté complète. Par souci de symétrie et parce que la presse aime bien les images simples, on l’appelle « la dame blanche de Saint-Germain-des-Prés », par opposition à la robe noire de la brune Juliette Gréco. Mais aucune jalousie entre elles.

Cora VAUCAIRE : Biography and movies

Cora Vaucaire est aussi connue pour son engagement en chansons à travers son interprétation de l’hymne « Le Temps des cerises » et de « L’Internationale » devant les usines en grève lors des manifestations de Mai 1968. Son plus grand succès  » Trois petites notes de musique » résonnent encore dans ma tête.

 

Je vais vous raconter une belle histoire. 

En 1987, le Directeur du Centre Culturel Français à Istanbul , Philippe Pialoux, m’a missionné pour organiser un événement culturel pour la jeunesse francophone turque à Istanbul.

Je lui ai proposé une création unique : le 1er Festival Jacques Prévert à l’étranger, avec une exposition de collages, plusieurs films cultes et un récital inédit de Cora Vaucaire.

L’exposition et les films étaient présentés dans les locaux du Centre Culturel Français et le récital de Cora dans l’amphithéâtre des Beaux-Arts d’Istanbul. Cet événement créé spécialement pour la France en Turquie me donnait l’occasion de faire découvrir devant 1000 jeunes turques le talent d’une grande dame de la Culture française et les œuvres de Prévert.

Après le dîner offert par l’Ambassadeur de France à bord d’un bateau sur le Bosphore avec les notables français et turcs, Cora m’invita dans sa chambre et commanda du champagne, plusieurs bouteilles… elle m’a raconté le monde du show-business, ses rencontres avec les plus grands , son histoire d’amour avec son mari Michel Vaucaire, ses engueulades avec Jacques Prévert qui la traitait de bourgeoise et son coup de fil la veille de sa mort :

Allo, Cora, c’est Jacques

Quel Jacques ?

Prévert, pardi !

Bonsoir Jacques

Je suis un vrai con, je viens de comprendre qui tu étais

Et alors ?

Je m’excuse. Bonsoir….

Le lendemain de cette nuit inoubliable au bord du fleuve, nous avons visités la Mosquée Bleue et Sainte-Sophie, les boutiques de tapis Kilim, l’hôtel l’Orient Express ou elle séjourna dans les années 50, « Cora était joyeuse et moi donc », au grand souk, elle s’émerveillait devant les échoppes remplies de tissus multicolore au mètre, c’est à ce moment-là, que nous sommes devenus complices.

Un concert inoubliable : Pendant une heure et demi, elle interpréta des textes de Prévert, Aragon, Boris Vian et Apollinaire sans micro; devant cette assemblée de 1000 jeunes, conquis et enthousiastes, accompagné de Michel Frantz, Chef d’orchestre de la Comédie Française.

C’est des moments privilégiés comme celui-là qui vous donne du bonheur, le goût d’entreprendre et d’aimer la Vie!..

J’ai eu la chance de rencontrer Monsieur Jacques Canetti, suite au Festival Jacques Prévert. Je me présentais à son domicile dans l’immeuble Molitor, 24, rue Nungesser et Coli ou Le Corbusier avait son appartement-atelier, il me pria de m’asseoir, me regarda droit dans les yeux et me dit d’une voix rocailleuse « Merci pour ce que vous avez fait pour Cora à Istanbul, elle m’a dit que c’était un succès et que vous étiez l’initiateur de ce projet, Jacques Prévert aurait été heureux lui aussi ! racontez- moi plus en détail, pourquoi et comment vous avez eu cette idée ? En quelques phrases, je lui racontais cette manifestation, je voyais dans son regard épanoui son enthousiasme et sa curiosité s’éveiller, un vrai grand moment.

Je remercie encore Cora Vaucaire de m’avoir permis de découvrir ce grand dénicheur de talents….

L’heure du déjeuner arrivant, il me proposa d’aller déjeuner avec son assistante Fabienne, dans un restaurant italien à Boulogne, la conversation animée, s’orienta sur nos origines italiennes et bulgares. Il me raconta comment il sélectionnait les artistes en les faisant chanter dans le monte-charge qui menait à son bureau, s’ils chantaient mal, il appuyait sur le bouton pour les faire redescendre directement, il ne voulait pas perdre de temps…ni le leur…Edith Piaf, Jacques Brel, Georges Brassens, Boris Vian, Jacques Prévert, Jeanne Moreau, Léo Ferré, Serge Gainsbourg, Jacques Higelin, Brigitte Fontaine ont été découvert par Jacques Canetti.

Vers la fin du repas, je lui parle de MC Solaar, mon ami depuis vingt ans, il s’enthousiasma en me disant «  si j’étais encore dans la course, j’aurais pris votre ami dans mon écurie, c’est un artiste que j’admire beaucoup» Claude MC Solaar aura été un moment dans la mémoire de Monsieur Canetti, c’est déjà bien, car il fait parti des grands.

« Le talent ne s’insuffle pas, mais il peut se détecter avec de la chance et de l’intuition. Je ne suis qu’un catalyseur. Et je donne de la confiance aux artistes, c’est épanouissant », déclarait Jacques Canetti.

La dernière fois que j’ai vu Cora, c’était aux Bouffes du Nord : son dernier concert. Cora c’était la Classe ! Pardon, la très grande classe..

C’est en pensant à vous Chère Cora, lors de la création du 1er défilé européen de mode «  Cumulus Fashion Tour «, que le thème du défilé a été réalisé en blanc, la couleur qui vous allait si bien ….

Permettez-moi Cora de vous dire: « je vous aime en silence »

2 réponses à “Cora Vaucaire, la Dame Blanche de Saint-Germain-des-Prés.

  1. bertrand 19 septembre 2011 à 10 h 58 min

    Bel hommage mon Dédé. Tu es un devenu un pont entre les générations. Car , tu ne verras pas mourir les jeunes talents que tu accompagnes aujourd’hui, avec moins de champagne….. Tu es un pontif!

  2. Pingback: Jacques Canetti, le dénicheur de talents et élévateur de vedettes… « Le blog de Dédé de Montreuil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :