Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Laurent Terzieff, le Maître

Photo Jean-Marie Legros. Sur le chemin de l’Odéon

Salut M’ssieurs-Dames,

Pièce originale : Les treize coups du dragon.

Mise en scène : Laurent Terzieff & Dédé de Montreuil

Scénario : Alessandra Dadier

Musique : François-Joël Thiollier

Costumes : Cumulus Fashion Tour

Lumières : Jacques Rouveyrollis

Son : La Voix de son Maître

Décor : Naturel

Acte 1 : Pendant plus de vingt ans, nous nous croisions souvent avec Laurent Terzieff rue du Dragon où il demeurait.

Nos regards s’illuminaient, s’absentaient, se dévisageaient, se questionnaient : « Allons-nous parler ensemble aujourd’hui? » J’étais très discret et ne voulait surtout pas le dévier de sa pensée. J’attendais qu’il me fasse signe… juste un regard, juste un sourire, juste un petit bonjour du coin des lèvres, comme avec une clope.

Nous avons souvent discuté au Flore ou dans les rues de St Germain, il me posait des questions subtiles, parfois dérangeantes, il voulait savoir qui j’étais et où j’allais dans mes projets. Je lui répondais avec sincérité et avec le maximum de beaux mots et des phrases bien construites pour ne pas avoir l’air d’un crétin (l’autodidacte est toujours sur ses gardes).

La dernière fois que je l’ai rencontré, rue du Dragon, il semblait très fatigué. C’était deux jours après avoir assisté à sa dernière représentation dans « L’habilleur » au Théâtre Rive Gauche à Montparnasse, devant un public respectueux, fidèle et attentif.

« Le Maître » était un rôle sur mesure, cousu pour lui et il était superbement bien habillé. La classe.

Cette pièce de Ronald Harwood et mise en scène par Laurent, mérite d’être rejouée avec des disciples de la Compagnie Laurent Terzieff. J’ai une idée, si un Directeur de théâtre m’appelle…

Janvier 1942. L’Angleterre est en proie aux bombardements nazis ; les acteurs valides sont sous les drapeaux, les théâtres brûlent. Dans ce chaos, une troupe de province s’apprête à jouer le Roi Lear. Le « maître » qui dirige la troupe et joue chaque soir les rôles titres des pièces de Shakespeare, se prépare. Mais son esprit s’échappe, son corps, à bout de nerfs, le trahit. Incapable de se résoudre à l’annulation de la représentation, Norman, l’ombre du maître, son « habilleur », à son service depuis 16 ans, le réconforte, l’encourage et se démène contre l’avis des autres comédiens, pour qu’il assure la représentation…

L’acteur qui interprétait le rôle de L’Habilleur, Claude Aufaure, habite en bas de chez moi, je le rencontre presque tous les jours. Il sait que j’ai une profonde admiration pour Laurent. C’est pour cela que nous nous saluons de loin avec nos regards pétillants, Claude Aufaure est l’un des plus talentueux acteurs de cinéma et de théâtre français, il prête également sa voix en incarnant les pensées du peintre Claude Monet. 

Je crois rêver ?, Claude Aufaure a interprèté le rôle de Jean-Jacques Rousseau (mon Maître de pensées) dans la pièce de mon ami Marc Hollogne «  L’Illuminé » au théâtre Déjazet ( voir Billet du 22 avril). 

Le théâtre a dû être inventé pour Laurent Terzieff, avec des textes grandioses. Le théâtre a vécu avec lui ! sa prestance et son ombre seront toujours inscrits sur les murs des théâtres.

Acte 2 : Je me souviens avec enthousiasme du concert exceptionnel « Gershwin », dirigé par le Chef d’orchestre Lorin Maazel à Paris-Bercy, en janvier 1987 avec l’oeuvre pour piano Rhapsody in Blue. Laurent Terzieff était la voix off de Gershwin. Il apparaissait après chaque tableau avec sa voix sensuelle et reconnaissable, sous une douche de lumière blanche orchestré par mon ami, le grand scénographe lumières, Jacques Rouveyrollis. Ce jour-là, la scène appartenait à Laurent Terzieff, il m’avait offert deux places VIP en lousedé, piqué dans le quota de la presse (1er rang, backstage, programme, cigarettes, whisky et p’tites pépées). C’est l’un des plus grands concert auquel j’ai assisté.

Vous me manquez Monsieur Terzieff, l’homme mystérieux… La rue du Dragon n’a plus de flammes sans vous… depuis le 2 juillet 2010.

Acte 3 : Rue du Dragon : Même mon pote Phiphi a quitté le tabac du Dragon, heureusement, il bosse au Petit Sauvignon, à 500 mètres de là, et dernièrement le resto des Présidents. « Claude St Louis » a fermé ses portes pour laisser la place au cuisto people de M6, Cyril Lignac.

Heureusement, il reste l’école Penninghen, les deux dirlos sont mes amis, ils dirigent les futurs talents de demain du Design, de l’architecture d’intérieure et d’art graphique. Salut mon Gégé et Alain du square Séverine à la porte de Bajo.Sans oublier, la Reine du marketing en France, Laurence Faguer, marraîne de mon fils, qui veille sur la rue pour maintenir l’esprit intellectuel du quartier.

Des souvenirs m’interpellent : le squat du 7 de la rue du Dragon sous le contrôle du DAL (Droits au logements) avec tous les soirs des concerts en Live avec Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, sous l’auréole de l’Abbé Pierre et de Coluche, avec des passages du beau Jack Lang, du Prof Jacquard et le Tout-Paris branché et débranché, sans oublier le gardien du squat Monsieur Abdel Aziz et ses mômes.

Vous connaissez mon Pierrot, le rouquin, la Schrickette ? Non ? Alors-là, vous avez loupé le mec le plus déjanté que je connaisse, capable de tout comme avoir fait la Première traversée de l’Afrique d’Est en Ouest en mobylette « Motobécane » ! Pierrot avait plusieurs longueurs et sauts d’avance sur les barjots de Jackass.

Je pourrais écrire plusieurs billets pour décrire le rouquin, comme cette anecdote. Vous le méritez !!!

Un matin, à l’aube, en rentrant de java, attendant l’ouverture du rade de Phiphi, j’ai pris un matelas qui traînait et je l’ai mis sur le toit de la Mercedes-Benz de Pierrot et je me suis endormi, il faisait beau, j’entendais juste les gazouillis des piafs de la rue du Dragon qui ne crachaient pas de feu…

Les passants, les balayeurs, les étudiants de l’ESAG-Penninghen et de l’école « des premiers de la classe l’IPAG », (ils oublient que Ferdinand de Lesseps, dans le même lieu, a changé le monde en dessinant le Canal de Panama), les livreurs, les boutiquiers, n’en croyaient pas leurs yeux… Y’a de quoi, Dédé en costard en train de dormir sur une Mercedes-Benz, quand même !!! La cloche OK mais dans le luxe…SVP. Dans ma somnolence, j’entendais des : « OH !», des : « AH ! », des : « ta vu le queum !», des rires, des sourires complices… Le TOP, c’est quand mon pote Phiphi m’a réveillé avec un kawa et un croissant, la classe NON ?

J’avais préféré m’assoupir sur le toit de cette bagnole plutôt que de me faire gauler par la porêche (la Police) en soufflant dans le ballon qui n’est même pas un Adidas.

Laurent Terzieff ne m’a pas vu, ça l’aurait amusé et il aurait peut-être pris un café avec moi sur le toit de la vieille Mercedes-Benz de la Schrickette…

 Standing Ovation Monsieur Terzieff

 Photo vagabonde prise par Jean-Marie Legros, sur le chemin de l’Odéon le 14 mai 2009

Un grand Merci Jean-Marie pour ses superbes photos.

Publicités

3 réponses à “Laurent Terzieff, le Maître

  1. Faguer 31 mai 2011 à 21 h 13 min

    André,
    Formidable article, et MERCI !
    Merci de me citer ainsi, j’en suis très honorée, au milieu d’illustres connaisseurs de la Rue du Dragon.
    Quel style tu as !
    Ton anecdote en finale est formidable. On croit y être…
    Laurence Faguer

  2. Isabelle 14 septembre 2011 à 14 h 52 min

    Bonjour,
    J’aurais voulu vous contacter par mail, mais je n’ai pas trouvé de lien à cet effet. Pourriez-vous me joindre sur le mien, je voudrais vous demander un renseignement. Merci, bien cordialemement
    Une amie de Laurent.

  3. Aimé Nouma 2 février 2012 à 17 h 21 min

    Trés bien le billet sur Terzieff ma poule, t’as vraiment trouvé le style qu’il faut drôle et révérencieux, on a envie d’avoir vécu ces moments de vie et rencontré ces personnes,ces figures.
    A suivre.
    salut mon pote
    Le Slameur2coeur:
    Aimé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :