Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Cora Vaucaire, la Dame blanche de Saint Germain des Prés est morte

La chanteuse Cora Vaucaire, 93 ans, grande interprète de Prévert ou Aragon, surnommée « la dame blanche de Saint-Germain-des-Prés », est morte dans la nuit de vendredi à samedi 17 septembre 2011 à Paris.

Cora Vaucaire était connue comme l’une des principales ambassadrices de la chanson « rive gauche » à partir des années 1950, défendant un répertoire sans concession, allant du Moyen-Age aux poètes contemporains comme Prévert, Aragon, ou Trénet. Trois fois couronnée par l’Académie Charles Cros, elle a été la première à enregistrer « Les feuilles mortes » de Prévert et Kosma.

Elle avait fait connaître Barbara (« Dis quand reviendras-tu ? »), Léo Ferré (« Les Forains »), ainsi que le Québécois Raymond Lévesque (« Quand les hommes vivront d’amour »). Au cinéma, elle immortalisa deux chansons : « La Complainte de la Butte » dans French cancan de Renoir en 1955 et « Trois petites notes de musique » dans Une aussi longue absence de Colpi (1960).

Notre histoire. 

En 1987, le Directeur du Centre Culturel Français à Istanbul , Philippe Pialoux, m’a missionné pour organiser un événement culturel adressé à la jeunesse francophone

turque à Istanbul.

Je lui ai proposé une création unique : le Festival Jacques Prévert avec une exposition de collages, plusieurs films cultes et un récital inédit de Cora Vaucaire.

L’exposition et les films étaient présentés dans les locaux du Centre Culturel Français et le récital de Cora dans l’amphithéâtre des Beaux-Arts d’Istanbul.

Cet événement créé spécialement pour la France en Turquie me donnait l’occasion de faire découvrir devant 1000 jeunes turques le talent d’une grande dame de la Culture française et les œuvres de Prévert.

Après le dîner organisé par l’Ambassadeur de France à bord d’un bateau sur le Bosphore pour les notables français et turcs, Cora m’invita dans sa chambre et commanda du champagne, plusieurs bouteilles… elle m’a raconté le monde du show-business, ses rencontres avec les plus grands , son histoire d’amour avec son mari Michel Vaucaire, ses engueulades avec Jacques Prévert qui la traitait de bourgeoise et son coup de fil la veille de sa mort :

Allo, Cora, c’est Jacques

Quel Jacques ?

Prévert, pardi !

Bonsoir Jacques

Je suis un vrai con, je viens de comprendre qui tu étais

Et alors ?

Je m’excuse. Bonsoir….

Cora Vaucaire, habituée à défendre Prévert sur scène, a longuement bataillé pour imposer la chanson «Les feuilles Mortes » sans couplet / refrain et à laquelle «manque un pied», remarquaient certains à l’époque…, bref une chanson bien trop subtile pour «un public de cons», a-t-on expliqué un soir à Cora Vaucaire, qui la chantait à l’Échelle de Jacob.

Le lendemain de cette nuit inoubliable, nous visitâmes la Mosquée Bleue, les boutiques de tapis, l’hôtel l’Orient Express ou elle séjourna dans les années 50, elle était joyeuse et moi donc, Michel Frantz nous accompagnait, nous avons visité le grand souk, Michel se faisait harponner avec frayeur par les marchands, ce qui nous faisais rire à chaudes larmes avec Cora, c’est à ce moment-là, que nous sommes devenus complices.

Après le déjeuner, j’emmenais Cora et Michel aux Beaux-Arts pour une répétition avant le concert.

Pendant 1 heure et demi, elle interpréta des textes de Prévert, Boris Vian et Appolinaire (sans un blanc) devant cette assemblée de jeunes, conquis et enthousiaste, accompagné de son pianiste Michel Frantz, Chef d’orchestre de la Comédie Française.

C’est des moments privilégiés comme celui-çi qui vous donne du bonheur et le goût d’entreprendre.

La dernière fois que j’ai vu Cora, c’était aux Bouffes du Nord : son dernier concert. Cette grande Dame de la chanson française , je la devine chantant l’International devant les usines en grève en 68, quelle classe.

Lors de la création du 1er défilé européen de mode «  Cumulus Fashion Tour «,  que j’ai créé avec ma femme Anne, c’est en pensant à vous que le thème du défilé a été réalisé en blanc, la couleur qui vous allait si bien ….

Permettez-moi Cora de vous dire: « je vous aime en silence »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :