Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Lawrence d’Arabie au 52, rue de Clichy

Rencontre avec Jacques Benoit – Méchin

Salut Meusieu-dames,


Le 24 janvier 1980, mon boss JJSS, me demanda d’aller chercher des notes chez Monsieur Benoît – Méchin, l’auteur de Lawrence d’Arabie, Conseiller du roi Fayçal, roi d’Arabie, afin d’avoir du volume et des renseignements pour son livre qu’il était en train d’écrire «Le Défi Mondial », chez Fayard.

Ni une ni deux, je frappe à la porte d’un petit 2 pièces au 52, rue de Clichy, à la Fourche dans le 18 ème arrondissement de Paris, sans code, au 1er étage.  Je me retrouve face à un homme un peu âgé qui m ‘accueille avec un grand sourire et un geste de «  entrez jeune homme, je vous en prie «  Asseyez-vous, vous voulez- boire quoi !!! STOP… La classe… il l’avait. Ses yeux étaient de fer et chaleureux à la fois.

Je ne savais pas qu’à ce » moment là, ce Monsieur, (excusez-moi ce grand Monsieur,) allait changer ma vie en m’emportant dans le silence du désert que j’ai découvert un an plus tard dans le Sinaï qui était à l’époque sous le contrôle de Israël…

Une de mes idoles à l’époque était Henry de Monfreid, aventurier, voyou, bussinessman, enfoiré quoi !!! profiteur du moment mais pas opportuniste , cherchez la différence ???

Partez découvrir Benoît – Méchin, homme discret et mystérieux, Intellectuel, écrivain, journaliste, fils de Baron d’Empire, titre qu’il hérita à la mort de son père, vous ne serez pas déçu.

Il m’a appris à entendre et à ne pas écouter.

C’est dans le désert qu’on fait la différence avec le bruit du silence.

j’en ai fait l’expérience, c’est aussi grâce à lui que j’ai eu l’envie d’écrire comme par exemple ce texte écrit dans le Sinaï au bord de la Mer Rouge :

Flux et Reflux de la Mer Rouge

Serais – ce la fin du voyage …

Soutiens – moi dans ce demi-jour,

je reste interdit sur ta plage

je t’ai gardé à ma mémoire,

toutes les voix de mon histoire chantent vers toi.

Voix de poissons, des eaux marines,

ici, tu peux me lâcher, car c’est la mer de mes origines !

Voix du silence des déserts,

ici je peux enfin crier – «  Liberté – Liberté …

tu m’a donné, je te reviens.

Voix des bêtes, voix des étoiles, voix des vents …

Tout un concert.

Hésitant à prendre ta grâce,

me croyant encore dans l’impasse.

Oublie-moi, oublie ma folie…

Celle d’un petit homme, qui rêvait près de toi

d’être voix de l’homme.

Le flux de tes eaux est sévère,

il me rejette d’où je suis venu.

Si je n’ai plus vu la Mer Rouge,

elle m’a offert les fruits de son jeu.

Elle seule connaît ma pensée.

Novembre 2001

OH ! La ! La ! C’était après la victoire de la gauche, vous comprenez mieux .

Pour revenir à ce grand Monsieur, oui, ce grand Monsieur, malgré tout ce qu’on a dit sur lui, d’ailleurs, il aimait bien la polémique créé par des « gens biens » comme il aimait les appeler.

Il m’a beaucoup parlé de ses 10 ans passés à Fresnes et à la Centrale de Clairvaux, accusé de germanophilie, condamné à mort puis gracié par le Président Vincent Auriol. Il était très intéressé quand je lui parlai de mon père, grand résistant italien qui a combattu le fascisme, il a voulu me parler de son histoire avec Vichy, je l’ai gentiment arrêté, ce qu’il a compris de suite. C’était un sujet qui ne m’intéressait pas.

Après sa sortie de prison, il se consacra à la rédaction de biographies, dans un premier temps sur la dynastie d’ Arabie saoudite, puis de Lyautey, de Lawrence d’Arabie (interprété par  Peter O’ Toole au cinéma) et d’Ibn Séoud.

Le thème commun de cette œuvre biographique est le rôle de l’individu d’exception qui change le cours de l’Histoire et tente de créer un empire pour donner forme et durée à l’union des hommes d’une civilisation.

Voici un des sujets qui me passionnait, je l’écoutais avec délice, il savait si bien raconter, aujourd’hui, il me manque des hommes d’exception comme lui pour parler de tout et de rien. J’allais oublier le passage où Proust lui accorda une entrevue, il n’y croyait pas, il osa et il l’a eu, cette audace lui a servi toute sa vie.

Entre ses interminables discussions, je prenais des notes pour JJSS, et nous préparions en même temps son voyage à Taïf en Arabie Saoudite.

C’est sous son contrôle que Jean-Jacques a eu rdv avec le Roi Fayçal qui avait une seule ambition : la renaissance de la puissance arabe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :