Le blog de Dédé de Montreuil

" Sortons des grands ensembles pour aller voir les Grands Ensemble "

Première rencontre avec Jean-Jacques Servan-Schreiber, mon pygmalion!

Bonjour M’ssieurs-Dames,

Je dédie ce billet à mon Maître, celui qui m’a façonné et qui m’a permis d’avoir un bon parcours.

 

La première fois que j’ai rencontré JJSS, c’était en  1970,  pendant sa première  campagne électorale comme  Député de Nancy.  Je travaillais au journal L’Express , on me demande de lui apporter des documents en urgence à Nancy, à l’époque il n’y avait pas l’autoroute, il fallait 6 heures de route. J’arrive très fatigué dans un restaurant « classieux », Place Stanislas, je le vois au milieu d’une grande tablé entouré de son staff.

Il me demanda si j’avais mangé et m’installe à côté de lui sans que j’ai eu le temps de dire bonsoir,  il commence par me demander d’où je viens, mon âge, si je suis marié, etc… C’est un vrai questionnaire:  j’ai envie de lui dire: « attendez,  Monsieur, j’ai faim on verra après « . Je pense qu’il a dû lire dans ma pensée. Les plats qu’il m’a commandé arrivent de suite. Je suis le dernier client. C’est déjà un signe…

JJSS me réserve une chambre au Grand hôtel sur la Place Stanislas avec un grand lit ou on pourrait dormir à quatre voir cinq. Après une nuit récupératrice, il me donne rdv à 8 heures pour le petit-déjeuner avant que je reparte à Paris avec les documents signés. Au moment de le quitter, il me tend sa main chaleureuse et ferme et me demande de me tenir en alerte au cas où il ait besoin de moi.

A partir de ce jour, il m’a fasciné. J’ai senti son intelligence dès le départ. J’aurais du me méfier, car aujourd’hui 40 ans après, il est toujours présent dans mon esprit, avec lui rien n’était impossible. Il l’a prouvé dans tous ses combats envers et contre tous. Ce qui lui a valu de la jalousie. Quand il avait une idée en tête, souvent pour la bonne cause de son pays, par tous les moyens, il la réalisai. C’était un vrai combattant et un visionnaire.

Il m’a transmis son énergie, son savoir, son respect, sa détermination et sa capacité à s’adapter à l’instant présent et laisser les incompétents sur le bord de la route.

En 20 ans, il m’a donné deux conseils :  » André, arrêtez de protéger les nuls, ils vous feront perdre du temps et prendrons votre énergie  » – « venez avec moi aux USA, la France n’est plus un pays pour vous !  » Les américains sauront vous comprendre et exposer votre intelligence créatrice  »

Pendant 20 ans, à ses côtés, j’ai rencontré des personnalités de tous bords: des politiques, des intellectuels, des dirigeants de grandes sociétés, des chercheurs, etc… Quelle chance d’avoir partagé des actions avec tous ses hommes et femmes du monde entier.

Sans cette rencontre qui m’a sauvé des griffes de la justice et de mes mauvaises fréquentations, qui serais-je aujourd’hui ? Merci Jean-Jacques.

NB : je vais revenir plusieurs fois sur notre collaboration et notre complicité.

http://www.servan-schreiber.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :